english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Moto GP, les ailerons en question

Des appendices dangereux générateur de blessures et de turbulences ?

La polémique enfle depuis les incidents du GP d'Argentine

La Yamaha de Jorge Lorenzo au QatarApparus en course il y a quelques années, les appendices aérodynamiques se multiplient cette saison sur les carénages de motos de grand-prix. Il semblerait que l'arrivée des pneumatiques Michelin ait favorisé le déploiement grandissant de ces appendices sur la plupart des motos officielles, même s'il arrive que deux pilotes de la même équipe ne choisissent pas la même option. Ce fut le cas lors du premier grand-prix de la saison au Qatar disputé sur le circuit de Losail, où la Yamaha de Jorge Lorenzo affichait de de larges ailerons sur les angles de sa bulle, tandis que celle de Valentino Rossi n'en avait pas. Le Doctor a confirmé avoir travaillé dessus mais n'avoir pas observé de différence majeure.

Val: "Je préfère ma Yamaha M1 sans ailerons"

Marquez a essayé également : "Dans mon dernier run, nous avons eu recours à de petits ailerons mais nous devons précieusement les analyser." Les pilotes testent mais n'ont donc pas confirmé encore.

Mais certains observateurs ne voient pas du tout d'un bon oeil la généralisation des appendices aérodynamiques, les accusant tout d'abord de perturber la course. C'est le cas de l'ancien pilote de grand-prix belge Didier de Radiguès, qui s'est exprimé avec vigueur dans la presse après le GP d'Argentine. Selon lui, les appuis génèrent de fortes turbulences dans la traînée d'air de la moto qui détient ces appendices, ce qui rend difficile la prise d'aspiration par un pilote concurrent. En clair, de Radiguès craint que les appuis aérodynamiques ne nuisent à l'intérêt même de la course moto en limitant les dépassements. Le pilote belge craint que la moto ne connaisse le même sort que la Formule 1, comme il l'a exprimé dans les colonnes de notre confrère GP-inside :

En moto, tu te rapproches, tu prends l'aspiration et puis tu attaques. Désormais en voiture, tu ne peux plus te rapprocher car avec ces ailerons, tu n'as plus d'appui lors de l'aspiration et donc, tu dois rester à distance.

Ceci explique qu'ils aient été interdits en Moto2 et Moto3 par la Commission Grand Prix.

Un danger pour les pilotes ?

La Honda de Marc MarquezUne autre voix se fait entendre contre la généralisation des ailerons, celle de la sécurité des pilotes. Lors du départ du dernier grand-prix d'Argentine, Andrea Ianonne a harponné le futur vainqueur au premier virage, marquant la combinaison de cuir du pilote espagnol de son appendice aérodynamique. En cas de contact avec un pilote, ces appendices en carbone effilé peuvent donc devenir tranchant, ce qui constitue un argument de plus pour ceux qui sont favorables à leur disparition.

A l'origine destinés à générer plus d'appui sur le pneu avant afin d'augmenter le niveau d'adhérence au freinage et en entrée de courbe, tout en maintenant la moto au sol en ligne droite, les appendices aérodynamiques sont donc de plus en plus décriés au sein du paddock Moto GP.

Plus d'infos sur le Championnat du Monde Moto GP