Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Gilles Stafler : "la victoire va être compliquée à la régulière "

Le point sur la course avec le manager du team SRC à la tombée de la nuit

Gérer la nuit, prendre une décision au petit matin

Gilles Stafler garde les yeux rivés sur le classement.Les 24 heures Motos viennent d'entrer dans la partie la plus compliquée à gérer : la nuit. Pour le SRC Kawasaki, il va falloir gérer la course, pour tenter de rester accroché aux trois premiers après la chute de Randy de Puniet. On fait le point avec Gilles Stafler, manager du team français.

Gilles, la course a été intense jusqu'à maintenant, la chute de Randy de Puniet a pas mal perturbé vos plans, comment s'annonce cette nuit ?

Longue ! On va devoir assurer le rythme sans prendre de risques. On est quatrième après le premier quart de la course, donc il faut calmer le jeu. On ne peut plus prendre de risques si on veut bien finir. L'objectif va être de suivre le rythme donné par les motos de têtes et attendre au petit matin pour prendre une décision sur la marche à suivre.

Qu'est-ce qui a causé la chute de Randy ?

Il allait trop vite. Je lui ai dit de ralentir, que ça ne servait à rien d'accélérer à fond. On n'est pas sur une course sprint, mais une course d'endurance de 24 heures. Il tournait autour des 1'36.5, alors qu'un 1'37.5 aurait suffi. Le problème d'un rythme intense c'est qu'on gagne peut être des secondes sur le moment, mais la consommation en prend un coup et on finit à la fin par se retrouver avec un arrêt supplémentaire. C'est pas possible pour jouer la gagne. Quand on fait une stratégie, on essaye de s'y tenir, mais vous savez, quand le pilote rabaisse sa visière, parfois il oublie tout.

La victoire est elle encore jouable ?

Sincèrement, ça s'annonce compliqué à jouer à la régulière. Le rythme des Yamaha et de la Suzuki sont bons et à moins d'un problème devant, on risque d'avoir du mal à remonter. On a trois tours de retard sur le leader, c'est un gros écart. Mais bon, comme tout le monde le sait, au Mans, rien n'est jamais joué !

Quel est l'objectif des prochaines heures ?

La nuit aux 24 Heures, c'est particulier. Tout peut arriver, donc il faut qu'on s'accroche. On va suivre la course, sans prendre de risques, passer la nuit. Après, le podium est envisageable. On devrait pouvoir aller chercher la troisième place du SERT. On verra demain matin !

Plus d'infos sur les 24 Heures Motos