Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

La Corse du sud - Roadtrip de deux jours ou plus

Entre montagnes magiques et mer enchanteresse

La Corse est souvent citée comme paradis des motards grâce à ses routes sinueuses, sa météo clémente, sa gastronomie... Le Repaire a donc voulu tester pour vous cette île avec ce Roadbook faible en kilomètres (300km) mais haut en virages et en heures (6 heures sans les arrêts et il en faut). Nous avons décidé de le faire en deux jours pour découvrir ce qu'il était possible de faire en un week-end pour avoir un aperçu des trésors de la Corse du sud: villages, plages, montagne... C'est parti !

Nous partons quasiment du centre de la Corse. Zicaro est un village Corse perdu dans la montagne.

Village typique de la Corse

Direction Bonifacio plein sud via le col de Vaccia. Ces routes du centre de la Corse traversent des forêts de châtaigniers très humides malgré la météo magnifique. Le risque majeur sur ce type de routes est la présence de cochons noirs sauvages, de chèvres, de vaches en plein milieu des routes. Prudence donc car ils sont partout et souvent au détour d'un virage sans visibilité. Ils sont habitués aux passages et ne s'enfuient jamais. Tout au plus se poussent il petit à petit si vous essayez de passer... mais pas trop vite, on est en Corse. Ils profitent et vous aussi.

Animaux sauvages sur les routes corses

Les motards sont aussi très présents en ce début septembre: sportives, grosses routièrees... Il y a de tout et le peu de cafés et villages sont le rendez vous pause des motards.

Le village d'Aullène

Après être passés au col, nous redescendons progressivement vers les vallées en traversant de magnifiques forêts de châtaigniers. Les virages sont incessants. Il me berce... Aucune épingle, juste des virages. La Corse du sud se prête parfaitement à tous les niveaux de motards: on peut rouler en admirant le paysage ou arsouiller sans se faire peur (sauf les animaux). Pas de précipice, de routes trop étroites ni d'épingles. Mais par contre, çà tourne, tout le temps et pas qu'un peu.

Par moment, la roche blanche laisse place à la célèbre roche rouge de la Corse que l'on retrouve à Piana. La température alterne selon les versants et orientation: avec un blouson d'été, le motard alterne ente froid humide de la forêt et air chaud et sec du Sahara.

Après 60 km sur la d69, nous arrivons à Sartène, "la plus Corse des villes Corses " selon Prospère Merimée. Garés sur la place de la Libération, il faut emprunter à pied les petites rues (par exemple la rue des Voûtes) avec leurs restaurants et boutiques pour découvrir la vieille ville. L'Italie n'est pas loin, cela se sent. On mange dehors sur les terrasses dans de minuscules ruelles, on roule en scooter.... Pause déjeuner et nous continuons vers le sud en traversant des vignes.

Les restaurants et la gastronomie corse

Bonifacio approche mais une halte au célèbre rocher du lion ou domaine de Roccapina est indispensable. L'accès se fait par une piste en terre de 2 km accessible en moto. A l'arrivée, belle crique de sable fin, mer verte et vue sur le célèbre Rocher en forme de lion couché et sa tour génoise.

Il est 16h, il fait très chaud (ce matin il faisait 17°c à Zicaro et arrivé ici, il doit faire 27°). Pause baignade obligatoire dans ce décor paradisiaque avec une mer à 22° environ.

Une pause baignade sur la plage de Roccapina

La Corse du sud est en effet connue pour ses magnifiques criques très bien cachées le long de la nationale (découvrir le top 5 des plages de Corse du sud selon Le Repaire). Il serait dommage de rouler sur la n198 tout droit sans faire de multiples pauses baignades ou points de vue. En moto, ce n'est pas facilement évident car la côte est très sauvage et protégée et les pistes d'accès aux plages se cherchent. Les amoureux de la mer devront prendre leurs chaussures de randonnée pour marcher le long du littoral et découvrir de superbes criques ou se payer quelques balades en bateau.

Après la pause baignade et les photos il faut reprendre la route pour Bonifacio. Quelques kilomètres suffisent pour enfin découvrir le littoral magnifique de la Corse du sud après quelques virages. Mais le motard reste un peu sur sa faim car la nationale coupe dans les terres et s'éloigne du littoral protégé.

Le littotral du sud de la corse sur la n198

Bonifacio, la ville la plus méridionale de l'île

La vieille ville est juchée sur un haut promontoire en calcaire et séparée du rivage par une ria de 1500m menant au port. Cette ville du sud de la Corse est tout simplement magnifique et photogénique.

Les remparts de Bonifacio sur la marina

Une halte de quelques heures minimum est obligatoire pour visiter les principaux intérêts touristiques de la ville tels que la vieille ville et ses remparts, l'escalier du roy, la marina... Il faut compter au minimum 3 heures pour sa balader dans la vieille ville mais l'idéal est de faire de Bonifacio une ville étape pour visiter la ville de nuit et de jour. C'est ce que nous faisons en dormant devant la marina. L'hôtel SoleMare est une bonne adresse pour son rapport qualité/prix et si vous voulez être au coeur de la ville tout en laissant la moto protégée dans son parking en retrait. Découvrir plus en détails Bonifacio.

Cap au nord via Porto Vecchio en passant par de magnifiques plages

Après avoir découvert la superbe citadelle de Bonifacio, nous prenons en fin de matinée nos deux motos cap au nord via la n198. De nombreuses haltes sont prévues sur la route. En effet, la nationale longe de magnifiques plages et il serait inadmissible de ne pas faire de détours d'autant plus que les routes qui nous amènent sur les plages sont souvent magnifiques et valent le détour en elles mêmes. Côté pratique, les plages sont bien indiquées aux intersections. Début septembre, elles ne sont pas bondées.

La plage de Rondinara

La plage de Rondinara en forme de croissant de lune

A environ 18km de Bonifacio sur la droite, une petite route en parfait état amène le motard à cette superbe anse. La paysage sec fait découvrir au fur et à mesure cette anse digne des îles Caraïbes. Une plage en forme de demi lune et une baie qui abrite de nombreux yachts et voiliers. Parking payant 2,5€ par moto.

La plage de Santa Giulia

Quelques kilomètres plus au nord, la plage de Santa Giulia est plus grande et plus "urbanisée" avec club de voile et de sports nautiques, bar sur la plage... Mais cela a été fait dans le respect du paysage. Parking gratuit.

La plage de Santa Giulia

Après ces deux haltes et pauses baignades, départ pour Porto Vecchio et Zicaro. Alors que nous apprêtons à partir, le ciel devient menaçant et un tonnerre lointain se fait entendre. Que faire ? Avec nos jets et blousons d'été, il faudrait mieux éviter. Nous décidons de laisser passer les nuages et de profiter de la plage. Nous aurons raison car notre deuxième partie de Roadtrip se fera sur une route mouillée juste après le passage d'orage courts mais violents.


À l'assaut des forêts de l'Ospedale et de Zonza

Après Porto Vecchio que nous visiterons lors d'un autre Roadtrip, nous prenons la d368 direction l'Ospedale, route très fréquentée par les motards. L'Ospedale tient son nom à un ancien hospice établi dans le village du même nom.
Il a plu, le béton est fumant et humide et le paysage totalement différent. En effet, le paysage de maquis laisse place au fur et à mesure de l'ascension (au dessus de 1000m) à de magnifiques pinèdes sur fond de montagnes dentelées "la pointe du diamant".

La pointe du diamant sur la route de l'Ospedale

Après quelques kilomètres, un point panorama permet admirer la baie de Porto Vecchio aujourd'hui bien brumeuse. La route est large et viroleuse et la forêt superbe. De plus, début septembre les fougères comment à devenir orange donnât encore plus de couleurs à ce paysage.

La route humide de l'Ospedale

Après l'ascension, le motard découvre un paysage de no man's land à travers une vallée de troncs d'arbres coupés sur un reste de lac. Un peu plus loin, le lac s'agrandit et on découvre le barrage du même nom.

No man's land à côté du barrage de l'Ospedale

La route continue à travers les superbes pinèdes vers le village de Zonza. Sur la place de ce village, une halte panorama est possible pour découvrir la vallée de l'Asinao et les montagnes alentours. On peut même apercevoir les aiguilles de Bavella, véritables murailles Rocheuses qui changent de couleurs au long de la journée. Un détour est d'ailleurs possible pour aller admirer la vue en faisant un aller/retour via la d268 direction Bavella (compter 1h30).

Retour vers Zicaro via Aullene et le col de la Vaccia (d69)

Au fur et à mesure de notre remontée vers le nord, les pins laissent place aux chênes. Après le petit village d'Aullène, la route devient plus étroite et comble de malchance, l'orage vient de tonner. Il n'a pas plus depuis 6 mois apparemment et la moindre grosse pluie fait des dégâts. Nous allons le constater. Nous avons en effet pris la même route hier dans l'autre sens et celle ci était étroite mais impeccable au niveau de la surface. Aujourd'hui, des coulées de boue ont traversé la route et laissé sur le béton des feuilles mouillées, branches cassées, terre, roche... Il fait moite et chaud, la route à tout l'air d'une piste par endroit. On se croirait en Asie du Sud est ! C'est magique en sensation juste à 2h de Paris en avion.

C'est d'ailleurs ce qui m'a le plus marqué pendant ces deux jours: le dépaysement incessant. Nous avons commencé dans un paysage forestier à 17°C type petite route départementale puis découvert le littoral sous une chaleur moite (30°C) digne des Caraïbes et enfin fini dans les pinèdes montagneuses. Un voyage aux quatre coins de la planète sur une île de quelques km2!

Après cette petite route sauvage, nous finissons ce Roadtrip par le col de Vaccia superbe et large rouge viroleuse juste squattée par les animaux !

Magnifique coucher de soleil sur la vallée

Meilleure période pour cet itinéraire: d'avril à septembre en évitant août pour la foule

Ville étape: Bonifacio
Niveau de conduite: facile

Plus d'infos sur les voyages

Suzuki