Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Les récits de la honte

du premier 103 au gros cube…...

Voici plus d'une centaine d'aventures vécues... Si certaines situations ont été cocasses parfois, d'autres auraient pu tourner au tragique mais toutes ont laissé des souvenirs indélébiles à leurs auteurs.
Pour les motards qui ne connaissent pas leur chance d'avoir échappé à LA HONTE de leur vie… voici des histoires vraies qui auraient pu vous arriver !

Klaxon au lieu de démarreur

Cet après midi, vu le temps superbe, je décide de me pavaner avec mon b12 tout brillant, mon futal de cuir et mon beau blouson cuir très près du corps. Bref la grosse frime!!! Je me pointe dans une zone commerciale remplie de motards qui discutent devant les vitrines des magasins de moto, je tape la bavette et remonte sur ma bécane tout en crânant, je veux démarrer et m…. je me plante de bouton, au lieu d'actionner le démarreur je klaxonne comme un naze!!!!!!Et là je vois de grands sourires et les visages moqueurs... bref j'étais tout rouge sous mon casque!! La honte!! Samedi si je sors, je change de blouson pour qu'on ne me reconnaisse pas.

Fabrice 26 mars 03

La chute après la prune…

En plein mois d'août, sur Nantes, je me promène tranquillement… un policier me stoppe à un rond point, et crac le petit contrôle qui va bien..... "papier SVP"....."Houla.. jeune permis !!"....."il est où le A ?"....."vous savez que les petites plaques sont interdites"......"il est où l'éclairage de plaque ??"....... "oooooooooh ça va pas être bon ça "ptit" gars, c'est pas normal du tout". Du coup hop la petite collection de prunes pour pas avoir froid sous le manteau, et comme il était prévoyant il dit "pas la peine de partir comme un fou" . Arf ! arf ! Tu vas voir si je vais pas te laisser 1cm de gomme au démarrage!!....

Sur ce j'enfourche mon fier destrier et là ce grand comique dans l'éternel me lance une "bonne journée jeune homme", et moi tellement surpris qu'il se fiche de moi à ce point, je balance la moto pour enlever la béquille latérale et j'étais tellement énervé que j'ai balancé la moto comme un bourrin, et là… perte d'équilibre et plaff, par terre, moteur tournant, devant des tas d'automobilistes morts de rire....du coup le képi qui était tout méchant il y a à peine 10 secondes est devenu mon sauveur (comme quoi l'esprit motard passe au dessus de l'uniforme) ils m'ont relevé ma belle, puis moi, me demandant si je voulais une ambulance si j'avais mal quelque part et tout et tout et ils ont inspecté ma belle qui n'a eu que le levier de frein avant de cassé (ouf!!)

Il était temps pour moi de tirer ma révérence (merci la visière iridium, dans ces jours là ça fait du bien de se sentir caché par quelque chose !!!!), mais pas sans la petite phrase de mon képi : "c'est vraiment votre jour de chance !!"

bee 26 mars 03

Bloque disque oublié…

C'était un joli soir de 14 Juillet sur Paris (tant qu'à faire autant qu'il y ait plein de monde pour avoir la honte) je regardais le feu d'artifice vers la Concorde, une fois le spectacle terminé, je repris mon Bandit 600 S, puis comme il y avait du monde, petite accélération en faisant chauffer la moto (puis aussi faire du bruit, pour me faire remarquer) ensuite, une fois mes spectateurs attirés par le bruit du monstre Suzuki et du pot yosh, je démarre et fais mes 10 premiers cm avant d'être stoppé par ce fourbe de bloque disque qui était resté sur la roue, suivi d'une chute (au ralenti S.V.P) devant les yeux ébahis de mes fidèles spectateurs restés à admirer mon superbe départ arrêté (très vite), à partir de là, j'ai réussi à battre plein de records en pas longtemps : record de vitesse et d'haltérophilie pour soulever le bandit, record d'enlèvement de bloque disque, record d'embuage du casque, et un record de vitesse pour quitter la capitale (à faire pâlir les possesseurs de dragsters)

Djipi 27 mars 03

Caler en terrasse …

Un soir d'été, terrasse de café, moto en chauffe, la seule, donc tout le monde regarde, volontairement ou pas, moi en confiance, je fais un petit signe à ma tablée, la première, le gant qui ripe sur le levier d'embrayage, et pouf calé..... le tout devant le café où tout le monde te connaît et bien sûr tes potes te loupent pas.

Golgoth 27 mars 03

J'ai oublié de poser le pied…

Ma plus belle honte en bécane... J'étais très fatigué après 300 bornes (dont 150 sous la pluie battante) sur ma première bécane (un SVS 2000), j'arrive devant mon garage (en ville, hein, ce serait trop simple si c'était à la campagne), j'arrête la bécane et... trop naze pour comprendre, j'oublie (si si!) de poser le pied par terre... Résultat : un sélecteur de vitesse tordu, le levier d'embrayage cassé, el rojo bloqué sous sa bécane et sous des trombes d'eau... mythique.

el rojo 27 mars 03

Pousse, pousse…

C'était un dimanche soir sur le boulevard du Montparnasse à Paris, alors que j'étais un motard encore bien inexpérimenté. On sort du cinéma, et je tente de démarrer mon B6 de l'époque et là... rien! Il fait froid, c'est l'hiver c'est normal, un coup de poussette et ça va partir... Et évidemment, je demande à mon pote "Vas-y pousse-moi s'il te plait, en quelques mètres ça démarre"… Une première poussée 30 mètres.... rien. Une 2è poussée 30 mètres.... rien. Une 3è poussée 20 mètres (il commence à se fatiguer).... rien. Demi-tour parce que entre temps on s'est pas mal éloigné de notre point de départ où sa copine est restée.. dans le froid... Une 4è poussée 30mètres .... toujours rien... là on commence à se dire que la bécane va passer la nuit ici...On démarre une 5è poussée et là... oh m****e, le coupe circuit est sur "OFF"... discrètement, je le remets sur ON pendant qu'il pousse et le moteur démarre direct... d'ailleurs, je lui ai jamais dit qu'il avait poussé pour rien !!!

btx303- 27 mars 03

Démarrages rodéo…

Une de mes plus grosses hontes (qui me poursuit encore), c'est quand je suis allé faire le tour des copains pour leur montrer ma nouvelle bécane... encore loin de la maîtriser totalement, j'étais incapable de démarrer proprement... problème de dosage de l'embrayage et probablement aussi caractéristique du cardan... je subissais les à-coups sur au moins 20m... bref... mes copains me voyaient systématiquement repartir complètement secoué sur la moto... à un point tel qu'ils sont persuadés que j'aurais plutôt dû choisir l'équitation... hum... hue dada...

vroup 27 mars 03

Sans même monter sur la moto…

Un jour, je vais faire des petites courses au centre commercial, au bout de 10 min, je reviens et impossible de retirer mon bloque disque, je ne sais pas comment mais la serrure était abîmée (je n'ai jamais compris pourquoi), bref plein de gens sont venus voir pour m'aider, tournevis etc. Rien à faire. Je suis rentré en bus et tous les jours je suis revenu avec un nouvel ustensile, pince monseigneur, tournevis géant, etc. Toujours rien, je suis un nul niveau vol, au bout d'une semaine, j'appelle un serrurier, qui me dit "pas possible tout de suite et ce sera 500F" arghhh je dis : bon laisse tomber. Je prends mon courage à 2 mains, je retourne au centre commercial, j'achète une super scie à métaux, les supers lames en matériaux ultra résistants et je ressors et m'attaque au bloque disque… la honte, j'ai mis 45 min à le couper, j'étais en sueur grave, les mains abîmées (c'était sur une GSE) en plus pour pas faire trop voleur je m'étais étalé genre avec des Coca Cola à coté, les lames de scie éparpillées (comme ça on voit bien que j'en ai pour un certain temps) bref je n'ai jamais vu autant de gens me sourire, et une seule nana est venue me demander ce que je faisais ... à oui, le truc c'était que la moto était juste à coté d'un local de surveillance en verre et évidement le gardien que j'avais prévenu me @!#$ par la vitre avec un méga sourire....depuis fini les bloque disques ...

Honolulu 27 mars 03

245 kg à bout de bras….

Sur un trottoir à Issy les Moulineaux je graisse la chaîne de mon ZRXR avant de prendre la route du Mans. Un ZRX n'a pas de béquille centrale alors je mets un petit coup de bombe puis j'avance la moto de 20cm à chaque fois, une main sur le guidon l'autre sur la poignée passager. Un gamin me demande un outil pour sa brèle en rade à côté, je le lui prête et l'envoie à la station en face et j'en profite pour embêter un peu les passants, tout un tas de jeunes gens et jeunes filles très bien habillés (c'est un quartier affaires...) en continuant mon boxon. Accroupi avec la flemme de me relever pour avancer ma brèle, je prends l'initiative de la faire avancer dans cette position ridicule...le gamin revient me dit merci avec un grand sourire en me rendant mon bien, et je lui fais un signe de tête (genre je suis comme un grand frère) sans faire attention que la béquille venait de se replier.....ça fait 245 kg à plein un zrx...je me retrouve coincé sous ma moto, le gosse perplexe, les passants m'enjambant soigneusement, je me débats pour relever la moto et personne ne m'aide...et bah j'en ai sué assis pour relever le zrx, (vert de surcroît, histoire que personne ne me remarque!).

AMPS 27 mars 03

Débéquiller sur la moto …

La première fois que je me suis garé (à Nogent) je me suis mis sur la centrale, et pour redescendre la bécane, débutant que j'étais, je me suis assis dessus..... A Nogent, les trottoirs sont en pente, donc moi, assis sur ma bécane, mon pied droit ne touchant pas par terre… Ce qui devait arriver arriva, la bécane a commencé à verser avec moi assis dessus, comme dans un dessin animé. Un grand classique.

Grendel 27 mars 03

Du vélo à la moto …

J'étais avec mon trail 50, c'était en vacances, j'étais descendu avec au bord de la mer. J'ai fait du vélo pendant 1 semaine sans toucher à la moto. Ce jour-là je faisais une démonstration de stunt en VTT à des minots ébahis par mes prouesses. On me demande d'aller chercher du pain avant que ça ne ferme, pas le temps, donc je prends ma brèle, je pars comme un boulet (tout est relatif....), et là je me dis : "je fais faire un petit dérapage", juste dans le petit chemin dans le virage à 90° .....Je freine copieusement en plein virage, oui mais les freins sont inversés par rapport au vélo et là je perds l'avant et je viens m'encastrer dans la haie....ce fut la bronca dans le stade médusé...j'ai eu le droit à une bonne baignade pour enlever tous les graviers incrustés dans la jambe (bah oui je n'avais pas pris le temps d'enfiler un futal).

Fafa 27 mars 03

Le lacet piégeur…

C'était avec mon hornet y'a 2 ans, sur le périphérique. Je suis au feu, peinard, c'est l'été, il y a d'autres motards à coté, on se regarde genre on-va-se-taper-une-bourre-de-malades, le feu passe au vert tout le monde met Gaaaaaaaaaaaaaz, un régal ! Mais au feu suivant, j'arrive en rétrogradant avec des gros WABROO WABROOOO. Je m'arrête, et au moment de poser le pied par terre, je m'aperçois que quelque chose me retient le pied sur le cale-pied...et oui mon lacet...et là, grosse chute sur le coté, le pied attaché à ma meule, ne pouvant guère bouger pour dégager la voie.........Les mecs à coté étaient morts de rire, ils avaient du mal à soulever ma meule, au moins ils ont été gentils de m'aider.......Conclusion : j'ai acheté des bottes.

haka 27 mars 03

Bien se garer…

Un samedi où il ne faisait pas trop moche je gare ma bandit de manière perpendiculaire au trottoir, donc tête vers le trottoir et l'arrière vers la route, le tout entre 2 voitures. C'est en voulant reprendre la "bête" que je me suis rendu compte que la route était très défoncée au niveau du trottoir, résultat la roue avant était dans un beau trou et facilement 5 cm plus bas que la roue arrière. J'ai essayé de faire reculer la moto pendant 15 minutes... pas moyen de la faire sortir du trou avec mes petits bras musclés. Pire comme je n'avais pas beaucoup de place pour bouger (à cause des 2 voitures de part et d'autre) j'ai manqué 10 fois de laisser tomber la bandit (207 kilos quand même). Finalement c'est un couple de BM-iste allemands qui m'a aidé à pousser la moto...depuis je me gare toujours dans le sens de la route et j'évite soigneusement le quartier.

Geoffrey 27 mars 03

Intérieur loupé…

Je me pavanais fièrement sur un 50 MTX de chez Honda (2è année de sortie me semble t'il alors vous pensez la grosse frime pour la "vitesse pure" il y avait le 103 des familles qui se faisait décylindré tous les samedi). Donc moi avec ma "bête" de chez Honda et mon copain voisin avec un TXR de chez Peugeot jaune et bleu dont je ne me souviens plus l'abréviation mais un Peugeot tout de suite ça pétait moins. Dans une petite commune du bord de cote j'essaye de lui faire un intérieur à un carrefour qui aurait été d'anthologie si... si... je ne m'étais pas pris l'angle de la maison avec juste le haut du casque, je vous laisse imaginer le tableau… le "brelon" en vrac de l'autre coté de la rue moi les 4 fers en l'air plaqué contre le mur de la maison et le copain avec le Peugeot qui continue à torcher comme un s.a.l.a.u.d et un petit vieux qui me ramasse en me disant "ben dis donc il t'as serré quand même l'autre avec sa moto (il parlait du collègue)" jusque là l'honneur est sauf à part qu'en face il y avait un troquet et ils ont tous parfaitement compris ce qui c'était passé. Argggggggggggggggggg je les maudis tous avec leurs sourires narquois et leurs réflexions. Et puis évidemment c'est dans MA commune, avec que des gens qui savaient qui j'étais, que ça c'est passé.

Alf 27 mars 03

Bloque disque oublié…

Ma plus grosse honte, c'était en scooter, je sortais d'une petite partie de karting avec des potes et on voulait tous plus ou moins continuer la course qu'on venait de faire mais en scooter. J'enfourche le bestiau et gaz, je n'ai pas fait 20 cm… Encore ce bloque disque (je ne sais pas quel est celui qui a inventé ça !!!). Je ne suis pas tomber (un 50cc c'est pas lourd) mais le bloque disque était défoncé, impossible de l'ouvrir. Finalement le mécano du club de kart a utilisé un lapidaire dessus pour le dégager. Je suis allé racheter un disque dans la foulée car il était voilé.

Joey 27 mars 03

Et si on jouait aux dominos…

J'avais le permis depuis peu, la Bandit flambant neuve de pas longtemps ... c'était l'une des premières sorties en groupe direction Le Bugue (24) pour la grosse concentration annuelle ... une ville entière de motards, des marées de casques à perte de vue ... nous arrivons sur place ... les pots qui ronflent ... bref on nous remarque un petit peu quand même ... arrivée sur le parking moto ... plus d'une centaine (voir plus) de motos de toutes marques alignées proprement les unes à côté des autres ... chic une place !!! ... là entre les motos ... hop ! moto garée ... je descends ... je regarde ma moto ... tiens elle est pas très bien garée, je vais la bouger ... je me mets à côté de ma moto, je vais pour la bouger et LA !!! ... la moto qui décide de vivre sa vie et qui commence à basculer du côté droit tout en douceur ... plus de 15 motos à côté d'elle ... tiens si on jouait aux dominos cascades !!! ... pas le temps d'appeler au secours ... grand moment de détresse ... je me vois lynchée sur la place publique par des motards furibonds (et je les comprends) ... comble de bonheur ... une partie des propriétaires n'était pas loin ... l'un d'eux me repère ... ouf sauvée ... sauvées ... ils sont venus à 6 pour me porter secours ... enfin ... pour porter secours à leurs belles en détresse ... B6 redressée ... "non mais qu'est ce qui t'as pris de la bouger ta moto !!! tu n'y touches plus hein !!! elle est très bien là !!!" Grosse grosse honte !!! ... et je n''avais plus mon casque sur la tête moi !!! Moralité : je ne bouge plus ma moto qu'une fois dessus ... plus de manoeuvres à côté !

Ptitesirene 27 mars 03

Etre sur la mauvaise pente..

J'arrive sur un parking ... un côté ombre, un côté soleil ... tiens je vais la mettre à l'abri contre ce joli mur du côté en pente ... elle sera bien là ... et hop c'est chose faite !!! ... la moto, le pneu contre le mur et dans une petite rigole que je n'avais pas remarquée d'ailleurs, tête dans la pente ... je descends et LA !!! rhoooooooo non comment je vais faire pour sortir !!! (tant pis je verrai quand je repartirai, j'y arriverai pas de souci...) Au retour, hop je monte sur la moto, je veux reculer... je veux reculer... je veux recuuuuuuuuuuuuuuuuuuler ... pas moyen !!! ... c'est à ce moment que je remarque 2 seniors qui se poilent littéralement en me regardant ... vous avez besoin d'aide mam'zelle, un gros engin comme ça on a pas idée ... j'ai pas osé répondre ... ils m'ont aidé malgré tout, ils ont eu pitié de moi ... et suis repartie non sans avoir un peu discuté du coup mais en gardant mon joli casque avec sa visière iridium sur la tête ...

Ptitesirene 27 mars 03

Honte à répétition ? on en meurt pas ..

C'était au centre commercial...Bandit 600 toute neuve (première sortie), je me gare juste devant la grande porte du centre, je vais faire mes courses et reviens. Je monte sur ma bécane, fais les vérifications d'usage (le permis était pas loin ), démarre au quart de tour, enclenche la 1ere et pars tout doucemmmeeeeennnnntttttt ... et mon B6 part sur le coté ! J'avais TOUT vérifié sauf mon U qui était resté en place sur la roue avant, heureusement j'avais mon casque... mais il a fallu 5 bonnes minutes pour que quelqu'un vienne m'aider (un motard)...

2 semaines plus tard, tjrs au même centre commercial, devant la station essence pleine à craquer, je m'arrête ... et j'oublie de poser les pieds !

J'en ai repris une 2 jours plus tard en descendant un trottoir...depuis je fais attention mais je suis tête en l'air alors je me paie la honte régulièrement (remarque je confirme : on en meurt pas).

Xoco 27 mars 03

J'ai oublié de déverrouiller le guidon

Ca se passe au centre ville un samedi après-midi. Je reviens de courses avec mon sac à dos rempli. Bien sûr j'avais garé ma DT devant une entrée principale de grand magasin pour pas trop marcher. Donc je monte sur l'engin, je mets le casque en faisant un peu le beau, il y avait du beau monde, sourire aux passantes, je ferme mon cuir, introduis la clé, mets les gants, un petit signe de la main, tout prêt pour démarrer, tourne la clé, @!#$....merde.... Ah l'abruti, j'ai oublié de déverrouiller le guidon. Heureusement que j'avais le casque, j'avais vraiment la honte. Et là me viens une super idée. Je fais celui qui a oublié un truc, je descends de mon engin avec le casque, je m'éloigne discrètement en longeant les murs et dès que je n'étais plus en vue, je mets en place une technique d'approche par une autre rue, histoire de réapparaître sous un autre angle. Et là je vous dis, la première chose que j'ai faite, c'est d'introduire la petite clé dans le trou!

Rösti 27 mars 03

H.D contre CBR…

Mon 955 Tiger (un gros trail) était en révision, et comme souvent les concessionnaires Triumph font aussi Harley, j'y étais allée de mon sourire pour qu'il me prête le somptueux V-Rod qui "traînait" devant la concession en n'y croyant pas une seconde. Et là, contre toute attente, il accepte ! Entre le concessionnaire et chez moi, rien à signaler, tout va bien. je remarque juste que le V-Rod fait bien 100 CV et qu'il a vraiment des accélérations d'enfer. Mais au retour... Alors que je roulais tranquillement, 90-100 km/h, avec une Harley, même une avec des chevaux comme le V-Rod, on prend très vite l'habitude de cruiser (à croire qu'elles sont faites pour cela !). Et là, en pleine ligne droite, sur une route que je connais comme ma poche, un 600 CBR lancé à au moins 150 km/h m'enfume proprement, en prenant bien le temps de tourner la tête pour voir sur quoi je roulais ! Mon sang ne fait qu'un tour, j'en rempile une, j'ouvre en grand et en deux secondes je le repasse. Je vous dis pas la gueule qu'il tirait dans son intégral...

La mini-bourre continue encore bien 3-4 km, où à chaque accélération, je vois son sourire s'effacer. Et dans ma tête, je me dis "attend, mon gars, à la sortie du rond-point là-bas, tu vas voir ce que je vais te mettre...". Sauf que je me présente dans ledit rond-point à 70-80km/h, comme avec mon trail. Et là, un flash, cocotte, c'est bien joli ton truc, mais c'est PAS ton trail... Le talon de ma botte touche, puis le cale-pied, la bordure approche rudement vite, je vais m'y mettre pour la première fois, et en plus sur une bécane à 14 briques et qui en plus n'est pas la mienne ! En désespoir de cause, j'ai réussi à sortir le freinage des grands jours pour ne pas me gameller et m'arrêter presque perpendiculairement au trottoir. Mais bien entendu, pendant ce temps, le CBR me faisait gentiment l'intérieur, visière ouverte, sans oublier le V qui tue... L'air con de chez con...Croyez-le où non, je n'ai pas essayé de le retrouver... Tout ce que j'avais peur, c'est qu'il m'attende au feu d'après... Heureusement que je n'étais pas avec les copains...

Catherine 27 mars 03

Cousteau et la calypso….

Il y a quelques années, pendant mes vacances chez mes grands-parents, je me préparais pour le grand événement du petit patelin, «the concours de pêche of the year » de Monéteau (89). La veille, je charge ma bête de course de l'époque (un 103 SP, kité, boosté, un vrai missile, ou plutôt une vrai torpille je devrais dire), la canne à pêche olympique (en bambou), le banc de pêche, le bob, la musette et les asticots, le tout attaché à base de tendeurs, d'élastiques et de ficelles. Le lendemain, départ sur le lieu du concours (un peu à la bourre, mais avec mon 60 km/h chrono j'ai remonté le temps et je suis arrivé à peu près à l'heure).Je me rends sur mon emplacement à la grande joie des autres pêcheurs déjà heureux de rencontrer l'homme qui à fait un raffut d'enfer jusqu'à l'entrée du lieu de concours (il parait que les poissons ont fuit en m'entendant arriver), pile poil vers le canal entre deux vieux qui visiblement ne me portaient dans leur cœur (ils ne devaient pas aimer les futurs motards ou alors j'ai vraiment fait du bordel avec ma meule), l'endroit rêvé, donc je gare ma bête au bord de l'eau (et sur la terre bien molle avec la rosée du matin). J'admire mon emplacement, puis je vais faire mon petit tour pour délimiter mon territoire de pêche (et surtout pour vider ma vessie) et à ce moment pendant que j'avais le dos tourné, j'entends un gros plooooouuuuuuufffffff je me retourne et non, je ne rêvais pas, c'était bien mon 103 avec tout le matériel qui était lâchement tombé à l'eau (le concours aussi est tombé à l'eau) et tout ça sous les applaudissements d'une centaine de pêcheurs ébahis par ma prestation. Pour la fin de l'histoire pendant que mes sympathiques voisins taquinaient le poisson, moi je taquinais le 103 SP à l'aide d'une corde et d'une petite ancre de bateau, finalement j'ai réussi à tout remonter au bout de 2 ou 3 heures de pêche intensive (et même pas la peine d'appâter) Malheureusement ma prise n'a pas été validée pour le concours (c'était pas un poisson connu il parait). Moralité : si ton 103 SP dans l'eau est tombé, jusqu'à chez toi pour rentrer tu devras le pousser. Pendant longtemps les pêcheusr du coin nous ont appelé moi et ma fidèle monture : Cousteau et la calypso

Djipi 28 mars 03

On échange les motos ???

Mon beau-frère avec son 1100 ZZR, ma sœur avec son vieux 550 GPZ 4 cylindres qui n'est pas resté dans les annales en tant que foudre de guerre (oui oui 550 vous avez bien lu). Ma sœur, après de nombreuses négociations probablement, parvient à arracher un essai du ZZR au beau-frère. C'est donc lors d'une ballade que l'échange des bêtes se produit. Histoire d'éviter l'hécatombe le GPZ roule devant le ZZR. Arrive un stop, le beau-frère regarde à droite puis à gauche… juste derrière ma chère soeur fait pareil. Seulement ils ont certainement une différence d'appréciation des distances, puisque le beau-frère ne juge pas utile de décoller une voiture arrivant trop près à son goût, ma chère soeur se sentant une âme de Mc Coy enquille. Au dire de mon beau-frère ça a fait craaaaaaaaak, il n'avait plus qu'à se retourner pour constater le bel encastrement de son cher ZZR dans l'arrière du GPZ, un gros trou dans le carénage bien vilain, ma soeurette morte de honte, les deux motos à réparer, il n'y avait personne, mais bon quand ils racontent comment on peut casser les deux motos de la maison dans le même carton c'est les boules et un petit peu la honte encore pour la frangine quand même et ça fait sourire les auditeurs.

Alf 28 mars 03

Un soir de pluie …

Un soir en sortant du restaurant avec des amis (non motards) je leur dis ah ah je vais être rentré avant vous avec vos bagnoles ou le métro! Ah oui ah oui disent-ils, montre-nous ta belle moto! Me voilà fier comme un petit banc en train de m'équiper solennellement : casque, gants, grosse fierté, il avait plu et il faisait froid, j'ai complètement merdé sur le dosage du starter et ça ne démarre pas, je recommence, m'énerve et au bout de quelques coups la batterie commence à se vider lamentablement, et encore et puis plus rien raplapla... Bon ben écoute désolé il faut qu'on rentre. Tout le monde s'en va et je reste seul en pleine nuit avec mon B6 en panne sous la pluie qui recommence à tomber. Je commence à pousser en cherchant une rue en pente, heureusement un peu plus loin j'ai trouvé des mecs sympas qui m'ont poussé et vroum ça a redémarré !

Marko 28 mars 03

Tomber la chemise…

Ma plus belle honte, j'avais 20 ans (donc, il y a quelques années) je roulais en 900 bol d'or, grosse frime, tu parles dans les années 80, une fille sur un bol d'or, c'était rare alors, pour faire encore mieux, je roulais en chemise (ouais, j'étais con à 20 ans) et dans le dos une longue tresse blonde qui sortait du casque. Bref, j'ai voulu me tirer une bourre avec des CRS qui m'engrainaient, le vent s'est engouffré dans ma chemise et a fait sauter tous les boutons, je suis arrivée au péage du pont de l'étoile, on aurait dit que je pilotais un Ciao avec un guidon cintré. Et il m'en est arrivé d'autres ......

Tinou 28 mars 03

Un freinage douloureux…

A l'époque, j'apprenais pour devenir monitrice moto. Détail intéressant, on roulait (si j'ose dire...) sur des 600 XJN (vertes, détail important) première génération, c'est à dire 1 seul disque devant, faut dire que toutes les Yamaha de ces années-là ne freinaient pas. D'accord, là, devant la poignée de gaz, il y avait bien un levier dit "de frein" mais en fait c'était tout juste un ralentisseur, et c'était valable sur toute la gamme, depuis le V-Max jusqu'au FJ, du Virago jusqu'au Ténéré(s), sans oublier nos chères XJN. Depuis, les choses ont bien changé, ce n'est pas un mal. L'instructeur qui était avec nous était à la fois excellent motard, champion de parcours permis (rétrogradage en 14 s) et très bon moniteur, mais aussi passablement grande gueule (un vrai motard, quoi). Encore une pièce à ajouter au dossier, il était en divorce et roulait "à pied" depuis plusieurs mois. Cette fois-là, l'une de ses anciennes élèves se pointe lui dire bonjour avec un 550 Zéphyr, une moto tellement de fille qu'une série limitée "Chipie" est sortie un peu plus tard. Notre homme demande à l'essayer, et comme d'habitude, le voilà parti comme un furieux dans les cônes, sur le 550, devant un parterre de spectateurs effarés car nous étions, en plus des 5 ou 6 élèves moniteurs, au moins une dizaine d'auto-écoles sur cet immense plateau, certains avec 3 ou 4 élèves. Il arrive au demi-tour, il engage la roue avant vers le cône central, claque un coup de frein magistral de l'arrière (interdit au permis), et il repart en Wheeling dans l'autre sens, et le voilà qui arrive vers nous à au moins 70-75 km/h (on est rarement au-dessus de 40-45 en conditions réelles) et il freine, un vrai freinage de trappeur, en proportion bien évidement de sa vitesse... Oui, mais...Le Zéphyr, c'était 3 disques, et à défaut d'un super moteur, un freinage super, aux antipodes de Yamaha. Et du coup, il s'écrase sur le réservoir...Je le vois encore, la bouche ouverte telle la truite sortie de l'eau, truite dont il avait aussi la couleur d'ailleurs (arc en ciel) et pas un son ne sortait de sa bouche... Partagés entre l'envie d'éclater de rire et d'aller l'aider, on arrive tant bien que mal à le descendre de moto, bien entendu il ne peut pas marcher, encore moins parler, il arrive tant bien que mal à nous faire comprendre qu'il veut aller p.i.s.s.e.r, mais bien entendu, plateau oblige, pas d'arbre ou de haie à moins de 100 mètres... Tout ce qu'il a pu faire, c'est se rapprocher de la bagnole, et faire son besoin plus qu'urgent devant la petite foule, une bonne cinquantaine de personnes (des deux sexes, bien entendu !) rameutées par le parcours d'enfer... Quelques minutes plus tard, le souffle retrouvé, il cherchait toujours désespérément une plaque d'égout ouverte, où il aurait pu plonger la tête la première, en espérant sans doute ressortir dans les iles Sandwich du sud... Des semaines plus tard, à la simple évocation de "550" "Zéphyr" ou "freinage", heureusement qu'il n'avait pas un blouson orange, on aurait pu le confondre avec un feu tricolore...

Cath 28 mars 03

Allo, le "mécano"… ??

Journée ensoleillée, je vais faire un petit tour, tout tranquille, tiens des copines en voiture, on s'arrête sur un parking, je me penche sur mon guidon pour dire bonjour par la fenêtre "vous ne pouvez pas rester… tant pis" (hop !! Petite tape de déception sur le guidon)… tiens moto callée !! Bizarre, je suis sur le neutre ??!! Bof je verrai ça plus tard. 5 minutes de discussion et pis hop salut !!! Elles partent. Seul sur mon parking, je veux redémarrer ma belle....et là RIEN !!! Pas de démarreur, mais les phares fonctionnent, tout fonctionne… sauf le démarreur ?? Mais qu'est-ce qui se passe donc ??? Pas grave je vais faire un démarrage dans la descente du parking........toujours rien !!! Du coup, j'inspecte de la boite à fusibles, je vérifie de tout ce que je pouvais tripoter dans le moteur, rien d'anormal !!!! Un coup d'oeil sur le compteur 5800 km, EUREKA, c'est ça elle en panne juste avant la révision des 6000....(vaseux comme raison, mais je m'en contentais). Bon dans mon portefeuille le numéro de mon mécanicien préfère !!! il va m'entendre….. allo le "mécano" ?? …Oui comment tu vas ?? Il roule bien le bandit ??(il se souvenait de moi car deux jour avant il avait passé l'après-midi sur mon passage de roue)…NAN !!!! Quels sont les symptômes ??? Tout fonctionne sauf le démarreur. Grrrrrrrrrrrrrrr marre de cette moto… !! (Deux secondes de réflexion) as tu essayé ce bouton rouge appelé coupe circuit ??? (gros blanc)....ben non......tiens ça marche......(mort de honte au tel!!!!!). Bon bah tu rentres doucement chez toi et tu te couches ok. Oui merci. Inutile de dire que je l'ai joué profile TRES bas quand je suis retourné le voir 5 jours plus tard pour les 6000km. Maintenant quand ça démarre pas hop!! réflexe, le bouton rouge.

Bee 28 mars 03

Démarrer avec la béquille…

Je passe sur mes divers calages et autres freinages très limites devant des parterres d'admirateurs...moqueurs... c'est connu!!!

En fait l'histoire est arrivée à mon beau frère (futur). Il est 16h15 il sort du boulot et là pas moyen de démarrer la meule. Il m'appelle : Nico, je ne comprends pas, rien ne marche!!! - ben je ne sais pas moi…as tu regardé le coupe circuit? Pendant ce temps j'ai eu un gros doute, on avait monté une alarme la veille, et je me suis sérieusement demandé quelle connerie j'avais pu faire dans les branchements...- Il me dit : non j'ai essayé le coupe circuit mais toujours rien... - Bon je regarde les fusibles et je te rappelle.... Pendant ce temps tous ces collègues de boulot passent vers lui remplis de bonne volonté... Tu as besoin d'un coup de main? Tu veux que je te ramène??? Moi j'attends... 15min....1/2h..... 3/4h... pas de nouvelle...Je finis par le rappeler des fois qu'il soit vraiment coincé... Il me dit non non laisse je ne veux même pas te dire pourquoi çà ne démarrait pas...- J'insiste...- Ben en fait le monsieur voulait faire tourner le moteur le temps d'enfiler son armure... donc moto sur la béquille... Mais bon il avait le permis depuis très peu de temps et ils n'ont pas dû lui dire pendant les cours de conduite qu'il faut que le petit voyant vert soit allumé pour pouvoir démarrer sur la béquille.... Je ne sais pas ce qu'il a raconté à ses collègues le lendemain.. Mais à mon avis ça devait pas être la version originale…

Viziere 29 mars 03

Et un plein groupé…Un

Hier en rentrant la moto au garage j'ai fait le plein de ma moto à la pompe à coté de mon box...16 litres de bon Sp95, puis je me suis dit "tant qu'à faire, je vais aussi faire le plein de la bagnole"... donc je vais chercher l'auto et hop : 58 litres de bon Sp95 aussi...ensuite retour à la maison (en voiture)...Ce n'est que lorsque la voiture a commencé à faire de drôles de bruits et que tous les voyants du tableau de bord se sont allumés 4 km plus loin que je me suis souvenu que ma voiture c'est un diesel...!!! Alors non seulement je me suis tapé la honte en expliquant au dépanneur ce qui c'était passé, mais en plus lundi prochain je recommence parce que je vais devoir tout re-expliquer au garagiste...

Geoffrey 29 mars 03

Et j'ai poussé…….. poussé……

La plupart des hontes que j'ai pu avoir c'était avec ma 125. Une petite MZ de 89 , vous ne pouvez même pas vous imaginer le nombre de fois où je l'ai poussée!! Au début c'était le starter qui se bloquait, donc régulièrement quand je roulais, la belle calait et impossible de la redémarrer sans "débloquer" ce fameux starter. J'ai dû démonter dans la rue une bonne dizaine de fois mon starter, après même après avoir changé et réglé deux trois trucs sur la belle, elle se noyait toute seule, ce coup-ci c'était la bougie que je démontais, nettoyais et remontais, et tout ça encore en pleine ville!! Mais malgré tout ça il y a bien des fois où elle ne redémarrait pas!! En deux ans passés avec elle (1 an à vraiment rouler) je suis rentré chez moi en la poussant une bonne dizaine de fois aussi!!!!

Avec la Ducati, la seule honte que j'ai eue c'est quand il a vraiment neigé, j'avais dû rouler sous cette maudite neige, m'étais arrêté pour la nuit et le lendemain étais reparti sous le verglas… Oui mais voila, le câble de la poignée d'accélérateur se bloquait presque à fond!!! J'ai donc fait presque 100 km avec la poigné en coin malgré moi, mais en 3ème maximum ( bah oui il y avait du verglas!!) Imaginez ça, un dimanche matin à partir de 8h, et en passant par de petit bled en campagne… Je ne vous dis pas la tête des gens!! J'ai dû réveiller pas mal de monde ce jour là!

Darkness 29 mars 03

Un burn sur les gravillons…

Cet après-midi je suis allé à une concentration de motos en Moselle d'où je suis originaire. Les organisateurs nous ont fait garer les motos sur le pourtour d'un terrain de foot là où il y a des petits gravillons rouges. Jusque là tout va bien. Vers 17h au moment de regagner nos montures, un groupe de trois ou quatre "Easy riders" décident de burner comme des diables (je ne te raconte pas la poussière et les petits cailloux qui volent!!) quand soudain la bécane de l'un deux se met en travers et se vautre littéralement dans un bruit de ferraille à te donner la chair de poule!! Le mec se barre illico presto et moi j'ai tellement ri que j'ai fait trois gouttes dans mon froc!!! hi hi Me voilà vengé de mon coup de klaxon (ma honte à moi ) de mercredi!!!!

Fabrice 29 mars 03

Dompter un Fazer 600 en cours de conduite…

J'ai commencé la moto sans avoir jamais touché à quoi que ce soit d'autre à deux roues et à moteur… Bref, y'avait pas de lézard, la moto c'était fait pour moi. Quelques heures et j'allais montrer au monde entier que c'était moi le nouveau Barry Sheene. Premier contact avec le moniteur qui explique comment monter et descendre les vitesses, comment freiner... Et qui explique avec une pointe de fierté que ce ne sont pas toutes les motos écoles qui font des leçons avec des Fazer 600 de 95 chevaux!!... Mais qu'à cela ne tienne, j'étais remonté comme une horloge, le moniteur l'a bien senti quand il m'a dit tu pourras te faire plaisir avec celui là, il est tout neuf !! Les autres avaient déjà fait de la moto donc pas vraiment de problèmes. Moi quand j'ai accéléré, je n'ai pas débrayé donc j'ai fait un wheeling et je ne sais même pas comment je suis redescendu. Comme un fait exprès il pleuvait ce jour là et j'ai fini mes virages dans l'herbe. Du coup, passablement énervé de voir à quel point c'était dur, j'ai bien débrayé et accéléré comme il fallait... Mais sur l'herbe humide, j'ai fait un 360 ! (Il parait que certains ont du mal à les faire......) Pour finir, j'ai calé dans un virage, j'ai freiné uniquement de l'avant dans les cônes, j'ai tordu les pare carters et pour finir j'ai cassé le levier d'embrayage... Quand j'ai ramené la moto au moniteur, j'en menais pas large... et lui, j'ai cru qu'il allait faire une jaunisse. Il m'a demandé à combien on s'y était mis pour faire ça ! Depuis, ça va mieux, mais on m'appelle toujours la Menace !!

Mat' 29 mars 03

Essayer une moto de cross………..en plein square … à 14 ans…

En fait, je me suis pris le blâme (motorisé) de ma vie la première fois que je suis monté sur une moto. J'ai une circonstance atténuante: j'avais 14 ans, et même si je faisais un peu cirer le moteur de ma 103 (en tirant dessus avec ma basket...) pour me donner l'impression d'avoir deux vitesses, je n'avais jamais piloté d'engin avec un embrayage et des vitesses. Un jour, un type d'une vingtaine d'années de mon square (oui, c'est important ça, j'habitais une cité HLM composée de quatre bâtiments en forme de square -carré donc- avec une sorte d'allée en bitume au milieu pour les camions de lait, de livraison ou de déménagement) se pointe avec une 50 cross trafiquée qui faisait un bruit dantesque. A ce stade, la moitié du square est à ses fenêtres, vu le vacarme.

Avec un copain, on rapplique sur nos mobylettes pour voir l'engin. Le type nous explique qu'il la vend (j'apprendrai plus tard qu'elle était volée...) Prenant mon courage à deux mains, je lui demande si je peux l'essayer. Banco, il me la prête. (je répète: à ce stade, je n'ai jamais conduit de moto de ma vie). Un coup de kick, la chose démarre. Première, je lâche l'embrayage le plus doucement possible, me voilà parti, sans casque évidemment, aussi mort de trouille que fier de mon audace. J'aperçois mon meilleur pote à sa fenêtre, il me regarde d'un air interloqué, je crois y lire un curieux mélange de stupeur et d'admiration. La belle Véro, 17 ans, se penche par la fenêtre, médusée. Je prends un air aussi détaché que possible. Deuxième, troisième, j'y vais mollo, ça fait déjà assez de bruit comme ça. Je rétrograde, négocie habilement le virage du bout de l'allée sans toucher aux freins, je repars avec un peu plus d'assurance, je pousse un peu les rapports, ça hurle du feu de dieu, des dizaines de voisins sont à leur fenêtre, incrédules. Cheveux aux vents, je rayonne. Puis vient le moment de rejoindre le "propriétaire" de la moto, qui m'attend en bas d'une très légère descente gravillonneuse menant droit à un mur. Je rétrograde, mais le frein moteur quasi inexistant ne suffit pas à me ralentir suffisamment. Encore à peu près lucide à ce stade, je décide d'actionner la poignée de frein avant : ce n'est qu'APRES que le type m'expliquera que sur une moto de cross de compétition, le frein avant est un ralentisseur délibérément mou pour éviter de bloquer la roue. Le mur se rapproche dangereusement, et ce n'est que 4 ans plus tard que j'apprendrai que les motos ont aussi un frein arrière joignable par l'intermédiaire du pied droit. A 14 ans, j'en suis encore à la 103, et là le frein arrière s'actionne à la main gauche. La panique s'emparant de moi, je "freine" machinalement de la main gauche, la moto part donc en roue libre, grâce à une manoeuvre d'évitement désespérée --et, rétrospectivement, quasi-miraculeuse-- je ne fais que ricocher sur le mur et pars me vautrer lamentablement dans un bout de gazon qui traînait par là. Pour cacher ma honte, je suis resté allongé quelques secondes le nez dans l'herbe, histoire de faire planer un insupportable suspense dans l'assistance... Mais le propriétaire s'étant rapidement précipité à mon secours, j'ai dû me relever. Bien que n'ayant strictement rien, j'ai boité un peu en espérant apitoyer quelques âmes charitables. Je crois qu'à part une ou deux mères de famille, ça n'a pas trompé grand monde.

Iti 29 mars 03

Un rallye moto… des œufs…un virage…

Tout d'abord, je dois dire merci à mon neveu qui m'a rappelé cette aventure, et vous préciser que lorsque les choses sont arrivées, l'on rigolait nettement moins. Mais comme personne n'a été blessé, aujourd'hui, quand on se le raconte, on se marre bien..

Un beau matin de Juin, on était parti à 4 équipages à un rallye moto, un de ces trucs où il faut résoudre au fur et à mesure des énigmes et effectuer certains gages pour connaître le reste de l'itinéraire. L'un de premiers gages était de se procurer 2 oeufs par équipage, oeufs qu'il faudrait bien entendu amener entiers au contrôle. Je ne m'étais pas dégonflée, j'étais entrée dans une ferme où la fermière, une charmante dame d'une soixantaine d'années au charme "rural", me voyant débouler tout en cuir, s'était demandée quelle était cette huluberlue qui venait la déranger de si bon matin ! Après quelques explications, elle m'avait vendu de très bonne grâce 12 oeufs frais de chez frais, dans une boite en carton. Comme aucun de nous n'avait de sac ni de top case, ce fut Christophe qui décida de les mettre dans son blouson. Funeste erreur... Un peu plus loin, sur le road book, il était précisé que "certains virages du parcours sont traîtres, soyez prudents" J'étais en tête, nous roulions doucement (il y a des pénalités pour celui qui arrive trop tôt dans ce genre de rallyes) et au détour d'un chemin, THE virage. Complètement aveugle, un dénivelé d'au moins 20 mètres, et une vraie épingle à cheveu. Soyons honnêtes, en temps normal, j'aurais un peu ralenti et point barre. Mais là, comme nous étions en groupe, je freine très fort, histoire d'avertir ceux qui suivaient. Le second freine, le troisième aussi, mais voila Christophe (en retard comme d'habitude) qui déboule... Et là, un peu à la façon de "je @!#$ sur les twins poussifs et les cylindres à trous qui puent", il en rempile une et le voila parti à fond les gamelles dans le virage... Bien entendu, ça ne POUVAIT pas passer... D'où freinage, glissage, merdage, voila sa bécane dans la clôture en barbelés de la pâture, et lui au-dessus, le nez dans le gazon, au beau milieu des vaches qui se précipitaient vers lui en se demandant bien quel était cet ovni qui venait de se poser avec la légèreté d'une bouse dans leur pâture... C'est vrai que cela les changeait sans doute des trains qui passaient un peu plus loin, et des humains traditionnels qui venaient deux fois par jour leur peloter les seins (mais sans jamais les embrasser ni leur dire je t'aime). Pendant ce temps, son passager, lui, restait prisonnier des barbelés, incapable de se dégager, son blouson en jean complètement détruit par les pointes acérées...A ce moment précis, déjà, je ne vous dis pas sa tête. Mais cela n'était rien encore, lorsqu'il enleva son blouson : les oeufs n'avaient, on se demande bien pourquoi, pas aimé le traitement de choc...Il est arrivé bon dernier au rallye, sous les hourras de la foule lorsque nous, immondes sans coeurs que nous sommes, nous avons raconté ce qui s'était passé.. Je suis sure qu'à ce moment-là, il envisageait, lui aussi, de déménager au fin fond du désert des Carpathes, ou sur l'ile de Marquarie.

Cath 30 mars 03

Perdre son pot en route…

Nous étions jeunes, un peu con sur nos brèles quelques peu trafiquées, et ce jour là le père Nico arrive et nous dis "les gars j'ai monter un pot de folie je vous raconte pas !!!!" En effet ça se passait de commentaires, mon vieux 101 échappement libre faisant moins de bruit...et en plus c'était moche !! Son pot mesurait au moins 1m10 de long, pour un peu il aurait été obligé de mettre un chiffon rouge au bout. Bon, naturellement le samedi après-midi, si on veut flamber à Nantes, c'est le CENTRE VILLE.. Nous voilà donc sur le boulevard des 50 otages (la grosse artère du centre ville pour ceux qui l'ignoreraient) lancés à des vitesses folles (55km/h, voire même 60...) et voilà mon Nico qui gratte tout le monde pour faire hurler son pot, il prend vingt mètres, et là crac !!!! la patte du pot qui cède et voila ce bout de ferraille en train de traîner par terre, en laissant derrière lui une gerbe d'étincelles qui aurait épater n'importe quel artificier !! Sur ce coup là tout le monde le regardait et lui assourdi par son pot, continuait.............jusqu'au feu rouge et là il nous lance un "Vous avez vu ??!!!tout le monde me guette ça c'est le bruit de mon pot !!! un vrai Devil !!!!" "Hé Nico regardes ton pot quelque chose me dit que maintenant il est poli !!" Et bah on est rentré tout doucement, le pot maintenu par sa ceinture.....

bee 30 mars 03

Avec de l'essence çà marche mieux…

La première fois que j'ai touché un 2 roues, c'était une 125 sur les îles de Cat Ba (à côté de la Baie d'Along au Viet Nam). J'étais avec un français et une américaine et on a décidé de louer 2 bécanes pour aller faire un tour dans les montagnes à l'intérieur de l'île. Aussitôt dit aussitôt fait, on négocie avec le loueur et on enfourne nos bécanes. On va faire un tour sur le marché et, coup de gaz involontaire, je me gaufre lamentablement sur les graviers ! Tout le marché mort de rire et moi mort de honte… On trouve un atelier pour réparer le clignotant cassé, on met une bouteille d'essence et on repart. Apres 15 min à faire hurler le moteur, je trouve enfin la seconde... Bon, après ça tout va bien, on va marcher un peu dans un parc naturel puis on trouve une plage déserte d'ou baignade obligatoire. L'américaine en a un peu marre, on revient à l'hôtel pour la déposer et on repart aussi sec. Apres une demi-heure dans les collines de l'arrière pays, on trouve un chemin et c'est parti pour un cross improvisé. 10 min. plus tard, puf puf -- petit manque de pêche -- ho ho pas cool... On revient doucement sur nos pas, toujours le même manque de pêche jusqu'au moment où le moteur s'arrête! Apres quelques vérifications, et une partie de pousse bécane (toujours dans les montagnes...), la bécane redémarre puis s'arrête de nouveau. On repousse puis ça redémarre puis arrêt définitif. On cherche à comprendre et c'est à ce moment là qu'il me demande si j'ai bien 2 bouteilles d'essence. Comment ça 2 bouteilles ?!? Ben oui t'en as bien mis 2 ? Non 1 seule ... je n'ai pas vu que t'en as mis une deuxième... On a poussé la bécane dans les montagnes pendant plus d'une heure (la nuit était tombée entre temps) avant de croiser 2 gus qui nous ont dépanné ... j'étais tellement naze que j'ai presque pas eu honte (j'avais déjà eu ma dose le matin remarque...) C'est à partir de ce jour que j'ai eu envie de passer mon permis gros cube. Pour le fun et... de me payer la honte ! je dois être un peu idiot sur les bords...

Xoco 31 mars 03

Je montrais ma moto à ma copine quand….

Il y a 3 mois, alors que je n'avais pas encore le permis, je reçois la diversion que j'ai acheté d'occasion à mon concessionnaire. Juste que là tout va bien...Puis me vient l'idée le soir même d'inviter ma copine chez moi et de lui montrer la bête. Je lui propose alors de monter dessus avec moi, juste dans ma rue qui est en fait une impasse totalement déserte et bien dégagée. J'enclenche la 1ère et me mets au bout de cette impasse, et sur ce, ma copine monte. En lui expliquant comment se tenir, je vois arriver une voiture à l'autre bout. "Pas de panique je la laisse passer et c'est tout" me disais-je. M'attardant sur cette voiture je la vois arriver trrrrrrrrrrrrrrrrès doucement, et je me rends compte qu'elle a une espèce de porte vélo bizarre sur le toit, en fait... un gyrophare!

Gros stress qui commence, dans l'affolement je dis à ma copine de descendre... "hein quoi, qu'est ce que tu dis??" et moi "Bordel de mer.... pu... descend!!!". Certains mots me traversaient déjà l'esprit, du style "suspension de permis (auto... moto je ne l'avais pas) tribunal...prison!!!!!" Ces messieurs font demi-tour à mon niveau, s'arrêtent à côté de moi, ouvrent la vitre et commencent à me parler: " Bah alors on arrive pas à démarrer???" "Euh...non monsieur, je viens de l'acheter et je la montre à ma copine... tranquillement vous voyez!?" Là ils commencent à sérieusement dévisager la moto pendant que moi je suais très fort et ma copine toute gênée attendait 2m plus loin. Pendant qu'ils la regardent je leur dis un truc du style ouaiiiiis vous êtes mes potes "j'en ai pris une pas trop puissante histoire de me faire la main..." Le flic me répond alors: "bé vous avez bien raison... Bon aller bonne soirée à vous" Et moi: "Ouuuuuuui!!! Bonne soirée!!!". Ouuuuuah je l'ai échappé belle et j'en menais pas large devant ma copine qui en profitait pour me tailler. Je n'avais: pas de permis, pas de carte grise, pas d'assurance, et l'ancienne plaque du mec non homologuée!!! Plus jamais je ne l'ai ressortie.

Fabien 01 avril 03

Qui dit Italie………….dit scooter !!

Il y a une dizaine d'années, avec un groupe de potes on part en vacance en Italie. Un soir après s'être promené sur l'artère principale à côté de la plage nous décidâmes de louer des scooters pour faire une balade (à l'époque le panel de nos montures respectives se composait de 102, caddies et autres 103 pour les plus chanceux). Donc départ de la petite cabane de location avec les machines d'usines. Comparées à nos prototypes ces machines-là étaient phénoménales : 90km/h sur les grandes lignes droites du centre ville… Bref de vraies machines de compétition. Le tout sans casque, vu que ce n'était pas obligatoire à l'époque (inconscient à cet âge là…). La balade se déroule dans un train d'enfer, dans toutes les rues bondées de monde… normal me direz-vous, les petits français en voyage faut que ça se sache. Jusqu'au moment où à un énorme croisement se trouve un feu… qui est ROUGE… Personne de notre petite équipe ne connaissait la route bien évidemment, donc surpris de voir un feu rouge se pointer face à nous alors qu'on ne l'attendait pas. Grosse panique, et tout le monde debout sur les freins… Les freins… malheureusement ces dits freins étaient en adéquation avec la qualité des machines… C'est-à-dire du freinage en carbone et titane assisté par électronique centralisé le tout refroidi à l'azote liquide… Bref rien à voir avec un freinage de 102. Première erreur. Je vois un pote à mes côtés qui en une fraction de seconde se retrouve quasiment à la verticale sur son scooter. Le premier Stoppie que je vois de ma vie. Heureusement pour lui sa copine était derrière lui. Elle a fait contrepoids et lui a évité de faire un soleil digne de la parade de Taxi. Moi au même moment idem, je tire les leviers de frein comme sur un 102, j'ai pris les deux freins ne sachant pas ou se trouvais l'avant et l'arrière… manque de chance, généralement qui dit feu tricolore, dit passage piéton. Deuxième erreur. Moi j'arrive avec les freins bloqués sur ce fameux passage piéton, quand tout à coup, patatras : sucette, glissade et feu d'artifice avec gerbe d'étincelles. Et oui en France ou en Italie c'est pareil, la peinture ça glisse. Moi en short (c'est l'été) je réussis, je ne sais toujours pas comment, à m'éjecter de la machine et à courir à côté alors que celle-ci glisse sur le sol… le tout évidemment devant une assemblée de badauds et touristes… Et ben les petits Français qui faisaient un raffut de tous les diables (une demi-douzaine de scooters qui déboulent dans les rues ça passe pas inaperçu ) ils ne faisaient pas les fiers… Et en plus sans casque et en short c'est un peu dur de se camoufler, à moins d'être un caméléon. Allez hop! à la vitesse lumière je ramasse ma machine je la redémarre (ouf) et vite direction la gentille marchande, genre nous on a rien fait, même si plusieurs centaine de personnes ont assisté à cette scène mémorable. Maintenant le plus dur reste à venir : rapporter la machine d'usine au stand en leur annonçant je ne sais comment, que j'ai été trop optimiste sur un freinage, et blablabla… En plus moi qui ne parle pas un mot d'Italien… La négociation à été dure. Finalement j'ai laissé quelques milliers de Lires à la dame pour le préjudice causé. Ce n'était encore une fois que des dommages matériels, aucun blessé (ça aurait pu être pire, vraiment très grave) mais comme toujours ce sont les circonstances d'avant qui font que la honte est grande. La troupe de français qui fait tout pour se faire remarquer devant des centaines de personnes, et qui fait un joli feu d'artifice en plein milieu du carrefour. L'histoire du scooter en Italie je l'ai mangée pendant longtemps, et plusieurs années après encore… D'ailleurs je pense qu'aujourd'hui si on parle de scooter, et d'Italie dans une conversation anodine… je risque de m'en prendre pas mal.

Big Ben 01 avril 03

Bilan final : je n'ai jamais payé de réparations…

Par une belle fin de journée d'été, mon petit voisin venait de se payer un beau trail 125 cc, moi, devant ma maison, je ne quittais plus des yeux cette machine. Il passe, repasse puis s'arrête à ma hauteur, on bavarde un peu et me lâche cette phrase tant attendue: tu veux l'essayer? Et hop me voilà dessus et démarre tranquille (pas de permis à l'époque). Premier virage à droite, pleins de gravillons je freine....trop tard et trop fort et paf me voilà tanner au sol!!! B.o.r.d.e.l de m. je lui ai pété sa meule. Après maintes excuses et promesse de payer les frais; le père de ce jeune prend la moto et veut l'essayer à son tour ...grande ligne droite et au bout encore virage à droite ..trop vite il va le gars ..freine on lui crie .. il confond le frein avec l'embrayage et direction le talus à fond la caisse!!! Bilan final : je n'ai jamais payé de réparations parce que la moto ben y en avait plus !!

Fabrice 01 avril 03

Saluer ou conduire……..il faut choisir…

Le plus grand moment de solitude que j'ai rencontré était en compagnie de mon 103. J'avais remonté un 103 acheté à un paysan, et je l'avais équipée comme un échassier, à savoir grande fourche, et des suspensions assez haute , aujourd'hui, je me demande encore ce qui m'était passé par la tête !! Donc, ma "bête" n'était visible de personne, et donc très très attendue de mes camarades de l'époque. le jour de sa première sortie, incognito dans un premier temps pour être sûr que personne ne se moquerait si ça ne marchait pas (eh oui, les essais de démarrage de mobylette dans un HLM, ma mère n'a pas voulu ). La mobylette démarre à merveille, elle est belle, avec sa belle peinture , et je décide donc d'aller à l'entraînement de rugby avec. Pour être sûr que tout le monde puisse l'admirer, je me débrouille pour arriver un peu en retard de manière à ce que tout le monde puisse la voir… Pour accéder au terrain de ma ville, il faut emprunter une rue sur la droite, et l'entrée du stade est environ à 50m plus loin. J'arrive donc à cette intersection, fier droit comme un I, et juste avant de tourner je croise un copain en sens inverse, je lui fais signe, en tournant, avec un grand sourire, et il me rend mon bonjour, et c'est là que ça se corse, je ne sais pas ce qui s'est passé, mais.... j'ai continué à tourner en le regardant, et je suis allé m'emplafonner la maison qui faisait l'angle, et ce bien sur devant environ 30 "amis" qui m'avaient entendu arriver, et bien là, je crois que de ma vie, je ne me suis plus jamais senti aussi seul.

Shreck 03 avril 03

Passer de béquille centrale à béquille latérale

J'ai eu, comme tout le monde, le coup du U resté attaché à la roue plutôt que bien tranquillement dans son logement sous la selle; le coup du coupe circuit et bien sur le coup classique du "à 50 km/h dans le virage, ça passe facile non ??" Mais le must c'est quand même la béquille, je m'explique. Août 2001, je viens d'avoir le permis et la moto qui va avec, à moins que ce ne soit l'inverse et je vais bosser héroïquement avec ma fazer grise, très fier. La journée passe tranquillement et le soir je reviens chercher titine juchée sur sa béquille centrale attachée bien sagement à un magnifique poteau à l'aide de mon U tout neuf. En face, un type en 125cc, attendant visiblement quelqu'un, me salue, je lui retourne son bonjour avec un sourire ironique du genre "t'es gentil mais moi j'ai un vrai moteur". A l'époque j'avais une technique assez personnelle pour descendre la bécane de la centrale. Je me mets à gauche de la moto, je descends la béquille latérale, puis je me mets à droite, je descends la machine de sa béquille centrale, je reste à droite et je la laisse doucement redescendre du coté gauche ou la béquille latérale préalablement positionnée. Elle commence à descendre, à descendre "tiens bizarre, je ne pensais pas qu'elle descendait si bas la béquille latérale". normal coco, ta latérale y a un moment qu'elle est remontée....... Au bout d'un moment le poids commence à se faire sentir et évidemment les 200 kg de titine l'entraînent inexorablement vers le sol…et tombe lamentablement sur le sol au pied d'une charmante vieille dame en train de promener son chien (c'est dans le 7ème arrondissement de Paris pour ceux qui connaissent). Donc normal la honte, le gars d'en face que j'avais snobé avec son 125cc accourt vers moi pour m'aider à la remonter, je bredouille un remerciement honteux, je coiffe mon casque et je "jure, mais un peu tard, qu'on ne m'y reprendra plus"........

Grendel 03 avril 03

Démarrer un DR… tout un art

Un jour, stationné devant le grand Rex, la bécane bien accrochée à un poteau, j'arrive tel Gladiator, pas peu fier. Tu parles : un splendide DR comme ça. Petites roues, garde boue coupé bien court, que dès que tu roules dans une flaque, t'es repeint ... J'enfourche. Contact. Debout sur les cale-pieds pour déclencher mon magistral coup de jarret pour lancer le moulin. Et oui, un vrai DR à l'ancienne, avec le kick. Si tu pèses pas plus de 80 kg, tu peux toujours monter sur le levier...Et là, surprise : la 1ere enclenchée, la brelle se barre, la béquille se retire (forcément), la bécane et moi basculons sur le coté. Et Paf, les deux par terre. Je me relève "genre l'air de rien", et me prépare à relever l'engin. J'évite surtout de regarder alentour. C'est pratique pour ça le casque, ça réduit bien le champs de vision. Je tire pour relever. C'est bloqué au niveau du poteau. Je regarde et je me dis que là j'ai échappé de peu à La Honte... J'avais aussi oublié la chaîne ! Du coup, on repose tout, on récupère ses clefs, on retire ce foutu machin, on tire la bécane sur le coté parce que le poteau il bloque encore, et procédure de démarrage rapide... pour le préchauffage, j'attendrai d'avoir tourné à la première à droite.

Kifran 04 avril 03

Mon élève est parti dans la luzerne…

Un jour j'emmène un élève au plateau. Je ne le sentais pas bien, très nerveux même à l'entraînement, donc... Je ne vous dis pas son état à l'examen. Je vous passe la poussette et le lent, effectués difficilement mais bon, il avait eu A aux deux. On arrive au rapide, un freinage. 1er essai, il part comme un escargot puis, subitement, sans doute le souvenir qu'il y a un chrono, il revient comme une balle. Résultat, incapable de s'arrêter, 15 m de blocage de roue arrière, donc... C. Je vais le voir, et je lui dis d'aller beaucoup plus vite à l'aller, et doucement au retour. Et le voilà reparti, cette fois à fond de cale, dans l'aller, et il rate... Le virage ! Le voilà parti dans la luzerne, blocage de roue avant, et le voilà lui aussi le nez dans le gazon, la moto couchée. Avant que les deux autres moniteurs chargés de remettre les cônes en place en cas de soucis n'aient eu le temps d'aller le voir, il se relève, redresse la moto, remet le moteur en route et, accélérant comme un malade, part en sucette dans l'herbe. On se dit il va aller au tas une deuxième fois mais non, on ne sait trop comment, il la rattrape, toujours gaz à fond, il arrive sur le bitume de la piste où en passant il signe son passage d'une superbe virgule de gomme fumante, et... L'un des deux moniteurs qui était parti vers lui n'a que le temps de plonger (au sens propre !) dans les hautes herbes avant que l'autre ne lui passe dessus ! Mon élevé et sa moto repart, moteur toujours en zone rouge, dans l'herbe de l'autre côté de la piste où, cette fois, le miracle ne se reproduit pas et où il s'étale grand style après une glissade d'au moins 20 mètres. Je fonce vers mon collègue, il est aussi vert (et pourtant, je le connais, sur la route et en moto, faut pas lui en promettre) que l'herbe dans laquelle il est toujours allongé et me bredouille : -mais il est où ce con ? Il est arrêté ? Tu parles qu'il était arrêté, les bras en croix à coté de la moto, pas blessé mais complètement out. La moto n'avait rien non plus (merci les protections) et l'inspecteur m'a avoué ne jamais avoir rien vu de tel. Lorsque mon zouave a repris ses esprits, comme en plus il était le dernier et que tout le monde avait réussi son plateau ce jour-là, en voilà encore un qui était prêt à attaquer le bitume avec son couteau suisse histoire de disparaître pour les 25 prochaines années. Il a changé d'auto-école (assez d'être chambré par les autres) où il a réussi son permis, après d'après ce que j'en ai su avoir fait d'autres acrobaties, mémorables certes, mais sans commune mesure avec celle-là. De temps à autres, je le croise en ville. Il répond toujours à mon signe, mais va savoir pourquoi, je jurerais qu'il n'est pas à l'aise...

Cath 04 avril 03

Chute en plein examen…

C'était le jour de mon permis moto il y a 1 an maintenant. au plateau et plus précisément sur la partie rapide. Je suis arrivé le matin complètement stressé : 4 cafés et un paquet de clopes avant l'épreuve. Comme on était en avance on est allé prendre un café dans un bar à coté du circuit. Et un de plus. Le moniteur arrive, on se prépare tous, il y avait un autre gars de ma moto école et une autre équipe de 4-5 gars. Je fais la poussette sans problème, j'arrive à la partie lente que je passe à la deuxième tentative mais raide comme un piquet sur la moto je me demande comment je l'ai passé j'étais tétanisé. Je me présente pour le parcours rapide. Pas de chance c'est l'évitement coté gauche celui des quatre que j'aime le moins. Il faut dire que le parcours rapide je n'ai jamais aimé. Bref grosse concentration, les cafés, les clopes et l'angoisse me mettent le palpitant à 20000tours minute. Je me lance comme un barbare je fais mon slalom aller, hop un demi tour et le slalom retour à fond pour être dans les temps, puis l' évitement à gauche, je balance tout, puis freinage de trappeur et patatra je me retrouve debout et la moto 2m devant moi sur le coté. Je n'ai rien compris sur le coup, après je me suis souvenu que j'ai freiné comme un porc alors que j'étais encore penché pour rattraper l'évitement. Le truc bizarre c'est que je me suis retrouvé debout comme un blaireau au milieu de la piste. Sur ce arrive le moniteur il me demande si tout va bien, je lui dis tout est ok, il me répond pourquoi j'ai fais un retour à fond alors qu'à l'allée j'avais balancé déjà deux cônes, j'étais donc déjà hors course. Oups dans la bagarre je ne l'avais pas remarqué. Arrive mon moniteur qui pour me remonter le moral me dit que j'étais le premier de sa moto école à tomber pendant l'examen. A ce moment je ne sais plus où me mettre c'est la grosse honte les autres gars je n'ose plus les regarder je n'enlève pas mon casque on relève la moto l'inspecteur fait les papiers et je me sauve rapidement. Pendant le retour je me dis vraiment je suis une burne ce n''est pas possible d'être aussi con. 15 jrs plus tard je repasse l'examen je tire le même exercice pour la partie rapide gasp gasp!!!!. Mais cette fois tout est passé du premier coup ouf!!!

jbb 04 avril 03

La tête dans le fumier…

C'était bien il y a 10 ans, à mes débuts de monitrice. Avant d'aller plus loin, il faut que j'explique quelque chose au sujet du plateau moto sur lequel on s'entraînait, que les parisiens et autres franciliens auront du mal à croire. Notre plateau était une ancienne piste d'aviation de la 2eme guerre, en béton et au milieu des champs (pour nous, à 10 minutes du centre ville).Notre plateau proprement dit n'occupait qu'une toute petite place sur cette immense dalle de béton, et l'agriculteur, légitime propriétaire des lieux, se servait de ce que nous n'utilisions pas pour y stocker tout un tas de trucs, semences, ballots de pailles, et... assurément 1000 m3 de fumier, plus de 100 mètres de long sur une trentaine en largeur et 4 ou 5 de haut, à une cinquantaine de mètres de notre piste d'envol moto. Donc, nouvel élève : la grande gueule dans toute sa splendeur "oui, moi avec les potes, ils me prêtent une moto quand je veux, le permis je le passe mais j'en ai pas besoin, je sais piloter, on est toujours à 200..." Bref, vous voyez le genre. Au bout d'une heure où il essaie de me faire croire que j'ai Capirossi en face de moi (enfin, l'équivalent de l'époque!) on essaie le lent. Et là, comme mon super-pilote ne sait pas tourner entre les portes, on essaie donc le vieux principe du 8, mais je suis obligée de me décaler (vers où ? devinez… ) puisqu'un collègue vient d'arriver et il a besoin de tracé classique. Je n'ai pas le temps de resserrer les portes que déjà mon gus commence à accélérer, je crie mais rien n'y fait, et soudain, je ne sais pas ce qui se passe, il part tout droit vers... Vous avez deviné. Mon collègue et moi, on fonce vers lui, évidemment... La moto était toujours droite, la roue avant plantée dans le fumier, et lui... Ben il était passé au-dessus, donc tête la première dans le ..... Il nous attendait calmement, assis dans la paille, pas blessé mais un peu sonné... Et complètement mort de honte (on se demande bien pourquoi !)

Cath 04 avril 03

On peut être motard dans la CRS… et pourtant ….

Je n'aime pas me moquer des motards, mais une fois ça a été plus fort que moi. Une de mes amies s'est déniché un mec au top, il est motard dans la CRS et c'est le genre de mec qui n'a que 2 neurones (on et off), quand il marche, on dirait qu'il a oublié le cintre dans la chemise, des oursins sous les bras et un balai dans le ..., voilà pour situer le personnage. Donc, il fallait que lui aussi ait une moto personnelle, donc, il part un jour s'acheter la moto de ses rêves et on était tous là à attendre l'arrivée de cette merveille, bref, on le voit arriver sur une vieille brèle, à fond de gaz, sur le parking, entre les voitures, il semble qu'il perd le contrôle de l'engin, mais non, il le rattrape, il bouffe au passage quelques rétroviseurs des véhicules en stationnement, il arrive devant l'assemblée et comme si ça ne suffisait pas, il a du vouloir faire un arrêt à la "Eric Estrada" (la série TV ou il y a 2 policiers en bécane), il couche la moto, met un pied par terre pour la rattraper, mais la moto est bien moins lourde que les BM de service, bref, la moto se remet droite et rebondit de l'autre coté, il se retrouve éjecté, la moto en miettes sur les escaliers de l'immeuble et lui, après plusieurs roulé boulé, il se retrouve coincé sous une voiture en stationnement, tout râpé, le casque de traviole. Bref, ce monsieur univers qui pilotait mieux qu'ago (c'était sa phrase favorite) nous a fait mourir de rire, et depuis, on ne l'a plus vu, mon amie non plus d'ailleurs!!!

Tinou 05 avril 03

On ne touche pas aux quilles ??

Je me souviens d'une anecdote lors du passage de mon permis. L'inspecteur nous invite à reconnaître le parcours. Lui marche devant et nous les candidats derrière. Moi, comme d'habitude, à la traîne quelques mètres derrière, relativement cool (j'avais pris soin de pas boire trop de café ce matin là). Et puis au milieu du parcours je vois une quille, un peu à l'écart du slalom qui selon moi a été oubliée sur la piste. Je la ramasse donc en pensant accomplir une bonne action. Quelques mètres plus loin l'inspecteur, suivi du regard des candidats, se retourne vers moi et avec des yeux de martien me demande : "Ben,qu'est ce que vous faites?" Sans perdre mes moyens, je lui réponds tout naturellement : "j'ai ramassé une quille qui traînait..."; Je revois l'inspecteur, avec des yeux incrédules, hésitait entre deux réactions, soit péter les plombs, sois le prendre à la rigolade. Les autres candidats, étaient verts de peur. Finalement, il a préféré en rire. Et je vous assure, ça a bien détendu la situation pour la suite de l'examen. En fait la quille placée sur le coté servait à indiquer de quel coté il fallait revenir après le demi-tour mais mon moniteur ne l'avait jamais utilisée pendant les leçons d'où mon erreur. Ben grâce à ça, j'ai mis l'inspecteur de bonne humeur et on a tous été reçu à la circulation !! Plus tard en lisant Joe Bar, et en voyant un des candidats suivre l'inspecteur et avec le pied, foutre quelques quilles en l'air pour faciliter l'examen j'ai pensé à moi et ma c.nn.rie!!!!

Matrix 06 avril 03

L'impasse…

Je gare ma moto en bas de chez moi. Pour bien comprendre, je vous explique ... je gare ma brêle dans un espace très réduit, 1 m de large pour 2 de long, et ce entre les poubelles et le mur ! Donc lorsque j'arrive, je prends la petite montée, et hop je m'insère...et je lorsque je repars, forcément en marche arrière, je galère pas mal, mais j'ai l'habitude, et je me débrouille bien. Afin de me rendre service, et sans rien me dire, mon homme change la bécane de place, l'avant dans le sens du départ...Facile allez vous me dire !!! y'a plus qu'à partir...ben non, parce que l'angle de braquage de ma moto étant réduit, et n'ayant pas l'habitude de sortir dans ce sens, je me suis retrouvée bloquée en travers du passage...impossible de bouger...! et bien évidemment, il faisait un temps superbe, mes voisins au balcon...et moi lamentablement bloquée...il me fallait une parade pour ne pas mourir de honte, et être obligée de déménager dans la nuit.... le portable !!! j'ai fait genre on m'appelle !!! et à ce moment, dans ma rue un ami passe !! ouf sauvée...et pendant que je faisais semblant de téléphoner la moto était dégagée en 1''...

j'en rigole encore...j'ai jamais eu aussi chaud dans mon casque !

Lilou-lilou 06 avril 03

Hontes en terrasses

20 ans. Suzuki 650 DR. Hossegor. Baraque à frites. Terrasse. Monde. Route finissant dans le sable de la dune. Gros freinage de l'avant = gamelle devant terrasse comble.

30 ans. Gros custom à 11 patates. Clé de contact différente de la clé de blocage de direction. Soir ensoleillé à Dax devant terrasses combles. Démarrage en trombe en contre-braquage forcé... Honte.

power-cruiser 06 avril 03

Le starter…….. Mais c'est bien sur !

J'arrive le soir chez mon concessionnaire à la suite d'une journée de dysfonctionnement du moteur de ma TDM, broutage et pétaradage en série, aucune reprise...Inquiet et innocent je demande au mécanicien : qu'est-ce qu'il y a qui ne va pas ? Il jette alors un rapide coup d'oeil expert et remet le starter en position "normal". La hoooonte.... Ben, ensuite j'ai changé de concessionanire et puis aussi de moto par la même occasion.

Nico92 07 avril 03

Essence de tracteur tondeuse…

Un dimanche matin, sous beau soleil, la moto n' a pas tourné depuis 1 mois, la batterie est morte (4 ans tout de même avec). Je me décide à me lancer dans la descente de ma rue je me dis que comme d'habitude, en 100 mètres, c'est gagné!! Enfin, après 400 m, mes mollets ont déjà mal mais elle va démarrer, c'est certain. Passage devant le premier carrefour, et passage devant le club des jeunes du village en plein carnaval, petite discussion : un coup de main? non, ça va (fierté) "elle fait toujours ça au redémarrage............."(mon c...) 700m, poussette de vélo à 200 kg, pas de casque, trempé et police qui fait son jogging!!!!! (il était crevé et pas en service, oufff!) pour un peu il me poussait. Après 3000 m de poussette dans une descente à 0,0002%, je stoppe tout, gare le char et remonte avec un type en auto chez moi. Voiture, remorque, câbles de démarrage, rampe et un peu de main d'oeuvre!! 10 minutes de démarreur, vérification du niveau essence, c'est en réserve, mais je connais ma moto tout de même, ne me prenez pas pour un idiot!!! Enfin, on met tout dans la remorque, on décharge à la maison et je ne touche plus à rien avant le lendemain. Démontage du réservoir, boite à air, quelques bricoles, tout est OK !! Je vois un bidon d'essence pour le tracteur tondeuse, je me dit que je vais quand même en mettre un peu, et................................... VROUUUUUUMMMMM!!!!! du premier coup!!!!!! J'ai encore rien dit à personne et je crois qu'on ne connaît jamais complètement sa moto!!!!! Résultat, mobilisation pendant deux heures de mes fidèles proche (assistance) pour une réserve trop réservée!!!!

Scrounch 07 avril 03

100 % fait maison…

Mon style de bécane, c'est le gros moulin qui torche. Mon style de position, c'est droit comme un I. Ca commence mal, parce que quand j'ai passé mon permis, aucune bécane abordable n'existait sur le marché pour assouvir mes fantasmes. Qu'à cela ne tienne, à coeur vaillant rien d'impossible, je décide donc de l'inventer (le genre : "je ne doute de rien"). Je récupère donc au fin fond d'un garage de la Courneuve le cadre, la fourche, la roue avant et le moteur partiellement démonté d'un z1000 de 81, préalablement gonflé 1135 façon GG par un papi ex préparateur Kawasaki compétition. Je balance le tout dans la camionnette familiale (sans rien dire à la famille en question, la mienne en l'occurrence) et je planque le tout dans le hangar d'un pote chez qui je vais passer au moins 5 mois de week-end à bricoler. Comme il me manque la moitié des pièces, je me fournis chez AMP et à force de coups de perceuse et autres coups de lime, je remonte un "prototype" dans le plus pur style "motard de la mort", le tout peint en noir mat à la bombe façon "rats punk" (les pièces AMP venant de 6 bécanes différentes, je n'allais pas me balader sur un perroquet !!) Imaginez la touche ! Gros phare rond, guidon cornes de vaches enfield, version "je fais prendre l'air aux écureuils", réservoir bosselé d'origine, selle basse, sissy bar, pas de garde boue arrière (par temps de pluie, un vrai régal), pot 4X1 court Martin, le tout monté sur un gros 4 pattes de 140 ch pissant l'huile à chaque arrêt (et des fois l'essence). Petit pignon en sortie, grosse couronne à l'arrière, je démarrais en seconde de peur de faire un soleil. Mon plaisir, arriver au feu au beau milieu d'une meute de bécanes rutilantes, supporter les regards narquois de mes congénères et leur coller 20m dans la vues le temps qu'ils enclenchent la première. Mon terrain de bourre favori : départ place de la république, arrivée le théâtre de la porte St Martin. En ce temps là donc je bossais comme "contrôleur" à ce théâtre (vous savez, les guignols en smoking qui déchirent les billets). Tous les soirs, j'arrivais tel le chevalier noir sur son tonnerre mécanique (les amateurs de série américaine pourrie apprécieront) à fond de troisième, je bloquais ma roue arrière devant le théâtre et dérapais jusqu'à être perpendiculaire au trottoir, gravissais ce dernier dans un rugissement et arrêtais mon monstre haletant et fumant devant un parterre de spectateurs faisant la queue pour le spectacle du soir.

Cette bécane était donc du "fait maison", jusqu'au ressort de la béquille latérale, bricolé avec celui de la lampe de bureau de mon enfance. Le ressort étant lâche, un simple coup de talon dans la béquille alors que j'étais encore en équilibre suffisait à la déplier. Je laissais alors tomber la bête sur la béquille, en sautant lestement tel un cow-boy, retirant mon casque en même temps, livrant un sourire que je voulais séducteur à l'armada de donzelles de la file d'attente. Un soir, plus en forme que d'habitude, la pichette se fit plus forte qu'à l'accoutumée. La béquille se déplia, arriva en butée et se replia aussi sec sans que je ne m'en aperçoive.

Bilan : une grosse gamelle devant 200 personnes, de l'huile et de l'essence partout parterre, un fou rire généralisé et même quelques pièces lancées en remerciement pour l'animation ! Depuis, j'ai appris à être moins con et beaucoup plus prudent !!!!!

Yosh 07 avril 03

Qu'est ce qu'il faisait là ce câble !!??

Comme chacun sait, ou pas, j'ai roulé en promosport 250... Ca c'est passé le samedi au moment de partir pour la course de qualifications, à Carole. Je rattrape un pote parti juste avant moi dans le paddock, me porte à sa hauteur...mais lui ne me voit pas, je fais un écart pour éviter un trou !!!! Je tente de l'éviter mais je perds l'avant dans la manoeuvre en glissant sur un gros câble électrique !!! Et donc je me répands lamentablement juste devant le bureau d'accueil de carole !!! J'ai relevé la moto vite fait, un demi guidon desserré, et n'ayant pas le temps de le resserrer à sa bonne position, j'ai fait la course de qualification comme ça, et pousser par la rage que j'avais je remonte 5 alors que j'étais parti dernier ! Comme quoi, parfois malheur est bon

Cupman 07 avril 03

T'aurais pas oublié de rebrancher quelque chose…?

Je venais juste d'avoir ma bécane (bandit 600 N), le concessionnaire me dit que le réservoir est presque vide donc 50 km de balade et je fais mon plein....j'ai démarré 3 à 4 fois l'engin avant de penser à la béquille !!! Quelques jours après je vais au boulot en bécane, je vais pour la garer dans l'emplacement moto qui se fait face au mur après un virage sauf que moi je tourne, je freine et donc forcément...plus d'inertie, je tombe avec mon pied coincé sous l'engin. Je me relève et me dis même pas la honte, il n'y a personne... sauf qu'en me retournant je vois les deux gardiens du parking (motards eux aussi) pliés en deux .....et une honte pour moi. Troisième et dernière, je laisse la moto à mon concessionnaire pour une révision et en la récupérant click , elle ne démarre pas... je vais voir le mécano discrètement pour pas qu'il ne se fasse engueuler euhhhh t'aurais pas oublié de rebrancher quelque chose, ça ne démarre pas et lui de me répondre "même une fois le coupe-circuit réenclenché !" A croire qu'il le font exprès !!!

victor 08 avril 03

Elle prend de la vitesse, fait deux tonneaux, défonce la clôture …et……

On est en mai 2001, le permis en poche je fonce chez mon concessionnaire pour m'acheter une magnifique bandit 600 S bleue flambante neuve. Je discute un brin avec le concessionnaire, tout content que je la lui achète enfin, vu que je tournais autour de cette moto depuis plusieurs mois (le temps de passer mon permis)." Ouais, je vais la bichonner, bien la roder, apprendre le pilotage par étapes afin d'éviter la phase rencontre avec le bitume" je disais sûr de moi. Puis je pars, tout fier, et j'arrive dans une zone pavillonnaire, sur un terrain de basket où mes potes font du stunt avec leurs motos. Je me gare sur l'extrême DROITE du terrain qui SURPLOMBE la zone pavillonnaire et je mets la béquille centrale. Tous mes potes arrivent et me branchent " ça ne vaut pas mon SV""elle est pas mal en bleu", "qu'est ce que tu sais faire avec ?" ...Puis ils recommencent à stunter, je les regarde un moment, puis je décide d'aller faire un tour. Je me pressente à gauche de la moto, une main sur le guidon et l'autre sur la poignée passager et je débéquille ....et là, l'horreur, sans que je comprenne quoi que ce soit, le guidon tourne vers la gauche et la moto bascule sur la droite, en s'éloignant de moi je ne peux que la regarder basculer, toucher le sol, puis comble de l'horreur descendre la pente vers les villas en contrebas... elle prend de la vitesse, fait deux tonneaux, défonce la clôture d'une villa et termine sa route dans le jardin de cette maison !! Je passe sur tous les évènements qui suivirent, mes potes ébahis, puis hilares ... la tête des propriétaires lorsque je suis venu leur demander de récupérer ma moto... la tête de mon concessionnaire lorsqu'il est venu récupérer ma moto : il arrive sur le terrain de basket avec son camion, regarde les traces de pneus qui partent dans toutes les directions (faites par mes potes en stunt, mais qui étaient partis depuis peu) puis son regard part en contrebas ou gît ma moto, puis il se retourne vers moi complètement abasourdi "Mais comment t'as fait ça?" Je passe aussi sur la déclaration que j'ai du faire à mon assurance. Mon beau bandit, je l'aurai gardé que quelques dizaines de minutes ...

lolo6s 08 avril 03

Embouteillages???……… tiens un trottoir ….!!

Bordeaux centre, 18h30, une marée de costards cravates embouteillés sur leurs 4 roues... Bien que mon petit dominator ait la fâcheuse tendance de se faufiler entre les voitures, il s'est vite retrouvé bloqué derrière tout le monde sur la route à sens unique 1x1 voie longée de trottoirs hauts comme ça. Perdant patience, je décide de monter sur les trottoirs pour arriver jusqu'au feu rouge, quitte à écraser quelques passants...J'attaque la marche sans aucun angle, la roue avant monte mais à l'arrière ça patine sévère et mon gros mono à beau monter dans les couples, derrière ça ne fait que ripper sur le rebord du trottoir en me mettant perpendiculaire au trottoir. Comble de malchance, la roue arrière passe par dessus des pavés qui retiennent les gros conteneurs poubelles. Et voila comment être sur un trottoir, à 90° de la route avec la roue avant compressée contre le mur et la roue arrière compressée contre une grosse poubelle en métal.... en centre vielle à l'heure de débauche... Dans ces moments là... bohaaa, de toute façon, vous savez...

starshoot 08 avril 03

Voie sans issue…

Cette histoire date de vingt ans, à l'époque où les motards étaient tous des loubards aux yeux de certains. Les faits : balade tranquille vers St Cast en Bretagne un jour d'été avec les copines. On décide de s'arrêter pour prendre le soleil dans un petit chemin conduisant à une ferme. Au bout de dix minutes, pour amuser la galerie, je décide de faire de la balançoire sur le seul panneau du coin qui état un panneau de voix sans issue. Et patatras le panneau se déchausse et je tombe sur une moto (pas la mienne bien sûr) et les ennuis commencèrent. Le propriétaire de la bécane me faisait la gueule, sa copine aussi et les autres copines en même temps par solidarité. Chaude ambiance de début d'après-midi, mais le pire était à venir car la mémé de la ferme était embusquée derrière son rideau et avait vu le ménage du poteau qui n'était plus de ce monde. Nous vîmes arriver alors une estafette à fond les ballons qui effectua un superbe dérapage en travers de la route et devant nous bien sûr (même que c'était beau à voir, on aurait dit une cascade de Rémi Julienne, sauf qu'il manquait Rémi) Un superbe Sergent (qui ressemblait à deux gouttes d'eau au Sergent Garcia) faisant un bon 150kg sortit péniblement de la porte coulissante et s'écriât, "C'est qui qu'a fait çà?, ici c'est moi le sergent et qui fait la loi" Bien sur, j'étais sûr que le groupe ne dirait rien, vous vous rendez compte on se connaissait depuis la primaire, on sortait tous les week-end ensembles, on était comme qui dirait les dix doigts de la main. Ils s'écrièrent les uns après les autres, c'est lui Monsieur, oui c'est bien lui, je confirme qu'ils disaient en me montrant du doigt, et là, honte sur moi, le shérif m'attrapa, me jeta à terre, me mit les menottes et hop au poste. Après 2 heures d'interrogatoire où j'ai tout entendu, du stupéfiant au raquetteur en passant par le bandit de grand chemin etc, ils me mirent en slip en me disant repart à ta moto si tu oses. Je n'ai jamais eu aussi honte de ma vie, imaginez le poste de police sur la place de l'église, 17H, plein de monde aux terrasses de café et moi longeant les murs, me cachant dans les petits renfoncements et les entrées de maisons sitôt que j'apercevais quelqu'un. Il y avait au moins 2 km qui m'ont paru être 200 et l'hilarité de la bande de lâches quand je suis arrivé. Pour la petite histoire, j'ai eu 10.000 Frs d'amende pour faire remettre le panneau. Depuis, je regarde les panneaux de voix sans issue en me disant que moi aussi j'ai investi dans du fer.

DAFI 08 avril 03

Un bôoo casque, bôoooo blouson, bôoo gants, belle moto………..et……..un caillou !!

Il est 11h45, c'est la pause du midi tout le monde sort du boulot. J'enfourche mon fidèle destrier (B6s) avec mon bôôôô casque avec une crête chromer, mon bôôôôô blouson Dainese, et mes bôôôôôgants Dainese kevlar, là je commence à m'engager dans la rue devant le bâtiment où je travaille, qui est légèrement en dévers, je vois alors un pote qui traverse pour récupérer sa poubelle en face de la route, je m'avance vers lui à environ 0.5 km/h et vu que je n'ai pas encore le pied sur le frein je freine du frein avant; manque de bol un caillou taillé dans un tibia de sauterelle (pour vous dire s'il était petit) se glisse entre le ruban de bitume et mon pneu à peine usé (je commençais à attaquer les témoins d'usures!!!!!) et là la roue avant qui joue les filles de l'air et qui se dérobe, gamelle devant environ les 3/4 de mes camarades, vu la vitesse j'ai réussi à rester debout. Mon pote vient alors ramasser la moto, et moi qui ne captais rien tellement j'étais dégoûté!! Je vais alors au résultat: le rétro rayé, tête de fourche bien râpé, et coque arrière cassée, ainsi qu'une bonne honte dont on parle encore!!!!

Street Bandit 10 avril 03

Pour les yeux d'une fille…

Moi il m'est arrivé pareil deux fois de suite devant la même nana à mon travail à deux semaines d'intervalle au moment de béquiller (en la regardant)... sauf que j'ai oublié de béquiller. La moto par terre, on vient voir si tout va bien et moi je dis l'air dégagé "Ouais pas de problème... c'est rien" ... sauf que je vois le clignotant cassé, le levier d'embrayage aussi, les rayures diverses tout en imaginant le montant des futures réparations. Evidemment ce genre de truc c'est toujours devant les nanas les plus chouettes que ça arrive. Elle se demande d'ailleurs si ma vie de motard n'est pas plus souvent par terre qu'en selle. En tout cas je peux vous dire que ces gaufrages ont fait le tour des bureaux.

Nico92 10 avril 03

La honte en terrasse

2 août 95, 3ème jour de permis, 2ème jour avec MA moto, une splennnndiiide XTZ 660 Ténéré monocylindre, j'en avais rêvé, le crédit l'a fait ! Je vais chercher mes clopes au bar tabac du coin, petit parking devant, perpendiculaire à la route (ça a son importance).- Bonjour Madame,- Bonjour,- Je voudrais un paquet de … (loi Evin quand tu nous tiens ), merci, - Oh la belle moto, c'est à vous ? - Tout fier, ben oui- ça doit être dangereux et compliqué un truc aussi haut à rouler - Rooooh naaaann, pensez-vous, trop facile ! …Je paie, je sors, contact, poum poum poum, demi-tour, je commence à m'engager, ah une voiture à droite, frein, stop point mort. La sortie du parking est perpendiculaire à la route, et je suis braqué vers la gauche !! Plus de voiture, 1ère, pas assez de gaz et PINGGGGG, le cri du monocylindre qui cale la roue avant braquée, en équilibre plus qu'instable. Mais, la route présentait un décrochement de niveau entre le goudron et le parking, et aie aie aaaiiieeuuuu pu.... je perds l'équilibre, c'est lourd, blam tout le monde par terre, devant la terrasse morte de rire. Je me relève, les regarde (bon 1,96m et 100 kg ça aide), le premier qui se fout de moi, je lui fracasse la tête avec mon casque. Je redresse la bécane, j'entendais des pffff étouffés, trop honte, 1ère, gaz en grand, départ type Dakar en ligne, jurant mais un peu tard qu'on ne l'y prendrait plus, mais alors plus du tout, JAMAIS.

cesco 11 avril 03

Le demi-tour du permis …

Il y a 6 mois, sur le plateau, juste avant l'arrivée de l'inspecteur, le moniteur (jeune assez cool) nous conseille de faire un tour pour voir. Plateau en pente, gravillons dessus, uhmmm un régal, psychologiquement ça se corse. Bon le lent ça va, je passe à l'aise autour des repaires, je virevolte tout fier. Voilà un A d'assuré. C'est l'heure de s'attaquer au rapide, l'inspecteur ne va pas tarder, je me lance demi-tour vers la droite !!! CA ME MET FACE A LA PENTE!!!, 1ere débrayée, c'est la chute avant que je ne comprenne. Bah oui la perte de vitesse ça ne pardonne pas, comme en avion. Bon pas de problème, je redresse la petite ER-5 en un tour de main (le stress ça boost les forces je vous le dis) je me remets en selle et là...ben...click...clik??? c'est tout? pas vrouum?? Aiiiiie, j'ai cassé quelque chose?? bon ok. Après tout c'est fait pour ça la moto-école. Peu fier de mon demi-tour avorté je me lance dans le retour . Je me tape toute la piste en poussette vers l'endroit où est garé le moniteur, sous les regards interrogateurs des autres élèves ( + ceux d'une autre école ) ....grmbll , bah ça peut arriver à tout le monde...J'arrive enfin près du mono qui m'a guetté tout le trajet... "Il y a un truc qui cloche, ça ne redémarre plus ?!" Il s'approche, me regarde l'air navré. Il appuie sur le bouton du coupe circuit et me sort "tu devrais pas te stresser comme ça"....belle matinée, j'ai raté le plateau cette fois là.

ToS 12 avril 03

Les formations c'est bien !! Si si…

J'étais à la formation AFDM, j'étais aux anges, je virolais avec entrain sur le slalom à genoux, en amazone à l'indienne. Bref ça fait plaisir et on n'hésite pas à angler devant les copains. Seulement voila, je passe en amazone (deux jambes du même cote), le moniteur me dit "keep cool…décompose bien ton geste" Bref il sent arriver la catastrophe. Et voilà que je m'arrête parfaitement en équilibre quand tout à coup, je m'aperçois que j'ai oublié de remettre une jambe de chaque coté. ET LA, grande solitude quand la moto a commencé à pencher du mauvais côté. Et blink, un cale pied, une poignée d'embrayage. Trop la honte devant dix huit motards expérimentés.

Bungee 15 avril 03

Virée dans les dunes…

Il y a environ 10 ans, je venais d'arriver sur le bassin d'Arcachon, venant de ma Bretagne natale, fier comme tout avec mon 650 djebel flambant neuf, quand, un samedi, un pote me propose une virée en forêt et balade sur la plage. Pas de problème (sauf qu'en Bretagne, le sable????) et nous voila partis...au bout de 500m dans le sable, mon guide me dit qu'il faut dégonflé le pneu arrière de 300 g, donc acte...Passée une bonne heure à suivre (ou essayer de suivre ce copain qui connaissait la piste par coeur 250CR) nous arrivons sur une plage, et là , il y avait une descente d'environ 20m avec un angle pas possible....et surtout une dizaine de surfeurs, pas contents (faut pas toucher au plages leur terrain de jeux). Comme un âne, au lieu de suivre mon copain, par peur ou par bêtise, je freine...chose à ne pas faire sur du sable mou...et les surfeurs qui commencent à râler contre les motards, vexé, voila t'y pas que je te passe la 1ère en accélèrant à fond, résultat des courses, la roue arrière enfoncée jusqu'à l'axe, pas de problème pour descendre de la moto, elle tenait droite toute seule, ET SURTOUT les moqueries et les sifflets des surfeurs, et je ne parle pas des vannes, sans compter que moi, à genou, en train de dégager la roue arrière...bref, au final, j'ai réussi à m'en dégager, et là, la descente qui m'avait fait peur, je l'ai prise à fond....seule consolation, j'ai sablé pas mal de monde au passage....

Dokami 15 avril 03

Toujours sur le bassin,

J'étais avec une copine, remontant sur bordeaux par une nationale (qui comportent de grand fossé sur les bas côtés) et comme toujours le dimanche soir, surtout l'été, bouchon, et voilà que je double tranquillement, en seconde, et bien sûr les remarques ou plutôt les insultes des braves gens en voitures qui font du 5kms/h depuis 2h. Quand tout à coup, ma copine commence à me taper sur l'épaule, puis la cuisse de façon insistante, et qui me crie arrête toi???? Donc acte, je passe devant une voiture et me range sur le bas côté, et là, le cauchemar commence... A peine arrêté, je n'ai même pas le temps de mettre la béquille que la copine descend côté droit (un djebel, c'est haut) je veux compenser avec le pied, pas de bol, y'avait pile un trou .......résultat, la chute au ralentit de la moto, et le pire, c'est que nous avons roulé dans fossé, nous pas la moto, 2m plus bas, je me suis retrouvé le cul dans la boue et la copine sur les genoux (qui rigolait comme une tordu) et surtout...le concert de klaxon de toutes les voitures qui avaient assisté à la scène. Bref, je suis remonté sur la bécane, et suis parti comme un V2, toujours avec les grands coups de klaxons pour me dire" t'es vraiment un blaireau".

Dokami 15 avril 03

J'ai encore oublié le bouchon…

En fait, moi en général quand je me tape la honte, ce n'est pas en conduisant, mais en bricolant... Cet hiver, j'ai entrepris de repeindre en grande partie ma belle (B400 de '92), notamment les caches, le réservoir et le bras oscillant... J'ai passé quelques soirées dessus au grand damne de ma chère et tendre. Après plusieurs péripéties, hier soir j'ai enfin fini le remontage!!! Bref, comme un gosse, j'enfile tout mon barda, et zou descends la belle de sa béquille centrale... Rognodidju, je sens un gros jeu dans les étriers de freins, pas possible de rouler ainsi... Je descends, toujours avec le casque et en sueur dû à l'énervement, je vérifie, tout est bien serré! Comme il était déjà tard, je rentre et dis à ma chère que ce sera pour une autre fois l'essai... Mais gentille comme tout, elle me dit que je ferai mieux de regarder çà de suite, sinon çà allait me tracasser (elle n'avait pas tort). Je m'accomplis donc pour me rendre compte que j'avais oublié 2 rondelles, que je remets et zou, c'est parti pour un tour d'essai!

Evidemment, je n'attaque pas, j'écoute bien pour voir si pas de bruits suspects, que tout est bien fixé, que les freins vont bien, etc... J'ai mis des poignées chauffantes, que j'essaie évidemment, très agréables me dis-je, je sens même jusque dans le bas des jambes... Surtout du coté droit. Tiens, c'est bizarre quand même cette chaleur dans le pied... Bah, sûrement le moteur qui me chauffe. Oh, j'ai le repose-pied qui glisse, je vais quand même m'arrêter et jeter un oeil... Et là je constate que j'ai le bas du jean et la chaussure droite plein d'huile! Devinez d'où provenait cette huile chaude ? Du moteur bien sûr... Et pourquoi ? Tout simplement parce qu'il n'y avait pas de bouchon de remplissage! Soit j'ai oublié de le remettre, ou plus vraisemblablement oublié de le visser! Du genre "je vérifierai l'appoint, en attendant je fais autre chose, vérifie l'appoint un peu plus tard qui est ok, donc oublie de visser le bouchon!". C'est ma grande spécialité ça, pas fermer les bocaux (mais bon, d'habitude c'est le bocal de cornichons, donc moins grave!). Résultat de ma course : un jean probablement foutu et plein d'huile partout sur la moto! Heureusement, pas de conséquence pour le moteur, car je n'en ai pas perdu tant que ça, mais ça a "splitché" partout... Je ne vous dit pas comme on se sent con sur le bord de la route en attendant que ma chère et tendre vienne me dépanner avec un bidon d'huile (encore merci!). Dès que j'entendais une moto s'approcher, je prenais l'air le plus détaché possible en faisant semblant de chercher une clope (même si je ne fume pas!) pour être sûr qu'il ne s'arrête pas pour m'aider...

Aroba 16 avril 03

L'aventure du "circuit Carole"…

Avec un pote, on s'était lancé dans l'aventure «circuit carole» avec le minimum de moyens (étudiants oblige): GSE à 1000 euros maxi, préparation « home made » et combinaison de cuir bas de gamme… Après y être allé 3-4 fois en rentrant bredouilles (pas de papiers, piste fermée, course le week-end…bref, que des motifs qui nous arrangeaient bien), on finit par pouvoir tourner (« bon, on y va ? » «bah, on n'a plus le choix là !!» « bon, d'accord, tant pis ! »). Budget minimum oblige, on tourne le vendredi après-midi (c'est gratuit) et y'a plein de mecs qui attendent pour faire la queue. Donc nous, on est là, avec nos GSE équipées de roulettes de rollers, de tuyau d'arrosage à deux balles, équipés tous les deux de la MEME combinaison Hein Gericke toute rouge, rouge «pas beau», le rouge qui pète quoi (le fait qu'elle soit neuve m'a rappelé mes dures années de collège, quand on arrivait le lundi matin avec les pauvres chaussures de tennis toutes neuves, couleur « blanc-fluo »). En fait, dans la queue, on aurait du continuer à se parler sans faire attention aux autres : la session de la mort, que des GSXR 1000, des R1 avec des combinaisons râpées de partout…à côté de nous, un mec en aprilia 250…un mécano qui finit de lui monter ses plaquettes, un autre qui nettoie sa bulle, et un mec avec un ordinateur portable relié à la machine…gloups…un grand moment de solitude (et pourtant, on était deux !!!). La session précédente va prendre fin, tout le monde démarre son moteur (je n'entends même pas le mien)…on part…gaaaaaaz…on a du tourner en 4 minutes 57 mais dès qu'on est parti, toutes nos appréhensions ont disparu et on avait finalement plus trop l'impression de dépareiller…

Ben dit germ@ine 16 avril 03

Burn en pleine nuit……

On était une bande de jeunes motards (ça fait bien 14 ans ) et ce soir là on ne savait pas trop quoi faire. On était dans une rue plus ou moins calme avec des maisons tout autour de nous rempli de gens qui dormaient sûrement très bien. ( c'était minuit ). Quand tout à coup il y en a un qui dit "même pas capable de faire un burn avec ton truc" le truc si je me rappelle bien 650cx à cardan!bon ok le gars se lance mais le but était de faire un burn tout en roulant les pieds sur les cales pieds bien sur. Bon il n'y arrive pas le gars. ok je lui dis "si tu me passes ta bécane je te montre", donc je m'exécute et fais deux trois mètres de burn. A lui maintenant et je lui dis bien de mettre gaz en grand et surtout de garder juste ce qu'il faut de frein sur l'avant pour avancer tout doucement en faisant le burn. ( j'oubliais, il y avait quelques voitures et une camionnette garées dans la rue ). Alors là attention il respecte bien les consignes: Gaaaz en grand direction zone rouge et lâché de frein progressif?? et ben non il a lâché le frein avant d'un seul coup!!! Résultat: il est parti comme une balle et c'est à moitié emplafonné la camionnette et est allé finir sa course dans le mur du pavillon avec un énorme bruit de ferraille!!!Au début on a eu peur qu'il se soit fait très mal, mais non tout était ok pour lui (quelques égratignures ) La bécane pouvait encore rouler et c'est tant mieux car il a fallu se tirer vite fait car là les gens qui dormaient si bien au début, et bien ils ne dormaient plus du tout et nous l'ont fait savoir!!! N'empêche que notre pote, il ne savait plus où se mettre. Nous on c'est bien marré en voyant que tout était OK! (enfin à peu prêt )

boulou 17 avril 03

Parking glissant

C'était un beau jour l'été dernier. Je revenais d'une longue balade juste après le boulot histoire de décrasser le moteur de ma bécane. Enivré par la succession des virolos en vallée de Chevreuse et le beau temps. Content de constater que le moteur tournait comme un bon petit twin se doit .... braaaaap, broooooooo. Le bonheur quoi ! J'arrive chez moi, me dirige vers le parking, descends la rampe. Arrive le moment où je dois contourner une rangée de voiture avant de retrouver mon emplacement. Et là tout enivré du bruit de la moto qui résonne fort je donne des petits coups de gaz braaap, braaap tout en prenant mon virage et jouant de l'embrayage. Ben oui mais va savoir pourquoi sur le revêtement type lino du parking ça le fait pas. Résultat : petite glissade, au tas, et moi qui glisse juste à hauteur de la porte du parking allongé sur le dos. Et voilà qu'au même moment la porte s'ouvre devant une dame bon chic bon genre et moi, pas encore complètement remis de mes émotions, allongé du style faites pas gaffe je fais une pause sur le sol du parking. Et comme si ça pouvait désamorcer le ridicule de la situation je bredouille un "Bonjour". Et la dame de continuer tranquillement comme pour m'épargner de lui expliquer ce que je venais faire en travers de son passage. Merci M'dame.

tim 18 avril 03

La calamine…çà mine

J'en étais à ma deuxième YAM 125 RDX (le modèle à rayons, pas à bâtons). Elle tournait plutôt bien, question moteur, vu que je ne connaissais pas autre chose que la zone rouge Pour situer aux plus jeunes, c'était un bicylindre deux temps avec graissage séparé... Zone rouge de 10 000 a 12 000 tours... A l'époque, on était 3 dans la bande à avoir la même, et on avait traficoté la démultiplication d'origine, qui était 15/39. J'avais mis 16/39, et ça me permettait d'atteindre 140km/h compteur, à plat ventre, le vent dans le dos. Alors voila : un beau jour, je remarque que "qu'est-ce qu'elle a ma brêle ? elle ne tire pas aujourd'hui ????" Les jours passèrent, et elle tirait de moins en moins...bizarre ça ! Je vérifie l'allumage, les bougies, le filtre à air, l'essence, nan il n'y a pas de tuyau bouché, je démonte les carburateurs, la poignée de gaz tant qu'à faire, bon y'a un crétin qui m'a fait le coup de la patate dans les pots ? ah bah nan plus... Je finis par me dire que c'est un problème électrique, puisqu'elle fonctionnait toujours, mais de moins en moins bien.... Mon mécano attitré venait de s'équiper en matériel hi-tech, je lui demande si je peux m'en servir parce que je comprends pas ce qu'elle a, ma titine Et me voilà parti à virer le réservoir d'essence, j'en mets partout bien sur, puisqu'il faut enlever le tuyau qui relie les 2 cotés du réservoir. Je me fais suer comme un neuneu à démonter les bobines, condos, bref tout ce qui n'est pas fils électriques. Les bobines paraissaient un bon motif de panne, car j'avais déjà dépassé les 20000 bornes. Bah nan, elles sont nickel. J'étais vraiment désespéré, je ne voyais plus d'autre raison...enfin j'avais une dernière idée, mais elle ne me plaisait pas du tout : un truc cassé dans les cylindres (bien sûr, vu que j'étais tout le temps dans les tours). Allez c'est reparti, je débranche les carburateurs, je défais les coudes d'échappement, je vire les culasses, je sors les cylindres....et là... MAIS QU'IL EST C.O.N. CE MEC !!!!! Les lumières d'échappement étaient bouchées aux 3/4 par la calamine !!! Tu m'étonnes qu'elle ne tirait plus ma calèche. J'avais pensé à tout, sauf au décalaminage de mon 2 temps ouinnn. Euh...tout ça s'est déroulé sur une semaine, je n'arrêtais pas d'embêter les motards du coin (si si, ceux en 750, 1000 etc) en leur demandant s'ils n'avaient pas une idée, et puis bien sûr mes potes et les habitués du magasin... je crois que ça a dû être ma plus grosse honte

YAM125RDX 19 avril 03

Tel Zorro sur son fidèle destrier…

J'étais plus jeune..... c'était pendant mes années lycée, mais si, vous savez, l'époque des scooters.....Bon bref, il était 17h, fin des cours, tout le monde allume une clope devant le bahut, et on assiste au défilé de 2 roues qui sortent de l'enceinte du lycée.....bien sûr il est inutile de préciser que c'était LE moment où les jeunes "kéké" s'affichaient sur leurs montures toutes traficotées, bon je dis "les" kékés mais en fait il y avait surtout un gars qui ne pouvait pas s'empêcher de frimer en sortant du bahut sur son Booster tout noir équipé d'un KIT 75, et du pot qui fait du bruit!!!! Donc, le voila qui sort, prend un de ses potes derrière lui, avance doucement et s'engage sur la route qui longeait l'entrée du lycée..... Ayant bien sûr remarqué que le trottoir était blindé d'un public potentiel, le voilà qui met un GGRRoooOOOs coup de gaz pour épater la galerie en partant en wheeling.......c'est là que le calvaire commence pour lui!!!!! Effectivement le scooter se cabre, (un peu à la façon du cheval de Zorro) et laisse sur place le passager, qui se retrouve debout, au milieu de la route ne comprenant pas trop pourquoi son pote (le pilote....enfin Zorro!!!!) court derrière son scooter dressé à la verticale, tout en tenant fermement le guidon !!!!!!! Bien sûr, il n'a pas pu courir bien longtemps accroché à son scooter.....il s'est donc vautré lamentablement sur le bitume, laissant partir le scooter dressé comme un i...........c'est donc allongé sur la route et sous les yeux d'une centaine de lycéens que ce pauvre gars a vu son scooter tout beau, tout kité s'écraser comme une daube contre la balustrade qui longeait la route !!!!!!! Le pire est qu'il n'a pas pu partir en vitesse pour aller se cacher sous son lit, étant donnée que le scooter n'était absolument plus en état de rouler...... il n'a pu que garder son casque tout râpé sur la tête, et comprendre qu'il allait se faire chambrer jusqu'à la fin de sa scolarité !!!!!!!!!

patatra 21 avril 03

L'introuvable clé !!!!!!

On va jusqu'à dire que la bonne longueur pour les jambes, c'est lorsqu'elles touchent bien par terre ; et certains poussent l'outrecuidance, les cuistres, jusqu'à suggérer qu'elles peuvent nous véhiculer aisément par monts et par vaux, dans l'harmonieuse mécanique anatomique d'une agitation stérile qui nous apparente au compas, à la sauterelle ou au métronome pour les plus musiciens des promeneurs, car c'est de balade à pied que j'entends vous entretenir. Mais pas uniquement ! Et j'ajoute à ce préambule hermétique que je n'aime pas beaucoup la marche à pied, du moins pas autant que mon épouse. Néanmoins, cédant à ses injonctions, ponctuées de petits soupirs agacés et d'un air de pitié à mon attention qui aurait bien pu faire s'engager un bernard l'hermite dans le marathon de New-York, j'avais accepté, un dimanche de beau temps, le principe d'une promenade dans la nature généreuse, estivale et festive du Jura, au dessus de Ste-Croix (Suisse). Mais bon, la route pour y parvenir et le temps se conjuguant aimablement, il était bien logique que nous gagnions les pâturages jurassiens à moto; et donc, sac de réservoir, godasses de marche, gourde, pain-beurre-confiture et raton-laveur, scout toujours prêt ??? nous voici partis.

Arrivage, garage de la moto un peu au-dessus de Ste-Croix, équipage -marchage-respirage-aérage de neurones et déplombage de nos petits poumons...que la montââââgne est bêêêêlllleuuu !

Puis retour à la moto, remise en forme de motard ; et bon sang de bonsoir, où donc se trouve cette clé de contact si utile à la suite des évènements, histoire de rejoindre nos pénates distantes tout de même de 90 km ? Introuvable clé ! Il ne reste donc plus qu'à rentrer par d'autres moyens, laissant la moto sur place, pour revenir la chercher le lendemain nanti de son double de clé. Donc marche jusqu'à la ville, puis tentative d'auto-stop pour rejoindre au moins la plaine rapidement, plutôt qu'en train ; un dimanche fin d'après-midi en ces contrées, l'offre des transports publics n'est pas très fournie...Une heure plus tard, pas une voiture n'ayant jugé bon de nous offrir le passage, nous nous rabattons sur la gare ; charmant tortillard qui, en d'autres circonstances, aurait ravi nos coeurs émerveillés d'enfants, puis correspondance en plaine ; plus de bus jusque chez nous, l'épreuve prend fin après trois heures qui nous ont ramené aux sources du déplacement collectif en ce qu'il a de plus aléatoire, dès que l'on quitte les grands axes de transhumance et les horaires balisés par le labeur de l'homme. Un peu dépités, mais parvenus à bon port bien tard dans la soirée de ce dimanche particulier, il me semble raisonnable de mettre rapidement la main sur ce p... mais salvateur double de clé de contact ; mais ... rien à faire, pas l'ombre d'une clé dans aucun des lieux où elle doit immanquablement se trouver. L'esprit humain est une belle, une très belle vertu, dont le fonctionnement toutefois mériterait parfois d'être mieux maîtrisé. C'est du moins ce qui m'apparaît lorsque je repense au raisonnement puissant et subtil à la fois, par lequel je suis parvenu ce soir là à tirer l'énigme au clair, bien qu'un peu tard ! Nous étions rentrés de vacances à moto deux semaines auparavant ; et nous avions bien entendu transporté nos effets dans le sac de réservoir auquel j'ai fait allusion, resté sur la machine dans la nuit jurassienne ; or, en y réfléchissant intensément, nous nous sommes souvenus tout à coup que, par sécurité, nous avions emporté en vacances le double de clé avec nous. Et que depuis notre retour, cette clé n'avait très probablement (!) pas quitté l'endroit où nous l'avions cachée...

Il convenait donc que je remonte à Ste-Croix avec la foi du charbonnier et sans clé de rechange avec moi, convaincu que celle-ci se trouvait cachée ... au fond du sac de réservoir ! C'est ainsi que j'ai pu effectivement récupérer ma moto le lundi, après avoir involontairement expérimenté le peu de solidarité de nos "frères" automobilistes, les joies des transports publics dominicaux et le rayonnement sidérant de l'intelligence humaine, tout ceci sans même avoir à forcer le blocage de direction de ma bécane !

Bernard Bracam 26 avril 03

Elle s'appelle Emilie jolie……..

J'ai 27 ans, le permis depuis début avril et avant je n'avais jamais touché un deux roue (même pas un vélo). Un beau vendredi ensoleillé je récupère mon SV d'occasion à qui j'ai fait faire la révision des 6000 et changer les pneus. Je vais me balader avec en tête le conseil de mon mécano : "attention à la paraffine sur les pneus neufs" (j'avais pris des bt010 au cas où). Donc je fais ma balade tranquille, gros sourire sous le casque… puis c'est le moment de rentrer, arriver en centre ville à un passage clouter je vois qui attend EMILIE (une fille avec qui j'ai des amis commun ) que je vous la décrive: 1m78 mince cambrée des poumons fabuleux un visage de madone une déesse quoi. La je me dis gros freinage pour la laisser passer et quand elle voit que c'est moi gros sourire et comme ça elle découvrira ma belle moto (mon SV chéri). Je fais le freinage d'urgence de l'avant et de l'arrière comme au permis et là la connerie pas l'habitude de la moto donc je ne fais pas gaffe au passage clouté et je passe en plein sur la ligne blanche (j'espère que vous n'avez pas oubliez la paraffine sur les pneus parce que moi oui). Au moment où j'arrive sur la peinture ma moto commence à glisser en ligne avec un drôle de bruit(fffrttt) le truc c'est que comme elle avait vu que la moto freinait, Emilie avait commencé à traverser, je lui passe à 20 cm du nez sans pouvoir m'arrêter. Là on pourrait croire que c'est fini mais NON. Quand je sors du passage, je freine toujours de l'avant et de l'arrière, ma roue avant reprend l'adhérence sur le bitume et ma roue arrière décide de me doubler, je me vautre donc par terre comme une grosse @!#$ à 2m d'Emilie. Là franchement j'en aurais chialé de honte. J'ai relevé la moto, redémarré le moteur et je me suis casser en un temps record . Mais bon elle ne m'avait reconnue. J'avais un sélecteur tordu et le bout du levier d'embrayage cassé mais surtout j' n'ai pas osé repasser au bar où elle va avec nos potes. Moralité pour la drague la moto des fois ça le fait des fois non… mais pour la moto la drague ça le fait pas.

philou fou 06 mai 03

Un tour en moto-neige …

Pas plus tard que cet hiver en février, j'étais en vacances au canada. Qui dit canada en février dit balade en motoneige.

Donc me voilà perdu dans un parc en Gaspésie à louer une polaris de je ne sais combien de chevaux. Petit essai sur le lac gelé, ça va ça pousse fort mais ça à l'air de tenir le pavé....Je pars dans les chemins avec ma copine assise derrière moi et les copains devant sur d'autres motoneiges. La balade c'est bien mais dans les bois le paysage ne varie pas beaucoup (des arbres encore des arbres et des puis des arbres). J'enquille, je double et commence le rallye. Au bout d'un moment après avoir pris pas mal d'avance, j'attends les copains et demande à ma copine si elle veut essayer la "bête". Elle pas farouche prend le guidon et prenant exemple sur moi tire sur l'accélérateur comme une dératée!!! Elle finissait par aller plus vite que moi (c'est qu'elle serait douée si je la laissais faire!!). Elle attaquait les virages à une vitesse que moi derrière je me demandais si j'allais pas me faire dessus. Puis arrive "LE" virage...........................La motoneige tient la route mais se retourne et nous dépose en roulé boulé dans la neige fraîche avant de se remettre sur sa chenille et de renquiller à tout berzingue droit dans la courbe. On se relève, et là hoooooooo Horreur, la motoneige a un arbre entre les deux patins (normalement c'est le moteur à cet endroit là).......! Les copains arrivent, nous voient debout à côté de notre motoneige à regarder les dégâts. Je crois que ma première phrase à été "c'est pas moi c'est elle"; chose que j'ai eu du mal à leur faire croire...!!! Nous n'avons pas pu sortir la motoneige de là et quand nous commencions à désespérer, un groupe de québécois sont arrivés sur leurs motoneiges de compétition. Après s'être gentiment moqués de nous, ils se sont joints à nous pour sortir l'engin de son arbre. Je les entends encore avec leur accent québécois me dire : " 1500 dollars que ça va te coûter p'tit gars". GRRRRRRR. Je dois dire que le pire moment de honte ça été quand j'ai dû ramener la motoneige au loueur. Ma copine ne voulant plus monter dessus j'ai dû rentrer avec la machine et expliquer au gars que c'était de ma faute!!!

Je n'ai pas mis longtemps pour en rire car c'est quand même pas tous les jours que l'on encastre une motoneige dans un arbre....

C'est un bon souvenir de vacances, mais je regrette de pas en avoir pris une photo.....

Cake au kiwi 06 mai 03

Ah.. il me manque quelque chose !!

Un ami sort du taf, c'est une boite jeune avec plein de filles qui sortent aussi ... Il a sa bécane garée sur la place devant l'immeuble, il flambe grave de chez grave, sourire de vainqueur et tout et tout ..il se fait @!#$ grave !!!, clef de contact, ok, et il démarre en faisant hurler le pot Yosh ... la classe !!!..sauf que ... sauf que...sauf que...il éteint la Suzuki et comme un idiot. il rentre de nouveau dans l'immeuble ..... pourquoi ? mais pourquoi ???? (je sais le suspense est intenable) ….Parce qu'il était le seul à ne pas avoir remarqué qu'il était parti du boulot avec son casque sur le bureau ..allez demi tour !!!! La honte quand il est redescendu casque au bras ...

dirk diggler 07 mai 03

Raccompagner une copine…

Je sors d'une soirée, et j'avais déjà calculé d'emmener un 2ème casque pour raccompagner la fille avec qui je voulais sortir .... la soirée se passe bien .... et vers la fin .... Oh quel hasard malencontreux on sort en même temps de chez ma copine (celle qui faisait la soirée...), je lui glisse à l'oreille : "ça te dirait que je te ramène, j'ai justement un casque sous la main ...."

prétextant une histoire fumeuse pour expliquer ce casque .... nous voila partis, moi tout content .... On arrive devant mon B6S tout propre (évidemment ...), je lui explique comment se tenir, bref je me la pète bien .... lui attache son casque en lui caressant légèrement le visage .... (on l'a tous fait ça non ???) Je monte sur la moto, débéquille la centrale en donnant une poussée énergique, commence mon demi tour, et voila que la moto se stoppe nette et qu'elle s'écrase comme une ....... belle moto .... contre le sol explosant un clignotant et un bout de rétroviseur .....oubli du bloc disque (saloperie). Elle qui me demande si tout va bien, ..... 'oui ne t'inquiète pas ce n'est rien, " "tu veux que je t'aide pour la relever..???" "non ça va pas ... merci ça va aller ..." (off: je suis un homme quand même je vais y arriver tout seul ...) et bon c'est lourd une B6S, donc après m'être bien énervé, je l'ai relevé comme un seul homme rouge de colère et d'énervement .... Voila, elle m'a avoué ne pas avoir eu peur après sur le trajet du retour, je la crois trop gentille parce qu'après avoir vu ça .... ça ne met pas en confiance .... Conclusion de la soirée je suis rentré "brocouille" comme dirait les Z'inconnus...

julien B1 09 mai 03

Les péripéties de J-Claude ….

C'était une journée magnifique dont je n'ai pas pu profiter à cause du boulot. Donc ce n'est pas grave avec deux potes et nos copines respectives on organise une petite virée à Vincennes. Il y avait beaucoup de monde il faisait chaud (il était au moins minuit) et les MIB venaient de nous dire qu'ils fermaient l'air de jeu. Si on allait manger une glace sur les Champs ? Et hop aussitôt dit aussitôt moteurs allumés, puis direction la capitale. On repère 3 jolis emplacements pour nos montures (euh les motos), moi en tête avec mon Transalp, je grimpe sur le trottoir, comme çà je n'ai pas de manoeuvre à faire pour rentrer ou sortir. Par terre une bouteille d'eau en plastique écrasée, pas grave j'ai une bête de cross moi. Sauf que cette bouteille, quand ma roue avant est arrivée dessus à au moins 3 km/h, j'ai eu l'impression d'être sur une plaque de verglas. Donc roue avant qui commence à vouloir suivre son propre chemin, moi en équilibre retenant du haut de mes 60 kg le monstre de 210kg, surplombé de mon épouse dont je tairais le poids, et moi qui gueulait comme un âne "sautes, allez sautes...".Là en une nanoseconde elle était debout à coté de moi vautré sur Champs devant un parterre de touriste hilares... Après les vérifications d'usage consécutif à une chute je gare l'engin. Je vais voir l'objet du délit (la bouteille) met le pied dessus afin de conforter mon avis de glissade et reboumm... J'en dirai pas plus, sauf que j'ai eu du mal à m'asseoir après.

Toujours avec la même monture. Pour rentrer il me fallait prendre une rampe, à 180° par rapport au chemin d'accès. Donc je fais un joli demi tour façon épreuve lente du permis de conduire, guidon en butée, et joujou avec l'embrayage. Là, petite perte d'équilibre comme çà arrive parfois, sauf qu'en général on met le pied. Là j'ai oublié. Je suis tombé devant mon immeuble où tout le monde regardait par la fenêtre suite raffut que je venais de faire... Fini le casque modulable, vive l'intégral, plus simple pour se cacher...

Je fais le plein d'essence, je paie, tout se passe à merveille, un temps merveilleux pour une fois je ne suis pas en retard au boulot. Je m'apprête à sortir, mais le feu est rouge, donc je m'arrête, je pose le pied par terre... Mais pourquoi qui veut pas ce c&# de lacet! Plus rapide que l'éclair j'arrive à le décrocher avant de trop perdre l'équilibre, et enfin je le pose par terre, suivi de la moto et de son cavalier... Il a fallu que je pose le pied sur flaque d'essence... Essence qui bien sur c'est répandue sur mon joli pantalon embaumant mon bureau toute la journée... C'est dur à cacher à ses collègues dans ce cas là...

jclaude 09 mai 03

Vous avez dit "starter"…

L'histoire du starter me renvoie trois semaines en arrière lors du rodage de notre ZRX 1200S flambant(e) neuf(ve) sur les routes de l'expérience corse (!!!) Après la révision des 1000 à Bastia, enfin des lignes droites (côte orientale de la Corse) après le grand tour depuis Ajaccio. OK maintenant on peut accélérer un peu plus et voir ce que ça donne. Ca tourne pas rond au stop ça broute un peu et donc je commence à être furieux contre le concessionnaire, le mécano etc etc...et là, je regarde la commande de starter et réalise la bourde !! J'ai quand même avoué à ma femme et endossé le poids -énorme- de la responsabilité. J'ai eu, les kilomètres suivants des pensées émues pour les carburateurs et le moteur qui sortaient de révision !! Pour ma défense, je pensais que le starter s'enlevait automatiquement lorsque l'on est dans les tours depuis plusieurs kilomètres : il n'en est rien !

fcom 10 mai 03

Motard et chasseur ???

En rentrant chez moi un soir avant l'ouverture de la chasse sur une petite route je vois devant moi plusieurs poules faisanes qui venaient certainement d'être lâchées en vue de l'ouverture de la chasse. Moi sur ma 850TDM (1er modèle en 92 si je me rappelle) je ralentis mais au même moment un chien sort d'une cour de ferme pour me choper la roue. Mon réflexe fut d'accélérer, mais la TDM fait un bon en avant les faisans s'envolent devant moi et malheureusement le dernier percute mon casque et tombe raide mort sur la sacoche réservoir et moi de rentrer fier à la maison avec mon trophée de chasse sur la sacoche j'avoue quand même que j ai été un peu sonné.

fazer rouge 10 mai 03

Etre sur la réserve….

Une fois j'étais à un feu et à côté de moi se trouvait un 600, on se regarde, je ferme ma visière à la cow-boy et au vert on part en trombe, histoire de se taper un petit 400m, voilà qu'au bout d'une quinzaine de mètres ma bécane tombe en rade, en faisant le plein auparavant j'avais laisser sur réserve!!! Imagine la honte devant les gens et les motards en terrasse sur mon boulevard.

Patrice 10 mai 03

Oups le "U"…

Il faisait beau ... 25° un beau soleil ....Bref le temps idéal pour faire de la moto sans avoir trop chaud . Pendant une heure je roule ... Ayant rendez-vous avec ma copine à la plage, je gare la moto (à Cassis (13)), l'attache, vais rejoindre ma copine, reste un moment avec elle et me voila reparti pour aller faire un tour ..... Je reviens à la moto, et comme tout les jours fériés et à l'approche des vacances il y a énormément de monde ! Je démarre la moto le temps de mettre casque gants cuir, je mets la moto droite et enlève la béquille. Je regarde si il n'y a pas de voiture, recule et là ........ j'entends "CLAC" et la moto s'arrête brusquement . Je me retourne .... rien heurté !!!!????!!! Et là j'entends un groupe de motard qui rigole. Moi ne comprenant toujours rien .... et là la révélation ..... ça y est je savais ...... je savais pourquoi ils rigolaient en me regardant ... C'était le "U" je n'avais pas enlevé le U ..... J'étais légèrement mal à l'aise ... Tout rouge sous mon casque !!

1-Max-108 mai 2003

Se garer à Saint Malo…

Je pars faire une virée un été avec des potes à St Malo…Balade sympa.... On arrive devant les remparts et la porte principale (l'entrée des touristes....). On s'apprête à se garer près de l'entrée, et notre arrivée produit son petit effet "Oh les belles motos" (moi VFR) Je vais pour me garer, monte sur un petit rebord du parking, tourne pour prendre une place..........et là j'ai vu trop juste pour tourner, je suis en butée de direction, et la moto m'entraîne dangereusement vers le sol ! Je me retrouve la moto à moitié couchée, incapable de la relever, sous les yeux ahuris de centaines de touristes ! Mes potes morts de rire derrière... Un pote m'aidera à relever le VFR, et moi rouge de honte....."Bon, sympa St Malo..... heu on rentre maintenant ? "

Manu--44 08 mai 2003

Béquille magique

C'était en ramenant ma première moto achetée à un particulier en décembre. Une vieille cb450N de 84. Il neige et ça glisse ! Je suis un peu nerveuse car pas bien habituée...Je réussi à ramener la vieille jusqu'au garage, après avoir bravé les éléments. La top clâââssse ! T'as vu comment que je m'en sors? Mon copain ouvre la porte du garage et moi, badaboum, au sol ! J'ai appris alors qu'il existait des béquilles qui ne restent pas en position verticale mais qui reviennent d'office quand t'enlève le pied...Le pire dans tout ça, c'est mon copain surpris qui se retourne et qui me demande "qu'est-ce que tu fais ?" -Je m'amuse à tomber !!!!

Quardetour 09 mai 2003

Démarrer en 5ème ????????

Je vois le feu au loin qui passe au rouge, il n'y avait pas grand monde, donc je débraye (alors que je devais être en 5 ou 6, 50cc oblige). Je m'arrête au feu toujours débrayé et dans mon rétro je vois une autre moto derrière (sans voir si c'est une grosse cylindrée ou un petit truc comme moi). Puis je décide de faire un joli démarrage, histoire de tailler la bourre si c'est bien un gars avec un tromblon comme moi. Comme je n'en étais pas sûr, je serre bien ma droite histoire de ne pas gêner si ça avait été un gros cube, et là j'ai très bien fait puisque j'avais tout simplement oublié de rétrograder... Et le démarrage en 5° sur un 50cc ben ça a fait prlllt... Pour donner le change j'ai fait style "je suis tombé sur la réserve", mais j'avais bien la honte....

Veggie 11 mai 03

Comment j'ai benné mon 1000 GTR flambant neuf !!!!!

C'était à la sortie du 1000 GTR sur le marché national. Moi tout fier de ramener ma moto toute belle dans sa robe rouge, mais très prudent néanmoins car ce jour là, le soleil était bien planqué derrière une épaisse couche de nuages qui étaient très pressés de se vider. Donc je roule clame, en plus avec des pneus neufs et donc sous la pluie, c'était pas la peine de jouer les kakous. Arrivé devant mon immeuble, à l'époque à Chambéry, et arrêt de la croqueuse de bitume après un coup de gaz, histoire de bien faire savoir que j'étais de retour ..... Béquille latérale le temps de retirer mon casque, et prenant mon courage à deux mains, je saisis la bête pour la béquiller centrale. Sauf que, pluie oblige, et n'ayant pas des bottes à essuie-tout incorporé, les semelles étaient glissantes ..... Je commence mon mouvement de culturiste, car la GTR c'était quand même pas du gâteau à béquiller, et voila t'y pas que mon pied glisse et passe sous la moto .... Et voila mon Pascal, accroché à sa moto, debout sur les cale-pieds et ressemblant plus à un marin sur son catamaran pour contrebalancer son bateau. Résultat des courses, un support de cale-pied en alu, un rétroviseur complet, et le pare-brise rayé et le joint arraché, car au passage j'ai chopé aussi le bord d'un balcon.

Kick-d'1-coup 12 mai 03

Visites répétées chez le concessionnaire…

J'avais 18 ans, permis en poche (gros cube - de 34ch), je veux rentrer ma SV (achetée trois jours plus tôt) dans mon garage. Çà passe pas, faut que je l'avance d'un poil. Alors avec la machine encore béquillée je fais 10cm. Ah là ça passe!!!! Je me retourne et plafff. La béquille n'était plus bien enclenchée!!!! Apres 1 semaine le concessionnaire vient me chercher la bécane, qui ne voulait plus redémarrer, avec un sourire aux lèvres. LA HONTE. 1 600frs de réparation. Je reprends la bécane... UNE SEMAINE APRES je vais dans les Vosges pour m'amuser. Gros virage tout verglacé. replafff. Je retourne voir le concessionnaire. Il voit ma tête et me fait "non... t'as pas fais ça??? c'est pas possible ??? TU L'AS ENCORE VAUTREE TA BECANE????" Du coup là c'était 26 000frs de réparation. (merci l'assurance). Du coup je bosse pour rembourser.

Ju la poignée 2 mai 03

Une béquille…….. un trou profond….

J'avais un 600 ZZR, peinture noire, une passagère superbe (ma femme ), c'était à la Baule, le remblais. les touristes, le rêve. La grosse frime j'admets. Je monte le ZZR sur le trottoir, parfaite réussite, sentant des yeux tournés vers moi, admiratifs, la passagère est aux anges, le pied mais... là, je sors béquille latérale, hop un trou dans le trottoir, trou trop profond pour la béquille, et la moto est trop lourde à tenir à 90 ° sans béquille... La passagère, sa jambe se retrouve coincée sous la moto, moi bah.....

bouzouf 13 mai 03

A 16 ans, on plane…

A 16 ans sur un 125 DTMX, je n'avais pas encore de permis en poche. Je monte pour la première fois sur une moto, et je prends le guidon du Yamaha qui n'est donc pas le mien. Mon pote m'explique rapidement les manoeuvres de base, mais moi j'étais déjà dans la stratosphère en train de rêver au vent que j'allais prendre en pleine poire d'ici peu .... Au premier virage j'ai débrayé au lieu de freiner ..... Heureusement je n'allais pas vite, car mon pote à qui appartenait le DTMX, m'a regardé d'un mauvais oeil quand j'ai terminé ma course dans le mur ....... La tarte au mur, vous connaissez !!!!! Depuis, j'ai appris que les vitesses c'est à la main gauche, l'accélérateur au pied droit et le frein en serrant les fesses ..... bref je suis maintenant un pilote confirmé .....

Kick-d'1-coup 14 mai 03

Phobie des guêpes…

Je pars en périple tâter du virage sur les routes de Bretonie avant d'aller à un rendez-vous au restaurant avec des potes sur les coups de 19h... Je suis en réserve,je fais alors une petite halte à la station service. Il y a affluence, j'arrête la moto avec assurance, ouvre le réservoir d'un air déterminé, et commence à mettre du SP98. Et là, un truc volant genre guêpe ou frelon, mais ENORME, vient se poser sur la mentionnière de mon casque, sous mon nez. J'ai une phobie de ces saletés, donc forcément, je donne un grand coup de tête en arrière, et......verse un bon quart de litre d'essence sur mon guidon, mon réservoir et ma virilité. Je retourne chez moi, prends une douche, me change, donne un coup de karcher vite fait sur ma titine (heu, c'est à dire ma SV, hein!), et j'arrive au restaurant……. En retard !!

El rojo 26 mai 03

Un wheeling mémorable…

C'était il y a 6 ans, j'avais 16ans, les 50cc à boite venaient de refaire surface et moi tout fier d'avoir un Derbi Supermotard après 2 ans en mobylette, je venais de finir le rodage et débrider le pot de yaourt. J'étais tout fier de mon "monstre" de 7cv din , je pars rejoinde mes potes qui eux étaient toujours en 103. J'arrive au lieu dit et comme j'avais 16 ans, tout le monde sait à quel point c'est vital de faire le beau devant ses potes à cet âge là, je me suis dit " Je vais leur faire un weeling à la Chambon qu'ils ne seront pas prêt d'oublier". Donc j'arrive pétaradant, tous me regardent, là j'accélère, je lache l'embrayage et .... oui ça monte ça monte ça monte je reste en haut ... mais ... mon pied droit...n'est plus en place...donc plus de frein arrière...SCRATCHHH. La cute. Résultat : un feu arriere , clignotants, coque arriere, cadre vrillé, comme dans JBT !!!! Et .... mes potes ... morts de rire évidement ...

CyBeRhOrNeT 26 mai 03

Le bouchon n'était pas fermé…

C'était un jour avec un pote en TL1000 on allait faire le tour des concessionnaires pour voir les nouveautés notamment la Z1000.

Tout beau comme des chevaliers sur nos fidèles destriers nous nous promenâmes de villages en villages tel le pèlerin à la recherche de la Terre promise. Arriva bien évidemment le moment où nos fidèles destriers commencèrent à crier famine après une dure traversée de la lande aride d'un galop digne de John Wayne dans ses meilleurs jours. La taverne fut rapidement trouvée et l'aubergiste (qui chose importante) demanda de lui remettre un gage de notre bonne fois, de peur qu'une fois les animaux rassasiés nous ne disparurent sans payer notre dû. Que nenni, nous ne sommes pas ce genre de malotrus. Mais point n'en faut. Nous acceptâmes la transaction et mon fidèle bras droit remit les rennes de sa monture au tenancier de cet établissement. Nous emmenâmes donc nos montures à l'écurie afin de désaltérer ces bêtes qui nous rendent quotidiennement heureux de leur loyauté si fidèle. La chose fut faite, nous dédommagèrent le brave homme et poursuivirent notre route à travers la plaine.

Je pris les devants pour ouvrir la route lorsque tout à coup mon fidèle bras droit me doubla dans un galop d'enfer, agitant bras et jambes tel un ménestrel contant les aventures de Roland de Roncevaux… Pour finalement s'immobiliser près du fossé à quelques mètres de là. Tout paniqué par sa subite crise de folie, je le rejoignit près du fossé. Ce dernier était en train de jurer d'invoquer tous les noms car son fidèle destrier lui avait fait dessus. Tellement repus que celui-ci ne supporta pas le voyage et lui renvoya sa nourriture des chausses jusqu'au heaume…Quelques explications… Souvenez vous maintenant de l'aubergiste, demandant de lui donner un gage de notre bonne fois… C'était les clés de sa monture. Il avait ouvert le bouchon de réservoir avant de donner ses clés (logique, sans clé çà ne s'ouvre pas). Mais lorsque arriva le moment de payer, il reprit ses clés et oublia que le bouchon n'était pas fermé…

Big Ben 28 mai 03

Le sens de l'équilibre

Il suffit d'imaginer une station service en route pour le GP du mans le dimanche matin. plein de motards et motardes de tous poils. vient le moment de reprendre la moto après une petite pause café. Débéquillage, démarrage cool sous des dizaines de regards, demi-tour au ralenti et et et ..... petite perte d'équilibre une patte en l'air remuant du vide et l'autre sautillant pour essayer de récupérer l'équilibre sur environ 5 à 10 m. la clâââaaasse ... la moto rend zinzin, si si

Tim 29 mai 03

Le stress de l'examen??

C'était le jour où je passais le plateau, arrivé à l'epreuve du rapide le moniteur me dit : "aller vas y". Je démarre la moto… enfin j'essaie car quand je mets la première, je cale. Je commence à suer : pour le jour du permis c'est pas bien du tout. J'essaie une deuxième fois et pareil. L'inspecteur me regarde l'air de dire "Mais qu'est qu'il fabrique??". Je ressaie et je cale encore et là le moniteur me regade en secouant là tête et les épaules, moi tout rouge je redémarre et j'enlève la béquille et là je ne cale pas : @!#$ c'était çà : LA BEQUILLE. Ceci en plus sous l'oeil de deux jolie jeune fille qui passaient le permis et auxquelles j'avais montré mes" talents de pilotes "en faisant raclé les protections lors de la préparation. Heureusement que j'avais mon casque car j'était rouge et coulant de sueur tellement j'avais eu chaud.

Viair 03 juin 03

Si on chantait…… si on chantait …

C'était il y a quelques temps en faisant le tour de Lac Leman, un après-midi paisible avec le soleil et sans trop de circulation ! Bref, me sentant en top forme je me mets à chanter tranquille sous mon casque n'hésitant pas à pousser un peu la voix puisqu'a 100 km/h personne ne peut m'entendre ! Je continue donc de me prendre pour un chanteur pendant plusieurs bornes, du moins jusqu'à Montreux... Là, je n'avais pas remarqué, mais j'étais en ville, entre 10 et 20 km/h donc tout le monde pouvait m'entendre ! Mais moi j'etais dans mon trip, la visiere ouverte, tranquille quoi, me croyant toujours dans mon petit monde sous mon casque ! J'ai realisé cet état de fait lorsque que des jeunes marchant sur le trottoir à coté de moi se sont mis à se foutre de ma g…le en reprenant ma chanson.. J'était tout honteux et en sueur sous le casque, j'ai fermé la visiere et fait un démarrage digne de ce nom.

Reivilo 06 juin 03

On a toujours besoin d'un piéton près de soi…

Je vais pour monter sur le trottoir afin de garer ma moto devant le bureau. Mince, une voiture est stationnée sur le passage piéton, qu'à cela ne tienne, je décide de passer entre deux véhicules (dont la voiture mal garée) manque de bol, le trottoir est beaucoup plus haut et moi je ne rends pas assez d'élan. Je me retrouve donc la roue avant contre le trottoir et dans le caniveau en dévers, et impossible de béquiller, coincé entre deux voitures. Je tente la poussette du bout des pieds : impossible de bouger les 230 kilos du bestiau. Je reste là quelques minutes le moteur tournant à me demander comment faire...Je demande finalement à un gentil piéton de bien vouloir me tirer en arrière. Grand merci à lui car je crois que j'aurai pu y passer la journée...

Chind 11 juin 03

Concurrencer Matrix ??

Je sortais du cinéma avec ma copine (on était aller voir Matrix II), me dirigeant vers ma kawa qui m'attend sagement au parking 2 roues à coté du cinéma. Je démarre, je fais chauffer, je monte dessus, je descends le mini trottoir… et là BANG bloc disque, je mets la béquille latérale en équilibre instable, un peu énervé, je descends de la moto, qui se déleste de mon poids, et là, je n'ai même pas le temps de poser le pied par terre, elle tombe lentement vers moi, j'essaye vaguement un geste pour la retenir, rien à faire, elle me pousse et m'envoie en roulade à 2 mètres au milieu de la chaussée avant de s'ecraser de tout son poids, sur un vieux velo à coté. J'avais les larmes aux yeux de honte, après matrix et ses courses de ducati j'ai fait Pierre Richard et son bloc disque. Lamentable.

Numero27 -12 juin 03

Sous la chaleur des urgences …!!

Au beau mois de décembre 2002, mon beau-frère ainsi que sa chère épouse étaient allés faire une ballade en moto. Au détour d'un rond-point, crac, la bonne blague, la belle trace de gazole et zou, tout le monde au tas. Ce n'est pas drôle, direz-vous, mais personne, ni d'ailleurs la bécane, n'a rien eu. Mais à ce moment précis, personne ne le savait... Donc, la belle-soeur allongée, sonnée mais pas blessée, dans le gazon sur le bord de la route. Les gens qui s'arrêtent, "Ne bougez pas madame", elle, bête et disciplinée, qui ne bouge pas, les secours qui arrivent, re-"Ne bougez pas madame", le matelas coquille, crac, et en voiture direction l'hôpital. Et c'est là que ça devient comique : la voilà allongée dans son matelas coquille dans les couloirs des urgences, comme d'habitude dans les hôpitaux, il ne faut pas etre pressé, surtout aux urgences, et elle qui attend, tranquillement, coincée dans son matelas coquille, avec toujours la cagoule et le casque sur la tete, le blouson et les trois pulls dessous, le froc en cuir avec le collant en laine bien chaud dessous et le pantalon de pluie dessus (il commençait à pleuvoir), le tout dans un hôpital; c'est à dire avec au moins 25°.... A chaque personne qui passait, elle demandait qu'on la déshabille, mais bien entendu, vu le cas, personne n'a rien fait....Lorsque au bout de deux heures, l'on a enfin daigné s'occuper d'elle, dés le matelas coquille dégonflé, le casque a volé, les fringues idem, ils ont cru avoir affaire à une démente... Elle a bien failli avoir droit aux calmants !

Catherine 12 juin 03

Départ sur 400m avorté…

C'était à un feu, cote à cote avec d'autres motards, on se jette un regard du genre la brute et le truand, on fait rugir les moulins,une pétarade d'enfer en plein centre sur un grande ligne droite de boulevard ,le feu passe au vert j'attaque et là, au bout d'une trantaine de mètres, beuuuuuuuuu… prout prout … paf. M B6n s'arrête en 10seconde!! Devant tout le monde un samedi au centre ville boné. Lors que j'ai mis de l'essence quelques jours auparavant, j'étais resté en position de reserve!! J'ai eu la honte de ma vie, je me suis mis au point mort et j'ai poussé ma bécane jusqu'à la station service pas très loin de là. Pour les départs sur 400 mètres je suis vraiment un bleu!!

stranges 12 juin 03

Ma première, toute première MOBYLETTE….. fut éphémère !!!

16 ans, le budget, les dents qui brillent j'achète une MBK, peinture perso, un beau bijou, dans une concession toute belle, bien préparée, enfin la petit roquette que tous les jeunes de cet âge veulent! Le concessionaire, un pincement au coeur a du mal à me la lacher! On est sur le parking devant le magazin, il y a le concessionnaire, mes parents, mon petit frère baveur, deux trois jeunes attirés par la beauté de la bête, c'est samedi, la zone commerciale est pleine… On paye, j'enfourche le monstre sous les yeux ébahis des badots et mets un magistral coup de kick et le moteur... (pour replacer le décor, c'est ma première mob, j'avais jamais roulé de mobylette ou scooter avant) et je démarre vers la route! Et là, vide complet ...que ce passe t-il?? je tourne la poignée des gaz comme un fou, houla, ça va trop vite, je commence à rouler en zigzag à fond, comme dans vidéo gag! En même temps je freine, mais ca ne marche pas fort parce que j'ai l'accélérateur au tacquet!! Ca zigzag de plus en plus, je dois être à 70km/h dans la zone commerciale, je me dirige droit vers un rond point... derrière, mon père qui avait bien compris que je maîtrisais wallou s'est mis à courir en ma direction ... super le tableau! Entrée sur le rond point à 80km/h toujours la poignée dans le coin, tout droit sur une jolie Mercedes bien nettoyée... comme je ne fais rien à moitié et que çà va assez vite, je rentre de face sur le capot, et viens m'inviter à travers son pare-brise sur son tableau de bord! La mobylette foutue, la fourche détruite, le cadre en accordéon, bref irrécupérable! World Record, moins d'un kilomètre avec la charette et déjà à la casse! ... séchez vos larmes, ce n'est pas fini ... jeune et sportif, je m'extirpe aisément de l'habitacle sans aucun bobo... les gens affluent voyant mon état nickel, commencent à bien rigoler puisqu'ils avaient pu observer mes jolis 200 mètres de pleine puissance!! Mon père arrive en trans en courant, bien chaud ! "ça va fils (idiot dans sa tête)? t'as rien?" et puis là, voyant que je suis ok, le guss avec sa jolie Mercedes commence à s'exciter "Mais c'est pas possible! Quel danger! Mais tu rêvais petit!" ... moi j'étais sonné debout comme un idiot sur ce rond point, les gens en voiture qui avaient bien rigolé commençaient à en avoir bien assez d'attendre avec leurs courses qu'on dégage le passage... L'instinct paternel de survie ressort, mon père prend ma défense! Le ton monte, les deux hommes se chauffent! Je replace le décor aussi pour mon père! Biker depuis des années, instructeur commando dans l'armée dans un centre commando, donc au tempéramment plus bagarreur qu'explicatif, s'emporte et ne fait qu'une bouchée du gars et l'envoit voler au milieu du rond-point le pompier du Leclerc d'en face alerté par l'accident débarque et calme mon père tout en soignant le nez du guss qui avait bien ramassé! ... l'action revient sur moi à ce moment! J'étais toujours là, debout comme un navet voyant mon père tourner en rond tel un fauve, l'autre à terre, la vue de l'accident, en plein soleil, j'avais ommis d'enlever mon casque! Surement pour pas que quelqu'un me reconnaisse! La chaleur monte, j'ai chaud, je commence à manquer de vitamines je vire au blanc, les genoux en flamby et hop je tombe dans les pommes et m'écroule sur la Mercedes! L'autre pompier ne s'en sort plus, la circulation devient catastrophique aux abords du rond-point, la cavalerie débarque! Pompiers et police ... Non je ne m'apelle pas Pierre Richard!!

Au final : pour la concession, un truc gravé dans les anals... Pour mon père une plainte déposée qui finalement n'a abouti à rien ... fracture du nez et cote casséé pour l'automobiliste ... pour moi, une honte phénoménale devant une populasse incroyable!! On se dit il est bien garni lui! mais c'est pas tout peut mieu faire!

Quelques mois passent, et mes parents au bon coeur, m'offre une deuxième et dernière chance! Heureusement que le paternel à l'esprit deux roues! Seulement là, budget réduit et restriction moteur non négociable! Il me refourgue pour délirer surement et se venger, un Chappi!! Pour les connaisseurs, c'est comme si un catcheur de 2 mètres 150 kg roulait en Smart!!! Bref, les mois passent, le Chappi se maitrise rapidement et devient plus un amusement qu'autre chose. On se dit en montant la dessus, même en tombant, t'as pas la honte, parce que personne ne te regarde... ben moi on me regardait, parce que je roulais en wheeling pour attirer les regards! Un joli après-midi devant la terrasse du café du village (touristique) donc bien remplie, j'arrive devant les potes en wheeling, on délire un peu, 2, 3 figures, j'arrive presque à me faire applaudir... pause, diabolo fraise, je remonte sur la bête, je fais un autre wheeling devant la terrasse en folie et là c'est l'erreur technique, trop de gaz, je pars un peu en arrière et zou, la charette part en wheeling tout droit sur la terrasse et va se planter direct sur deux trois tables... oulala, là c'est THE HONTE. je me fais charrier par mes potes en fureur et heureusement le barman l'a bien pris, mais j'ai du payer la tournée et la casse! Je devais bien peser 20 kg de moins et un litre de sueur en moins de trois secondes! Quel moment de solitude!

Wolfy 13 juin 03

Çà te dirai de démarrer ma moto???

La scène se passe il y a trois ou quatre mois. Après plusieurs jours de douleur dûe à une rage de dents, et quelques essais infructueux pour extirper une molaires récalcitrante à coup de tournevis rouillé, je me décide enfin à aller voir un dentiste...

Je prends la brêle (gsxr) pour me donner un peu de courage (j'aime pôles dentistes !) et je mets gazz jusqu'au lieu du supplice. Dix ans sans avoir consulté le moindre arracheur de dents, je sens que çà va être ma fête ! Je passe sur le (cor)billard, tout se passe bien (c'est fou les progrès qu'ils ont pû faire ces oiseaux-là en dix ans ! Fini le moyen-âge !), et le dentiste me félicite même pour l'état général de ma dentition (c'est normal, Mr, c'est la moto, à force de serrer les dents en roulant, elles sont plus fortes ) Bon, je ressors du cabinet et retrouve miss Suzy sur le parking. Je mets le casque, et aperçois un gamin de 6 -7 ans environ accompagné de son père, à quelques mètres de là. Visiblement à attendre quelqu'un... Le gamin est en admiration devant la moto (hé hé), et parle à son père. Je lui fais un petit signe amical, et le schtroumph affiche un sourire non dissimulé. Il n'ose pas approcher, mais je devine qu'il aimerait voir çà de plus près. Je lui fais signe d'approcher, et celui-ci, timidement accompagné de son père, avance lentement... Il regarde la moto avec des yeux émerveillés, mais n'ose rien dire. Je lui demande : "Tu veux démarrer la moto ? "

Le gamin regarde son père, et ne dit rien... Je repose ma question, le gamin, mal à l'aise (j'insiste) hésite pour finalement s'arrêter à quelques centimètres de moi. Je débraye (Suzi), et lui dis : tu appuies sur le bouton, là, et çà va démarrer ! Le gamin tend nerveusement la main, appuie sur le bouton et...TUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUTTTTTTTTTT ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! LE KLAXON (merdeeeeeeee !) Le gamin fait un bond de trois mètres, son père le rattrape par le caleçon alors qu'il commence à battre le record du monde du Fuyons Vers La Voiture, et moi : et @!#$ ! quel @!#$! Me suis gourré ! Le père me regarde d'un air ahuri, le gamin commence à pleurer, et moi " Heu.... c'est pas grave, çà sera pour le prochain coup .... allez bonne journée! " Rouge de honte, je démarre et fuit lâchement... Désolé gamin, je ne voulais pas te faire peur, mais j'étais encore sous l'emprise de l'anesthésie, et puis il faisait chaud, et puis j'étais fatigué, et puis on prévoyait une invasion de sauterelles, et puis...et puis... Bon, la honte, quoi... Confondre le démarreur avec le klaxon au bout de 7 ans de permis.......... no comment......

Manu-44 15 juin 03

Le bouton rouge !!

Voila, j'avais ma moto depuis 6000 bornes, donc je la connaissais bien. On retourne tous les deux (ma copine et moi) au garage pour la chercher, la moto est prète, le mécanicien me l'amène, m'explique ce qu'il a fait (pour une révision des 6000 c'était rapide) bref nickel. Il coupe le contact le temps qu'on s'équipe. On s'équipe, se prépare à partir, un coup de démarreur, et là, le rien de chez rien. moi tout énervé, "p*$%*, elle marchait il y a 2 secondes ???", et là je reflechis, et je me souviens, qu'un jour elle m'avait fait çà, j'avais recommencé et ça avait marché. Je pensais que c'était un faux contact dans le démarreur. Je me dis, chouette, je vais pouvoir demander au mécano çà va être vite fait. Donc je vais le voir, il me regarde avec le sourire limite mort de rire, à ce moment là, je pense, "c'est un truc à la c$%" et bingo, au lieu de couper le contact avec la clé, il avait utilisé le coupe-circuit. Moi je n'y avais même pas pensé. Conclusion, il appuie sur le bouton rouge, un coup de démarreur et vroumm... Moi, j'etais tout rouge de chez tout rouge, ma copine, morte de rire et le mécano idem...

ZeMoT 15 juin 03

La clé des champs…

L'histoire se passe le jour du permis épreuve plateau.

L'examinateur nous appelle un par un et devant moi un garçon passe, vu son âge l'examinateur lui rappelle qu'il devra conduire une 34ch, il fait alors un peu la tête, il a manifestement des ambitions de pilotes mais ne fait pas trop le malin non plus ce n'est pas le moment, je l'oublie puis vient le moment pour lui de passer l'épreuve du slalom rapide (aller en slalom - demi-tour très serré au ralenti - retour slalom - évitement - fin de l'épreuve). Voila donc le garçon qui se met sur les starting blocs, un petit coup de gaz, pour que les choses soient claires : il n'était pas là pour trainer. Top départ, le gars part poignée dans le coin : gauche droite gauche droite, je salue naïvement la maîtrise pendant que je vois mon moniteur catastrophé se mettre la main devant la bouche. Effectivement le garçon arrive en vue du dernier cône où doit se faire le demi-tour serré tout cool, mais lui trop rapide il tire tout droit et file comme une balle direction les champs. Bien décidé à pas en resté là il penche à mort, reste sur place et la moto fait 3 tonneaux. Vous allez me dire même s'il ne s'est pas fait mal, cette histoire est horrible. Oui c'est vrai mais ce que je ne vous ai pas dit c'est qu'il était déguisé en Olivier Jacques avec le casque replica et le blouson signé.

Numero27- 16 juin 03

Dis tonton pourquoi tu tousses…?

Je venais d'avoir le permis et un jour on a eu la visite de tonton (j'habitais encore chez mes parents). Tonton toujours jeune dans sa tête va dans le garage et reluquant la 500XT de mon frère me demande de l'emmener faire un petit tour. Le frérot n'étant pas là, je me dis profitons-en. Je sors la moto dans la rue du lotissement, tonton monte à l'arrière (80 kg c'est important) et je la démarre … enfin j'essaye. En fait je me rate au premier coup de kick et ceux qui connaissent cette moto savent que quand on rate le premier démarage, après on en bave. Et c'est ce qu'il se passe car sans exagérer, c'est pendant 20 bonnes minutes que je kick comme un malade sous le regard amusé d'une partie du lotissement et sous une chaleur d'enfer. A l'arrière tonton est toujours assis, patient et confiant. Soudain le moteur toussote et démarre. De Diou.... elle ne calera plus c'est moi qui vous le dis et pour ce faire j'accélère comme une mule, enlève la béquille, passe la première et lache l'embrayage. Mais tout cela trop brutalement et nous voilà partis en roue arrière sur 20- 25 m et en diagonale. A l'arrière, tonton (il me le dira après) garde confiance, il pense que je sais ce que je fais, que j'essaye de l'impressionner. Ce qu'il ne sait pas, c'est que c'est je suis en perdition, impossible de reposer la roue avant, c'est la panique la plus folle, je ne pense même pas à couper les gaz ou à freiner. Plus de direction forcément et le jardin du voisin de l'autre côté de la rue qui se rapproche dangereusement. On monte le trottoir et vautrage général, une partie de la moto dans le dit jardin. Je me relève, tonton est assis sur les fesses au milieu de la rue, moi je ne dis rien, envie de vomir, l'effort + la trouille sans doute. J'abandonne tonton et la moto, retourne chez moi où ma mère constate que je suis blanc comme un linge.

Bilan : Moi : une belle frayeur et une honte monstrueuse

Tonton : mal aux fesses et détenteur du plus court tour en moto jamais réalisé.

Moto : selecteur de vitesse, levier de frein, rayures.......

Frère : pas content.

Patrick38 -16 juin 03

Une histoire de béquille latérale...

Je ne sais pas encore comment j'ai fait, j'étais en train de mettre la béquille latérale après avoir garé mon petit monstro et je me suis retrouvée par terre soutenant ma belle à bout de bras. Elle n'a rien eu, et moi quelques égratignures et une première honte à raconter. Toute rouge devant tous mes copains et vas y que les nanas à moto çà ne sait même pas mettre la béquille.

Annitoune 20 juin 03

Examen de passage : les beaux-parents…

Je venais enfin de passer mon permis après toutes les disputes familiales que tout le monde connait. J'achète un Transalp d`occasion pour pouvoir le revendre rapidement. Et bien sur, il a fallu aller présenter l`engin auprès de mes futurs beaux-parents. Et je peux vous dire qu`ils n'étaient pas vraiment très chauds pour que j`emmène leur fille faire des wheelings. Moi super rassurant, pas de problèmes, je suis jeune permis mais je maîtrise. Arrivé devant chez eux, je vais pour me garer. Parfait, fier dans mon équipement dernier cri, et oui, c'est ma moto d`abord. Ma copine descend, je mets la béquille centrale et je descends. He he pourquoi la moto, elle ne reste pas droite ???, Dites, pourquoi elle chute?????? Ha au secours, je ne peux pas la retenir et BAM !!, par terre, devant toute la belle famille. Je n'osais même pas les regarder. En fait, le trottoir était sacrement en pente, et je m`étais garé du mauvais coté. THE HONTE. En plus, je n'arrivais pas à la remonter tout seul. Heureusement, son père vient m`aider. Et ils ont été gentils, ils n'ont rien dit, mais je sentais que niveau confiance, je venais de passer le trente-sixième dessous.

ManuTico 20 juin 03

Se retrouver nez à terre en épatant les copines …!!

Je rentrais du lycée avec un pote, moi, en 103 orange, lui en motobécane. Nous étions deux grands déconneurs et pour frimer devant les filles, voilà qu'il me vient l'idée de rouler à deux de front en se tenant par l'épaule. Moi à gauche, lui à droite. Seulement, ayant besoin de mon bras droit pour tenir mon pote........ je tiens l'accélérateur de la main gauche..... la loi de la physique reprenant le dessus, mon bras gauche revient à sa place, tirant le guidon vers la gauche et me voilà faisant un vol plané au-dessus du cyclomoteur, mon pote me lâche à temps et parvient à s'arrêter sans encombres. A l'époque j'avais l'horrible casque de cyclo avec la longue visière pare-soleil style casquette au ras des yeux (vous vous souvenez les anciens de 40 ans???) ce qui fait que j'étais la face contre terre, la visière faisant remonter ma tête vers le haut. Mon pote a cru qu'elle était enfoncée dans le bitume et a surgi en hurlant mon prénom et en tirant sur ma tête pour éventuellement me la décoincer du sol. Je ne vous dit pas la honte, tout en riant jaune. Quant aux filles.... on a fait semblant de ne pas les avoir vues.

Stean 22 juin 03

The Yellow Bus…

L'histoire se déroule il y a une vingtaine d'années et à l'époque dans mon bled il y avait un bus gratuit qui faisait le tour de la ville : le bus urbain... C'était un bus jaune avec (très important) à l'arrière un genre de balcon découvert où tous les gars et les jolies filles s'aglutinaient... Avec deux potes notre sport favoris était de suivre ce bus (un pote en 51 black kit polini, l'autre en 103 MVL kit malossi et moi avec une Suzuki ER 21 kit 80 (grande classe !)) en faisant les malins style weeling miteux et dérapages plus ou moins controlés... Ce jour là le bus était particulièrement rempli, normal c'était l'heure de la plage, et on le suivait à trois de front (moi au millieu) il y avait une nana trèèèèèèèèèès charmante s'appellant Sabrina accoudée au balcon qui nous faisant plein de sourires et de coucous, et c'est là que, complètement obnubilé par la donzelle, je n'ai pas vu que le chauffeur freinait ! Mes deux potes se sont arretés et moi... je me suis écrasé comme un flan dans le balcon !!! Déja à ce niveau là je n'avais pas l'air très malin, mais le pire, c'est que le chauffeur ne s'est rendu compte de rien et a redémaré aussitôt, le problème c'est que je n'étais pas encore déscendu de ma meule qui elle s'était accrochée la roue avant dans le pare choc ! Et voilà le bus qui avance, ma brèle qui fait crrrouiiiiikkkk par terre et moi qui sautille comme un canard blessé pour me dégager de la bécane, au bout de trois mètres j' y parviens enfin mais en m'écrasant sur le bitume et quand je me relève je vois l'affreux bus qui emporte non seulement la prunelle de mes yeux raclant par terre mais surtout mon amour propre, ma fierté et ma réputation... Finalement quand le chauffeur prévenu par les passager s'est arreté j'ai prétexté une insoutenable douleur au genoux pour aller m'assoir dans un coin et laisser mes traitres amis hilares s'occuper de ma pauvre Suzuki...

Brembooz 29 juin 03

Tentative de doublement échouée

La plus grosse honte que j'ai eue ce fut au début de mon permis...J'avais un 600 CBR de 1994, je roulais tranquillement sur une nationale quand une 205 GTI me doubla assez vite (je ne l'ai pas vue arriver..). Je me dis "la honte" je ne peux pas me laisser doubler comme çà!!! (réaction bête mais bon...) Je rétrograde, accélère comme un fou et le rattrape. Au moment de le doubler à 200km/h ……. PLOUF panne d'essence !!! Vous imaginez la honte !! En plus j'ai été obligé de m'arrêter car je ne trouvais pas le robinet d'essence...bref je me suis fait doubler deux fois par la même voiture et il devait être mort de rire!!!!

Seb - 02 juillet 03

L'école de la honte …

J'avais l'habitude d'emmener mon petit garçon de 4 ans à moto (très court trajet à très faible vitesse jusqu'à son école). Il montait casqué devant moi entre le réservoir et la selle. En le faisant descendre devant l'école, sa taille m'oblige à me pencher pour le mettre à terre et là tout à coup mon pied gauche dérape sur une feuille, la moto se penche dangereusement et panique !!!!!!!!!!!!

Une main pour écarter mon fils de tout danger, une main pour retenir ma moto, puis 2 mains, puis situation bloquée à 30 degrés. Impossible de redresser, puis crampe puis puis ...Voyant la scène, deux pères de famille (des mecs biens) se précipitent pour m'aider à redresser l'engin de 245 kg. Moi, la honte du motard et surtout la honte d'avoir fait subir ce risque à mon enfant et devant l'école !!! Mon fils qui l'a raconté à tout le monde (heureusement il a trouvé çà drôle et continuait à me demander de l'amener à l'école). Depuis, j'ai arrêté d'amener mon fils à l'école en moto mais je lui fait de temps en temps un petit tour.

jej92 - 02 juillet 03

Je suis descendu de ma moto sans béquiller

J'étais avec un pote on faisait une balade et on s'est arrêté pour regarder la carte. J'étais tellement pressé de regarder la carte que je suis descendu de ma moto en oubliant la béquille. La moto est tombée et j'ai simplement tordu le sélecteur. Le plus bête c'est qu'à ce moment il y avait des touristes qui faisaient une balade. Je me suis senti ridicule. Maintenant j'en rigole.

fred92 08 juin 2003

Un réservoir en plastique ???? Non jamais…

Hier, lorsque j'ai acheté ma sacoche réservoir aimantée, le vendeur super sympa, me montre la sacoche et me dit : "il y a même les sangles pour la fixer si vous changez de moto, au cas où celle-ci aurait le réservoir en plastique comme Aprilia ou Ducati". Là je dis "Quelle horreur, jamais je n'aurais de bécane avec un réservoir playscool...". Le vendeur me regarde tout déconfit... Devinez quoi??? J'ai une ducati... la honte.

CyBeRhOrNeT 08 juin 2003

Un cran de trop…

Une fois j'ai tourné la clef de contact un cran de trop, pour bloquer le guidon, j'ai donc allumé les feux de position en plein jour, et je l'ai pas vu et le soir au moment de repartir avec ma bécane quasi neuve : plus de batterie donc plus de démarreur !!!!!!

C'est un collègue qui avait des pinces dans sa voiture qui m'a permis de redémarrer........avec sa vieille, très vieille 4 L !!!!!!!

Fifi de Dunkerque: 08 juin 2003 21:41

Le soleil de mon père……..

J'en ai une bonne qui concerne mon père. Quand il a passé son permis j'étais trop jeune mais il me la raconte sans arrêt en se marrant comme un fou ! A l'époque déja, il se pointe à la moto-école et dit au moniteur qu'il ne veut payer que pour aller à l'examen le plus tôt possible sans prendre de cours, ayant déja appris à conduire sur les bécanes de potes ... Le moniteur ne veut évidemment pas et propose à mon père de regrouper toutes les heures si il veut (mon père est trèèèèèès insistant). Le paternel accepte et se débrouillant plutôt bien mais, s'ennuyant un peu, s'amuse à faire tous ses freinages en décollant de la roue arrière sur le plateau ... Vers la fin du forfait, le paternel monte sur la bécane une dernière fois avant le permis et……. réalise un soleil monstrueux devant tout le monde. Le moniteur ayant pris soin de bien changer les plaquettes ! A lala ! J'aurais voulu être là pour voir si il rigolait comme il le fait aujourd hui ...

Shun 03 juillet 03

Wheeling surprise…

C'était lors d'une balade avec un un copain (80kg) en passager.Au départ, je roule tranquillement dans le centre de Rennes, et puis je vois quelques filles assez mignonnes sur le trottoir...Voyant un bus qui allait sans aucun doute me gêner, je décide, alors que j'étais en 1ère à 5000 trs d'ouvrir les gaz, façon "je dépose comme il se doit le bus", et là, gros je me retrouve à faire un wheeling pas maîrisé du tout (mon passager s'en est un petit peu rendu compte aussi!!) et j'atterris avec encore un petit peu moins de maîtrise (pour dire). En fait, je ne m'attendais pas du tout à çà (pas réfléchi quoi!). Mais à ma grande surprise, on n'est même pas tombé !!!! Coup de bol mais avec une petite honte tout de même...Vive le casque!!!!!

Gontran 04 juillet 03

Ma première honte

Et ben voilà... 9 mois de permis, et voici ma première honte !! Et quelle honte en plus !! Du genre de celle où on a envie de se cogner la tête contre le mur ! Je vous raconte... Ce matin, après 60km, j'arrive au boulot, comme d'habitude. J'aligne ma belle le long du trottoir devant l'entrée. Jusque là tout va bien... Tiens, le moteur tourne un peu haut au ralenti... bon, réglons ça alors... J'en profite pour écouter un peu si il tourne bien, et si il n'y a pas de trace sur le moteur... C'est beau un moteur qui ronronne !! Aller, c'est l'heure d'aller bosser, je ne vais pas rester (hélas) là sur ma moto. Et là, hop je descends de la moto... mais... mais... je me retrouve allongé sur le trottoir ma belle gisant sur le flanc... Autant vous dire qu'il ne m'a pas fallu longtemps pour la relever... vite avant que quelqu'un ne passe !!! Pas trop de casse, sauf pour mon amour propre !!

Chandler 09 juillet 03

Coincé sur la voiture…

J'avais garé ma ZR7 toute belle sur la béquille centrale sur un trottoir à la hauteur de la voiture de ma copine. En repartant, alors qu'elle me regardait, moi, fièrement je remonte sur mon bolide tout claquant et en débéquillant je ne sais pas ce que je fais mais je perds l'équilibre (le trottoir était un peu en pente mais à peine) et.. la moto penche, penche jusqu'à ce que je me retrouve coincé entre la moto et la vitre latérale de la voiture !!!! J'ai forcé comme un âne jusqu'à me redresser mais j'ai bien failli appeler au secours ! Mais ce n'est pas fini ! Parceque après m'être remis de mes frayeurs, je repars en me disant cette fois c'est bon ! Et non ! J'avais remis la latérale !! Du coup la sécurité coupe le moteur qui fait alors le bruit d'un coup de fusil ! Tout ça devant chez ses parents que je voyais pour la première fois !! ! Ca c'est la honte !!!! non ?

Rom 10 juillet 03

Ballade à chevreuse…

Il y a quelques semaines de cela, je fais une balade en Chevreuse avec mon collocataire et sa copine (2 sur un GSX-R 600) et ma copine et moi sur mon Fazer 600. On décide de s'arrêter à un des bars/restaurants à côté de Dampierre (LE point de rendez-vous des motards, il y en a partout). Bref on s'approche, on tourne pour se garer devant et là petit soucis : je braque trop, arrive en buté à gauche, le sol est recouvert de gravillons donc je sens la moto qui commence à pencher à gauche dangeureusement, ma copine qui reste fermement assise sur la selle, et moi debout, les pieds super écartés de chaque côté de la moto en train de mettre à profit les quelques années de musculation "ça tombera pas!!!"... J'ai quand même réussi à redresser la moto MAIS en forçant comme un âne, j'ai dû tirer sur le guidon et là, règle mécanique : tire sur le guidon à doite, tu accélères. Donc me voila à l'arrêt, en train de faire péter une zone rouge / rupteur, mon pote à côté me regardant genre "mais t'as craqué ou quoi?" et tous les motards de la terrasse faisant de même... Sur le moment je n'ai rien dit, j'ai juste gardé le casque quelques minutes de plus l'air de rien, mais j'ai avoué avoir failli tomber à ma copine le lendemain...

Morg 16 juillet 03

Un demi-tour pas si simple…

Ca y'est j'ai mon permis, je vais enfin pouvoir enfourcher la superbe KMX 125 qui m'attend depuis quelques mois !!!! Allez hop un tour en ville à fond !!! Au premier virage j'ai failli bien me vautrer en sentant le pneu arrière faire un grand dérapage et là je me dis... WOUAOU, va falloir se calmer...Direction les quais, pour la pousser à donf !!! Arrivé au pont de Courbevoie, je décide de faire demi-tour par la bretelle prévue à cet effet pour reprendre les quais dans l'autre sens afin de déchainer les quelques 30 bourrins du monstre. Mais là je rate complètement mon demi-tour, je freine, et étant presque à l'arrêt, la moto tombe sur le côté, et je me retrouve coincé entre le muret en béton et la moto penchée sur moi... Impossible de la relever.... Là une voituree s'arrête et le conducteur me dit "Ca va ??? Vous n'avez rien" Moi, l'air faussement cool "Nan nan tout va bien ! je vais me débrouiller !" (genre c'est normal, ça m'arrive souvent) Et je pousse mais rien à faire... Il vient m'aider à la relever mort de rire...La grosse première honte pour mon premier jour de bécane !!!

Chris92 17 juillet 03

La fête au village…

Je devais aller à une fête du village dans un bled assez isolé. J'arrive au lieu indiqué qui est une espèce de parc avec de l'herbe. Tout le monde est déja au buffet, les voitures garées. Je me dis "je vais me te leur faire une petite arrivée....." J'arrive GAZZZZZ sur l'herbe, le pot grondant, mais malheur, une ornière masquée par l'herbe attrape la roue avant et boum ! Je me retrouve par terre... et 50 paires d'yeux braqués sur moi, d'autant plus amusés quand ils me voient essayer de relever la SV sans succès.... Gloups ! Autant vous dire que je suis resté près de mes potes toute la soirée...

Chris92 17 juillet 03

Par temps froid, mieux vaut un casque intégral….

Un soir, un pote m'appelle pour aller au restaurant avec des copines à lui. J'ai traversé la moitié de Paris sur ma bécane toute neuve -je crois bien que c'était la ténéré- pour les retrouver. Il faisait froid et je n'avais qu'un casque Jet à l'époque, mais trop content de d'aller frimer avec ma bécane devant ses copines, je n'allais pas prendre le métro, non ! Quand je suis arrivé, mon pote m'a présenté et j'y suis allé de ma tournée de bises. En y repensant, je trouvais qu'elles avaient l'air un peu coincées, les filles, genre pas pressées de me claquer la bise, je sentais l'huile rance ou quoi ? Bon, je voulais faire le mec très à l'aise alors je n'y ai pas prêté trop attention... Ce n'est qu'un quart d'heure plus tard que mon pote -qu'il en soit damné jusqu'à la 14 ème génération- m'a dit "t'es un peu sale, là". Tu parles ! Avec le froid, j'avais une grosse morve qui m'avait coulé sur la joue, genre grosse limace dégueulasse... Tu penses que les filles elles n'allaient pas me sauter au cou... Je me suis senti me repeindre en rouge, et mon pote qui se marrait, le chien ! il avait bien attendu pour me le dire, 20 ans après je le hais encore pour ça...

dgillou 23 juillet 03

Aie……… je crois que j'ai serré !!!

Ma calèche avait dépassé les 40000 kms...Dans quelles conditions ? Heu vu que c'etait un bi-cylindres à trous, je n'allais quasiment jamais hors de la zone rouge (commençait à 10 000 tours à cette époque là). Lors d'un précédent démontage j'avais remarqué que les pistons avaient des marques "dorées" à certains endroits. Mon mécano me repondit "Bin c'est l'usure ! 40 000 bornes tu crois pas qu'ils vont etre neufs ??? Faut la ré-aléser" Bon, oki doki, on ré-alèse alors. Moi tout guilleret, je me dis comme un abruti "super, ré-aléser ça veut dire usiner les chemises, de la matière en moins, donc des pistons tous neufs et plus gros, waouhhhh elle va péter le feu ma charette !!!" Bref, me revoilou 15 jours plus tard sur ma pétrolette "flambant neuve" Sympa, le mécano me dit "N'oublie pas : pistons, chemises et segments NEUFS, tire pas dessus comme un ******, t'es de nouveau en rodage !" Oui oui pas de problèmes, je n'ai pas envie de la casser, ma nouvelle bombe "à comique" (non non, pas atomique, attendez ! )

Bien obligé de rouler tranquille, c'est ce que je fis pendant quelques centaines de kms...puis un jour, je me dis "Allez une petite accélération ça ne peut pas lui faire de mal à ma titine, après le moulin respirera mieux ! " J'étais sur le "circuit" qui relie plusieurs villages et j'accélère un peu plus fort en montant les vitesses...wallou elle tire super bien (vous pensez, je me croyais sur une injection !!). Me voilà en sortie du village...oh le grand droit, là, j'accélère……. 5ème…...GAZZZZZZZZZZZZZ …zone rouge ouaaaaaouuuuhhhh !!!!!!!!!!! Le compteur qui monte qui monte ouahhh 120 km/h ! Moi tout heureux, ouah vive le ré-alésage !!!!! Je voulais juste la pousser dans la ligne droite et je n'étais même pas à fond quand tout à coup...mais que ce passe t'il ??....oh oh!!! La roue arrière qui se bloque nette en meme temps que le moteur fait un bruit bizarre Oh non !!!!!!!! Je parie que j'ai serré comme un … (tout de suite le plan catastrophe en tête, snifffff). Bin oui, le démontage a confirmé la 1ere impression : méga serrage. Oh lala, l'allure des pistons !!!!!!!!!!!! Imaginez 2 segments en haut de chaque piston normalement...là, euh il en restait UN, toute la partie au dessus était "bouffée"... Heureusement, j'avais eu le réflexe de débrayer dès que j'ai senti la secousse ce qui m'a évité d'aller au tas, c'était toujours ça de pris ! Mais pourquoi la honte alors ? Bin c'est évident 2 temps à graissage séparé...quand elle sort de l'usine, la pompe à huile est ouverte "gros débit" pour le rodage. Et nous, bin après le rodage, vu que la chiotte bouffe de l'huile, on réduisait le débit sur les conseils du mécano...comme ça, elle fumait moins et s'encrassait moins vite. La voilà, la honte tellement pressé de gouter aux joies de la nouvelle puissance (ahem) de ma monture, j'avais oublié de ré-ouvrir la pompe à huile. Pas étonnant que j'ai serré.

Harfang 24 juillet 03

Tout droit sur l'esplanade…

Quand j'étais étudiant, j'avais un 350 RD (pas la RDLC, la génération d'avant) qui avait une fâcheuse tendance par temps de pluie à coincer un des deux boisseaux de carburation en position haute. Donc parfois, quand tu ouvrais, ben tu pouvais plus fermer ! Ca faisait ça sur un cylindre, et j'ai eu beau tout démonter dde nombreuses fois, je n'ai jamais trouvé pourquoi... C'était seulement quand il faisait humide !!?? Toujours est-il qu'un midi, lorsque j'ai coupé pour attaquer le 90 à droite devant l'esplanade du restau-U, ben j'ai fait un (presque) tout droit pour finir dans un bosquet entre 2 voitures en stationnement, devant... allez, disons 500 personnes mortes de rire... Inutile de dire que j'ai pas ôté mon casque tout de suite...

dgillou 31 juillet 03

Solidarité motarde oblige…

Arrivant un soir de février derniere devant chez moi, je commence à peine à béquiller le Vara que j'entends derrière moi un «pardon Monsieur» minuscule. Je me retourne en vain et fini par baisser la tête pour apercevoir 30 cm sous mes yeux un petit casque noir recouvrant une timide mamie en imperméable d'âges manifestement canoniques (l'imper et la mamie). « Je n'arrive pas à démarrer ma mobylette . Auriez vous l'obligeance de m'aider s'il vous plaît ?». La mamie s'écarte et découvre un 102 Peugeot vaguement bleuâtre à l'air aussi vieux que l'aïeul de votre serviteur – mais moins bien conservé – affublé pour que le tableau soit complet d'un pare brise plastique haut comme un Général de Gaulle les bras étirés. Quiconque connaît un peu ma légendaire capacité à provoquer de graves dégâts dès que j'essaie d'employer un tournevis pour planter un clou (quant aux motos, on n'en parle pas SVP) rigolerait déjà sournoisement… Mais l'Ange à la barbe de biker germano irlandais m'apparut auréolé de lumière et de senteurs d'huile 2 temps pour me rappeler au très saint devoir. : "La Solidarité Motarde. Voici l'Epreuve". J'en vois qui se marrent dans le fond. On fait avec ce qu'on a sous la main ! Et me voilà, me faisant réexpliquer l'abracadabrant fonctionnement de ces trucs (çà fait bien 25 ans que je n'ai plus conduit un engin pareil, moi), laissant mon Vara à la garde de mamie, et vêtu de mon ensemble "Gros voyager" de chez Hein Gericke (haut, bas, fragile...) hérissé de protections garanties thermonuclear-proof, les gants hiver et les bottes étanches vissées aux extrémités, l'intégral super chouette enfoncé sur la tête, pédalant comme un goret dans sa rue -évidemment hélas sous le regard médusé de la jeune et charmante gent féminine de l'immeuble et du voisinage qui le regarde comme l'eut fait une dame du temps jadis apercevant un preux chevalier en armes chevauchant un poney shetland asthmatique…Au bout de 50 m j'arrache un pénible son au vénérable 49,9 et - craignant de caler - me lance toute honte bue et protection des genoux à hauteur de menton dans un tour du pâté de maison pour ne pas risquer de retenter le périlleux et ridicule exercice. Je le clame haut et fort à la face du monde : je préfère définitivement mon Vara. Joie de la mamie qui, après s'être imaginée que j'avais disparu en succombant au charme de son 102 et en abandonnant ma Honda comme Depardieu ses amours dans « Trop belle pour toi », a compris qu'elle pourrait rentrer chez elle avant les vêpres. J'ai échappé au bisou tout rouge (vive l'intégral !) mais j'ai conservé le fier sentiment du devoir accompli. C'était touchant. Evidemment, il ne me restait plus qu'à changer de combi et de casque… ou de quartier !

KfiR 01 août 03

Le rond point était humide…

Années lycée, 103 sp, belle journée. Un matin pour aller au lycée, je pars en bécane et mon père me suit en voiture (professeur dans le lycée où j'étais)...Pour éviter de m'afficher avec mon père, je le sème comme je peux... J'arrive à proximité de mon lycée (pas juste à côté heureusement) et je vois des potes (et aussi des filles mignonnes) et je me décide de me la jouer GP dans un rond-point...Le soleil n'étant pas nettement levé la lumière ne laissait pas vraiment voir l'état de la route (encore pas mal de zone d'ombre....freinage tardif (même à cette vitesse).....je rentre dans le petit rond point....je prends de l'angle en serrant les miches....et là mes pneus perdent en une fraction de seconde leur adhérence ! Je me retrouve par terre en glissade jusqu'à ce que je sois arrêté par le trottoir... Le moteur de la SP toujours...je me relève contusionné...le *** complètement trempé. En fait les employés municipaux étaient en train d'arroser les plantes sur le rond-point....et l'eau coulait dans la partie du rond point qui m'était cachée !!!!!!! La cerise : Une voiture arrive....mon père qui m'engueule comme du poisson pourri !!!!!! Total, j'arrive au lycée avec mon père qui me suit en voiture le pantalon troué, le *** trempé et la mobylette complètement rayée sur tout le côté gauche!!!! LA GRANDE CLASSE.........

Beral 01 août 03

Et si on allait à la plage…?

Un dimance de juillet, me voilà parti à la plage avec ma femme et mon B12. Nul doute qu'un dimanche de juillet sur l'Ile d'Oléron s'est rempli de monde et encore le mot est faible. Aprés une lutte acharnée de zig-zag entre les automobilistes, vélos et piétons pendant ½ heure pour faire les 500 mètres qui mènent à la plage, me voilà en vue du parking réservé aux motos. Et biensur, aucune place de libre, je décide alors d'aller me garer en "hors-piste" (faut me comprendre avec les intégraux il fait chaud il me faut trouver une place assez vite). Et moi, arrivant à la plage en moto… çà ne passe pas inaperçu…. devant toutes les minettes. Enfin bref.......... Et c'est là que le drame arriva...... Imaginez un B12 (avec le plein biensur) pesant 240 kg enlisé jusqu'à moitié de la roue arrière ("je t'avais dis de ne pas insister...") dans le sable et tout le monde qui regarde (fallait pas mettre un yosh). Là dans ces moments aprés avoir crier après ta femme pour qu'elle descende (genre c'est de sa faute...) tu te sens ridicule et t'as presque envie de rentrer chez toi sans enlever le casque. Heureusement 3 jeunes sont venus m'aider (aprés s'être bien moqués.), sinon j'y serais encore dans le sable .....

seb 05 août 03

Un élément jaune fluo sur sa roue avant

C'était il y a quelques semaines de celà, je me rends à une foire à Noyon (dans l'Oise) qui a attiré énormément de monde... C'était un dimanche, il faisait un temps extra! Je me gare à côté de nombreuses bécanes... Au moment de repartir je commence à mettre mon attirail (cuir, gants, casque.. etc) et je remarque un un gars en fazer à côté de moi qui, disons-le clairement essayait de m'impressionner en donnant des coups de gaz et en me faisant limite les yeux doux... (ce qui a attiré beaucoup de monde autour de nous). Là où çà devient comique c'est qu'au moment de partir et dans les premiers centimètres que sa moto a pu avancer mes yeux furent attirés par un élément jaune fluo sur sa roue avant!!! j'ai éclaté de rire dans mon casque en lui faisant un grand signe de la main avant qu'il ne tombe lui indiquant sa roue avant! il a tout de suite compris... et les gens autour aussi! il a gardé son casque mais j'ai pu voir qu'il était mort de honte! Je suis quand même contente de lui avoir évité une chute dont on aurait parlé sur trois générations! Le pire dans tous ça c'est que le même tour m'est arrivé trois semaines plus tard, sauf que moi je suis tombée... tout doucement presque au ralenti... et dans l'herbe, dans un camping! heureusement c'était l'heure de la plage et y avait ... presque personne! sauf un mec bien sympa qui m'a aidée à la relever!

Misskawa 07 août 03

Ma première leçon de mécanique…

Je m'étais mis en tête de remonter une P56 de 1956. Rien de plus simple : mono deux temps, une grosse mobylette à vitesses, quoi. Quelques heures consacrées à l'étude des "trucs et astuces" qui fourmillent sur le Net, et je savais déjà ce qu'étaient un cylindre, une bougie et même un carburateur. La mise en pratique ne devait poser aucun probleme, hein? Tout est dans l'Ecrit. Donc, le réglage du "carbu" (on dit bien 'carbu', hein, quand on est expert?). Moto livrée tournante avec juste un problème de ralenti. Ha! Facile, si je me souviens bien il suffit de relever le truc rond, là, qui coulisse dans le "carbu". Or ce truc il monte quand on tourne la poignée des gaz (excusez pour la terminologie approximative, j'étais plus pointu il y a deux ans) DONC, en toute logique, si je tends le câble, le régime au ralenti va augmenter. Donc, intervention chirurgicale sur la poignée. Tourner le guidon à gauche : il faut de l'espace pour bien travailler. J'en ai vu tellement bacler le travail. Deserrer la petite vis qui maintient le câble dans la poignée, tirer un peu le câble pour élever le... rhaaa c'est quoi le terme exact... le boisseau?? c'est le boisseau c'est ça?? Bref, ce n'est pas facile, il faut des doigts de fée, mais ça tombe bien la mécanique de précision ça me connait. Reserrer la petite vis. BROP-BROP-BROP ça tourne comme une horloge, c'est un métier vous savez? C'est dimanche, jour et heure de la messe. Devant chez moi, passent les processions de demoiselles fagotées comme ils n'auraient pas osés dans "petite maison dans la prairie" (c'est une coutume locale). Je vais leur en mettre plein les mirettes. A cheval sur la bête frémissant d'impatience, je pousse jusqu'à la porte du jardin (tiens, quand je redresse le guidon le ralenti augmente... bizarre) et tourne à gauche BROPBROPBROP, ça sent l'huile et la fureur, j'aime bien. BROPBROPBROP, toujours en poussant, à gauche encore pour atteindre la rue principale BROP-BROP-BROP-BRROOOP (petit coup de gaz pour évacuer le trottoir, faites place Mesdames. Je dois avoir l'air d'un voyou avec mon bol et mes lunettes aviateur achetées expres). Je négocie le trottoir... roue avant d'abord... passer la première KLONK! gazzz BRROOO... pousse guidon bien à droite... BBRROoooOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAABLLAAAAM!!

La jambe sous la moto couchée, moteur emballé, l'essence coulant de partout, casque fondu par la honte qui me brûle le visage et les regards méprisants d'une vingtaine de demoiselles en fleur, je viens de prendre ma première lecon de mécanique.

Geo_v 11 août 03

Apprentissage non sans difficultés…

Au plateau, j'enrageais d'être tombé sur la moto la plus "faible" pendant les cours, et je voulais une bécane qui marche mieux. Tout énervé je monte sur une bécane en passant d'abord la jambe puis d'un geste énergique je mets la moto droite en tirant sur le guidon. Malheureusement pour moi j'ai un peu trop tiré et je me retrouve emporté par le poids ! Je m'imagine encore les yeux ronds comme un ballon en appui sur le genou et tenant toujours le guidon fermement, la moto à moitié sur moi.

Une autre fois, toujours au plateau et à la recherche de la bonne moto, je vais en essayer une autre avec laquelle un élève venait de faire la route. Je m'étais dit qu'elle doit être très bien. Je monte dessus et je veux démarrer mais rien du tout, pas un bruit. Je cherche, regarde le contact, réelclence et réessaye mais rien. J'en parle au moniteur bien franc "hé elle ne marche pôcelle là, je ne comprends pas". Tout penaud je reviens vers ma moto d'origine et rejoins le groupe. Puis bzz .... vroom ... vroom. D'un coup d'oeil je vois le moniteur qui démarre la moto en question et je me dis, "ah ben c'est bien je croyais que j'avais fait une bétise et qu'elle ne démarrait plus". Quelle ne fut pas ma surprise quand il est venu vers moi un petit sourire mais quand même très fair-play: "y avait le coupe circuit sur OFF ! ". Je me suis senti bien nul! A vouloir faire la malin j'ai plus eu l'air bête qu'autre chose.

Le jour J : l'examen du plateau…J'effectue la poussette sans problème, puis arrive le lent. Mon pote qui l'a fait juste avant moi a réussi alors je me dis c'est dans la poche. Premier essai : je renverse pratiquement tout ce qu'il y avait sur le terrain ! Et deuxième essai : un peu moins de cônes mais pas plus glorieux pour l'instant. Et puis j'entends : "Monsieur ça fait C c'est fini !" ARRGGHH !! mais comment j'ai pu rater ça ! je pensais toujours que la moto c'était affaire de don mais jamais je n'aurais pu croire échouer au lent. J'étais honteux alors que tous les autres réussissent tant bien que mal, dont certaines filles d'ailleurs. Mon égo flottait bien bas. Pendant que l'inspecteur expliquait la suite, le moninteur vient vers moi et me dit "tu as échoué au lent ! mais comment as tu fait ?" Le ton sur lequel il a dit çà m'a bien vexé d'ailleurs. Mais il m'a rassuré en me disant que je pourrais le repasser bientôt. Bref vient ensuite le rapide, mon pote s'élance et au freinage la roue se bloque, la moto gigote un peu et vlam dans les branches du beau buisson en fin de piste. Je me précipite pour voir s'il n'a rien et dégager la moto. Et puis l'inspecteur se la ramène tranquilement et lui dit sèchement: "c'est une chute vous êtes éliminés" et a rajouté ironiquement "vous avez essayé de rejoindre l'autoroute avec un raccourci ?" ou un truc du genre. Mais je me suis dit ensuite que j'étais soulagé qu'on l'ait raté ensemble.

PascalZ 11 août 03

Pourquoi passer par la porte ? … alors que…

Mon auto-école est située à coté d'un restaurant chinois.. Les éléves garent les motos juste à coté du restaurant, sur le trottoir. Une fois une fille sur une CB500 de l'auto école en montant le trottoir à mis l'accélérateur à fond (1ère enclenchée) pour finir.... DANS le restaurant chinois ! !! Une cascade digne d'un bon vieux film américain ! Imaginez la tête des clients et des patrons qui ont vu une motarde passer à travers leur vitrine dans un fracas diabolique !!!

Rom95 11 août 03

Tel le Roi Dagobert…

C'était quand j'étais encore passagère à temps plein. Après une pause pour faire le plein, on se prépare à repartir, je mets mon casque, d'un geste assuré style ça fait des années que je pratique.... et là je sens que ça coince, j'insiste, je force un peu rien il ne veut pas descendre, je me retourne embarassée vers mon copain, qui me regarde mort de rire à se rouler par terre "Tu as mis ton casque à l'envers", m'assurant que c'était la premiere fois qu'il voyait ça etc, etc.... on n'était que tous les deux heureusement.... comme quoi la honte, çà n'arrive pas qu'au conducteur.

Vroumvroum 11 août 03 14:53

Attention au retour de flammes…

Ma premiere moto était une vielle 650 GSE suzuki récuperée dans une casse en échange de ma voiture que j'avais cassée tout seul comme un grand...qui dit première moto dit premiers essais en mécanique et là j'ai tout refait : la segmentation, tous les joints...la totale...Un pote vient me donner la main le jour de la démarrer bien entendu je suis un vrai je règle "à l'oreille " et c'est là que çà s'est un petit peu corsé. On met en place le rampe de carbu (qui n'avait pas servi depuis bon moment..) on laisse la boite à air sur le solde, ouverture des portes du garage pour ne pas s'asphixier et là des gens commencent à regarder un peu ce qui se passe...

Nous tant qu'à avoir l'air neuneu on attend un peu plus de monde et dès que l'assistance nous semble suffissament fournie on décide de la mettre en route. Et là splendide, la moto démarre du 1er coup...Oui elle démarre de suite sauf que il n'y avait rien de régler sur cette machine et l'essence se met à sortir par les entrées d'air (flotteur coincé) on ne se rend compte de rien et on met des grand coups de gaz devant les gens pour jouer un peu et là… un retour de flamme...la moto prend feu, nous voilà mon pote et moi à prendre tout ce qu'on trouve : bassine, cocote minute, pour essayer d'éteindre l'incendie, et de l'eau sur l'essence ce n'est pas très efficace. Heureusement un des spectateur a vu l'extincteur qui était dans le garage et il qui a tout eteint (encore merci monsieur). J'ai pu la remettre en route (en faisant régler les carburateurs. Elle perdait de l'huile comme pas deux mais elle m'a quand même emmené jusqu'en Alllemagne.

tanker 11 août 03

Où est donc le dossier d'examen ???

Jour de l'examen du plateau, rendez-vous avec le moniteur à l'auto-école pour aller au plateau. On est tellement en avance en arrivant là-bas qu'il y a encore un élève qui attend pour passer sa circulation. L'inspecteur arrive, repart avec l'élève, on continue à discuter tranquille. Comme je n'avais jamais eu ce moniteur en tant que passager, on s'entraine un peu sur le lent (et moins 30Kg par rapport à l'autre moniteur, chouette). On continue à discuter, il fait beau, on se décontracte.... On aura attendu plus d'une heure comme ça. Arrive l'inspecteur, qui demande les dossiers de tous les candidats. Le moniteur va jusqu'à la voiture, fouille 5 minutes, puis ressort les mains vides et beaucoup plus pâle.... aie aie aie... Il a oublié le dossier au bureau. J'ai cru que j'allais tomber dans les pommes. Tout ce temps à discuter alors que les papiers étaient au bureau depuis le début! En fin de compte, il a pris la moto pour aller chercher le dossier. Pendant ce temps, les autres candidats avaient commencé et les moniteurs des autres auto-ecoles me rassuraient en disant qu'ils pouvaient toujours me prêter une de leurs motos si la mienne ne rentrait pas à temps... mouais... J'engoissais de plus en plus ! Ca n'a surement pas duré longtemps, mais j'ai eu l'impression qu'il s'est écoulé des heures!

C'est alors qu'on a entendu un gros WWabroooo Wabroooo Wabroo, je ne pensais même pas qu'une CB500 puisse faire des sons pareils. Le moniteur est arrivé juste à temps avec le dossier et la moto plus que chaude! Au final, on quand même eu honte tous les deux, mais j'ai eu mon plateau du premier coup, donc je ne lui en ai pas voulu (surtout que je le connaissais et qu'il était sympa).

LeBreton 12 août 03

Ma Vadérédo n'aime pas les côtes !!

C'est arrivé avec ma Varadero 125. Je rentre de chez mes parents qui habitent une zone pavillonnaire avec de nombreuses petites rues et de belles côtes. Je roule tranquillement jusqu'au moment où je me retrouve à monter justement une de ces belles côtes et pour je ne sais quelle raison (j'imagine que l'inclinaison était telle que l'essence n'arrivait pas bien au moteur (?)) d'un coup ma Varadéro se met à faire du 2km/h et un bruit inhabituel. Je m'arrête une première fois pour vérifier que j'étais bien en première, c'était bien le cas. Je repars.... à 2Km/h.... *****.... Je m'arrête une seconde fois pour passer sur la réserve (bien que je n'y croyais pas car j'avais en principe largement assez d'essence). Je repars... à 2Km/h... re-*****...Et là je vois qu'il me reste entre 50 et 100m à faire, le tout avec quelques voitures derrière moi (pas moyen de s'arrêter pour les laisser passer par manque de place), malgré moi je me retrouve donc à conduire pépère (je me serais largement fait doubler par une trotinette ou un solex ) l'air de rien genre "mais non c'est volontaire, pourquoi se presser quand il fait si beau..." Je continue mon petit bout de chemin, je croise deux motards qui s'équipent à ma gauche (qui devaient certainement rire de moi), de nombreux passants... et ne bouge pas ma tête d'un yota, je regarde droit devant moi. J'essaye tant bien que mal rester cool, comme si de rien n'était (la visière Iridium ça aide vraiment beaucoup dans ce genre de situation!!!). J'arrive enfin en haut!!! Et la moto repart normalement...Je crois que ça aura été les 50-100m les plus longs de ma vie! Heureusement ici pas de bobo si ce n'est au niveau de mon amour propre, la visière Iridium m'a vraiment sauvé la vie!

Patryk 13 août 03

Cà fume………. Çà fume..!!!!!!!!!!!

La semaine derniere on roulait à 3 motos sur la route Napoléon (N85) ... pour rentrer chez nous: mon pote Nicolas (GSXR 750) Bernard (VFR 800 et enduriste sur le circuit international: sacré pilote) et moi (CBR 1000). Je venais de changer les pneus donc roulais calement, pour les roder et m'habituer au changement de manufacturier. (j'ai mis des DRAGON EVO au lieu des 207 sur ma vieille mille: c'est le jour et la nuit! ils sont sont vraiement bien ces pneus!!!) Bref, je me trouvais donc un peu derrière mes 2 potes (mais je les avais en vue). Alors qu'ils commençaient à rouler bien fort, voilà que notre enduriste Bernard fait un gros freinage bien tardif à Nico... La VFR brûle la GSXR en entrée de virage. Nico, pas content remet GAZZZ dès le milieu de courbe et Bernard trop content de son freinage ne veut pas se faire passer... Ils repartent très vite sur la ligne droite qui suit le fameux virage... Moi je cravache pour suivre (dans les lignes droites ça va toujours). Et là: GROS GROS NUAGE DE FUMEE derrière la GSXR... Je les rattrape... On s'arrête... Bernard est mort de rire et Nico tout rouge sous son casque. Moi: "vous avez un problème ???" (je pensais tout de suite à un ennui mécanique... il est quand même de 94 ce GSXR). Et bien non, ce n'était pas çà du tout! Nico étant trop honteux pour parler, c'est Bernard qui a répondu: Ce ****de Nico avait descendu un rapport au lieu d'en monter un !!!! Bilan : en pleine accélération à fond de 3 (13000 tours au moment de passer la 4 ! ) Quand on passe la 2 ça fait un beau rupteur et un bon verre d'huile de bouffé!!! Il n'empêche qu'on se demande et qu'on LUI demande toujours comment il a pu faire cette erreur de "débutant" alors qu'il roule depuis 6 ans en moto... Ben Il ne sait pas... Sans doute trop de pression, trop d'arsouille et hop: le cerveau ramolli du motard qui grille son dernier neurone... Le GSXR, quant à lui n'a pas apprécié et je me demande encore comment c'est possible de se tromper en passant les vitesses en pleine accélération, en ligne droite...

Il y a de quoi bien rire de son pote en combinaison intégrale Dainesse, avec ses sliders qui frottent dans tous les virages et sa moto de passion!!!

Lolo 29- 21 août 03

Négocier une vente…

Je donne rendez-vous à un gars chez moi je veux lui négocier un 350 XLR que j'avais remis en parfait étaat alors qu'il était en ruine et c'était ma première bécane...J'avais une autre bécane un TT 400 LC4 avec lequel je jouais le crossman. Donc le XLR traînait depuis quelques mois sous une bâche dans le jardin...Le jour J, le gars arrive 1/2 heure avant. Je sors la moto de sous la bâche (toujours en retard), la démarre à coup de kicks !!! ouaaaah je l'aime ma bécane. Le gars est là devant chez moi je me vante un peu en jouant celui qui maitrise : je suis "comme" un vrai mécano moto j'ai refait la bécane de A a Z, à l'occasion je fais du cross jumps wheels etc... le m'écoute "admiratif" et me dit : alors elle tourne bien? Je lui réponds :"j'étais en train de la faire chauffer justement". Lui "Je peux l'essayer ?" -"Attends je te montre...1ere démarrage, 2ème tour du roind point, je reviens au point de départ et là... "premier" freinage avec le frein avant + des gravillons + 1 peu d angle + et étrier de frein avant grippé à cause du sejour de quelques mois sous la bache… Résultat, je chute lamentablement à ses pieds... genoux "saignants" poignée de frein avant cassée et acheteur demotivé... il est parti mort de rire et moi j'ai vendu ma bécane à quelqu'un d'autre.

Spleef 07 septembre 03

Ah ouiiiiiiiii, le robinet d'essence, mais c'est bien sûr!!

C'était en essayant le 636... je pars avec un pote (lui sur le zx12r, je crois) je prends un peu d'avance, et un peu avant de rentrer, plus de puissance, et la moto s'arrête... Moi, limite panique, je me vois déjà appeler le garage pour leur dire que leur joujou tout neuf est en panne (pourtant, je n'avais pas - encore - tapé dedans). J'ouvre même le réservoir, il y avait encore de l'essence... je descends, je tourne autour, voir si ça ne sent pas trop le chaud, si il n'a pas quelque chose visible qui cloche... rien. Je commence à préparer comment je vais leur présenter les choses... pis enfin - TILT !! - Oh-OUI !!.... y'a un robinet d'essence sur ces motos… et là, énorme soupir de soulagement...- J'ai 4 soupapes! - Par cylindre? - Heuu, non, en tout... Il y en a qu'on entend beaucoup, quand on est arrêté...

Gee 12 septembre 03

"Il faut mettre les casques les enfants, s'est dangereux..."

C'était il y a 20 ans à la sortie du collège, mon pote en 103 SP. Il fait 00 m et s'arrête, sa bécane refuse de redémarer. Je lui dis : "laisse, je suis le champion du mode de la bricole, le superman du dépannage"...au bout d' 1/4 d'heure de démontage en règle du carburateur, on s'apperçoit qu'en fait il n'y a plus d'essence ... je remonte le tout, passe en réserve et ça redémare ... moi :"bon, tu me laisses essayer ton SP, il parait que c'est plus nerveux que ma motobécane'" lui "d'accord je te suis avec ton trétaux"... Je décide donc d'effectuer un petit passage devant mon collège, histoire de frimer un peu, nous mettons le casque ...au coude (ça a son importance). En vue du collège, ce que j'espère se réalise, toutes les belles filles de ma classe sont encore devant l'abris bus, je passe donc lentement devant elles en les regardant avec insistance... je prends leurs expressions ébahies pour de l'admiration et décide donc de faire demi-tour pour effectuer un deuxième passage... et là je vois sur le trottoir en face de l'abris bus ... pinot simple flic avec son 103 pas SP du tout, en surveillance de la sortie du collège... il se met au milieu de la route et nous arrête… (heureusement s'était le modèle bon père de famille), il nous a fait la morale pendant 5 lonnnnnngues minutes "il faut mettre les casques les enfants, s'est dangereux..." et il nous laisse repartir ! sans PV ! je n'ai pas osé regardé du coté des filles, j'avais trop honte sans parler des rires qui nous attendaient le lendemain, pour une fois que je faisais le barbot !! Le pire c'est que mon pote avait vu le flic mais m'a suivi dans mon demi-tour sans rien me dire ...

gsxf 08 octobre 03

"Je suis une mouche……. " posée…sur le bord…

Ce matin, je vais faire mon plein d'essence tranquille, la poignée dans le réservoir en sifflotant...Et là, je remarque une mouchette morte coincée sur le rebord du trou de réservoir, à 1 ou 2 mm du précipice. Les nuages s'écartent, le ciel s'éclaire et des lettres d'or apparaissent tandis qu'une voix caverneuse mais bienfaisante tonne "Veillez à limiter au maximum la poussière dans le réservoir" qu'ils disaient dans le manuel du propriétaire. Je termine mon plein en ne quittant pas le cadavre des yeux, dès fois qu'un courant d'air la fasse plonger vers mes carbus. Le plein est terminé, je repose la poignée, me penche sur le réservoir et ... souffle comme un damné sur la mouchette. ..."Alors ?" me demanderez-vous, "qu'est ce qu'elle est devenue la mouchette ?". Nul ne sait. Car mon souffle, trop content de me rappeler un principe de physique bien connu, me renvoya l'essence en pleine poire directement dans l'oeil attentif à la trajectoire de la mouchette... morte, je le rapelle. Voilà donc votre serviteur amoindri d'un oeil, grimaçant sous le picotement et hululant à la mort tel un politicien bien (trop) connu. Le temps de bloquer la direction (on n'est jamais trop prudent !) et me voilà défonçant la porte de la station service, bousculant tout le monde (bon ok, il n'y avait qu'une seule personne) et demandant au caissier de m'ouvrir les toilettes. "J'ai reçu de l'essence SP95 (on n'est jamais trop précis) dans l'oeil, c'est graveuh ?"

Le type bien charitable m'a proposé le vestiaires où un lavabo bancal mais opérationnel me permis de rincer mon visage et surtout mon oeil picoté picota...Paiement, pourboire (bien mérité), mise hors réserve, débéquillage et taiaut...Je vais écrire chez kawa pour leur demander de rajouter une ligne sur le manuel du propriétaire : "Si vous êtes assez futé pour souffler dans un réservoir plein, mettez des lunettes".

LanSy 14 octobre 03

Le sol est loin, loin, loin...

La rue était en cours de réfection….et il y avait une bouche d'égoût bien enfoncée juste devant l'entrée de mon garage. J'arrive, je vais pour poser le pied pour m'arrêter et aller ouvrir le garage, et là le sol est loin, loin, loin... Je vais la retenir, quand même non mais... Et bien non… je m'allonge doucement sur le coté, la bécane amoureusement coincée entre les jambes...Heureusement le sol était mou, elle n'a rien eu, quant à moi, juste une bonne entorse à la cheville. Le problème c'est que quand ça arrive devant les voisins... Inutile de se sauver vite, faudra bien rentrer un jour.

Gempas 17 octobre 03

Depuis, je balaie les petits cailloux….

Il était une fois, ...... En Belgique, j'avais 14 ans (on peut à peine avoir un vélo à cet âge là!) Un copain arrive avec sa Kreidler 125 et tente de me chambrer. Comme je suis (étais car cela fait longtemps qu'ils sont partis mes 14ans) LE costaud de la bande du coin, je ne marche pas dans sa tentative de me pourrir et je lui dis : que c'est chez moi que Doohan a appris à piloter!!!! (je n'étais jamais monté sur une bécane, pas assez vieux aux yeux de la loi ainsi qu'à ceux de maman) Je lui tiens la dragée haute et lui promets monts et merveilles s'il me prête sa bécane cinq minutes. Un jour et puis deux passent sans rien voir venir et le troisième, c'est le big bang. Qui vient sonner à ma porte??? Il a rêvé de moi et veut voir de quoi je suis capable. C'est depuis lors que je balaie les petits cailloux devant mes pneus avant de mettre les gaz!!!! LA Gamelle! Même pas à cinq à l'heure. Et en plus, meurtri dans mon amour propre, j'ai voulu tenter de marquer quand même l'essai et j'en ai remis une couche. Je me suis caché pendant des jours passant par des chemins détournés pour me rendre au Collège à vélo pendant les jours suivants.

André 18 octobre 03

J'ai le pied musical…

Nantes, par un jour de juillet ensoleillé, je suis au feu rouge depuis 2 secondes, au point mort, je pose les mains sur le réservoir et commence à tapoter des doigts l'air que je me fredonne sous le casque. ... et mon pied gauche posé à terre reprend en cœur. Et là, le bug !!! Mon cerveau donne l'ordre au pied "musical" de se poser sur le repose-pied. Il obéit cet andouille... mais continue de battre la mesure..... Cloc !... "Cloc, quoi ?", je n'ai même pas le temps de me le penser que la première s'enclenche nette, les mains toujours sur le réservoir... automatiquement suivi d'un bond en avant. Les pieds qui décollent, les bras qui essaient de rattrapper le guidon, la moto en déséquilibre.... et POC, la cabane sur le chien !!! Le Hornet jaune couché 1 mètre devant la ligne de feu et moi qui me redresse, furieux et honteux derrière ma visière iridium... Je n'avais même pas envie de regarder l'automobiliste hilare arrêté derrière moi. Les piétons ? Zappés !

Hornetman 19 octobre 03

Tom's la bricole…

Quand plus jeune, j'étais le roi de la bricole sur mes trois pattes kawa, pas toujours intelligents les bricolages, mais soigneusement testés, chrono en main, donc, je me dis un beau jour qu'une prise d'air forcée ça me ferait bien gagner des watts, vu le cadre en caoutchouc des H2, 74 cv c'était déja pas mal. Je me bricole un truc, ressemblant à un cornet de gramophone, une grosse prise d'air d'au moins 40cm de large qui filait vers la boîte à air, à moi les chronos!!!!!!!!, en démontant et remontant les bougies pour regarder la couleur, trop blanc, point de peur, avec des minis forêts je passais les gicleurs une taille au dessus (le nombre de fois où le cylindre du milieu a serré est incalculable) Mais un jour, à faire tirer fort avec ma grosse drouille sur le coté, la prise d'air engendrée à fait que mes mini pattes de fixation n'ont pas supporté, et tout mon bricolage s'est arraché partant en arrière rebondissant gaiement sur l'autoroute. Je voyais dans mon rétro, des automobilistes partir à droite, gauche ou en sucette pour éviter cette grosse saleté qui rebondissait, et j'ai eu la peur de ma vie.

tom's 27 octobre 03

Les côtes de la Corse…

Y a 2 ans de ça en corse, la moto (VFC 750) chargée comme un mulet : sac+tente sur le porte bagage arrière, 2 sacoches latérales, une sacoche de réservoir, la copine avec le sac à dos. Bref 35 kg de bagages sur le mulet. les amortisseurs au maximum mais le voyage se passe plutôt bien jusque là. On faisait la route avec 2 autres couples avec chacun un trail (transalp). Le début des vacances se passe bien même si j'ai parfois un peu de mal à pencher la moto sur les routes sinueuses. Un soir on arrive dans un camping, le gérant nous donne les emplacements et comme beaucoup de campings en corse, le terrain est à flanc de colline. La route grimpe bien raide sur 200 m avec un superbe ralentisseur à mi-course. Les 2 potes décident de laisser leurs nanas faire la route à pieds pour alléger leur moto mais moi en homme galant je décide d'emmener ma belle au sommet sans qu'elle n'ait à marcher. Ben ça devait aller, je grimpe bien, j'arrive au niveau du ralentisseur, ralentis légèrement, passe la roue avant et là le poids du conducteur + passagère+ bagages+ côte raide a fait que le sabot moteur s'est trouvé gentiment déposé en équilibre. Je bloque les freins, hurle à plein poumons "SAUTE ON VA TOMBER" ma femme se jette à terre dans un style magnifique et moi je me ramasse dans un style lamentable. Il m'a fallu 20 minutes pour parvenir à atteindre les sangles sous la moto pour retirer les bagages sous le regard compatissant mais néanmoins narquois de ces braves vacanciers qui s'agglutinaient sur les cotés.

Le Furet 27 octobre 03

Kick éjectable !!!

Il y a une dizaine d'année j'étais en stage moto à FONTAINEBLEAU (le centre de formation des motards de la gendarmerie). On avait stationné nos motos (enfin ce qui ressemble puisqu'à l'époque c'était des veilles RT 50 qui n'avaient rien dans le ventre mais qui ne craignaient vraiment plus les chutes) et on écoutait l'instructeur nous expliquer la piste du jour. Une fois l'explication donnée, on est retourné à nos motos. Devant moi, j'avais un copain qui n'était pas trés grand (à mon avis la taille minimun pour rentrer en gendarmerie) et montait sur le cylindre pour pouvoir kické la moto. Je savais qu'il pouvait y avoir des retours mais des comme celui là, je ne me l'imaginais même pas. Mon pote a eu un retour tout en gardant le pied sur le kick, éjecté par ce dernier et il est passé par-dessus la moto, la faisant tomber. Et Bien dans ces moments là, on n'est pas dans le fond. Nos motos étaient au milieu des autres à savoir 20/25 motos et leurs pilotes stagiaires. Moment de solitude pour lui mais pour ceux qui ont vu la chute et ce qui l'a causé, trés grosse rigolade.........

nounours44 28 octobre 03

Lendemains de fêtes…

Un dimanche matin, lendemain de soirée bien arrosée et avec la tête un peu en vrac donc marchant au ralenti, je me dis, je vais aller faire un tour de moto cool, à l'époque j'avais un trail (un XLM HONDA). Je démarre titine puis je mets tranquillement le casque, les gants, vérifie que le blouson est bien fermé pour ne pas avoir trop froid, je monte sur la moto mais je ne sais pas pourquoi je perds l'équilibre (peut être des restes de la veille) et je redescends aussitôt par l'autre côte emportant la moto avec moi. Me voilà sur le sol avec la moto également couché à côté de moi. Je me relève rapidement, relève titine (qui n'a rien), béquille la moto, je jette un rapide coup d'oeil au alentour, ouf personne (enfin je n'ai vu personne) et je me suis dis, ce n'est pas mon jour et j'ai fini la journée devant la télé.

nounours44 28 octobre 03

Mon sélecteur était cassé…

Après mon accident de moto, impossible de démarrer ma belle... grrrr, j'appelle le dépanneur de l'assurance qui m'envoie gracieusement un gars avec son fourgon magique pour emmener la moto chez le concessionnaire le plus proche... donc, une heure plus tard le gars arrive... et là... il me montre que mon sélecteur de vitesse s'est cassé au moment de la chute et que forcement elle ne veut pas démarrer avec une vitesse et la béquille.... mort de honte... il ma demandé si il m'accompagnait chez le concessionnaire... j'ai dis non merci et j'y suis allé en bus.

Neo[blue]: 29 octobre 03

Le chemin était fermé par une chaîne…

Mon père passioné de mécanique, aidait copain de ma soeur (qui ne comprenait rien à la mécanique) à retaper un Honda 50 MXT (les vieux truc de 150 kilos). En fait avec deux épaves et pas mal d'heures passées dessus, mon père heureux de son travail, nous montre un MXT rutilant, repeint, kité 80 avec le pot qui va bien (truc de jeune co* quoi) la selle refaite, la moto repeinte le moteur propre comme un sous neuf réglé comme un coucou suisse. Le copain de ma soeur décide donc de l'enfourcher... mon père décide alors de faire vite une photo souvenir et dis un truc du style "avant que tu ne te vautres avec je veux un souvenir de la moto refaite nikel". Le copain part donc et ce soir là on le voit rentrer, en poussant….. une épave qui n'était autre que le MXT tout beau tout refait. Qu'est-il arrivé ?? Près de chez moi il y a un chemin de terre fermé par une chaîne entre 2 poteaux qui est mise tous les soirs, et enlevée la journée par les habitants du lotissement voisin. Et bien, il n'a pas vu la chaîne (alors qu'elle y est TOUS les soirs et qu'il a l'habitude de passer là). Il a fait un soleil et a détruit la moto. Mon père était bien content d'avoir fait sa photo... et le copain de ma soeur n'était pas fier... pas fier du tout... tout rouge comme le MXT.

Neo[blue] 30 octobre 03

En haut d'un chemin bien raide…

J'ai le permis et la moto depuis moins d'un mois, quel plaisir d'aller voir les potes et de caracoler. Donc je passe chez des amis qui habitent au haut d'un petit chemin bien raide. Au moment de repartir, la plateforme où je suis garé est un peu étroite. Moi, au lieu de me faire les manoeuvres à l'arrêt en poussant la meule - dégradant - j'innove une méthode. Je démarre, enfourche, dis au revoir et commence à reculer dans le raidillon. Newton aidant (tout ce qui monte finit toujours par redescendre) j'ai besoin de freiner un peu de l'avant (les pieds sont trop occupés à tenir le bouzin debout), mais j'assure. Ca se corse en bas du routin car avec le retour au plat ça fait comme qui dirait un trou et là, je n'ai plus pied. Et PAF. Trop surpris pour m'éjecter je me retrouve coincé sous la moto. Evidemment les amis ont tout vu et accourent pour m'aider. La honte... Bilan, un guidon tordu pour la moto, une veine perforée, donc pompiers etc... une entorse au genou et le péroné déplacé pour moi.

Motus 30 octobre 03

Enfiler le pantalon de pluie…

Pas plus tard que ce soir, je quitte le boulot, il pleut. OK, Je vais alors mettre le pantalon de pluie. Mais d'abord je vais faire chauffer la petite. Contact ok, elle ronronne doucement, tout va bien et je décide de m'équiper. Sur ce des potes de boulot arrivent et la conversation s'engage. Ils me demandent si ce n'est pas dangereux de rouler comme ça sous la pluie, moi bien sûr je leur explique que c'est une question de pilotage, de vision de la circulation, d'équilibre et tout le baratin pour leur faire comprendre que ce n'est pas à la portée du premier gars. Bref je frime un peu. Pendant ce temps, je commence gentiment à enfiler le pantalon de pluie. Et oui mesdames et messieurs, le roi du faufilement, l'as de l'équilibre enfile une première jambe, lève la deuxième, rate son coup et se retrouve à sautiller sur place pour finir écrasé contre la porte vitrée du bâtiment. Et là je n'avais pas de casque pour me cacher, ni même un coup de première à passer pour te sauver vite fait. Et dire que je dois retourner au boulot demain.

Le Furet 31 octobre 03

Une grosse pierre sur la route…

Avec un pote et sa copine on s'était fait un col pour aller à un lac, "à la motard" avec les blousons en cuir et tout, mais évidemment mon pote avançait pas des masses en montée. Du coup après avoir passé un bon moment au bord du lac, la tête pleine de pensées aux sorties en moto, (j'en rêve toujours d'ailleurs même avec le permis ! ), bref je rêvasse un peu et admire le paysage de la montagne. J'étais donc aux alentours de 50 km/h à vérifier dans le rétro si mon pote me suivait, la main droite sur la poignée et la gauche sur la cuisse, l'air de dire "je roule cool j'en ai encore sous la poignée et pis je maitrise". Et là ... tout à coup ... va savoir pourquoi je suis jeté en avant, la bécane complètement déséquilibrée, mes bras volent en avant et je rattrappe l'engin en perdition avec les coudes ! ça devait être marrant à voir depuis le bord de la route, comme un pantin inanimé avec de longs bras ! En fait il y avait une grosse caillasse de 15 cm sur 10 qui avait tout à fait sa place sur la route, et j'ai roulé en plein dessus. On s'est arrêté, je n'avais pas encore très bien compris mais heureusement j'ai eu de la chance, et la chute m'a été épargnée, ainsi que les moqueries. Où est la honte là dedans alors ? ben tout simplement dans mon amour propre, en pensant qu'il ne peut rien nous arriver, en tous cas j'ai demandé à mon pote de passer devant et je n'ai pas quitté la route des yeux !! Et pis j'ai jeté la grosse pierre aussi, quelle idée vraiment de se trouver là aussi !!

PascalZ 05 novembre 03

Un jour j'oublirai ma tête…

Un jour je prends la voiture pour aller chercher la moto au garage (pas chez le garagiste). Donc je prends tout mon équipement : casque, blouson, gants etc…euh non c'est tout… et je mets tout dans la voiture (enfin c'est ce que je pensais avoir fait). Je démarre je sors de ma place de parking devant chez moi et m'engage doucement dans la rue. Quelques mètres plus loin un passant me fait signe…… Oui oui… Bonjour !!! et je continue ma route toujours doucement……. Là un autre passant qui passait par là (comme dirai M. LEB) me fait lui aussi des grands signes…. Ah mais qu'est ce qu'ils ont tous aujourd'hui ???????? Je m'arrête, ouvre ma fenêtre pour lui demander ce qu'il y a. Et là il me dit : "Il y a un casque sur le toît de votre voiture" !! QUOIIIIIIIIIIIII ???????????? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Je sors : Oh non!!!!!!!!! Ou plutôt mais ouiiiiiii !!!! LA HONTE. Je suis vraiment tête en l'air. Ceci s'explique : j'avais, pour ouvrir ma porte, posé le casque (noir) sur la voiture (noire), puis déposé mes affaires dans la voiture…… et j'avais oublié ma tête…….. euh je veux dire mon casque sur le toît. !!!! Jamais plus je ne pose quelque chose sur le toit de la voiture. Et heureusement que j'ai roulé doucement !!

Floflo 20 novembre 2003

Une grosse frime

Allez il faut que je le raconte car, après tout, cela n'arrive pas qu'aux autres ! Voilà un souvenir que je ne suis pas près d'oublier, jugez-en !

Le temps était superbe cet après-midi là et je décide d'aller me pavaner avec mon b12 tout brillant, mon futal en cuir et mon beau blouson en cuir ajusté au plus près du corps... bref, la grosse frime!!!

J'arrive dans une zone commerciale où plein de motards discutent devant les vitrines de vendeurs de motos. Je tape la bavette et remonte sur ma caisse tout en crânant bien sûr. Je m'apprête à démarrer et merde je me plante en me trompant de bouton car au lieu d'actionner le démarreur, je klaxonne comme un naze!!!!!! Imaginez la scène : tout le monde se retourne, je vois de grands sourires et les visages moqueurs des autres motards … Bref j'étais tout rouge sous mon casque !! la méga honte quoi !! et je me dis, samedi (si je sors) je change de blouson pour ne pas être reconnu !!!!
Fabrice - 26 novembre 2003

Plus jamais çà !

Je me disposais à m'arrêter mais comme un gland... je laisse en prise sur un filet minable de gaz. Ma moto fait une série de pet... pet... pet... pet avant de stopper. J'ai été secoué comme un prunier (surtout au dernier coup quand j'ai réussi à choper la poignée d'embrayage) et là j'ai souhaité me pendre !

Alf - 26 novembre 2003

La glisse, ça me connaît !

Bah voilà… encore une p'tite honte… je nettoyais ma VTR achetée 3 jours plus tôt. Pour graisser la chaîne, je la mets sur la béquille d'atelier… Bien mal m'en a pris car trop concentré en la redressant, mes mains glissent de la coque bien astiquée et la moto part du mauvais côté... Je retiens comme je peux mon engin... qui se pose délicatement sur le sol !
Heureusement rien de terrible n'est arrivé, même pas une petite marque sur la moto. J'ai juste éprouvé une énorme frayeur !!!
Moralité : ne jamais relâcher son attention avec ces bestioles, elles sont coriaces !

Reivilo - 16 novembre 2003

Je suis un récidiviste du bloque disque

Moi j'ai vécu le coup classique du bloque disque. Je me trouvais dans la cour de mon immeuble où il n'y avait personne heureusement et lorsque je démarre, je suis aussitôt arrêté et c'est la chute. Je me suis retrouvé comme un âne sans avoir eu le temps de mettre le pied à terre et …vlan j'ai eu la jambe coincée. Ouille, ouille, ouille ! ça fait mal quand même un 500 GSE sur le genou. Ensuite, grosse galère pour enlever la jambe et relever la bécane.
Cela m'est arrivé trois fois et toujours avec le bloque disque. Je me serais maudit ! Maintenant, j'ai peur qu'un jour ça casse tout. Heureusement que je suis prudent.

Popo - 17 novembre 2003

Chaud devant !

Pour poursuivre sur ce merveilleux sujet, moi je me suis tapé la honte à moto avant même d'être un motard !!!
Le jour de ma circu, prévue à 8h du matin, j'arrive à 6h pour me chauffer un peu avant le grand test... le moniteur me dit, « bon, on va rouler un peu puis on ira laver les bécanes dans une station. Et on y va..
On se pointe à la station où des dizaines de caisseux attendent pour faire le plein. Je mets mon er5 sur latérale et le moniteur me dit « mets-la sur centrale, pour la nettoyer »! Je crois qu'il regrette encore d'avoir dit çà !!!!
Avec mes nouvelles et superbes basket puma - super glissantes - je me bats avec cette p**** de moto pour la lever. Tout va très vite : je ne sais pas pourquoi, mais la moto m'échappe des mains, mon pied glisse de la centrale et elle tombe pile sur la magnifique z1000 perso de mon mono devant tous les caisseux qui nous mataient en attendant de faire le plein!
Résultats : le rétro droit a explosé sur la mienne mais il n'y a pas eu trop de bobos sur la sienne (tant pis pour sa moto, ce sont les risques du métier !)
Et …retour au garage pour mettre un autre rétro
J'ai quand même eu ma circu !!

Angel Face - 1er décembre 2003

Un petit motard (sorti de son œuf) apprend la moto ….

J'avais ma première moto depuis une semaine et devais assister à une réunion de motards ce soir là avec des potes et une vingtaine de gus

Je sors ma belle, rutilante et nettoyée avec amour pour l'occasion.
Départ à fond pour rejoindre tout le monde. J'en profite car c'est le mois d'août et à cette heure il n'y a personne, le sol est sec et il fait chaud (c'était pendant la canicule).
5 kilomètres plus loin, panne sèche.(…pourquoi y'a pas de jauge là-d'ssus ?)
Je pense, ce n'est pas grave, et hop! Je tourne le robinet pour aller sur la réserve mais pas moyen de faire repartir la meule. J'étais bel et bien en panne !
Je fais signe à 2-3 motards qui passent sans s'arrêter.

Je suis arrivé complètement mort au rendez-vous (j'ai dû pousser la moto pendant 4 bornes avec le cuir et le casque qui me tenaient très chaud).

Des amis viennent aux nouvelles et l'un d'eux éclate de rire (plutôt vexant non ?).
Il m'explique alors simplement que mon robinet n'était pas en réserve mais en coupure d'alimentation !
Moralité : une bonne poussette inutile sous la canicule, mais surtout une honte magnifique car mon histoire fit le tour du groupe.
J'ai donc été pendant longtemps le « motard au robinet » et je me suis consolé en me disant que rien n'est grave sauf l'accident.

Vilcoyote - 23 décembre 2003

Eh ! Fab, t'as oublié tes clés sur ta moto... ??

Un matin j'arrive comme d'habitude sur mon beau SVS (en mettant un bon coup de gaz dans l'avenue pour que tout le monde m'entende arriver !).

Je me gare comme tous les matins juste à coté de l'escalier principal où une bonne trentaine d'élèves (dont quelques belles filles !) discutent et fument leur clope en attendant de rentrer en cours.

Tranquillement, je descends de moto, bloque la direction, mets le U en place, referme le coffre. Je commence à monter les escaliers tout en enlevant mon casque et ma cagoule…

Et c'est à ce moment là que j'entends un gars qui m'interpelle : « Eh Fab, t'as oublié tes clés sur ta moto !!! »
Evidemment, tout le monde a entendu, mes potes bien sûr, mais surtout les filles !...

Fabornet83 - 23 décembre 2003

- 300 témoins pour une gamelle de MIB...

A la bourre comme d'habitude, je passe devant quelques 300 cyclistes..

Je rejoins mon pote et lui demande comment on opère dès le premier carrefour pour protéger les 300 gugusses qui nous collent au train.
La trajectoire s'écarte doucement, doucement ( je ne regarde pas la route car je parle à mon pote...) et v'lan la roue se retrouve dans le bas côté sur l'herbe bien mouillée. - 300 kgs par terre… et moi couvert de boue et d'herbe ( on aurait cru Rambo au Vietnam ) - 300 témoins pour une gamelle de MIB, z'avez jamais vu ça !!!!

BIG83 - 23 décembre 2003

Le « coucou qui c'est », ??? vous connaissez ?

Remettons-nous en situation... … du haut de mes 14 ans et fier pilote, je domptais une magnifique 103 équipée d'un siège biplace, un phare éclairant le trottoir plutôt que la route depuis mes premières minutes de pilote où je m'étais pris un mur (je n'arrivais pas à tourner...),

Je passe prendre un copain chez lui et allons, tous deux juchés sur mon destrier, faire le kéké dans notre bourg... Puis le jeu commence, mon pote assis derrière moi met ses mains sur mes yeux en lançant un « coucou qui c'est ». (à au moins 50 km/h çà fait toujours rire...

Après lui avoir passé les commandes à son tour, l'envie me prend de continuer le même petit jeu... Je place les mains sur ses yeux et pousse le cri de guerre « coucou qui c'est ? »... et c'est à ce moment-là, allez savoir pourquoi, que mon pote, surpris, fait un écart. Moi, je n'ai pas eu la présence d'esprit de retirer mes mains et nous poursuivons notre chevauchée fantastique dans le talus ! Celle-ci eut une fin brutale au moment où la roue avant de notre Peugeot rencontra un gros caillou... Ejection du véhicule… nous nous retrouvons le nez dans la terre...

Je me relève et vais voir rapidement mon ami qui lui est resté au sol... Merde... il ne bougeait plus... quand je m'aperçois que s'il ne bouge plus c'est parce qu'il est mort de rire... et quand il se relève (ohhhhhh surprise) il est trempé de partout !!!
« Monsieur » comptait profiter de notre futur arrêt pour une petite pause …urinaire, mais le choc en avait décidé autrement...

jclaude - 24 décembre 2003

Ah l'effet burn …

V'la une « honte » pour la dernière journée de l'année 2003, mais si je la raconte, je précise que je n'étais pas sur le brelon
Cela s'est passé dans une commune des alentours de Rennes, il y a 6 à 7 ans (peut-être que certains se reconnaîtront...)

Un samedi soir, dans un troquet avec l'attroupement habituel d'au moins 20 à 25 personnes.
Un « pur de dur » certainement légèrement trop imprégné de bière, vantait les mérites des caractéristiques techniques de son « super brelon » qui portait le nom officiel de 500 GSE
Enervement dans le peuple …la clef de contact est sortie avec l'annonce d'une démonstration de puissance dans le milieu du bourg, devant le débit de boisson. Démarrage, chauffe du moteur à grand coups d'accélérateur... freinage de la roue avant, lâchage d'embrayage et c'est parti pour la figure connue des briseurs de mécanique, c'est à dire le burn.

L'odeur caractéristique de brûlé se fait sentir, le moteur gueule tout ce qu'il peut. Seulement il y a un problème technique : la roue arrière ne tourne pas et c'est à un très beau burn... d'embrayage que nous assistons (ce qui est beaucoup moins spectaculaire à voir). L'histoire dure quasiment une minute jusqu'à ce que j'arrive à persuader ce goret que son embrayage est tellement mort qu'il n'y arrivera pas. Du coup la colère le prend, il part comme un fou (et mort de honte) droit devant lui, va faire demi-tour et repasse devant « l'auberge » à fond de deux ! Seulement à 150 mètres plus loin, il y avait un carrefour... il le traverse avec la chance qui protège parfois les abrutis de son espèce (c'est-à-dire au moment où il n'y avait pas de voiture) et termine sa course sur la route en face.

Le seul hic c'est que cette route n'était pas dans l'axe du carrefour. Il a donc fini en faisant passer son brelon à travers la porte d'entrée de la maison qui faisait l'angle.
Résultat : son brelon, vrillé de partout, était bon à mettre à la casse. (il aurait pu le laisser à l'endroit de la chute ça faisait une belle déco dans l'entrée de la maison...)
Il s'en est tiré avec une cheville cassée

C'est passé pas loin mais c'est passé quand même, c'est comme cela qu'un drame potentiel se transforme en honte à vie

Alf - 31 décembre 2003

Faire le beau …sous sa moto, faut le faire !

Je devais me faire faire une radiographie du dos et comme il faisait super beau, je sors ma belle 1200 bandit « s » pour y aller !!
La radio se passe sans problème. Après la consultation, je sors, casque sur le bras, et laisse chauffer ma belle puis je monte sur ma fidèle monture!!!

Le centre de radiologie se trouvait près d'une université et tous les étudiants étaient dehors pour profiter du beau soleil.
Moi, je voulais repartir en bolide pour faire le beau : je passe la première et fais ronfler un peu le moteur !!
Oh la la ! j'avais oublié mon bloque disque et ne l'avais pas enlevé !!! j'ai fait 10 cm et me suis retrouvé étendu par terre, la moto sur moi. Il m'était impossible de me relever et de redresser aussi la moto. J'ai dû me résoudre à crier pour que les étudiants viennent à mon secours, relèvent la moto et me permettent de me remettre debout !!
Ils étaient morts de rire
Et moi mort de HONTE !!

Bandito - 5 février 2004

Les joies de la rivière …

Un soir, plutôt frisquet, à la mi-saison, nous décidons des copains et moi de faire la balade que nous avions prévue depuis longtemps mais jamais réalisée.
Il fallait traverser une rivière... il faisait nuit et froid et cette rivière avait encore un gros débit en cette saison.

Nous partons donc sur les petites routes de Seine-et-Marne pour rejoindre cette fameuse rivière. Nous avons longtemps hésité en regardant l'eau couler à la lumière des phares ….Il fallait bien pourtant qu'un de nous se décide à la traverser et mette les gaz.
Sans trop réfléchir, je fonce mais trop de gaz et beaucoup trop d'algues vertes au fond de l'eau me font déraper et je me retrouve trempé de la tête aux pieds avec la bécane sur les genoux...
J'évite la noyade et coupe le jus sur ma bécane que j'essaie de relever mais le fond est trop glissant alors qu'il est déjà difficile de tenir debout et donc impossible de forcer sur les pieds.
J'éprouve un grand moment de solitude, seul au milieu de l'eau, avec des copains sur la rive gauche et d'autres sur la rive droite... mais personne ne souhaitait se plonger dans l'eau glacée en pleine nuit (il était minuit) Cependant, un courageux de la rive gauche arrive à mon secours et nous parvenons tous deux à remettre à flot les 190 kg de la moto.
Je mets le contact et après quelques petits coups de démarreur, hop ça repart. Je finis la traversée façon lopette à coté de ma moto et au pas de l'escargot tétraplégique.
J'ai mis à sécher mes fringues sur mon moteur en attendant que la rive gauche se décide à rejoindre la droite.
Le reste de la traversée s'est déroulée sans problèmes
A part une pédale de frein et mon amour propre un peu trempé …cette aventure est restée un bon souvenir et je regrette seulement de ne pas avoir fait quelques photos

Shoo - 5 février 2004

A quoi çà roule ta moto ?

Il faisait beau cet après-midi là et je dis donc à ma douce, chère et tendre : on va faire un p'tit viron?
O.K je suis partante... donc nous partons !

Au retour, ma belle (la moto) avait soif, je laisse donc ma belle (chère et tendre) à la maison et pars au bistrot à motos du coin pour refaire le niveau.

De retour à la maison, ma belle (la moto) est remisée au garage et je vais retrouver ma belle (chère et tendre) qui, au bout d'un moment, me pose soudain la question :
« TU Y METS QUOI DEDANS?... DU GAZOIL? »
« Chérie, tu as déjà vu une moto rouler au... MAZOUT?

Patoche38 RAT - 7 mars 2004

Les Ducati roulent sans essence ??…

Faut-il en rire ou pas ? Mon aventure à moi, ardent défenseur des DUCATI et grand pourfendeur de japonouille devant l'éternel, c'est d'être bêtement (pour rester correct) tombé en panne d'essence avec ma rutilante ritale, lors d'une virée avec des membres du Repaire… (bien sûr... ) qui ont bien profité de l'occasion pour me renvoyer l'ascenseur...

Qui l'aurait cru ? d'abord, avec toute mon expérience, tomber en panne d'essence... comme le premier jouvenceau venu..., et en plus, 100% des DUCATI présentes ce jour-là, sont tombées en panne....
J-PAUL - 8 mars 2004

Et tout cela pour des platines de repose-pieds !

C'était ma première moto, achetée d'occase, un CB500 ( admirable ), … Je décide de démonter les platines de repose-pieds pour leur filer un coup de peinture.
Une fois repeintes, je songe à faire le beau ( y'avait pas vraiment de quoi en y repensant, mais bon !! )... je me fais la côte à vive allure et double tout ce qui roule,... et tout d'un coup... (mais qu'est-ce qui se passe ? )... j'entends un super bruit de ferraille sur le goudron !!!!... tout en m'arrêtant, je me demande si mon pot ne s'est pas décroché ????,... mais non, c'étaient les vis de la platine de repose-pieds qui s'étaient fait la malle... et la platine traînait lamentablement par terre en faisant de belles traces grises sur l'asphalte...

J'ai donc dû m'arrêter sur le bas coté et trouver une solution de fortune pour faire tenir la platine… J'ai vu toutes les personnes que j'avais dépassées me sourire niaisement !!!... Tout en essayant de me cacher derrière ma moto pour ne pas me faire voir, je fis une réparation de fortune pour reprendre immédiatement le chemin du retour... à faible allure cette fois !

Bip Bip - 2 mars 2004

Un sélecteur... siouplé...

Je m'arrête un jour à un feu rouge, je pose le pied par terre et je me vautre lamentablement : mon pied venait de glisser sur une s***** de bande blanche pour piétons...évidemment cela se passait devant toutes les voitures que je venais de dépasser pour me mettre gentiment devant elles...
Sans hésiter, je suis allé voir le concessionnaire pour lui demander... un sélecteur siouplé » !

Bip-Bip - 8 mars 2004

Les dents de la route

Il faisait un beau soleil ce week-end-là et je prends la moto. Je file sur une belle ligne droite et j'aperçois trois « boites à roues » qui me bouchent la route.
Pas de problèmes coup de gaz et hop ! je double tout le monde, royal….
Dans la dernière voiture je vois un petit gars de 10 à 11 ans ….admiratif. Forcément, ça fait plaisir d'avoir du public, alors j'en remets une couche et je la double comme une flèche. Bref, je suis devant tout le monde.

Arrive un stop et je m'arrête bien sûr mais un chien de race (indéterminée) arrive tout à coup sur le trottoir. Subitement, la bête pète un câble et commence à m'aboyer dessus en se montrant très agressif. Je reste calme et ne bouge pas mais les voitures que je viens de dépasser arrivent à leur tour.
Feu vert … je veux passer la première mais rien ne se passe. Je donne un coup de gaz pour quelle s'enclenche mais le corniaud se retourne et me fonce dessus toutes canines dehors !
Pour moi, le moment est chaud... le chien est devant, je ne réussis pas à passer ma vitesse et tout le monde commence à klaxonner derrière, ce qui excite encore plus le chien !
Finalement je réussis à repartir, …cool !!!! mais le chien reste collé à mes basques espérant sans doute pouvoir « croquer du motard ». Sur un nouveau coup de gaz, je le laisse derrière. Ouf …
Sur le chemin du retour, j'imagine très bien le papa dans la voiture disant à son fiston : « tu vois, c'est dangereux la moto!!! »
Vilcoyote - 30 mars 2004

J'avais oublié la béquille !

Une fois, je me trouvais avec 6 potes motards et on s'arrête devant un bar …je descends de la moto et oublie de mettre la béquille !

La grosse honte... mais heureusement pour moi, j'avais une visière teintée !!

Yan - 2 mai 2004

Au secours… une guêpe !

Je roulais, la visière ouverte et subitement une guêpe s'est glissée dans mon casque ! Je m'arrête en catastrophe, je béquille mais descends de la bécane à droite et subitement, je me retrouve à terre !

Yan - 2 mai 2004

Le casque a tout pris !

Ce matin-là, tout content de démarrer ma bête, j'enfile mes gants, fais le tour de la bécane pour me retrouver à sa droite et vérifier le fonctionnement du clignotant récalcitrant... Clic clac clic clac... il marche bien !

Je relève la tête, arrête le clignotant et c'est le drame !!!
J'entends un petit CLAC et vois ma chère moto en train de glisser tout doucement sur le flan... Je me précipite sur le guidon... j'me dis facile : je suis costaud et je la retiens : « elle ne tombe pas... elle ne TOMBE PAS !!! »...
Ben... je l'ai retenue... mais elle est quand même tombée...

Résultat : j'ai rayé un peu le carénage... mais mon casque était posé sur le rétro gauche et il a amorti la chute en prenant tout dans la face... ma visière iridium était foutue et CA me gonflait !!!!!... çà vaut quand même 75 euros ce petit truc... pfff !
Ouf... pas un voisin n'était dehors !

Toph - 12 mai 2004

Entre la honte et la classe !

C'était avec ma première moto, une supermot' 600XT.
J'avais l'habitude en partant de chez moi, de bien faire chauffer les pneus et de prendre le gauche serré, à la sortie du village, comme une lopette.

Ce jour là, il y avait un troupeau de gonzesses sur le trottoir, et aussitôt..exit la lopette et pleins gaz pour faire le malin...
Ben oui, mais le BT56, lui, il n'était pas réveillé !

Résultat : une équerre pas croyable (avec guidon en butée, si, si !)..Je me voyais déjà en train de ramasser l'XT contre le trottoir ! mais le miracle s'est produit : le bridg' raccroche, la brèle me secoue comme un prunier puis se remet en ligne, et moi, pour ne pas perdre la face, re-gaz ! J'ai fait ensuite 5 km à 60 km/h
J'espère que pour les poulettes, ça a un peu fait « pro de la glisse »

Gromatou - 18 mai 2004

Vol plané réussi !

C'est arrivé à un pote à moi il y a quelques mois. Il était debout sur la selle de sa R1 pour faire rire les copains. Puis il s'est accroupi sur la selle.
Il ne lui restait plus qu'à attraper le guidon et à se laisser tomber le *** sur la selle mais on voulant attraper le guidon, il a touché le coupe-circuit !!.

La R1 a ralenti brutalement …mon pote est passé au-dessus du guidon et la R1 lui a roulé dessus.

Thom - 18 mai 2004

Où était donc passé le sélecteur ?

Cela s'est passé il y a environ 25 ans avec ma première 125, une Motobécane LT3 (j'en ai revu une récemment dans un musée, ben c'était vraiment moche !)

J'avais passé tout un dimanche après-midi à bricoler la bête... Je prends la route pour la grand'ville où j'étais étudiant.
Après 5 km environ, en entrée de virage j'ai voulu redescendre une vitesse, mais... cruelle absence ! Rien sous le pied droit (le sélecteur était à droite). J'avais perdu le sélecteur sur la route... sans doute avais-je oublié de le serrer...

J'ai refait les 5 km en sens inverse pour tenter de retrouver la maudite pièce dans le soir qui tombait.., tout à l'embrayage car j'étais coincé en 4ème ! ça a été une sacrée galère et je ne l'ai jamais retrouvé !
Heureusement que j'en avais un en rab' à la maison (je devais avoir 2 ou 3 bécanes identiques en pièces détachées)... mais j'ai préféré faire refroidir l'embrayage avant de repartir !!

HK_91 - 18 mai 2004

Avec les gravillons, que du bonheur !

C'était avec ma première bécane, un CB 500 de 1995. Ca faisait à peu près un an que je roulais, je commençais à m'amuser ….
Un week-end, je décide d'aller voir ma nana.
Je me trouvais sur une rocade près de Mantes, dans une belle ligne droite limitée à 70 km/heure (mais en rase campagne) et j'ouvre bien comme un sagouin...
A un moment, je me dis : » tiens, je devrais prendre la voie de dégagement et passer par cette route à gauche »...
J'entre donc sur cette voie, je regarde mon compteur et je me dis, OUPS, fais-nous un freinage viril mais correct... j'y parviens à moitié mais le virage se rapproche vite... un coup d'oeil sur le compteur et je me dis qu'en penchant un peu plus, ça va passer à l'aise... Et puis je regarde le virage et je vois avec horreur... des gravillons...
Comme un âne, je me mets en tête de les éviter, donc, re-freinage (en courbe en plus) ET déport sur la droite, ce qui me rapproche dangereusement du bord d'un haricot central. A ce moment-là, je roule plus doucement (30-40 max!!!!!) et je me dis (un peu surpris) que c'est passé!!
Eh non ! j'étais parallèle au trottoir et au moment où les flancs des pneus l'ont touché, je suis allé jouer « super man » dans l'herbe !!

C'était ma première chute... je me remets doucement, je suis un peu perdu mais il n'y a personne dans les parages... (heureusement me disais-je...)
Je relève la moto et commence à regarder les dégâts.
J'entends à ce moment-là une sportive arriver raisonnablement. Petit signe de la main... elle disparaît derrière un pont puis je perçois une grosse décélération suivie d'une grosse accélération et voilà le motard près de moi. Il me demande si je suis en panne, je lui explique que je viens de me bourrer lamentablement.

Il me regarde avec des yeux grand ouverts et me répond : « MAIS OU???? » (du genre: « mais pas ici, c'est pas possible de se mettre au tas à cet endroit précis »)

J'ai failli me tirer en courant tellement j'avais la honte: cette voie faisait 4 mètres de large, le virage était normal et même un 44 tonnes aurait pu le prendre à 200 km/h !
Le motard était tout sourire et m'a montré ce qu'il fallait impérativement vérifier après une chute. Il s'est assuré que j'allais bien et je l'ai laissé repartir...
(Comme quoi la solidarité n'est pas seulement un vain mot auprès de certains...)
Quand je repasse par cet endroit, j'ai souvent un petit sourire sous le casque... Mais comment ai-je pu me mettre au tas à cet endroit????? Je n'en reviens toujours pas...

Colt - 19 mai 2004

Première séance de lavage réussie !

C'était il y a 4 ans... Je venais d'avoir le permis, j'avais acheté en occase un CBR 900 RR noir avec un pot carbone : Broahhh….Broahhhh….Broahhh…

Départ pour un c'htit tour…mais la crasse sur le noir cela se voit. La honte... le brelon sale comme ça !. Je file à l'Eléphant Bleu (station de lavage au karcher pour ceux qui ne connaissent pas) : 4 emplacements dont un libre, GO! (chaque emplacement a sa fosse d'évacuation des eaux recouverte par une grille métallique).
Arrivée dans le style : bien doucement, en première, en jouant de l'embrayage et du gaz : Broahhh….broahhhhh…broahh…...Même les gars du Snack à 30 mètres de là, m'ont repéré.
Je béquille et commence à enlever le bol en penchant la meule pour la poser sur la béquille. C'était la routine pour moi les gars, je maîtrise … mais la béquille passe à travers le caillebotis métallique !!.
P*TAIN DE CASQUE!!! m*rde,m*rde,m*rde … keskispasse?
Voilà le tableau : la meule est à terre, le pilote... avec le casque tout de traviole sur la tronche et à moitié aveugle, est jambes écartées, dos voûté et s'agrippe à ce qu'il a pu attraper,... cri de la mort qui tue
Bilan: ptites rayures
Je ne sais pas si les gars autour de moi ou ceux du snack ont rigolé mais je me suis barré chez moi, furax et honteux !

Skyshadow - 19 mai 2004

N'oubliez pas le U !

J'avais mon permis depuis une semaine et une b6 depuis 3 jours... je vais chez mon amoureuse et mets bien consciencieusement mon U (au début, on flippe de tout).

Puis arrive une bonne partie de mes potes (une petite dizaine). L'un d'eux me dit : viens, on va dégripper ta serrure; emmènes ta brêle chez moi.
C'était juste en face de la maison de ma belle et je me dis : bof... je ne mets pas mon casque, ni mes gants, ce n'est pas la peine...
Et hop ! Je chevauche ma belle, fier comme un paon ! Je fais un peu vrombir le moteur, démarre doucement, fais 50 cm puis la moto se bloque... Il m'est impossible de la retenir et c'est la chute… mes potes se précipitent pour la relever et sont tous partagés entre la consternation et le fou rire car comme un gros con, j'ai tout simplement oublié d'enlever le U !.

Bilan : réservoir poque, entraîneur arraché et U marqué.
Maintenant, je ne mets mon U que lorsque je gare ma belle la journée entière au taf.
Mais ça m'a vraiment fait mal au coeur.

Buzz- - 19 mai 2004

Faut pas se mélanger les boutons quand même !

Il m'arrive parfois de vouloir actionner les clignotants et je klaxonne à la place !
Did49 - 24 mai 2004

Le coup du klaxon à la place du clignotant, ça m'est arrivé aussi hier, derrière une boite à roue arrêtée à cause d'un bouchon. Après un petit signe de main (dans le genre, je ne voulais pas klaxonner..) la voiture s'est serrée devant pour que je puisse tourner à droite !

Woody50 - 24 mai 2004

Stoopie... wheeling... c'est pas dans la poche !

J'étais en place pour passer le permis A1 et je me débrouillais bien... J'ai voulu faire le mariole devant un autre 125 et deux cb 500, en plateau avec moi...
J'arrive vers 50-60 km/h et je plante de l'avant pour faire un stoopie mais sans m'apercevoir qu'il y avait des gravillons !!!
La sentence est immédiate …. chhrriiiiiiiii ! la meule se retrouve à terre et moi rouge de honte, devant les regards moqueurs de mes « papas » ( les cb).

Une semaine plus tard, lors du dernier cours de plateau avant l'examen, je veux essayer de faire un wheeling avec mon pauvre 4T... Je me cale complètement au fond de la selle et à l'arrêt, je débraye à fond, …rupteur et je relâche l'embrayage tout en tirant comme un sagouin sur le guidon.
Wheeling réussi : à 90° puis à 120° puis finalement je me retrouve à terre avec la bavette griffée et mon mono qui me regarde de travers...

Sms rider - 25 mai 2004

La mécanique roule mais la tête …

C'était en été dans le centre de Cannes. Je pars avec un pote sur ma GSE 500. Je me gare et attache la moto avec une chaîne (je n'avais pas encore de U) et nous partons faire un tour.
A notre retour, je mets le contact… moteur en marche... on met les casques, les gants...et on monte dessus. Je passe la première… cool..une voiture me laisse sortir. Je pars doucement mais ne fais pas 10 cm.

Que se passe-t-il ? j'essaie une deuxième fois puis une troisième fois et je manque de tomber. Je béquille et mets pied à terre. Je regarde et oh ! surprise : j'avais oublié la chaîne attachée au poteau et comme par hasard elle s'était bloquée derrière le frein arrière ! Il m'a fallu 15 min pour la sortir.

Une autre fois..
Je venais d'acheter un SV2003 et j'allais à une fête foraine avec des potes. On se gare sur le trottoir, je bloque le guidon et je me dis « je vais mettre le U, c'est mieux car on ne sait jamais... ». J'ouvre donc le coffre la clé du U n'était pas avec la clef de la moto) je prends le U et l'installe.
Nous partons à la fête et soudain un gars nous agrippe et nous demande si les brêles sur le trottoir sont à nous ??.
Je me dis : qu'est-ce qu'il nous veut celui-là ? on répond par l'affirmative et il demande alors « à qui est la grise ? « et je lui réponds tout fier « elle est à moi » et à ce moment-là, il me dit « mais vous avez oublié les clefs sur la serrure du coffre !
... ****** de me*****de
Heureusement qu'il y a des gens honnêtes !

Commandeur2021 - 26 mai 2004

Attention, plus c'est petit, plus c'est méchant …

Voici ce qui m'est arrivé il y a quelques semaines.
J'étais arrêté à un feu rouge, fier comme Artaban sur ma SV.
Et il y avait sur le trottoir un tout petit chien, (je ne sais pas de quelle race exactement, mais c'était vraiment un tout petit chien avec de grands yeux noirs). C'était le chien du bistrot d'à côté en fait, qui prenait l'air, comme à son habitude.
Et ce chien, qui était posé sur son cul à quelques centimètres de moi, me regardait avec ses grands yeux noirs.

Le feu étant particulièrement long à cet endroit, notre échange de regard a quand même duré un peu... Je me demandais à quoi pouvait bien penser cette bestiole avec son regard insistant. Certes la SV est belle et j'ai fière allure, mais tout de même...
Des clients observaient d'ailleurs la scène, comme ça, en badauds...

Puis le feu passe au vert ! J'enclenche la première, prêt à enfumer tout ce qui bouge, et ce chien ridicule bondit d'un coup, se jette sur ma godasse et me chope le jean, toutes dents dehors !
Arghh!Voilà à quoi il pensait depuis le début, le saligaud !
J'ai tracé dare dare, après avoir vérifié que je n'avais pas entraîné le chien dans ma roue en partant, et je ne me suis surtout, surtout pas retourné...

J... - 28 mai 2004

Les piétons ne connaissent pas les feux ? …

Il m'en arrivée une encore aujourd'hui. Je baptisais mon SV.

Je roulais tranquillement derrière une voiture (un peu trop près certes..) et elle passe au feu (normal). Au moment où j'accélère pour la doubler, elle freine brutalement pour laisser des piétons passer alors que ce n'était pas à eux de traverser !

Evidemment, je suis surpris par la manœuvre et freine brusquement. La roue avant dérape sur des petits graviers. Je perds l'équilibre et couche la moto comme une grosse m***de ( j'avais une personne à l'arrière et la moto était trop lourde avec )
Résultat : le sélecteur tordu et une mini rayure

Commandeur2021 - 28 mai 2004

Monter ou descendre, faut choisir..

Par un doux samedi matin, je voulais assurer ma nouvelle bécane (une 600) et me voilà partie ! Je me sentais moyennement confiante.
Plusieurs chemins s'offraient à moi et je décide de prendre le plus court mais il montait beaucoup... les ennuis allaient commencer !
Le premier problème surgit : un feu rouge ! je m'arrête et me prépare (physiquement et mentalement) à un démarrage en côte avec cette nouvelle bécane d'autant que je devais tourner à gauche en même temps.
Le feu passe au vert et je commence à m'avancer... Face à moi se trouvait un camping-car; je m'arrête à nouveau mais le conducteur me fait des appels de phares puis me fait signe de passer.
Je me prépare à attaquer mon démarrage en côte avec ce virage à gauche mais JE CALE. Je suis déséquilibrée sur la gauche et me retrouve comme une « crêpe bretonne aux 4 fromages »… moto et motard étalés sur le bitume flambant neuf de ce carrefour sur lequel s'ouvraient pas moins de 4 bars avec terrasse et à ce moment-là, il y avait du monde à siroter sa tisane !
J'essaye au prix d'un gros effort de relever ma moto qui, pour obéir aux lois de la physique, veut prendre le sens de la descente… et c'est alors que 3 mecs, assis à une des terrasses, viennent me porter secours en plein milieu du carrefour !
Je n'ai pas hésité une seule seconde... j'ai vite redémarré pour m'arrêter au bar avec mes 3 sauveurs auxquels j'ai payé un verre pour leur peine !
J'étais partie pour régulariser l'assurance mais je n'y suis allée que la semaine suivante et, cette fois-là, en passant par le chemin le plus long, c'est-à-dire, le chemin sur lequel je ne risquais pas de devoir faire un démarrage en côte !
Depuis ce moment-là, je vous rassure... je maîtrise...

Puze - 29 mai 2004

Au pays des korrigans !

Un vendredi soir, sous la pluie, je traversais un village breton... j'arrive près d'un feu, au rouge, avec 4 à 5 voitures arrêtées devant moi.
Il pleuvait et j'avais laissé la belle combi anti-pluie Carref® à 27.50€ à la maison !
Je remonte la file par la gauche et place ma zrx1200 toute neuve devant tout le monde, juste devant le feu... mais en plein sur une bande blanche de passage piétons que je ne remarque pas !

La camionnette derrière moi s'avance doucement, le conducteur ne semblait pas super content, et moi, petit débutant prétentieux, je lance un peu mon moteur à ~3000 tours pour lui faire voir que j'en ai une plus grosse que la sienne et à ce moment-là, le feu passe au vert..
Je lâche l'embrayage mais... rien ne se passe car je suis au point mort ! bref, je manque de me casser la gueule car j'étais sûr de faire un bond avant ! je repose les pieds, pendant que klaxonnent les automobilistes (pressés) derrière puis passe la première...
Mais j'étais toujours à 3000tr/min sur ma bande blanche ! évidemment, la moto part, mais pas en ligne droite, le *** fait droite, gauche, droite, gauche... la bécane se penche dangereusement et moi j'écarte les pattes en essayant de toucher le sol pour ne pas tomber! après quelques mètres, ça se stabilise et là je me barre (prudemment)!
J'ignore toujours comment j'ai fait pour ne pas tomber, mais mes godasses ont un peu morflé !!!

Toto@moto - 14 novembre 2004

La frime en côte !

En pleine ville, je me trouvais dans une rue qui monte... avec devant moi quelques voitures que je ne peux pas dépasser car l'une d'elles attend depuis 3 plombes au milieu de la chaussée pour tourner à gauche…

Je commence à m'impatienter et donne quelques coups d'accélérateurs (il fait beau, il y a un bar à côté et je vais leur montrer comment une moto démarre en côte!)
La file repart et je lance bien le moteur mais rien ne se passe et pour cause : je suis encore au point mort!

J'entends des mecs à la terrasse du café parler d'un bouffon à moto qui ne sait pas conduire... Trop énervé, je passe la première... sans débrayer et à ce moment-là je cale car je n'ai pas accéléré ! eh oui, quand on est débutant et c... on ne peut pas en même temps et freiner de l'avant (pour ne pas reculer en côte) et accélérer!

J'ai fini par démarrer et mon second départ a, lui, laissé un peu de gomme sur la chaussée. J'ai apprécié la visière fumée..
Moralité : il suffit de frimer pour qu'arrivent les pires tuiles!

Toto@moto - 14 novembre 2004

Rien ne sert de courir …

C'était en Bourgogne … j'étais en balade avec deux potes (CBR600 et GSXR 750) et j'avais à l'époque, ma XJN à 34 cv...,
On s'était donné rendez-vous chez une de mes amies (elle habite sur la place principale d'un petit village)

Mes collègues étant partis comme des bourrins par les routes les plus viroleuses de la Bourgogne et je n'ai pas pu les suivre. Pour ne pas arriver trop à la bourre, j'ai pris un méga raccourci (du genre Edouard Bracame, mais avec la trajectoire maîtrisée). J'ai dû gagner 2km.
J'arrive chez mon amie et suis étonné de ne pas voir mes potes... rien ne sert de se presser me dis-je, j'arrive pépère quand mon amie arrive à son portail.

J'ouvre le casque, je lui dis bonjour et elle me demande où sont mes potes.
En blaguant, je lui réponds qu'ils n'ont pas pu me suivre (elle est motarde elle aussi, et me savait bridé à 34 cv).
Elle ****** de rire, jusqu'à ce que, dans un vacarme assourdissant, je vois dans mes rétros mes deux potes qui arrivent « à la Dohann des grands jours ».
Elle ne rit plus et me regarde « autrement » (j'ai adoré ce regard pendant deux ans)

Tout à coup, j'entends un bruit de ferraille puis un « léger » raclement.
4 secondes plus tard, je vois, à ma gauche: une CBR (sans pilote) arriver sur le carénage et à ma droite, un pilote (sans GSXR) arriver en roulé boulé.
Forcément, ça a causé à la petite dame!
Plus sérieusement, elle a compris qu'il valait mieux un mec pas trop ****qu'un mec maladroit (enfin je crois!).
HMB - 14 novembre 2004

La mémé et son cabot …

Sur le parking du carrefour du coin, un samedi.
J'arrivais gentiment avec ma XJN sur le parking deux roues lorsqu'un chien (York shire) déboule sous mes roues... que j'ai bloquées l'une après l'autre.
J'entends un « Kaï », je m'arrête et n'entends plus rien..Je n'ose pas regarder.
Hurlements de la « vieille mémé », je baisse les yeux et vois le York coincé par son harnais et sa laisse dans ma roue avant.
Il avait le dos collé à mon tube de fourche, ses pattes ne touchaient plus le sol et s'était tu en me regardant d'un air lamentable.

J'ai passé 10 minutes (qui m'ont semblé une heure) devant la sortie du centre à démêler la laisse de ma roue, sous les cris suraigus de la mémé...

Cela a été la plus grande honte de ma vie alors que je n'étais pas le seul fautif !

HMB - 14 novembre 2004

Le regard, c'est sur la route... pas sur les courbes..

L'été dernier, je roulais dans Dijon (avec ma ZRX quasi neuve) quand j'aperçois au loin une « bombe » qui avait une démarche suffisamment saccadée pour faire vibrer ses formes....
Je la mate grave quand mon sixième sens me dit, « fais gaffe, il y a une voiture devant... » Quasi trop tard..
Gros freinage, roue avant (ma première et ma dernière) avec ma grosse titine.
Arrêt total dans le pare-choc de la voiture (j'ai dû exercer une pression juste suffisante pour enfoncer le pare choc de 1cm).
Je lève la tête... c'était une Scénic de la police!

Tout le monde me regarde... deux policiers descendent de voiture, me fusillent du regard, regardent leur pare-choc (il n'y avait rien).
L'un d'eux s'approche de moi, je lui dis « je suis désolé …»... et me demande ce qui m'a pris ?
Après quelques secondes de réflexion, je réponds tout doucement que « je regardais la jolie fille passer… »
Le policier éclate de rire et rétorque « nous aussi ! c'est dommage qu'on ait pas pu voir la fin ». en remontant dans sa voiture, puis il a ajouté « le regard, c'est sur la route, pas sur les courbes! »

HMB - 14 novembre 2004

Remise en selle …

Jeune ado, j'avais un cyclo « poulain » (marque quasiment inconnue … )
Pour épater les copines au coin de la rue, je passais debout sur la selle.
Mais au fil du temps, la chaussée s'était détériorée...Un jour, je pris un trou et tombais directement sur ladite selle...
Retour immédiat à la maison et pendant huit jours..j'ai marché comme Lucky Luke !
Anjak - 17 novembre 2004

Faire gaffe au ridicule (qui ne tue pas) …

C'était la première fois que je faisait de la moto avec un passager (c'était ma frangine en plus... la honte totale!!).
On arrive à un croisement : feu rouge..
Un type arrive en scooter à côté de moi, me regarde en me cherchant et en faisant des petit « WINGWING » avec sa pétrolette!
Du coup, j'accélère un petit coup (avec un pot NH, c'était marrant), le feu passe au vert ! et POF!!!!!!!! GAAAZZZZZ et calage!! la lose !!!
J'ai redémarré vite fait et l'ai rattrapé rapidement mais j'ai ressenti la honte totale avec ma frangine que se foutait de ma gueule en plus !

Le coup du U ? cela m'est arrivé aussi. Une fois, à la sortie d'un magasin, je mets mon casque, je démarre la meule... première et *****, elle bloque, c'est quoi ce trip,je ne comprenais pas!! je regarde et je comprends... J'avais oublié le U !

Bill SVS - 17 novembre 2004

Encore le U..

J'avais prêté mon appartement et devais récupérer la clé du parking.

Je rentre de mon travail, gare ma belle sur le trottoir, juste en face du parking. Je mets le U sur la roue arrière et me prépare à aller chercher la clé du parking dans mon appartement. A ce moment une voiture arrive et s'engage dans ledit parking.

Impulsif comme je le suis et surtout paresseux, je ne fais qu'un bon sur ma belle, je mets le contact et descends du trottoir et …., je vous laisse deviner la suite … le U était encore en place.

Comment faire pour béquiller une moto à cheval entre un trottoir et la route ? personnellement, je n'y ai pas réussi, et en plus il commençait à pleuvoir !
Bon, …d'une main, je tiens la belle, je retire l'embout du U (fortiche déjà), ensuite, j'essaye de retirer le U lui-même, mais impossible car il est coincé..
.
En la tenant d'une main, je fais le tour de la moto et passe derrière où je peux la prendre enfin de mes deux mains.
Mais que se passe-t-il ? coup de fatigue ou poids de la moto ? elle commence sérieusement à pencher de 45 degrés à peu près.
Je ne fais ni une ni deux et repensant à Jean Valjean sous sa charrue, j'attrape l'engin et le redresse. Je dois avouer que j'étais assez content de moi car je ne suis pas un gros gabarit et ce n'est pas léger ces petites bêtes.
Puis je prends fermement les deux poignées situées à l'arrière, tire un grand coup et la moto remonte sur le trottoir. Je peux enfin la rebéquiller et retirer le U.

J'ai pu ensuite remonter chercher les clés dans mon appartement après avoir offert à mes voisins un spectacle de rue bien improvisé.

Sisyphes - 17 novembre 2004

Moto « tampon »... s'abstenir …

Il y a déjà quelques belles années de cela, c'était en 1982 et j'avais ma première moto : un TY 50...

Je me trouvais à Cassis (station balnéaire très fréquentée dans le Midi) un dimanche matin du mois d'août, un monde fou...et je me pavane!
Tout à coup, mon oeil est attiré par une jolie nénette et je ne vois plus qu'elle...
Dommage pour la 2CV arrêtée devant moi car je me la prends suffisamment violemment pour passer par-dessus, puis à travers, et je me retrouve la tronche sur le plancher coté passager à côté d'une mémé qui faisait un malaise (pas grave heureusement).
Trois à quatre mecs se sont pointés pour me sortir de là car j'étais totalement coincé mais tellement mort de rire que, d'une part, ils ne voyaient pas la mémé s'étouffer et d'autre part, ils ont bien mis cinq minutes à me sortir de cette situation...c'est long, très long, et il y avait beaucoup de monde...l'horreur !

Peu de temps après…et toujours à Cassis, on se dirige à trois sur la moto, vers la presqu'île (au Bestouan pour ceux qui connaissent), et sur le chemin … alors qu'on les croyait partis, on voit les gendarmes avec leur Estafette au milieu de la route...

Nous étions trois sur la moto à une belle vitesse et nous n'avons pas pu nous arrêter. On a emplâtré en beauté la belle Estafette des gendarmes...
Bilan, un pote a eu le petit doigt cassé mais il était tellement hilare qu'il ne s'en est pas aperçu tout de suite.

Les gendarmes, eux visiblement hésitaient entre le fou rire et la sanction...
et au final, ils ont convoqué mon père à la gendarmerie et contre toute attente, mon père l'a bien pris... car il était mort de rire lui aussi...En plus, il n'a rien eu à payer, (on était en 82, c'était une autre époque!)

mais pour moi, c'est toujours une honte...car, bien sûr j'en entends encore parler de cette histoire (la fille du « doigt cassé » est ma filleule…).

Je ne me suis pas arrêté là. J'ai réitéré, mais cette fois en voiture et bien plus tard, en explosant littéralement une Renault 30 avec une 104, tous les bagages à l'intérieur...une horreur !
et le plus bizarre, c'est que je n'avais qu'un phare de pété...mais je revois encore la tête des pauvres petits vieux qui étaient en vacances devant leur Delsey détruite...Il faut dire qu'ils étaient encore arrêtés au « cédez le passage » du rond-point alors que j'en étais à regarder si une voiture arrivait!...j'ai alors pris conscience que j'avais un réel problème d'attention et ce fût mon dernier accrochage (touchons du bois)!!!

Xav13 - 17 novembre 2004

Fermez vos visières !

Cette histoire est arrivée à mon pote il y a cinq mois,
On était en ballade en ville, fiers comme des coqs, avec pot Nh …enfin bref le bordel et on n'entendait que nous.
Comme tous les samedis... le centre était plein à craquer

On s'arrête au feu rouge, on ouvre les visières, petit coup de gazzzz, on flambe quoi,…mon pote me fait remarquer que nous sommes entourés de minettes.

Feu vert : on démarre comme des malades et puis tout d'un coup je vois mon pote qui se met à faire des zig-zag bizarres, des gestes, des petits cris, s'arrête en criant et en plus en bloquant la circulation. Une guêpe ou un frelon m'a piqué me dit-il, *****ça brûle, je suis allergique je vais gonfler...

Comme il avait trop mal pour pouvoir enlever son casque et que me sentais paniqué aussi, je file à la première pharmacie qui était juste à côté et j'explique rapidement le problème à la pharmacienne qui arrive sur les lieux.
Elle a emporté avec elle une seringue contenant un anti-poison et lui fait une piqûre. La piqûre fait son effet et mon copain peut retirer son casque.
Maintenant il roule toujours avec la visière fermée.
En tout cas dans l'histoire je crois que j ai eu autant honte que lui !

Bandit_49 - 25 novembre 2004

N'oubliez pas…... la béquille !

Juin 1999... Pour la première fois, je vais avec ma copine à la maison de vacances de mes parents à Fécamp. La route était superbe, il faisait grand soleil, le XJ roule comme toujours, très bien... Autoroute à 180/190, départementale à 160/170, comme d'habitude...
Arrivée à Fécamp, petit détour par le port et le front de mer, histoire de voir la mer après 1h30 de moto depuis Rueil (92), la mer est belle, le soleil chauffe, tout va bien dans le meilleur des mondes.
Mademoiselle a un peu mal au coup à cause de la vitesse, mais a un sourire d'une oreille à l'autre.
Arrivée dans la rue de la maison de mes parents, je la prends à contresens (comme d'habitude) pour me garer en montant.
Mademoiselle descend (côté droit comme à son habitude), je coupe le moteur, passe la première pour être en prise, la regarde détacher son casque et descends de la moto... et la moto aussi descend !!!!!
eh oui, illuminé par la beauté de ma douce et tendre, j'ai comme un imbécile oublié... la béquille !!!
Fumasse contre moi-même, je me jette à terre pour remonter d'un coup de reins ma monture... La fameuse position du crapaud...
Evidemment, en se couchant, la première a sauté, et dès que je redresse un peu la moto, la voilà qui descend un peu plus
Et pendant ce temps-là, mademoiselle… ayant enlevé son casque, est assise par terre en pleurant... de rire !
Impossible de lui demander quoi que ce soit. Elle se marre trop de ma honte d'avoir couché ma belle

Finalement, un très respectable petit vieux passant par là, je lui demande un coup de main. « Mais monsieur, je ne peux pas vous aider » (l'excuse de son âge respectable). Et moi « mais si, il suffit de tenir la poignée (de frein) serrée, car dès que je redresse la moto, elle descend la pente. »
Ce cher respectable, (qu'il soit béni jusqu'à sa 92 000ème génération), serre de ses faibles forces la poignée de frein le temps que mon coup de reins rageur redresse les 242 kg de la bête, plus ceux du top case et de la sacoche de réservoir pleins comme des oeufs (je n'avais pas encore éduqué celle qui deviendra l'année suivante ma femme à n'emporter que le strict nécessaire pour un week-end en amoureux).

Je me retrouve enfin avec la bête remontée sur ses 2 roues, confortablement appuyée sur sa béquille latérale, la première enclenchée. Je retire la clé de contact, me lance une bordée d'injures, retire prestement la sacoche de réservoir et le top case que je me trimballe tout seul,
Un week-end qui s'annonce bien en perspective
C'est la seule et unique fois où j'ai oublié la béquille (chat échaudé craint l'eau froide)
Mais ensuite quelle honte, avec mademoiselle qui ne s'est pas privée de raconter l'histoire (maintenant, c'est Madame, s'il vous plaît ! )

Nicoxj900 - 29 novembre 2004

Le sol était mouvant …

Une fois, en 1979, le jour du Grand Prix de France au Mans, j'entame un demi tour avec mon 900 bol d'or, doucement et avec assurance..
J'avais bien vu qu'il y avait un peu de sable sur le sol, mais quand même, et tout à coup mon pied droit décide de partir franchement à droite !!!! la moto penche et moi aussi. Le pied, lui, glisse encore refusant toute coopération au rattrapage de la bête..

Bref, ce qui devait arriver arriva : le beau bol d'or finit par terre !
Je relève péniblement l'engin avec les 2 clignotants qui pendent au bout de leur fils respectifs.

Je suis en sueur car je préfère garder la visière baissée !!!!! et pour cause… la scène s'est déroulée devant l'entrée principale du circuit Bugatti et il y avait bien 300 spectateurs à me regarder, tous motards et heureux d'avoir vu le « poireau » du jour !

Defazer - 29 novembre 2004

Faut pas confondre moto … et quad !

J'avais 16 ans et roulais sur un scooter « un peu modifié » qui plafonnait à 110...à ce moment-là
mon pote, 16 ans aussi, roulait lui sur un blaster 200 cc (quad yamaha)...

On démarre notre petite ronde quotidienne du village avec notre mob'...enfin ma mob' car lui il était quand même en blaster!!!
on s'arrête chez une copine pour faire les crâneurs… puis après 10 min de parlotte, je tente le coup que tout le monde a déjà dû essayer au moins une fois...

Moi : si on s'échangeait nos brèles pour retourner chez toi ???
Lui : t'es ouf ? tu vas te vautrer avec ce truc...non et non...

Après avoir insisté 10.000 fois auprès de mon pote, il me file finalement son engin à quatre roues !

Lui: (poignée dans l'coin avec mon scooter) se disant « s'il essaie de me suivre, il va se vautrer! »
Moi: « j'vais lui montrer ce que c'est du pilotage ! »

On part et on arrive dans une ligne droite. Il y avait au bout un tournant bien serré à droite avec la prairie à gauche et un fossé d'un mètre de haut !!

Je vois qu'il a 100m d'avance sur moi ce sagoin!! Pourtant, je suis arrivé à fond de 4 mais je n'ai pas su tourner avec son engin...et devinez ce qui arrive ?...
le quad vole sur le fossé qu'il prend pour sauter, traverse la clôture en arrachant les deux garde-boue avant, je retombe sur l'herbe de la prairie où...je me retrouve avec le quad sur moi...
Mon pote arrive et demande avec sa petite voix: ça va? t'as rien??
moi: euh euh !! moi non mais le quad...comment t'expliquer ?.?...
et tout ça se passait devant les « petits vieux du village » réunis en grand rassemblement !
ZE honte de la honte

Mais le plus drôle, c'est que mon pote roulait avec une seule main car il a un handicap de naissance lui paralysant le bras gauche...donc ce fût encore plus la honte pour moi...
Il est quand même balaise le pote...passer toutes les vitesse d'une CR250 avec une main et tout ça poignée à fond!!
mais tout ça c'est du passé, maintenant je maîtrise parfaitement ! hum hum...

Lenny_7 - 29 novembre 2004

Météo France n'est pas Madame Soleil... faut pas s'y fier !

Début octobre, je délaisse ma « boite à roues » de fonction pour profiter des derniers jours de beau temps
Je pars au boulot de bonne heure et de bonne humeur, habillé léger, confiant en « Météo France ».
Le trajet aller se passe impeccablement, le pied total avec les bouchons de rentrée passés sans encombre, bref, gazz !!
Le soir, je reste un peu tard au boulot, trop de taff'.
C'est ensuite qu'ont commencé les em*erdes
Après avoir fermé les bureaux et mis l'alarme, je démarre la meule et m'équipe : blouson et gants d'été plus le casque.
Pressé de retrouver ma douce, j'enclenche la première, PLAF je cale... la béquille bordel de ***** !!! Bon, no stress, il n'y a personne... je redémarre, enlève la latérale, et là... RE-PLAF !!! Le U !!! Non, Ok, ce n'est pas ma soirée.

Il est 19h10, ça fait exactement 12 heures que je suis au taf, ça suffit !!!
J'arrête la meule, j‘enlève le U, sous la selle et ce coup-ci, c'est cool ! GAAAAAZ !!!
Je pars visière ouverte et à peine 200m plus loin, PLOF... je reçois une goutte sur le PIF !!! Pas de bol, vraiment !!!
Bon, ce n'est pas grave, ce doit être un nuage ***** et ça tombe … des gouttes..
Je roule mais je maudis TF1 : même à la météo ils sont NULS !!!!
Je suis trempé, ça traverse de partout... et déjà que Lyon en moto, c'est dangereux, mais alors sous la pluie, c'est vraiment la ***** !!! Le déluge !!!

Tant bien que mal, je me fraye un chemin à travers les automobilistes qui pilent pour rien, regardent encore moins dans les rétros... j'arrive dans ma rue, m'engouffre dans la rampe qui descend au garage pour me mettre le plus rapidement possible à l'abri...
Je sors mon bip pour ouvrir la porte au pied de cette descente de 15m à 45° ou presque... et là rien... le bip ne marche pas !!! 2,3, 10,15, 20 tentatives, rien n'y fait !!!

Imaginez-moi, trempé jusqu'aux os, au pied d'une descente raide où on ne peut ni béquiller, ni reculer, ni avancer, ni tourner... le tout sous une pluie battante !!!
Je n'ai plus qu'à attendre qu'un automobiliste providentiel arrive !!! ce qui arriva un peu plus tard...

Il arrive, ouvre sa fenêtre, et me dit « qu'est que vous foutez là ? » je lui dis « ch'uis coincé depuis ¼ d'heure, mon bip ne marche pas !! » et à ce moment-là, la lumière clignote, l'air de dire « c'est ici, l'entrée du paradis » !!!

Voilà, je l'ai bien remercié ce cher automobiliste… et maintenant, je mets mon bip dans un sachet étanche (je bosse dans l'étanchéité des bâtiments, c'est quand même un comble, non ??? )
C'était l'histoire de mon premier jour de pluie en moto... beau commencement, non ??

Pierrot69 - 30 novembre 2004

Z'avez pensé au coupe-circuit ?

J'allais à Marseille pour acheter un sac aimanté à trois étages et de nouvelles bottes super classes. J'installe mes achats sur ma belle devant tout le monde et à ce moment-là, je me rends compte que j'ai garé ma moto un peu loin du trottoir, dans le sens de la route, ce qui ne me permet pas de prendre appui sur celui ci.

Je me dis que sur la pointe des pieds ça passera... mais **** mes bottes neuves sont super rigides, impossible de plier le pied!!! Vlan… je me retrouve par terre.

Mais passe alors une « racaille » (casquette de côté… super caricature) qui vient m'aider (sympa le gars). Je vais pour démarrer la moto et la moto... ne démarre pas.

Je vais chercher un vendeur et tout inquiet je demande pourquoi cela ne marche pas ? Le mec se tord de rire et me montre le coupe-circuit. Merde... tout le monde se moque de moi!!! Bon c'est fini je ne le referai plus

Petit malin - 30 novembre 2004

Méfiez-vous des petits chemins !

Voilà, j'ai ma bécane depuis quelques semaines, et je vais faire un tour en Allemagne par ce frais jour de novembre, en jean, doublé d'un jogging.

Au bout de 200 bornes, j'ai une petite envie pressante. Je décide alors de revenir sur mes pas dans un petit chemin entre deux champs de maïs que j'avais repérés.

Je m'arrête... la roue avant un peu sur le champ et l'arrière sur le chemin en pierres. Je béquille en appuyant avec le pied pour l'enfoncer dans le sol, la moto bouge un peu, mais je me dis qu'elle s'est calée. Je descends puis elle tombe sur moi, j'essaye de la remettre droite mais avec les jambes engourdies je ne peux que la retenir et la poser délicatement par terre. Je la laisse une seconde, imaginant les rayures un peu partout, le sélecteur cassé, la poignée de frein... je la relève avec un peu de mal et la béquille correctement ce coup-ci. Je m'accroupis pour voir ce qu'elle a et, ômiracle, seul le clignotant est un peu éraflé. Ouufffff !!

Tout paniqué par le sort de ma belle, je ne vois qu'à cet instant-là une grosse Mercedes passer à côté de moi sur ce chemin que je croyais désert. Le couple me regarde avec des yeux éberlués, l'homme, secouant la tête, l'air de se demander comment j'ai pu la mettre au tas.
Bref, je fais ce que j'ai à faire et je remarque alors que le chemin fait face à une intersection plutôt fréquentée ! Je réalise alors que ma honte a été le théâtre d'un spectacle pour tous les automobilistes attendant de s'engager sur la nationale ! Avant de m'engager à mon tour sur cette route, je n'ai pu m'empêcher de jeter un coup d'oeil sur les voitures qui me faisaient face, espérant qu'ils n'avaient rien vu !
PascalZ - 30 novembre 2004

La honte ne tue pas …

Un après-midi, vers16 heures, on avait un pot au boulot à « la poste »….
Après le pot, je me retrouve devant une vingtaine de facteurs à peu près et pars pour prendre mon 1100 shadow tout joli pour faire le beau … Je mets le contact … coup de démarreur,
Broum... broum... je pars du stationnement vers la gauche puis au moment de redresser c'est LE GAG … un petit oubli de la direction fermée par mes soins ….et une petite chute au ralenti sur les sacoches neuves !!
Je n'ai jamais eu autant de force que ce jour-là pour relever 350 kg
Promis la honte ne tue pas

La frite - 30 novembre 2004

Couchés…... c'est mieux !

Un soir en passant par Saint-Germain-en-Laye, je décide de m'arrêter au bureau de tabac. Je laisse sur le trottoir ma DR800 qui transporte ma petite personne et ma copine, le tout faisant bien dans les 330/340 Kg.
Je mets la latérale en m'appuyant sur la jambe droite. La fatigue n'étant pas une alliée dans ces cas là, ma jambe ne supporte plus le poids et la moto se couche. On s'est retrouvé comme deux c... coincés devant un tarmo hilare en custom qui s'est décidé à venir nous donner un coup de main en nous balançant un magistral « ben moi ça ne m'est jamais arrivé! ». Tu m'étonnes, un custom sur lequel tu es assis à 30cm de la chaussée!

Un autre fois … dans une rue très pentue, toujours avec la DR…
Arrivé au bout de la rue, je m'aperçois que c'est un cul-de-sac. Ma copine descend et j'entame le demi-tour pour lequel je dois m'y reprendre à deux fois (la rue est étroite). Au moment où la moto est perpendiculaire à la rue (à ma gauche la descente, à ma droite la montée) je mets le pied gauche à terre pour faire reculer la moto. Je n'ai pas eu le temps de me rendre compte que malgré mon 1, 93 mètres... mon pied gauche ne touchait pas le sol et la moto s'est lamentablement vautrée avec moi dessus. !!


Avec la Bandit cette fois-là ….
Retour de vacances dont les derniers kilomètres ont été très pluvieux. Je suis fatigué et n'ai qu'une envie: rentrer chez moi pour prendre une douche bien chaude.

Je décide, allez savoir pourquoi... de mettre la moto sur la centrale. Je me lance, la moto monte, monte et puis redescend, redescend. Malheureusement, j'avais tourné le guidon vers le scooter qui stationnait à côté. La Bandit s'est donc retrouvée affalée sur un Piaggio X8 tout neuf qui, heureusement, n'a rien eu.
En revanche j'étais bon pour offrir à ma Bandit un rétro et un clignotant !

Camille - 1er décembre 2004

Doué pour les chutes …

Deux mois après l'obtention de mon permis, je chevauche ma moto pour la première fois,. Une « grosse » 1100. Tout content, je vais la montrer à des copains. Je veux me garer en bas de chez eux mais il n'y a de la place que sur un trottoir que je prends de face (!).Une fois la roue avant sur ce trottoir, je réalise qu'il va me falloir tourner pour ne pas prendre le grillage à 50 cm devant moi. Je braque, je freine, la roue avant toujours sur le trottoir et la roue arrière toujours sur la chaussée, je me mets à battre des pieds en vain (je suis court sur pattes…), basculant petit à petit jusqu'à toucher durement le sol…
Faut être con, non ? Et bien j'ai fait pire !

Une autre fois, je me gare dans la cour, chez une copine. Je mets la latérale, sans remarquer que je suis sur du gravillon … et boum, à l'arrêt… classique…

Une autre chute…
Il faisait sec au départ. J'étais allé manger chez des amies... pendant le repas, il a plu à verse et j'ai retrouvé la moto couchée contre le mur. Elle était pourtant sur la centrale, mais bon, le sol s'était dérobé sous elle.

Allez, j'en viens à la plus bête !!
Je mets mes deux motos côte à côte dans mon jardin, sur les centrales. Je les laisse là prendre le frais plusieurs jours (la flemme de les ranger dans le garage …).

Un jour il pleut fort, avec des bourrasques et en rentrant le soir je découvre mes belles couchées l'une sur l'autre, tombées comme des dominos ! Avec celle du dessous reposant sur une bordure en pierres (ç'aurait été trop bête qu'elle raye la pelouse !).

Avez-vous déjà essayé de relever une moto de 250 kgs sans vous appuyer sur ce qui se trouve en-dessous (en l'occurrence une autre moto de 250 kgs …) ??

Ca m'est arrivé une deuxième fois, exactement avec les mêmes motos, au même endroit, dans les mêmes conditions !!

Bon, il en manque une, la plus classique : le coup du bloque-disque !
Oui, j'y ai eu droit. Après presque 10 ans de conduite !
J'avais toujours fait attention de ne pas l'oublier, mais là je devais démarrer rapidement pour ne pas réveiller tout un immeuble, très tôt le matin, dans une cour en rond-point. Je braque donc pour me sortir de là, et boum…la moto qui penche, qui penche, qui penche, moi qui essaye de la rattraper, qui me tue le dos, pour finalement renoncer et tomber avec… Celle-ci ne fait que 230 kgs, mais bon, plus elle se rapprochait du sol, plus elle était lourde. Allez savoir pourquoi …

Remèdes :
• ne pas mettre de bloque-disque !
• Démarrer avec la roue avant en ligne, ce qui n'est pas toujours possible …
• Ne pas oublier le bloque-disque !
Dans tous les cas, si vous en mettez un, je conseille fortement aux « petits nouveaux » de le mettre juste derrière la fourche, presque à la toucher, pour qu'en cas d'oubli la roue se bloque de suite. Ca évitera qu'elle prenne de l'élan et que l'arrêt soit encore plus violent et destructeur !!
Bien sûr, je connais bien des anecdotes sur le sujet, mais je ne vous ai fait part ici que de mes bourdes personnelles… Si j'en ai oublié, ou si certaines que je connais ne sont pas relatées, je les ajouterai.
Le chocolat masqué …

Choco2x - 1er décembre 2004

Le roi de la route …

C'était en 1981 … j'avais 25 ans et une superbe 650 XJ 77 cv (plus de 200 chrono)
une moto de super héros quoi… avec le sentiment bien légitime d'être le roi de la route !

Ce jour-là, la circulation était très dense sur l'autoroute et la queue au péage bien longue pour l'époque.
Me voilà donc dans ma superbe combi rouge et bleu. Je donne le ticket à la jeune fille au teint halé au guichet et là, il faut sortir la monnaie... les pièces sont là, à portée de doigt, juste au fond de cette poche étroite mais il m'est impossible de les atteindre assis sur mon fier destrier. Je me hisse donc debout sur la pointe des pieds. Je me penche sur la gauche pour tendre au maximum le cuir et libérer ainsi les pièces au fond de ma poche. Ca y est … je les sens là au bout de mes doigt et toute ma concentration est au bout de ce doigt qui fait glisser vers le haut cette pièce de 10 frs

Soudain, je sens entre mes cuisses la moto qui s'incline sur la droit et je me dis : pas de problème j'ai le contrôle de la situation
MRD !! catastrophe!!!!!!!!!!
le monstre échappe aux mains du héros, le monde entier ne regarde que moi et mon engin se retrouve lamentablement vautré sur le bitume ! Réunissant toute mon énergie, je réussis à redresser la machine et sans demander mon reste j'ai repris ma route…
C'est depuis ce jour-là que je ne me prends plus pour le roi de la route !

Nicco - 1er décembre 2004

Les lycéens s'amusent comme ils peuvent….

C'était la sortie du lycée …plus de 500 personnes...
Je fais chauffer la bête à petit coups de gaz qui font leur petit effet... je sors, pneus froids, et attaque la courte ligne droite puis le rond-point à 80km/heure. Je mets la belle sur l'angle mais accélère trop fort... je sens l'arrière glisser puis reprendre l'adhérence… mais ce mouvement m'éjecte de la moto sans que j'ai pu faire quoi que ce soit pour l'éviter... je fais un beau high-side, la moto glisse puis s'encastre dans le trottoir et je me retrouve à terre, genoux et coudes en sang ( je portais un haut blanc en plus )... tous mes potes accourent pour voir l'accident et même tout le lycée...

J'ai eu droit au grand balais : police, pompiers, etc... C'est finalement un pote qui a ramené la moto chez lui et moi 3 jours après, rouge de honte... Je suis revenu au lycée où tout le monde me regardait bizarrement... J'ai eu droit à des vannes pendant une bonne semaine !!

Sms rider - 3 décembre 2004

Savoir viser … c'est plus sûr !

Je suis content, car j'ai à peine 3 semaines de moto et je vais enfin pouvoir vous raconter ma première honte!!

J'étais arrêté à un feu rouge devant un arrêt de bus bourré à craquer.., je me la joue décontracté, je lâche le guidon, je tiens sur mes deux jambes, et comme je trouve que les deux pieds par terre ça fait pas très classe, je décide de poser le pied gauche sur le cale pied pour me la jouer encore plus décontracté !!

Malheureusement, au lieu de viser le cale pied, je vise bien violemment le sélecteur, passe la première, et comme je n'avais les mains ni sur le frein, ni sur l'embrayage, la moto a fait un bon en avant de quelques centimètres avant de caler, et moi j'ai du avoir l'air d'un pantin désarticulé!!

Grâce à mes grandes jambes j'ai pu tout rattraper, Il n'y avait heureusement personne devant moi, mais je suis parti bien vite, rouge de honte sous mon casque, dès que le feu est passé au vert!!

El|iNgToN - 6 décembre 2004

N'oubliez pas la béquille …

J'ai 2 belles « hontes » à vous faire partager

J'avais fait l'acquisition d'un joli b6 noir...je voulais aller faire un tour… mais l'assureur me dit : non non non,..il faut la brider en 34 ch...
zut...

Il fallait revenir chez le concessionnaire et mon père dont un pote a une belle remorque me donne un coup de mains car il faut mettre la bécane sur la remorque
bon ok...
On roule..2 bornes plus loin..je vois la bécane bouger et je demande... : tu as serré les sangles ??..mer*e!! bon !on s'arrête, on sangle le tout solidement et on repart..

Nous arrivons chez le concessionnaire... et les difficultés commencent : pente de10%, un trottoir et une dalle de béton complètement défoncée...enfin, on la descend... ouf Elle a retrouvé le sol sans dégât. Et je me sens content… ouais … un peu trop content, car il y avait 5 mètres à faire pour la garer devant le concessionnaire qui me regardait avec l'air de dire « comment ils ont réussi à la descendre de là ? »

Je démarre, enclenche la première, je fais mes 5 mètres, j'arrête le moteur et je descends …. *****, j'oublie la béquille !!!, j'essaye de tenir la moto comme je peux mais c'est impossible car elle me pousse, tombe sur le sol et moi je fais une belle « roulade » juste devant les pieds du concessionnaire..

Grosse honte… le pire c'est que mon père a vu et se disait... »il va penser à la béquille.ah oui..euh..boom!..ah non..!! »
Je l'ai redressée tout seul et rentrée dans le magasin. Le concessionnaire me demande alors les clefs..et la..hein koi?? les koi,,, les clefs..mer*e... j avais oublié les clefs sur la moto.
Je lui file les clefs et il me sort un truc du style... » t'inquiètes pas, ça ira mieux demain »...hum..hum !!

Deathblow - 7 décembre 2004

Gare aux trous !

Je rentre ma b6 dans le garage devant des petits jeunes en scooter sous l‘arrêt de bus qui me regardent, tous sous le charme de ma belle !!

Je recule à côté de ma b6, sans savoir que mon père a fait un trou pour atteindre les canalisations du tout à l'égout avec juste une planche au-dessus… je mets mon pied sur le bord de la planche… la planche glisse...et badaboum!! Je me retrouve avec le pied dans la mer*e et la bécane par terre, coincée dans la porte du garage avec la poignée droite!! Ha ha!!...impossible de la relever, je ne pouvais pas passer de l'autre côté, et pendant ce temps-là, il y avait les jeunes qui se foutaient de moi...

Mon père arrive, regarde mes bottes et me vanne avec une réflexion du genre « t'es dans la mer*e??? Il m'a heureusement aidé à relever la b6.
Deathblow
7 décembre 2004

En deux temps, trois mouvements !

Je venais d'avoir mon permis le 30 novembre et la moto le 4 décembre

Et hier, ma belle moto toute neuve de 207 kgs, s'est retrouvée à terre...

Je me trouvais à l'arrêt pour tourner… je suppose que j'ai trop braqué le guidon et je l'ai senti partir, aie aie aie ça énerve….
Du haut de mes 1,60 m et avec mes 50 kgs, j'ai lutté, je l'ai retenue un petit peu et réussi à la poser en douceur.

Voilà le résultat : 2 cm de peinture en moins sur la poignée arrière, le bout de la poignée d'embrayage et la roulette de protection bien râpée!
Je m'en tire plutôt bien, je trouve ! Pour une première.

Kinouche - 9 décembre 2004

Le chat du Bois de Boulogne …

Je venais d'avoir mon permis depuis 3 mois … et me voilà parti avec une R6 2003 flambant neuve voir une amie. Tout se passe bien, c'est la fête....

Sur le chemin du retour, je dois rejoindre le Pont de Suresnes (92) en venant de la Porte Maillot à Paris... et pour y arriver, comme chacun sait, il faut passer par le bois de Boulogne...hum...hum...
Bon, je le connais bien ce boulevard, je le prend tous les jours pour aller à l'école... allez je me lance gentiment... Feu rouge, je m'arrête doucement… et des ptites racailles en BM arrivent se poser à ma droite et font les marioles...
Feu Vert : J'les laisse partir et j'me cale à 70/80 quand je sens que le scratch de ma basket droite s'est détaché... bon... je relâche l'accélérateur et le remets en place...
à ce moment-là, une petite saloperie sort du bois (vu la vitesse à laquelle elle est arrivée, je crois que c'était un chat ) et traverse pile poil devant ma roue... je tente de l'éviter avec le bras gauche... mais ayant mal dosé la manœuvre avec mon bras... j'exécute un vol plané sur 10 mètres et ma moto se barre dans un poteau en bois sur le trottoir... dans mon casque « Oh put... » je me retrouve dans la position d'Edouard bracame... Heureusement les voitures qui me suivaient ont vu la situation et se sont arrêtées.

Un motard passe, m'aide à mettre la belle sur le trottoir et me ramène chez moi car je n'étais pas blessé apparemment. Arrivé à mon domicile, j'appelle des potes qui passent me prendre et hop ! nous partons sur le lieu de l'accident...
Pendant le trajet, on m'interroge : « mais dis-moi au fait Galéa... comment t'as fait pour te vautrer ?... hmm hmm...et qu'est c'que tu foutais dans le bois de Boulogne ? hmm..hmm... c'est ta copine qui va être contente d'apprendre ça... hmm..hmm... »
J'explique l'histoire mais le copains ne me croient pas... et le calvaire commence..

Partie 1 : les pompiers
Ne trouvant pas de dépanneuse, on se décide à appeler les pompiers qui découvrent que j'ai une petite ouverture au niveau de la hanche...on m'allonge dans le camion et on me soigne, pendant que le chef cherche une dépanneuse.
Un pompier me dit : « alors mon p'tit motard, comment t'as fait ton compte ?... «
J'explique à nouveau l'histoire.
Un autre pompier: « Alors, en gros, si je comprends bien, tu as voulu éviter un « chat » et tu t'es vautré... en plein bois de Boulogne. ?... hmm hmm...bien sûr, c'est évident »
Moi, … je sens que personne ne va me croire... »
Le chef pompier qui entendu mon histoire intervient : « arrêtez de charrier ce jeune homme... c'est sûrement un lapin qui a traversé car il y en a plein le bois... «
Moi: » ah merci seigneur enfin quelqu'un qui me croit »...
Un autre pompier ajoute : « ou alors un trav'lo... ça aussi... il y en a plein le bois... »
Tous les pompiers ensemble : « Wouhahahahahaha «
Moi: « mais... mais… mais... mais arrêtez de rire, bon sang !!»
Le chef pompier me dit ensuite : allez m'sieur, on vous emmène à l'hôpital pour vous faire recoudre...et il précise au conducteur : « fais gaffe aux trav'los, ils traversent n'importe où !!

Partie 2 : l'hôpital
Arrivé à l'hôpital, une jeune interne me prend en charge, commence à nettoyer ma plaie et me pose la question « mais que vous est-il arrivé ? »
Moi : heu... bah... vous promettez de ne pas rire ?
l'interne : oui, je vais essayer allez y...

Je lui raconte mon calvaire... et forcément l'interne réplique : ils sont vraiment sans gêne ces lapins, ils traversent n'importe où !!... hihihi

Une fois soigné, je signe les papiers et en partant, je sens que tout le monde me regarde en souriant... ah ! l... tout le monde est au courant... bon..moi je trace... car j'ai 20 bornes à faire à pied pour rentrer chez moi...

Arrivé à la maison... c'est à nouveau même topo... chacun se fout de ma gueule... mais le pire... ce fût chez le concessionnaire... j'ai été charrié pendant des mois... et ça continue encore
Ps: on m'a fait aussi la blague du « civet de lapin » des milliards de fois !
NON, je ne suis pas un Fan de Bugs Bunny

Galéa - 12 décembre 2004

Méfiez-vous de la « glisse »…

Je n'avais pas encore le permis et pour aller en cours sans perdre trois heures dans les transports en commun parisiens je devais prendre un scooter.
Je me suis donc retrouvé pour la première fois de ma vie avec un moteur et une poignée des gaz. C'était un Peugeot SV50 d'un beau vert bouteille.

La première semaine a été pleine d'enseignements. Un matin, je chevauchais l'engin en direction de Saint-Germain-en-Laye, via la N13. Tout se passe bien jusqu'à l'arrivée à un rond-point qui venait d'être refait en bons gros pavés à l'ancienne… il pleuvait depuis un petit moment et sur les pavés, ça glisse … comme je l'apprends quelques secondes plus tard...
Il y a beaucoup de monde sur ce rond-point et un automobiliste me coupe la route. Je me précipite sur les freins, l'arrière bloque immédiatement et chasse sur le côté. Je me suis retrouvé évidement sur le cul sans comprendre …et au même moment, j'entends un « Pschuittttt » bien étrange, je tourne la tête et me retrouve nez à nez avec le phare d'un car...
Mort de honte au milieu du rond-point, avec des sueurs froides en pensant à ce qui serait arrivé si le car n'avait pas stoppé à temps, j'ai poursuivi mon chemin en me disant que je m'en étais plutôt bien sorti !

Deux jours plus tard, en sortant du parking (il pleuvait encore) la glissade s'est faite du côté gauche en remettant les gaz en virage. Ceci m'est arrivé en pleine rue et au pied de mon immeuble.
Camille - 15 décembre 2004

Un homme à la mer …

C'était il y a 4 ans...nous partions pour la Corse. On quitte Marseille pour Nice (où on devait embarquer le lendemain) et en fin d'après-midi, nous avons rendez vous chez un pote niçois qui nous reçoit et nous dit: « ce soir on fait la méga fête! »

Départ au restaurant et la soirée s'est poursuivie par une nuit blanche dans une boite à ciel ouvert, carrément sur la plage...le top.

A 6h00 du matin, petit déjeuner sur le port et direction les quais d'embarquement.

On dit au revoir à notre copain, on gare les motos dans la soute et le temps de grimper sur le pont, on sort faire un dernier petit salut au copain sur le quai...
Mais celui-ci dormait sur sa Varadero, les pieds sur le guidon, la tête sur le top case et la latérale du coté de la flotte...

Maintenant, imaginez la suite!
On criait « Ouuuu... ouuu, ouuuu…ouuu ….mais le copain dormait et n'entendait rien... Mon père a alors ZE idée! Il l'appelle sur son portable...et à partir de ce moment-là, c'est la CATA...l'autre fait un bon, la béquille lâche et le tout part à la mer...
Vous ne pouvez pas vous imaginer le fou rire qui m'a pris, celui de ma vie sans aucun doute! La varadéro était neuve, le copain était sapé pour aller bosser...la totale!
Ce plaisir de le voir nager comme un con … (les quais sont super hauts), le gars du port n'arrivait même pas à lui jeter sa bouée tellement il rigolait
Et il y avait peut-être 400 personnes sur le bateau qui riaient aussi...
Celle-là, jamais je ne l'oublierai!

Xav13 - 10 février 2005

En arrière….toute !

J'avais17 ans ….un beau 125 xls…

A une sortie de lycée en fin d'après-midi et au moment de partir, je me suis dit « tiens, je vais faire un petit wheeling pour impressionner les filles… »

Je mets les gaz à fond et pars sur la roue arrière… tout le monde regarde (c'était le but) mais à ce moment-là, l'antivol qui était attaché autour du guidon glisse et coince le câble de frein avant.
Atterrissage … et au moment de freiner ça a bloqué dans une belle gerbe d'étincelles !!! J'ai relevé la moto sans demander mon reste et ai disparu en vitesse en me disant que j'étais grillé dans ce lycée qui (heureusement) n'était pas le mien.
Depuis ce temps-là, je ne fais plus de roue arrière !!

Tiharibo - 10 février 2005


Le chaînon …. manquant !!

Voila une petite honte qui est arrivée à mon père il y a deux ans.
Celui-ci décide à 50 ans de s'acheter une 125. Un petit délire sachant qu'il n'est pas monté sur un vélo depuis 20 ans et qu'en fait de deux roues motorisé il n'avait connu qu'un caddie il y a bien 20 ans aussi.

Pour limiter les frais, il achète une 125 datant de 1978 à son frère (qui collectionne tout ce qui roule …même à peine) et va la chercher à 80 km de son domicile. Ma mère, pour le retour, suit en voiture-balai à 60 km/h quand tout à coup elle voit quelque chose tomber de la bécane.
Mon père ne s'en rend pas compte et continue à rouler « bééééé béééééé » mais la moto ralentit. Il accélère alors plus fort « Beeeee beeeeeeee » en constatant qu'elle tire de moins en moins. Cependant, le moteur tournait comme il faut, mais il est obligé de s'arrêter. Il cherche la cause du problème… ma mère arrive à ce moment-là après avoir ramassé ce qui était tombé à terre, à savoir... la chaîne, élément indispensable pour qu'une moto avance mais mon père s'obstinait encore à vouloir passer les vitesses et à accélérer
Quel spectacle !

Fj55 - 21 février 2005

Le point mort n'y était pas …

Voilà une « petite honte » qui m'est arrivée il y a 6 à 7 ans.
Je rentrais dans un parking avec une barrière que l'on devait ouvrir avec une carte magnétique. J'arrive avec mon super 125NX et j'étais suivi par une 4 roues.

Mon NX avait la fâcheuse tendance de ne pas bien vouloir passer au point mort. Je m'arrête, persuadé d'y être... je lâche la main droite, pas de problème,... je lâche la main gauche pour ouvrir mon blouson et...teuf… teuf, quelques à-coups et vlan, je me retrouve à terre (le casque frôlant la barrière).
Je me suis relevé, j'ai redressé le NX, mis la carte et basta...

Je n'ai pas osé imaginer la tête du gars en 4 roues !
Je ne pense pas que je serai jamais plus rouge que ce jour-là !

Lilius - 21 février 2005

Une bonne honte avec une boite à roue

Je me trouvais avec des potes à Nancy sur une route à deux files qui passe à une seule file après un feu.
Devant moi, se trouvait une mamie dans son véhicule R5 automatique. Le feu passe au rouge et je me place donc à gauche pour griller la petite vieille au démarrage et me remettre devant elle.

Il ne faut jamais sous-estimer son adversaire!! Elle m'a gratté à l'accélération et je me suis retrouvé bloqué comme un *** sur la file de gauche. Mes potes se sont bien moqués de moi ensuite pour m'être fait griller à un démarrage par une mamie pilote de 75 ans alors que j'en avais 25 !

Fj55 - 22 février 2005

Une patinette qui a du ressort ….

Voilà l'histoire qui est arrivé à un pote (il bosse dans une auto-école)

Une soir de Noël, son neveu âgé de 12 ans dormait chez lui et avait fait semblant de faire aussi sa lettre au Père Noël comme les enfants de la maison.
Le matin du 25, il déballe son cadeau : une magnifique... trottinette électrique.

Comme cet engin est livré en pièces détachées, il demande à son oncle (mon pote) de le lui monter, pensant qu'il s'y connaît un peu en deux-roues.

Mais c'était le lendemain de Noël, mon pote avait un peu mal aux cheveux et se met à l'ouvrage pour monter l'engin, en pyjama short et en pantoufles, dans le salon. !

Une fois le montage achevé, il propose d'aller l'essayer à l'extérieur évidemment pour voir...Les voisins étaient sortis aussi et le charriaient « attention, c'est une bécane d'homme, ça, tu vas te faire peur avec… » il essaie...

Et c'est là que les choses se sont compliquées : c'était un modèle bas de gamme... dont l'accélérateur n'est pas proportionnel et l'engin part comme une petite « bombe »
enfin… tout est relatif, mais un lendemain de Noël, se trouver en pyjama et en pantoufles, dans la rue avec un tournevis dans la bouche, pour tester une trottinette… ça surprend...

« bah, ce n'est pas grave, coupons les gaz » (avec la poignée qui ressemble à ça !) mais là, deuxième surprise, il n'y a pas de frein moteur...
« bon, ben, freinons... » l'engin avec des roues de 10cm de diamètre plus un guidon braqué d'un millième de degrés,

Blocage… glissage…. en passant il pose le pied et paume sa pantoufle... et le voilà allongé de tout son long, la patinette en vrac de l'autre côté de la rue.
Il s'est retrouvé les genoux et les mains en sang, sous le regard ébahi des voisins, de son neveu et de …sa femme qui vient le voir en lui disant d'arrêter de faire l'idiot...

D'habitude, il roule en 900CBR, il faut croire que ça marche nettement moins fort qu'une patinette électrique de gosse...

Cath - 22 février 2005

Ce n'était pas très profond..

A l'époque, je roulais en 103 (qui montait au moins à 100, avec carbu, pot et transmission longue).
Un jour de novembre, il caillait et, un matin, pour aller au lycée, je prends mon 103, je démarre à la poussette et décide de faire un petit détour.
La Garonne avait débordé, ma route était inondée sur 30 à 40mètres environ. Je me dis : ce n'est pas très profond, je connais la route, j'y vais. Rouler dans l'eau, c'est quand même amusant !!!
Pas très profond... Tu parles ! Je me lance (pas trop vite quand même) et arrivé au milieu, l'eau s'engouffre dans le pot (un Ninja long), dans l'allumage et le reste... et évidemment, le moteur cale ! Je me retrouve au milieu de la flotte, en devant y mettre les pieds. Je sors un pied, puis l'autre (c'est froid !!!)... De l'eau jusqu'aux genoux !! Pas profond, hein !
Je sors de la flotte à la poussette. Mon brave 103 dégoulinant de flotte. Je lève la roue avant pour vider le pot, je le pousse un peu et... il redémarre (super !).
Je suis arrivé au lycée, le bas du pantalon trempé jusqu'aux genoux, les chaussures faisant « plotch... plotch... » et en plus, il y avait cours de sport !!! Super !!!

J'ai été la risée de la classe pendant quelque temps !

Titi1000 - 16 mars 2005

Démonstration gratuite de gamelle devant les marches du Grand Palais …

Il y a quelques années, j'ai assisté à un petit spectacle…
J'étais encore un tout jeune pubère et accompagnais une bonne trentaine de jeunes provinciaux en balade dans la capitale. Nous attendions tous sur les marches du Grand Palais l'ouverture pour la visite.
Soudain... une pétarade assourdissante provenant de l'avenue qui passait juste devant les marches du Grand Palais. Tout le monde se retourne. C'était Easy Rider en personne !!! UN HELL'S ANGEL en vrai (ou une pâle copie).
THE MOTARD tout cuir noir, bécane avec chromes rutilants, TRES GROS moteur, vient s'arrêter au feu rouge tooooouuuuuut doucement sous notre nez en nous jetant un regard du genre : « j'suis un très, très méchant et j'suis un GROS GROS ******** ». On croyait deviner ses yeux injectés de sang derrière ses lunettes à la Terminator !
Grosse impression sur les jeunots que nous étions mais cela n'a duré que peu de temps... - 1/10ème de seconde avant de stopper net, juste devant nous, il commet l'oubli fatal : penser à poser les pieds à terre quand on s'arrête...!!!!!
Et VLAN !! Easy Rider est transformé en Easy Big Gamelle...et au ralenti. Par contre, chapeau bas pour le démarrage. En 1/1000ème de seconde il était remonté sur sa bécane, avait redémarré et était reparti en trombe sous nos larmes de rire !

Fixus - 17 mars 2005

Une gamelle … au feu

La même histoire m'est arrivée…... à l'auto-école. Je ramenais la moto au bercail... j'arrive à un feu rouge... je stoppe, point mort ! un groupe de demoiselles passe devant moi sur le passage pour piétons. Je me sens tout content d'être sur la bécane et commence à donner des coups de gaz …les demoiselles se retournent et me sourient

Puis le feu passe au vert et je me dis : « je vais faire un petit départ façon 24 heures ! je passe la première et pouf..je cale ! je vois déjà les sourires des demoiselles qui se foutent de ma gueule! Ce n'est pas grave, je redémarre et là, j'ouvre, je débraye et me retrouve ….VLAN THE gamelle devant tout le monde !

C'est là que j'ai rencontré ma copine de l'époque qui est venue se foutre de moi même devant l'auto école !

Julien et son futur bandit - 17 mars 2005

La béquille ne voulait pas rester en place !

Depuis quatre semaines, je possède un VFR bleu, magnifique, tout équipé comme je le voulais. Je vis à Arras (dans le 62) et suis allé le chercher à la mi-février dans le 59... et depuis que je l'ai, je n'ai roulé que sous la pluie, les grêles et la neige...

Jeudi dernier, il faisait un temps superbe et avec un pote en 6.36, on se décide à l'arrache, départ le matin à 9h, direction Boulogne par les routes nationales, puis on rallie Calais par les caps.
Belle journée, pas de monde en route, juste nos deux motos... on se balade et c'est la fête.. - 230 km plus tard alors qu'on voulait rentrer, après avoir bien roulé, je me décide à faire le plein pour être tranquille sur le retour... on arrive à Auchan Coquelles, le pote gare son 6.36 et fait le plein. Je béquille derrière lui sur la latérale et j'attends. Comme il fait chaud, j'ôte le casque, les gants, le sac à dos, bref, je me mets à l'aise.

Seb finit son plein, avance et c'est mon tour... je relève le Vfr, je suis à sa gauche. Je dois faire au maximum 4 mètres en la poussant, ce que je fais. J'arrive devant la pompe et repose la moto... mais la béquille n'a pas voulu rester en place...

Me voici donc avec un Vfr à bout de bras (qui n'a pas encore 3 semaines dans mon garage)... et je suis rouge comme un goret, sans mon casque pour me cacher, je lutte pour ne pas le coucher... et je hurle le cri qui tue « Seb… bordel !!!! »
le pote se retourne... me voit lutter... et croit que je déconne !!!! c'est trop fort, je le vois avec un grand sourire, genre « t'es nul, c'est archi connu comme blague » !! sauf que comme je n'avais pas mon casque, il a quand même dû voir dans mes yeux cette petite lueur qui lui a dit un truc du genre : « bouges-toi gros naze !!! je ne vais pas la tenir longtemps !!! »

Finalement, il y a eu plus de peur que de mal... mais j'ai vécu un gros moment de ridicule en vfr, celui qui ne sait même pas béquiller dans une station-service et les voitureux ont dû prendre les paris » tombera-tombera pas ? »...
heureusement que j'habite loin de Calais !!!

Tibo - 18 mars 2005

Le bouton du coupe-circuit s'était mis « off » tout seul …

Il y a 15 jours de ça, j'ai fait sortir ma Bandit de son hivernage. Au programme, nettoyage complet, pression des pneus et petite balade pour lui dégourdir les bielles.

Après quelques visites dans certaines boutiques sur mon chemin, je me décide à prendre le chemin du retour qui commence par une portion de nationale en côte sur une seule voie d'abord qui s'élargit pour devenir ensuite une portion à deux voies

Derrière une voiture au train de sénateur, je me prépare à déboîter dès le début de la portion à deux voies. J'avais noté dans mes rétros la présence d'une autre voiture au moins aussi impatiente que moi mais peu importe... JE RESTE DEVANT!
Pas pour longtemps!
A peine arrivé à la hauteur de la portière du conducteur du véhicule que je dépasse, je sens une perte de puissance... ma poignée est dans l'angle mais le compte-tour descend et le compteur de vitesse est lui déjà à 0 alors que j'étais à 100 la seconde précédente.
La voiture qui me suit me colle jusqu'à ce que j'enclenche mes warnings. Je lui fais signe de ralentir car j'ai un problème. Je me laisse dépasser par le véhicule se trouvant à ma droite et me rabats sur le bas coté. Sitôt débrayé, le moteur se tait et je roule encore quelques mètres avant de m'arrêter, perplexe. J'essaye de redémarrer, mais rien, pas un bruit. Deux Goldwings descendent en sens inverse mais ne peuvent pas s'arrêter, (la barrière centrale en béton les empêchent de passer de mon coté).

Quelques secondes plus tard un motard d'environ 45 ans s'arrête. Il n'y connaît pas grand-chose me dit-il, me demande ce qui s'est passé puis me conseille d'appeler un dépanneur, voire même Suzuki puisque ma moto est encore sous garantie.

J'acquiesce et contacte les renseignements qui me mettent en relation avec le concessionnaire Suzuki de Saint Etienne. J'explique mon problème et le gars me demande « dans quelle position se trouve le bouton rouge à droite de la moto ? » Je lui demande de quel bouton s'agit-il, pensant qu'il s'agit d'un bouton au niveau du moteur. « non » me dit-il « le coupe-circuit! » Vérification faite, c'était bien ça. Je n'ai toujours pas compris comment le bouton du coupe-circuit s'est mis sur « off » alors que j'étais en pleine accélération, et comme une grosse buse, je n'ai même pas pensé à regarder là.
Par chance le concessionnaire ne m'a pas reconnu et le gars qui s'est arrêté, seul témoin de mon aventure, m'a avoué qu'à ses débuts il lui était aussi arrivé d'appeler un dépanneur pour le même problème et le dépanneur s'était déplacé. Je me suis senti moins seul grâce à lui.

Stélian - 3 avril 2005

J'avais oublié la béquille !

Je démarre la b….ête et recule en même temps, au point mort, moteur tournant... J'essaye de descendre à reculons en braquant tout à gauche donc ! (je descendais d'un trottoir à l‘endroit d'un bateau) et soudain!grrrrrrr

La moto s‘arrête de descendre en marche arrière pour venir se coucher sur la gauche…impossible de l‘empêcher de tomber doucement mais sûrement... arghh!!!!! 220 kgs ça fait ma…a al!!!!!!
Je me retrouve la jambe coincée sous la moto, couchée sur la gauche de la chaussée, pas loin d'un bar de motards...dont pas un n'est sorti pour m‘aider à me décoincer et à me relever (bonjour la solidarité parisienne! Et un grand merci à la dame qui passait par là et a eu pitié de moi!

Pourquoi me direz vous?????
Parce que nigaud comme je suis, j'avais tout bonnement oublié de replier la béquille!
En reculant la moto inclinée sur la gauche en descendant de quelques
centimètres, elle avait trouvé un TROU au bon endroit, dans le béton!
et s‘était plantée dedans! Cela a fait pivot et hop, BADABOUM!!

Comme ceci se passait en plus de nuit, j‘avais peu de chance de la voir et le trou aussi! J'aurais voulu le faire exprès que je n'y serai pas arrivé!

Hélios - 25 avril 2005

Fichue poignée d'accélérateur !!

Moi je me suis planté sur le parking de Leclerc.
J'ai l'habitude de me garer à l'entrée et à cet endroit, il y a tout le temps du monde.
Ce jour là il y avait en plus une manifestation.
Je me suis ramassé devant une bonne centaine de personnes.
Il fallait choisir : c'était la gamelle ou bien le mur qui arrivait assez rapidement vers moi.
Tout çà à cause de ma poignée d'accélérateur bloquée.

Helmut - 26 avril 2005

Une boîte de vitesse qui m'en a fait voir …

Une petite honte toute récente…. Voilà, j'étais suivi par un pot NH nerveux …
Je décide de lui montrer comment on prend de l'angle sur un petit rond-point bien sympathique quand arrive une caisse qui s'est engagée à 2 à l'heure !
Ah! elle va tourner, j'accélère mais le conducteur se ravise
Je freine, rétrograde, et me laisse rouler pour repartir de suite mais je me suis empêtré dans les vitesses et je manque de caler

Et pour que la honte soit totale, je me sens embarqué par la bécane qui a décidé qu'elle n'irait pas plus loin !.
Bref, je me retrouve à l'arrêt sur le rond-point à batailler avec la boîte de vitesse pendant le gars passe… Inutile de dire que je n'ai pas cherché à le rattraper.

Virolos to heaven - 19 mai 2005

La honte, c'est affreux comme ça dure …

Je crois même que ça ne disparaît jamais.
C'était en 1980 en Normandie. J'avais 16 ans et une XLS 125. Je me trouvais devant un lycée avec un pote derrière... J'avais repeint entièrement la moto dix jours avant.

A 8 h25 du matin, une foule de lycéen était devant l'entrée de l'établissement scolaire. Pour la frime, je fais un wheeling, franchis l'entrée du lycée (trois marches en montant et idem en descendant) je continue pour me retrouver à l'entrée de la cours. Je pose alors ma roue avant au sol mais pas de bol, l'entrée, fraîchement refaite, était tapissée de gravillons,
Bien sûr, je pars en glissade avec mon pote à l'arrière… sur 20 mètres devant tout le monde …. et c'est un banc scellé au sol qui me stoppe.

Ouf ! pas de blessé… on se relève vite mais je fais l'inspection des dégâts sur ma moto et ça me donne envie de chialer car toute la peinture est H.S !
Mon pote et moi on se regarde comme des idiots puis on se marre…les nerfs peut-être ou la peur de passer pour plus c... que nous sommes !

A 16 ans, oui, la HONTE ça fait mal. Mais c'est aussi une bonne leçon d'humilité car on n'oublie pas
La honte fait partie de l'apprentissage de la vie et c'est tant mieux...
Cricri86 - 20 mai 2005

Bon c'est pas pire que çà
http://users.pandora.be/ralf.geven./blade1.mpeg

Z1000 - 20 mai 2005

La belle s'est couchée toute seule ….

La rencontre avait lieu à Port Cergy avec de nombreux motards du « Repaire…. »...
il faisait beau et il y avait beaucoup de monde en terrasse (tous motards bien entendu)

J'arrive pour me garer et je me dis : « le trottoir est un peu haut...tu devrais pas t'y prendre comme ça »...oui mais voila...je n'en fais qu'à ma tête...

Je tente de grimper péniblement le trottoir, et là...je sens ma moto partir au ralenti, je la retiens comme je peux, jusqu'à la poser le plus délicatement possible au sol...
la honte...tous les motards (à l'intérieur comme à l'extérieur) hilares... et pas un d'entre eux n'a bougé son c... pour m'aider en plus... j'ai dû attendre le gentil et adorable wakko qui était tout au fond du bar à l'intérieur...la honte...en public, devant plein de motards en une seule fois...
G_roseline - 20 mai 2005

Encore le coupe-circuit ! …

Il y a quelque années, en vacances, je loue une moto, pour deux jours en Ardèche : une 125 DTLC, impeccable pour le programme des petites routes.

Le soir du deuxième jour, je ramenais la moto quand, sur une ligne droite à fond …. le moteur coupe. Impossible de la faire repartir. Je regarde l'essence, la mise à l'air du réservoir, l'huile, l'eau, je me prend une chataigne avec l'anti-parasite... c'est tout juste si je ne retends pas la chaîne.

J'appelle d'un café voisin celui qui m'avait loué la bécane après avoir laissé la moto sur place et je lui dis :.
« la moto ne marche plus. Le moteur a coupé d'un coup, j'ai tout regardé...et ne vois rien »
« Ah !. Vous êtes sur qu'il y a bien le contact ? »
« pff…., évidemment. Je n'ai touché à rien »
« Ne bougez pas, ….j'arrive »
Le type se pointe avec sa camionnette, regarde la moto ½ seconde, appuie sur le bouton du coupe circuit. et …vroum.
Je ne sais toujours pas comment ce bouton s'est retrouvé sur OFF d'un seul coup...

PhilippeR - 23 juin 2005

Oh ! le beau wheeling ! …

Je vais vous raconter une petite histoire dont j'ai été l'un des spectateurs.

En voyage scolaire en Normandie, un jeune kéké arrive avec un scooter en wheeling, passe devant ma classe en faisant le fier, repose son wheeling, et en reposant son wheeling, il a déposé sa fourche !!

Comme le scooter était en deux…il a appelé sa « moman » qui est venu le chercher dix minutes plus tard…moman n'a pas été douée avec son AX car elle a essayé de descendre un petit muret et a bloqué la caisse dessus. Tout cela s'est passé devant une classe de 30 élèves !!

Nous les avons quand même aidés à bouger la voiture en la soulevant et avons mis le reste du scooter dans le reste de l'AX.
Voilà un gamin qui en cherchant à faire le beau se souviendra peut-être d'un des pires moments de sa vie.

Crazygeo - 23 juin 2005

Il y avait un obstacle caché …

C'était durant un week-end cette année... Cours Mirabeau à Aix-en-Provence, jour de marché, où se trouvaient environ 1 000 personnes…

Je voulais m'arrêter pour retirer de l'argent au distributeur quand soudain, une dalle mal calée qui dépasse un peu me stoppe à 2 km/heure et la moto se couche tout doucement. En essayant de limiter la casse, j'ai essayé de la retenir un peu mais ma main reste sur l'accélérateur... RUPTEUR!!!! pendant que ma jambe gauche vient s'écraser entre la moto et un poteau en pierre, tout le monde regarde ce qui se passe, alerté par le bruit et j'entend des réflexions du genre « t'as vu le kéké » etc...

Mon genou a doublé de volume et j'ai fait toute la balade dans cet état...

Petit malin - 23 juin 2005

Le coupe-circuit vous joue de ses tours …

J'emmène ma chérie faire un tour sur mon CB à la tombée du jour !!
Je l'ai depuis deux jours, je me la pète un peu comme un gland que je suis…

Je m'arrête à un stop… puis je fais un beau petit démarrage, je poursuis en pleine ligne droite, je mets les feux de route et soudain …plus rien …plus de jus, la moto s'arrête !!
J'essaie de redémarrer, mais rien ne se passe. Je m'énerve, je hurle sur mon concessionnaire. Pendant ce temps, ma chérie descend gracieusement du CB, se met à coté de moi et me dit alors « je crois que c'est le coupe circuit !!!!!!
Effectivement, je l'avais actionné à la place des feux !!

Ce fût la mega giga honte de ma vie ! mais j'ai retenu la leçon : ne plus faire le cake avec ma belle, rester humble et toujours écouter ma chérie!!!
mais c'est quand même moi le boss à la maison!!!

Bull - 14 septembre 2005

J'étais à terre devant une vitrine de... spectateurs !

C'était au début de cette année, en janvier ou février ….mes premiers jours de moto...

J'ai rendez-vous à la « Mutuelle des motards », je suis en retard et me retrouve dans un embouteillage sur un gros boulevard : j'essaie de faire attention pour ne pas abîmer mon B6 flambant neuf, je me concentre pour essayer d'avancer entre les files correctement (je suis un peu stressé...).

Puis je commence à tomber en panne d'essence : je cale trois fois avant d'avoir la présence d'esprit de tourner le robinet de réserve...
J'arrive enfin à la mutuelle et décide de me garer devant la (grande) vitrine pour pouvoir surveiller la bécane une fois à l'intérieur mais arrive le drame :
J'oublie de mettre la latérale (!) et je me retrouve comme un c** la moto sur la jambe gauche et la main par terre, le tout avec le casque, je ne peux plus bouger ….argh. Un gars qui passait par là m'aide à relever la moto et je constate une légère éraflure sur le carter, ouf c'est pas trop grave !

Ensuite, je relève la tête et là… je vois toute l'agence (pleine de clients évidemment) qui me regarde. J'entre (tout rouge) et le chef d'agence m'accueille tout sourire : « bienvenue au club des motards qui oublient la béquille ! » raaahh !

MacGregor - 20 septembre 2005

Le petit bouton rouge ….

C'était il y a 2 ans environ… j'ai kické pendant 20 minutes (sans exagérer) avec blouson fourré et bottes ma DT 125 qui n'avait pas de démarreur, avec ma copine à coté. Puis ensuite, voyant que ça ne démarrait pas, je la pousse en seconde mais rien. ne se passe…Alors je me dis que cette moto c'est de la c.hiotte jusqu'à ce que je découvre ce petit bouton rouge...
LE coupe circuit...
Je n'ai rien dit à ma chérie !
Mais bon j'avais eu « la honte » dans le parking souterrain, on est jamais trop prudent !

Kingofwheeling - 20 septembre 2005

Avec la mousse … au sol, faut assurer avec les chaussures !!

J'avais décidé de passer ma moto au karcher à une station de lavage...j'arrose ma belle puis me prépare à la sécher avec la peau de chamois...

Comme c'était un samedi après midi, jour hebdomadaire de nettoyage... avant la sortie du dimanche, ça klaxonnait pour que je libère la place..
Je ne fais ni une ni deux, je me décide à pousser la moto quelques mètres plus loin...Prudent, je ne débéquille pas, débloque le guidon et me mets à gauche de la moto pour me préparer à la pousser …..façon bol d'or dans les années 70 !

J'exerce une poussée avec les bras en m'appuyant sur le pied gauche et tout à coup... sous l'effet de la mousse de lavage qui stagnait au sol...je sens la perte d'adhérence de la semelle de ma chaussure.
Résultat : je perds l'équilibre vers l'avant, la moto bascule et je m'aplatis dans l'eau stagnante!
Je n'avais même pas le casque sur la tête pour dissimuler l'énooooorme sentiment de honte qui m'a envahi sans compter les dégâts : un rétro, une poignée d'embrayage et un cligno en vrac!!!

Dom67170 - 21 septembre 2005

Le coup de la béquille ….

C'était en été, par un beau samedi ensoleillé et j'éprouvais une envie irrésistible de rouler, après avoir fait le plein.

A la station service d'un hyper.., je sors la CB qui rechigne à passer dans la pompe. Je commence à m'énerver et après trois essais infructueux, la pompe daigne accepter ma carte. Il était temps car il y avait une file de bagnoles derrière moi qui s'impatientaient.
Ok ok !!! ne nous énervons pas… « je vais tous les détendre avec mon échappement kifédubruit une fois le plein fait ».

Le plein fait, je mets le contact... petit vrombissement…ouh ! ça chante, !!! Ha ha ! les automobilistes, c'est à moi de faire du bruit maintenant !!! Vroum vroum vroum !! Je suis CHAUD !!

Ok !!! c'est partiiii... à moi les joies de la zone rouge ….
J'enclenche la première et je... CALE. Quelque peu interloqué, je me remets au point mort, reprends la manœuvre mais rien ne se passe …c'est pareil !!! que se passe-t-il là ???
Bon…pas de panique, mais derrière moi, cela commençait à s'énerver et à coté à franchement rigoler !
Garde ton sang-froid mon bonhomme et regarde un peu ta brêle me disais-je !

OH !!! ça c'est fort !!! J'avais oublié la béquille ce qui avait provoqué le coupe-circuit
C'était vraiment trop c... !!! A vouloir faire le crâneur, t'as franchement l'air d'un crétin pensais-je sous mon casque et prendre 20 minutes pour faire le plein, t'es pas loin d'un record !!!!
J'ai tout de suite arrêté de faire le mariolle et me suis barré vite fait la queue entre les jambes !!!
En tout cas, la visière irridium c'est top !!! Ca évite de croiser le regard des gens qui se foutent de votre gueule.

Vashfole - 21 septembre 2005