Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Side-Car Ural Pustinja II

Une nouvelle série limitée Ural : 30 exemplaires qui subliment le désert russe

Injection électronique, 3 freins Brembo, marche arrière, 2 roues motrices : 16 590 €

Ural Pustinja IILes nouveautés Ural sont toujours un événement pour les amateurs de side-car. Construites en tous petits nombres, elles se vendent assez vite et deviennent des collectors. Elles sont généralement dues à l'initiative de l'importateur autrichien, Hari Schwaighofer, qui les fait ensuite valider et construire par l'usine. Chaque année, elles explorent un thème et un univers différent. La même démarche existe sur le marché américain, ce qui a donné la récente série limitée Ural Sahara.

Certaines déclinaisons ont en effet été typées tout-terrain, comme la Vjuga, au camouflage gris-verdâtre, idéal pour se fondre dans les steppes du sud de la Russie. Ça, c'était en 2008. Il y a eu aussi la Snow Leopard, blanche, en 2010. D'autres étaient plus "urbaines" et plus stylées, à l'image de la Red October de 2009 ou de la M70, qui renvoie au premier modèle Ural, construit en 1942.

Cela dit, si vous êtes culturellement incollable sur la production des Ural, vous vous souvenez alors de la Pustinja, lancée en 2007 et qui possédait deux roues motrices, 4 pneus à crampons (dont une roue de secours), une caisse à outils, une lampe torche pour retrouver son chemin dans le noir quand le truc est en panne (non, on plaisante, c'est hyper costaud, un Ural... quoique, les modèles ont nettement progressé en 2008). Bref : Pustinja, ça veut dire "désert", en russe et 35 exemplaires de cette machine ont été construits.

Ural Pustinja II, de trois quart arrière

Back due to popular demand

Et à la demande générale, voici donc le retour de la Pustinja : avec l'Ural Pustinja II, 10 ans après le premier. 30 exemplaires sont au programme, pas un de plus.

On retrouve sur Pustinja II les mêmes ingrédients que sur Pustinja : la couleur sable contrastant avec l'ensemble châssis, moteur et échappements peints en noir, les gros pneus à crampons, la caisse à outils, le solide porte bagages, le jerrycan d'essence. On appréciera, c'est nouveau, la grille de protection du phare et le soin apporté au siège, dans le panier.

Ural Pustinja II, siège du panier

En tant que modèle Ural 2017, le Pustinja II bénéficie de toutes les améliorations de la gamme Ural : injection électronique, trois freins à disque Brembo, un compteur nettement plus complet qu'auparavant, etc. Il y a aussi, dans la petite boite à l'arrière du panier, le kit de survie : bouteille de vodka, boite de sardines, chewing gum et préservatifs ! Ils sont trop forts, ces Russes !

Le Pustinja II vous plaît ? Vous avez envie de traverser le désert de Gobi ? L'appel de la route vous guette ? On vous comprend, tellement ces engins délivrent un charme inimitable lors des petites balades comme des voyages au long cours, comme nous l'avions vu lors d'un comparatif entre un Ural Ranger et un Triumph Scrambler Yeti.

Alors ne réfléchissez pas trop longtemps, puisque la rupture de stock guette. Et préparez-vous à sortir 16 590 €.

Ural Pustinja II, de l'arrière

Plus d'infos sur Ural

Notez cet article : Note actuelle: 5/5 (1 vote)

  • Currently 5.00/5

Commentaires

senzio

Si je gagne au loto je prends les 2...une pour la semaine, l'autre pour aller à la messe le dimanche!!!!
Non j'déconne...j'suis athée!
Gil

17-05-2017 14:21 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous