Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

L'éthylotest anti-démarrage comme alternative à la suspension de permis

Un bilan positif de l'EAD et extension à l'ensemble du territoire pour lutter contre l'alcool au volant

L'éthylotest anti-démarrage prochainement rendu obligatoire pour tous les récidivistes

L'EAD comme alternative à la suspension de permis - Crédit photo : DRLors du Comité Interministériel de Sécurité Routière (CISR) du 9 janvier 2018, le gouvernement avait mis en avant sa volonté de généraliser l'utilisation des éthylotests anti-démarrage pour renforcer la lutte contre la conduite en état d'alcoolémie et contre la récidive de ce délit. Un décret fut d'ailleurs publié en septembre pour sa mise en application.

Après l'expérimentation menée dans les départements de la Drôme, du Finistère, du Loiret, de la Manche, du Nord, de la Vendée et de la Réunion, le Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a donc décidé d'étendre à tout le territoire la possibilité aux préfets de palier à la suspension de permis pour les conduites en état d'alcoolémie en imposant l'utilisation d'un EAD jusqu'à 6 mois.

A l'issue de cette période, le tribunal correctionnel peut décider de prolonger l'utilisation de l'EAD jusqu'à 5 ans et infliger jusqu'à 4.500 euros d'amendes, qui viennent s'ajouter au coût d'installation du dispositif entièrement pris en charge par le conducteur en infraction (environ 1.300 euros hors installation).

Cette mesure ne s'applique cependant pas aux récidivistes ni aux conducteurs dont le taux d'alcoolémie est supérieur à 1,8 g/L qui devront quoi qu'il arrive passer devant le tribunal. L'objectif de l'EAD est de punir les contrevenants sans pour autant les empêcher de conduire et souvent de travailler.

La mise en place dans les sept départements s'est montrée positive, notamment dans le Finistère où les cinq centres agréés ont procédé à l'installation de quelques 400 EAD suite à des arrêtés préfectoraux. L'Intérieur a ainsi adressé une note à l'ensemble des préfets pour les inviter à mettre en oeuvre cette possibilité.

La législation devrait encore évoluer prochainement sur ce point avec la mise en place de la mesure 11 du CISR qui rendra obligatoire et systématique la pose d'un EAD en cas de récidive d'une conduite en état alcoolique.

Plus d'infos sur l'alcool et la conduite

Commentaires

TinMar

Que pensez vous de cette annonce faites aujourd’hui ?

Je suis partagé entre :

D’un côté je trouve ça intéressant pour la personne qui se fait chopper « bêtement » après avoir bu 3 bières (un peu fortes) un dimanche midi chez Mamie et qui pourra continuer de rouler grâce à cette mesure, ce qui peut éviter la perte d’un emploi par exemple...
(Attention, je ne dis pas que c’est bien de boire quelques verres avant de rouler mais je pense que ça peut arriver parfois d’etre a un taux 0,8 tout en étant en capacité de conduire)

D’un autre côté j’ai peur que certains se disent « Bon bah maintenant on a le droit à une première chance, je perdrai pas mon permis mais j’aurai un ethylotest donc je peux rouler complètement torché c’est rien!! »....

13-03-2019 13:51 
TinMar

Ah et puis aussi, après ça, pourquoi ne pas installer une bride moteur en alternative à la 1ère suspension du permis de conduire pour excès de vitesse ? 😁

13-03-2019 14:06 
Flakes

Citation
TinMar
Ah et puis aussi, après ça, pourquoi ne pas installer une bride moteur en alternative à la 1ère suspension du permis de conduire pour excès de vitesse ? 😁

T'inquiètes ils y viennent, même pour ceux qui ne se font pas chopper

13-03-2019 14:54 
olivierzx

C'est surtout le message suivant :
Tu as de la tune ? tu peux rouler bourré.

La preuve encore une fois que la sécurité routière est surtout une affaire de fric.

Je serais d'ailleurs intéressé par le nom des entreprises ayant reçu l’agrément pour ces matériels.

Je ne parle absolument pas de lobby ...

13-03-2019 18:09 
TinMar

Citation
olivierzx
C'est surtout le message suivant :
Tu as de la tune ? tu peux rouler bourré.

C'est vrai tu as bien raison ! Il faut compter 350¤ d'installation + 100¤ de location/mois soit un total de 950¤ pour une suspension de 6 mois.

D'ailleurs, je suppose qu'a côté de ça il faudra encore payer l'amende...?

13-03-2019 19:53 
faublas

Courage, le meilleur arrive : véhicules connectés, ce qui permettra de limiter la vitesse par la position du véhicule à celles instaurées (existe déjà par GPS), identification biométrique du conducteur, suivi de la circulation et du comportement (les assurances ont déjà mis ça en place).
Plus l'obligation de délation (un véhicule de location que j'utilise aussi fut flashé) et j'ai envié mon permis de conduire... Mais, l'OPJ veut que je dénonce et me menace de procès et de 3600¤ d'amende, ce qui est débile, vu que j'ai reconnu l'infraction (ridicule, 1 point et 90¤), ce qui ne suffit pas !
Le meilleur des mondes est en route.

13-03-2019 22:12 
BIG83

Salut

Citation
C'est surtout le message suivant : Tu as de la tune ? tu peux rouler bourré. La preuve encore une fois que la sécurité routière est surtout une affaire de fric.
Pourquoi ? le "pauvre" il a pas le même cerveau que le gus à fric, pour se dire, si je bois je ne conduis pas ???? voire même, je conduis donc je ne bois pas (trop)...
Ca lui évite de claquer du pognon dans l'alcool qui peut mettre ailleurs, et il garde son PC pour bosser.
En plus le "pauvre" ça ne l'empêche pas de s'envoyer une bonne binouze à la maison, tranquille...

A un moment c'est bon, de toujours prendre les gus par la main pour leur dire qu'ils risquent de se mettre dans la merde et créer des usines à gaz pour les en sortir.

V

14-03-2019 13:36 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Suzuki