english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Il se fait flasher avec la plaque d'immatriculation de son voisin

Une vengeance suite à une première condamnation dans une querelle de voisinage

Le garagiste condamné à 2 mois de prison avec sursis, 400 € d'amende et 3 mois de suspension de permis

Il se fait flasher avec la plaque d'immatriculation de son voisin

Depuis la mise en place des radars automatiques depuis le début des années 2000, on assiste à une multiplication des usurpations de plaques minéralogiques. Si l'objectif des contrevenants est essentiellement de rouler sans avoir à s'inquiéter pour leur permis, un garagiste des Landes a quant à lui opté pour la "doublette" afin tout simplement de se venger de son voisin...

A l'origine de cette histoire, relatée par France Bleu Gascogne, on retrouve une querelle de voisinage qui s'est envenimée au fil des mois pour finir devant les tribunaux. Au départ, c'est une fuite d'huile venant du garage et se déversant chez le voisin, retraité, qui a mis le feu aux poudres alors que ce dernier signalait le fait à l'administration. Le garagiste frappe ensuite son voisin et sera condamné par la justice.

L'affaire aurait pu en rester là si le retraité n'avait pas reçu un PV en novembre dernier pour avoir été flashé à 82 km/h au lieu de 50 km/h. Le problème c'est que ce dernier n'était pas sur la route à ce moment et dispose de témoins. Le cliché pris par le radar montre en effet bien que la Citroën C15 n'est pas la sienne.

Si la photo est prise par-derrière, le retraité parvient à reconnaître le passager et informe les gendarmes qui parviendront à remonter jusqu'à l'auteur du méfait : le fameux garagiste. Celui-ci assume son acte et explique avoir "fait une connerie", car son voisin le harcèle. Il a ainsi reproduit la plaque minéralogique pour se venger.

Jugé par le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan, l'homme a été condamné à deux mois de prison avec sursis, d'une suspension de permis de 3 mois et d'une amende de 400 euros.

Rappelons que l'usurpation de plaques minéralogiques peut être punie par une peine allant jusqu'à 7 ans de prison, 30.000 euros d'amende, un retrait de 6 points sur le permis et des peines complémentaires de suspensions, d'annulation et d'interdiction de repasser le permis ainsi que la confiscation du véhicule.

Plus d'infos sur les usurpations de plaques minéralogiques