Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Histoire de motard: ma saison de WERC : Pau

7-8-9-10 avril 2011

En route

WERC PauCe jeudi 7 avril 2011, le chargement du camion, prêté par mon sponsor SBR Menuiserie, est enfin terminé, et nous sommes fin prêt à prendre la route, avec mon mécanicien Christophe. Le trajet pour se rendre au circuit de Pau-Arnos se déroule bien, jusqu’au niveau de Bazas, où nous avons eu droit à une belle frayeur qui aurait pu finir en tonneau : un routier dont le camion a "déchapé" son pneu de la remorque... au milieu de la chaussée.

Arrivée à Pau-Arnos

Nous arrivons vers six heures du matin au circuit de Pau-Arnos sous un soleil radieux, et dans une chaleur estivale. Le temps d’installer le barnum et les fanions du Repaire des motards, nous nous dirigeons en direction du paddock de l’organisateur des WERC (Motors Events) pour réserver les sessions de roulages d’entraînement.

Je me suis inscrit aux sessions de 15h15 et 18h10, car j’ai peu, voire pas, dormi de la nuit. Pendant que l’on prépare mon R1 avec les autocollants prévus à cet effet, j’ai la bonne surprise de voir Laurent (alias Robert355), un ancien parisien parti s’exiler dans le Sud.

Le circuit

Voilà, il est l’heure de poser mes roues sur ce fameux parcours, et de découvrir le fer à cheval ainsi que le raidillon. Ce circuit mérite vraiment sa réputation, c’est un vrai grand huit, il faut avoir le cœur bien accroché pour ne pas lâcher l’accélérateur, surtout dans le grand droit en descente. J’essaye d’apprendre au mieux les différents passages du circuit. En fin d’après midi, nous faisons la connaissance du "repairien" Julien (alias Deadkennedys), qui sera le troisième larron du Team 2D. La moto passera le contrôle technique haut la main, mais du coup on loupera l'horaire du briefing. Heureusement qu’il y a une séance de rattrapage le lendemain. Nous aurons la visite d’un autre parisien, qui lui aussi s’est expatrié dans le Sud, Guillaume (alias Xguigui). Et nous partons pour un autre type de courses, celles dans un supermarché du coin.

Prêt pour la séance de qualif

En ce Samedi, après une bonne nuit de sommeil, je suis paré pour ma première séance qualificative. Je réussis à descendre en dessous d’une minute quarante, après avoir fait un petit détour par l’herbe et le bac à graviers, tout au bout de la ligne droite de la grille du départ, avant de revenir sur la piste en un seul morceau. Je commence enfin à apprécier le tracé.

Piste Pau

Pour la deuxième séance, je ne suis pas dans le rythme, je m’emmêle dans le passage des vitesses… bref, je n’arrive à rien. Du coup pour la course de vitesse on décide de changer la couronne arrière à 45 dents. Je prends plus d’angle dans les virages, mais les chronos ne sont pas au rendez-vous. Ce n’est pas grave, l’essentiel c’est de ne pas chuter, de ne pas casser le matériel, et surtout de ne pas finir dernier. Mission accomplie pour cette première journée, que l’on s’empresse de fêter avec le punch de l’organisateur.

Circuit de Pau

Endurance

Dimanche 13 avril 2011, après une nuit agitée suite aux rafales de vents, qui ont faillit embarquer le barnum, on prépare la moto pour la course d’endurance. Je démonte la pompe à essence du R1 pour la nettoyer, pendant que Christophe change la couronne, et met un pneu arrière neuf en 190. Une fois le tout remonté, mon R1 ne veut plus redémarrer. Angoisse à bord, on re-démonte et remonte à nouveau la pompe à essence, et là, ouf, elle redémarre. Du coup on en profite pour aller voir le chevalier de Groland effectuer sa 2ième course du week-end, et prendre quelques photos. Le temps est vraiment incertain pour le départ de la dernière course, mais ce n’est pas grave, de toutes façons je n’ai pas de pneus pluie. Les feux rouges s’éteignent, et c’est parti pour 1h d’émotions.

Circuit de Pau

A chaque tour Christophe et Julien gèrent le « panneautage », ils m’indiquent mes temps effectués et me signalent quand je dois rentrer au stand pour faire le ravitaillement de deux litres d’essence, le minimum imposé. Au bout d’un moment je ne les vois plus. Zut, pourtant nous étions convenus de l’affichage L3, L2, L1 et IN pour me prévenir quand je dois rentrer au stand. J'ai du louper un épisode, ce n'est pas grave, je refais un passage, et là je vois un casque qui s’agite. Je me dis "Hum… ce n’est vraiment pas gagné". Je refais un dernier passage pour être sûr, et je rentre au stand. Au fond de la ligne des stands, j'aperçois une ombre qui s’agite dans tous les sens. Effectivement ces gestes me sont bien destinés. Et voilà, c’est parti pour le ravitaillement essence. Pendant que l'un béquille la moto, l'autre enlève le bouchon du réservoir. Christophe prend le derrick et rempli le réservoir du R1, et Julien est à coté avec l'extincteur près à intervenir au cas où. Et zou, opération inverse, pendant que l'un remet le bouchon du réservoir, l'autre ce prépare à débéquiller. Et je repars bille en tête, il ne me reste plus qu’à tenir jusqu’au drapeau à damier. Au bout de quelques tours, il se met à pleuvoir. Ma visière se remplit de buée. J’entrouvre celle-ci, et le résultat est pire, car la pluie vient me fouetter les yeux. Je décide de rentrer au stand, afin de mettre un collier plastique du type Rilsan pour maintenir un filet d’air au niveau de la visière. Mon mécanicien part de suite à la recherche de l’objet tant convoité et revient avec le sésame entre les mains. Pas de chance, c'est un collier de type électricien. Je le regarde et j'ai le fond de mon œil qui commence à piquer, car on n'a pas la pince qui va bien. Il repart en chercher un deuxième, car il est trop court pour faire le tour de la mentonnière. Du coup, il y met les dents pour tenter de les serrer entre eux. Ouf, ça tient. Il ne reste plus qu’à couper le bout de la languette qui dépasse, afin de ne pas la prendre dans l’œil, et je pourrais repartir. Et là, c’est le drame, dans la précipitation il a coupé le collier au lieu de la languette… Sniff… Grand moment de solitude… Enfin, nous serons sauvés par le mécanicien d’un pilote concurrent qui nous donne le collier qui va bien. Et c’est reparti, gaz en grand sur la piste détrempée pour atteindre ce fameux drapeau à damier. On échouera à seulement un tour de piste pour avoir les 75% de la course effectuée. Re-Sniff… On remballe tout le matériel, et sur le chemin du retour en Région Parisienne, nous testerons la nouvelle autoroute, fraîchement ouverte, entre Pau et Bordeaux.

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Arrêt au stand au WERC Pau

Un grand merci à toute mon équipe, et surtout à mes sponsors et partenaires : le Repaire des motards, SBR Menuiserie, NGK Spark Plugs, Leader Bikes, Emprinte.

Je vous donne rendez-vous à la prochaine course WERC de la promotion cup au circuit de le Lédenon les 13,14 et 15 mai 2011.

Liens utiles