Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

A l'heure du petit dejeuner, l'alimentation des pilotes au SRC !

Des sucres rapides et surtout pas de gras

Fractionner les repas tout en gardant un rythme naturel

Bon appétit au team SRC !Tous les athlètes le savent, l'alimentation à l'approche d'une compétition n'est pas à prendre à la légère. Et comme les pilotes des 24 Heures Motos en font partie, il ne font pas exception. Pendant un double tour d'horloge, ils doivent être capable de s'alimenter efficacement, sans risquer d'être malade d'une part et mal nourri pour une autre.

Sur la semaine mancelle, à la préparation physique s'ajoute une préparation nutritive.

Dés le lundi, les pilotes suivent un rythme où l'alimentation est optimisée : on ingère uniquement ce dont on a besoin pour tenir toute la course. Oubliez donc les croissants, pains au chocolat et autres céréales hyper-sucrées. Ici, on fait attention à ce qu'on mange ! Chez SRC Kawasaki, la surveillance de l'alimentation est confiée au même homme que pour la préparation physique : Patrick Joud, le physio-ostéo de l'équipe.

Lorsqu'on s'alimente sur une course, on évite de trop consommer, pour ne pas se sentir lourd. L'important est d'éviter tout ce qui est gras. Dans l'effort, le risque pour le pilote est de tomber malade. On privilégie alors les sucres rapides, comme les pâtes, avec du fromage râpé, pour ingérer rapidement les sucres pour être en forme.

On fait également boire le pilote, pour assurer une bonne hydratation. Au SRC Kawasaki, ils disposent d'un Camel-bag, pour pouvoir boire quand ils en ont besoin. Un accès facile demande tout de même de se raisonner, comme pour la nourriture, confie Patrick Joud.

inutile de boire ce que le corps ne pourra pas digérer entièrement. Il faut donc boire régulièrement pour ne pas se déshydrater, en petites quantités. Idem quand on a soif.

Des repas fractionnés, mais qui respectent le rythme naturel

Comme pour les rythmes de course, les repas sont fractionnés. L'apport en nutriments doit être constant, pour éviter que le pilote puise dans ses réserves. Le but est ainsi de toujours consommer le sucre passé dans le sang et ne surtout de ne pas puiser dans les réserves, pour que le pilote tienne tout le long de la course ! L'apport en boisson suit le même principe. Il vaut mieux boire par petites quantités, mais régulièrement, pour ne jamais avoir soif et ne pas souffrir de déshydratation. Les rythmes naturels du corps sont tout de même respectés, pour ne pas désorienter le corps.

On laisse ainsi au pilote le soin de s'alimenter au moment des repas, pour respecter les rythmes naturels du corps humain. On garde les bonnes habitudes : on privilégie toujours les plats à base de sucres qui passent rapidement dans le sang. Pour les tranches de pains couvertes de pâte à tartiner au chocolat, il faudra attendre demain, ou ce soir, après la course !