english

Flambée du prix des carburants

Record historique pour le Gazole, le SP95 se rapproche du pic de 2012

Le prix du baril de Brent poursuit son ascension

Flambée du prix des carburantsLes temps sont durs pour les Français qui doivent prendre la route alors que l'on rencontre une flambée des prix des carburants et que le record est même tombé pour le gazole.

Les derniers chiffres publiés par le ministère de la Transition écologique sont sans appel : le prix du carburant grimpe en flèche. Ainsi, au cours de la semaine dernière, le prix moyen du litre de gazole a battu un record en s'établissant à 1,5354 euros, soit plus que le précédent record qui avait été enregistré en octobre 2018 lors des prémices du mouvement des gilets jaunes.

L'essence n'est pas en reste puisque le sans plomb 95 E10, le plus utilisé dans l'hexagone, atteint de son côté les 1.6073 euros du litre. On se rapproche doucement du record de 1,64 € qui avait été atteint en 2012.

Cette évolution tarifaire a été très rapide puisque début septembre diesel et SP95 s'affichaient encore respectivement à 1,4294 € et 1,5437 € du litre. Rien que par rapport à la semaine dernier, le sans-plomb à prix 2,9 centimes du litre et le gazole 3,8 centimes.

Les tarifs avaient connu une baisse importante l'an dernier alors que les cours du pétrole s'étaient effondrés suite à la réduction des déplacements liés à la crise sanitaire. Mais depuis, le prix du baril de brent s'est rapidement accru a dépassé le cap des 80 $ le baril pour s'établir à près de 82 $ la semaine dernière et flirte aujourd'hui avec les 84 $.

Or, alors que la fiscalité sur les carburants a été gelée en 2018, c'est bien l'évolution du prix du baril qui détermine celle du prix à la pompe, avec un délai d'environ une semaine à 10 jours. Depuis début septembre, le prix du baril monte de façon ininterrompue, y compris cette semaine. Il faut donc s'attendre à voir la facture s'alourdir et d'autres records tomber ces prochaines semaines...

Plus d'infos sur le prix de l'essence

Commentaires

fgismo

Les cours du conventionnel sont restés à peu près stable jusqu’en 1973 ensuite c’est l’instabilité qui devient la norme, un répit avec le pétrole issu des schistes bitumineux, qui n’a jamais atteint un seuil de rentabilité, fixée à 80$ le baril et cette instabilité chronique indique des incertitudes qui perdurent, parfois un répit, le réservoir lorsque on le remplit, un autre se vide, le pétrole fait partie des énergies renouvelables, mais sur une période de cent cinquante voir trois cent millions d’années pour renouveler le stock de départ et toujours gratuit, la nature n’ayant jamais présenté la facture. Huit milliards d’habitants et moi, et moi…Dans un système clos l’énergie se conserve, c’est l’entropie qui augmente. Nous n’avons pas affaire à une crise énergétique mais à une crise de l’entropie.

12-10-2021 16:40 
aximum

L'entropie connais pas c'est combien d'octane ?

12-10-2021 17:20 
kernel62

😂

12-10-2021 17:42 
olivierzx

L'essence est plus chère avec un baril actuellement qu'à 80¤ qu'à l'époque où il était à 120 ...

Et les pétroliers (l'état basant ses taxes sur le prix du litre ne fait qu’aggraver la situation mais n'en est pas responsable) font toujours autant de bénéfices, les bais.s comptaient vous !!!

C'est pas contre l'état ou les producteurs qu'il faut agir mais contre les pétroliers.
Les GJ feraient bien d'aller bloquer les raffineries au lieu des centres villes.

12-10-2021 17:55 
Picabia

Nous sommes indirectement et involontairement responsables de cet état de fait. On déplace des marchandises d'un continent à l'autre suite à des délocalisations massives, ce qui était un gain sur le court terme est devenu une dépense. Il y a l'énergie invisible, celle que requiert nos systèmes de communications, très énergivores.
On se rend compte du problème quand on remplit le réservoir ou on se chauffe mais c'est une infime partie du problème.
La deuxième source de consommation d'énergie, on la porte tous les jours sur nous, ce sont les vêtements.
Ne parlons pas du plastique, c'est pratique mais c'est aussi du pétrole.
Tout le monde voudrait du pétrole pas cher mais cela ne ferait pas prendre conscience qu'il sera devenu rare et accentuerait le phénomène.
En fait personne n'est prêt à renoncer, ne serait ce que de 10% à son mode de vie.
Partir moins loin ou moins souvent en vacances ou en Week End, déserter les hypermarchés dont les produits viennent de très loin pour acheter local.
Tant que la demande sera forte, les prix resteront élevés.

12-10-2021 19:57 
KPOK

Je suis toujours mort de rire / consterné quand les 'journalistes' sur Radio-Matignon expliquent, la mine grave, que "le baril de brent de la mer du Nord sur les marchés à Londres gna gna gna", comme si :
1/ il y avait encore assez de pétrole en mer du Nord pour être coté quelque part
2/ Total et ses potes achetaient du pétrole papier à Londres pour leurs raffineries.

Portnawak.

(psssst... la consommation d'essence baisse en France depuis au moins 2015, et c'est pas parce que les bagnoles consomment moins ; va voir les chiffre de l'UFIP)

12-10-2021 23:41 
Tortue Ninja

Le prix du baril⛽ est une chose.
Le volume des taxes qui sont appliquées sur le produit fini en est une autre...

D'aurant plus que, miracle de la magie fiscale, nous payons une taxe sur une taxe !

Car l'assiette de la Tva sur le carburant ne s'applique pas sur le prix du litre... mais AUSSI sur la TICPE.
Ce qui fait que le prix du litre de carburant est constitué de 60% de taxes!!!

Les 40%restant servent à payer la prospection, l'extraction, les royalties payées localement, le transport, le raffinage, la distribution. Ce qui fait finalement relativement peu pour chacun des acteurs.
Les derniers (rares) pompiste sont plus des collecteurs d'impôt que des débitants de carburant🤭
Sur un prix de 1,60 EUR par litre, seuls 0,63 EUR payent l'essence. Le reste n'étant que des taxes, soit presque 1 EUR (0,97 ewactement).
Ce qui fait de la TICPE la quatrième rentrée fiscale de l'état, tout en contribuant aussi largement au "succès" de la TVA.

Que les écolos et bobios cessent de vouer motards et automobilistes aux gémonies. Nous sommes indubitablement de biens meilleurs contributeurs fiscaux qu'eux😇 !
Ceux qui fument re-😇 et boivent des boissons alcoolisées rere-😇 étant le Saint Graal du fisc🙏

Le E-85 coûte presque 2/3 de mois à la pompe que le E5. Parce qu'il est beaucoup moins cher à produire 🤔 ?
Que nenni-point-point très cher. Il bénéficie "juste" d'une taxation allégée.

Mais Rassurez-vous, joyeux contribuables (merci TeX Avery😉), notre cher ministère des finances aura à c½ur de modifier la taxation de l'électricité afin d'éviter les pertes de rentrées fiscales une fois que nous aurons été contraints de passer au moteur à bzzzzz🤣🤣🤣

C'est pourquoi ertains états australiens ont d'ores et déjà créé une taxe au km parcouru pour les véhicules électriques (haro sur ces voyous qui rechargeaint leur véhicules sur panneaux solaires privés sans acquitter leur écot fiscal ! Inciviques, va !!! ).

13-10-2021 01:22 
Picabia

Ces impôts indirects sont redistribués sous forme d'aides sociales, primes et autres formes de rémunérations, ce qui fait de la France un des pays les plus taxés mais pas des plus performants lorsqu'il s'agit de la fonction publique ou des services de l'état.
Cela fait vivre aussi pas mal d'officines publiques ou para-publiques dont l'efficacité est plus que douteuse, des experts bidons, ect, etc.
En s'attaquant à ce mal Français, il va s'en dire que les taxes pourraient baisser mais chacun en réclame toujours plus et souvent à juste titre.

13-10-2021 09:07 
Philippe21

On peut aussi y voir un rééquilibrage suite à l'effondrement des cours en 2020 à 15$ ! On remarque aussi aussi la pointe à 128$ de mars 2012.
[attachment 37293 courdubrent.PNG]

13-10-2021 09:07 
KPOK

Oui, mais ça c'est le pétrole-papier, celui qu'on agite sous le nez du contribuable à la manière d'un chiffon rouge.

Le vrai prix du pétrole n'est pas celui-là : commençons par dire les prix des pétroles, parce que le léger d'Arabie Saoudite est bien plus cher que ce qu'ils extraient péniblement et à grand frais des sables du Canada, etc. Leurs tarifs doivent être des secrets jalousement gardés par les compagnies pétrolières.

Théorie perso : il faut faire remonter le prix à la pompe non seulement pour faire rentrer le flouze qu'on a filé à droite à gauche ces 18 derniers mois, mais aussi pour freiner la consommation des particuliers. En effet, la distillation d'un baril de pétrole lambda débouche sur la production de parts similaires d'essence et de kérosène. Or, avec la baisse du trafic aérien, il se vend bien plus d'essence/diesel que de kérosène, donc ils doivent rééquilibrer, sauf à se retrouver avec des stocks de kéro aux débouchés (et donc aux prix) incertains. (mais ptète que j'ai tout faux)

13-10-2021 10:27 
D3n1s57

Ce n'est pas grave bientôt tout le monde sera à l'électrique et on pourra pleurer sur le prix du KW, à moins que l'on y pleure déjà sourire

13-10-2021 11:30 
kick47

Et puis, à cause du coronavirus, il y a quelques milliards à récupérer.

13-10-2021 11:53 
Tortue Ninja

=>KPOK
Un bémol à ce dernier post.
La part des distilats legers/lourds dans la distillation n'est pas toujours égale. Elle varie en fonction du type de pétrole, lui même plus ou moins propice à tel ou tel produit fini. Mais aussi du "réglage" de la raffinerie en fonction des produits plus recherchés.
Sans oublier le taux de souffre, parfois très important dans certains bruts, et dont il faut se défaire pour rentrer dans les normes.

Cas particulier pour la France: Des années durant les pétroliers français ont souffert du fait de la "prime" fiscale du diesel:
Dans un monde où globalement on demandait plus de produits lourds (diesel, kérosène) et où les légers (essence) étaient plutôt en surplus, le marché national imposait l'inverse. Les français devaient donc importer plus de produits lourds (plus rares et donc chers), et se défaire de surplus de légers (déjà plus abondants, donc moins chers).

Je ne sais ce qu'il en est aujourd'hui avec les modifications de la fiscalité et partant, de la consommation en faveur de l'essence pour les voitures. Mais restent tous les usages professionnels qui sont friands de produits lourds. Je ne suis pas certain que cela ait totalement reequilibré la structure du marché national ?
Il est en outre indéniable que la Covid à du perturber encore les marchés. Mais comme beaucoup de choses se sont retrouvées à l'arrêt, il faudrait sérieusement se renseigner sur les variations de la consommation mondiale pour avoir une idée précise des impacts de la pandémie.

Quant au "pétrole papier, il n'est guère plus spéculatif que le physique. Une cargaison en mer change souvent maintes fois de propriétaires avant de débarquer... Outre la speculation, c'est aussi un instrument de couverture qui permet de fluidifier le marché.

Quant au petrol cher, c'est une logique à terme implacable:
1/ Les nouveaux gisements prospecteés sont chaque fois difficiles à exploiter (conditions climatiques, offshore de plus en plus profond, schistes bitumineux...). Leur prix de revient ne peut donc que grimper, au rythme de l'assèchement des exploitations "faciles" comme le golfe Persique, le Texas, etc...
2/ La consommation ne va pas se réduire à court terme.
En 1993, un analyste nous donnait une idée de la hausse de consommation si 1 milliard de chinois passaient du vélo à la mobylette. Aujourd'hui, ce sont 1,4 milliard de chinois qui sont passés du vélo à l'auto!
Alors même si la "mobilité electrique" progresse, il va se passer un bout de temps avant que cela inverse la hausse de la consommation de carburant.
Ajoutons-y la croissance de l'Inde qui aura plus de mal à s'équiper en électrique...
Sans oublier l'Afrique où bientôt 2 milliards d'habitants vont eux aussi vouloir bouger dans un continent largement dépourvu de réseau de distribution électrique, et il est évident qu'en dépit de contractions et soubresauts ponctuels, les prix du pétrole sont sur une tendance longue qui ne peut être qu' haussière.

13-10-2021 22:59 
Picabia

Tortue Ninja, très bonne analyse, j'adhère totalement

14-10-2021 11:35 
nicoxj900

Oui, mais non ...

Le prix du pétrole fluctue, actuellement à la hausse mais on est encore loin des sommets de 2013-2014 ! Or, à l'époque, le carburant, essence et gasoil, étaient loin des sommets actuels ; on pestait car le gasoil frôlait l'¤/l et le super 1,3¤/l, pour un brut au dessus des $100 le baril.

Aujourd'hui, on en est autour de $75 le baril, pour un gasoil autour de 1,5¤/l et un SP98 à plus de 1,80¤/l ! Cherchez l'erreur !

prix-petrole-brent-mai-2021.png


source : [prixdubaril.com]

14-10-2021 11:55 
Tortue Ninja

=>NICOXJ900
Il n'y a hélas aucune erreur...

Car il ne faut en aucun cas confondre le prix du baril, et le prix "à la pompe".
Il est dommage de laisser de côté le prix hors taxes, car ce serait le plus parlant. Mais il n'est que rarement publié officiellement.

Cette différence de prix est pricipalement liée aux taxes.
Il faut se souvenir que par le passé on évoquait deux types de hausses:
- Celles provenant du prix du baril de brut (subie).
- Celles liées à l'augmentation prevue des taxes (donc "choisie"). Augmentations déclarées depuis longtemps comme "incitatives", afin de nous pousser à économiser l'énergie. Ou comment "faire notre bonheur" malgré nous, pauvres aveugles naïfs...

Ces hausses de taxation sont d'autant plus importantes que s'y ajoutent depuis le quinquennat de François Hollande les taxes liées à la "transition écologiques".

Raison supplémentaire pour qu'en France les prix à la pompe continuent d'augmenter !

14-10-2021 15:52 
inextenza

Est-ce que Total et consors n’a pas sa part de responsabilité dans ces prix historiquement hauts à la pompe, alors que le prix du baril est somme toute raisonnable?

14-10-2021 16:36 
Tagada_et_LongPif

Je suis allé à Tenerife (donc en Europe) pour quelques vacances. Il n'y a rien au dessus de 1,10¤ à la pompe. Le problème est donc bien les taxes.

Et quand on sera tout à l'électrique, notre compteur Linky saura reconnaître si on fait tourner le lave-vaisselle, ou si on recharge Titine

14-10-2021 22:15 
L'iguane

[attachment 37301 245771291_5320215304672155_3523494834236787719_n.jpg]

14-10-2021 22:32 
Tortue Ninja

=>INEXTENZA
N'oublions pas que les "méchants pétroliers" de l'imagerie populaire ne sont que des entreprises comme les autres. Elle préfèrent des prix raisonnables afin de vendre plus...
Il y a longtemps que je n'ai pas regardé les chiffres. Mais je doute que les marges aient beaucoup augmenté ?
Leur modèle économique se prête mal aux à-coups. Une raffinerie se finan e sur 20 à 30 ans. Un champ d'extraction sur encore plus long terme...

Le seul point où la marge n'est pas (trop) limitée par la concurrence est celle du détaillant. Si elle est ridiculement faible dans la plupart des cas (notamment les grandes surfaces pour lesquelles c'est souvent un produit d'appel, et qui peuvent dès lors se permettre parfois du "prix coûtant", et expliquent en contre-coup la fermeture de tant de petites stations-service en province poussées à la paupérisation), ce n'est pas toujours le cas.
Notamment au coeur des grandes villes où la conjonction de la hausse du prix du foncier, des nouvelles normes environnementales et de la grogne des voisins à rarefié les stations. C'est là que se pratiquent les prix les plus élevés (j'ai souvenir d'avoir vu dans Paris intra-muros des prix frisant les 2 EUR/litre pour le SP98 en 2012🤯🤯🤯).

Je ne sais pas dans quelle mesure le transport a augmenté ? Mais au vu de ce qui survient dans le coût du transport maritime par conteneur, je ne serais pas surpris qu'il y ait ici aussi une partie de l'explication de la hausse🤔
Un de mes amis qui importe des biens d'Asie depuis des années me disait que le prix du transport du conteneur-type qu'il utilise habituellement est passé d'un peu plus de 1.000 EUR à plus de 9.000!

Sans oublier que d'une manière générale, la taxe démission CO2 a doublé par rapport à l'avant crise. Merci à nos amis écolos🤬🤬🤬

P
En résumé, je dirai que les prix actuels sont imputables principalement:
1/ Au prix du baril de brut, les producteurs n'ayant rouvert les vannes que parcimonieusement précisément afin de de retrouver des rentrées financières afin de compenser les pertes liées à la crise (rappelez-vous les prix du pétrole ponctuellement "négatifs" au plus fort de la crise😳).

2/ L'augmentation des taxes qui représentent 57% du prix du litre en France (49% sur le diesel). Qu'il s'agisse de taxes décidées nationale ment ou au niveau européen (cotas d'emission de CO2).

3/ Dans une moindre mesure de facteurs exogènes connexes comme le coût du transport maritime.

15-10-2021 01:19 
waboo

Les taxes sont le cercueil de ce pays, sous prétexte du "modèle" français.

Le boulet des forçats au service de l'indigence de certaines catégories professionnelles et politiciennes.

15-10-2021 09:40 
inextenza

Citation
Tortue Ninja
N'oublions pas que les "méchants pétroliers" de l'imagerie populaire ne sont que des entreprises comme les autres. Elle préfèrent des prix raisonnables afin de vendre plus...

Pas tout à fait. Ils savent qu’ils vendent un produit dont on est parfaitement incapables de se passer, qu’on ne peut que réduire un peu le volume d’achat en levant le pied et en annulant des week-ends touristiques.
Donc, ils peuvent marger trankilou.
Un peu comme les gestionnaires d’autoroutes.

Après, oui, les taxes sont folles. Le pire, c’est qu’on parle de distribuer encore des chèques énergie. Encore des aides.
Mais ces aides, qui les voit? En vrai?
Parce que, en pratique, j’ai -comme des milliards d’autres personnes- acheté mon logement en fonction de mes revenus actuels. Donc, mon «reste à vivre» est essentiellement conditionné par le remboursement du crédit, par contre, JAMAIS mon salaire n’a suivi une quelconque inflation, et de toute ma vie, la seule et unique aide sociale que j’ai eu sont 2 ans d’ALS de quelques centaines de francs par mois.
Même quand j’ai vécu avec 2 fois moins que le «seuil de pauvreté» je n’ai jamais rien eu d’autres.

Alors merde, oui, j’en ai ma claque d’entendre parler d’exonération par ci (j’ai fuis Argenteuil entres autres pour ça d’ailleurs: avant la réforme de la taxe d’habitation, on n’était que 44% à la payer au moins en partie, et les impôts locaux de cette ville sont juste barges) billet/chèque par là (et faut surtout pas dire que ça sert à acheter des écrans plats, oulala, non, même si les vendeurs Darty et cie eux-même disent qu’il y a un regain d’activité pile quand le chèque scolaire est versé; et qu’on voit les cartons posés dans les rues durant septembre) tandis que nous, contribuables, on ne fait que se priver.
Franchement, je n’ai pratiquement plus de loisirs, je retarde tous les travaux parfois urgents dans la maison, on est parti une semaine en vacances en septembre (moins cher) en partageant le gite, pourquoi? Payer des centaines d’¤ d’impôt sur le revenu, et des dizaines d’¤ de taxes pour faire le plein de mes véhicules (ah oui, quel luxe la moto… sauf que j’en suis à la sortir plus souvent que de raison car elle consomme un peu moins que la voiture). Impôts et taxes qui servent à aider quelques uns qui en ont vraiment besoin et qui ont l’énorme chance de ne pas cocher une case d’exclusion. Et faire vivre tranquilles trop d’humains épiphytes (ce n’est pas un préjugé, je connais des personnes qui ont le discours «j’ai choisi de bosser 3 mois dans l’année pour avoir le temps de vivre, car le reste du temps, j’ai le droit au chômage».
En fait, le modèle français est idéal, tant qu’on ne l’applique pas à des humains. Qui par nature est profiteur, grégaire mais parfois sans aucune considération de respect des efforts collectifs.

Bref, ça ne fait pas avancer le schmilblick, mais fallait que ça sorte.

15-10-2021 10:59 
fift

Inextensa, faudrait peut-être pas se tromper de combat : le manque de revenu, ce n'est pas à l'Etat de le combler, c'est à ton employer ...

Pour ce qui est des aides, ça tombe rarement automatiquement, il faut la plupart du temps aller les chercher (selon la bonne vieille morale qu'il faut les "mériter"), raison pour laquelle une quarantaine de pourcents des bénéficiaires des différents types d'aide ne les touchent jamais.

Mais bon, on est en train de dériver sur des sujets politiques - de manière assez logique puisqu'on parle de taxes.



Pour en revenir au sujet, je colle ici l'évolution des prix à la pompe depuis une vingtaine d'années (ça s'arrête au premier semestre 2021, on n'a donc pas les hausses les plus récentes) :

prix-sp95-par-semestre.png


prix-gazole-par-semestre.png


Nico>
Le prix du pétrole fluctue, actuellement à la hausse mais on est encore loin des sommets de 2013-2014 ! Or, à l'époque, le carburant, essence et gasoil, étaient loin des sommets actuels ; on pestait car le gasoil frôlait l'¤/l et le super 1,3¤/l, pour un brut au dessus des $100 le baril.

En 2013/2014, le SP95 était à 1,5¤/L et le gazoil à 1,30 clin d'oeil.
Pour avoir les prix que tu indiques, il faut remonter à 2008/2009 avec un pétrole à 50$ le baril (ça avait chuté suite à la crise financière de 2008).

15-10-2021 11:21 
inextenza

Citation
fift
Inextensa, faudrait peut-être pas se tromper de combat : le manque de revenu, ce n'est pas à l'Etat de le combler, c'est à ton employer ...
Qui est… enfin bref, oui, je pourrais jouer les démissions pour spéculer, et finir à la DSI d’un groupe bancaire… mais effectivement j’ai choisi de plutôt participer d’une certaine façon à un effort collectif, là dessus, je suis complètement fautif, oui.
Pour aujourd’hui.
Par contre, hier, j’ai été à 2 doigts d’arrêter mes études parce que j’arrivais en défaut de paiement et AUCUNE aide… pas faute de les demander… ne m’a été accordée pour diverses raisons (dont un contexte familial défavorable)
Mon propos est plutôt de dénoncer le matraquage continuel de «la classe moyenne», via ce que j’estime être une ineptie: faire circuler des subventions payées par les taxes, pour compenser leur effet. Plutôt que de les abaisser pour tous. Et surtout pour ceux qui bossent (et dont il est impossible de télétravailler hélas) pour générer des revenus donc des impôts, donc, des moyens pour créer des subventions entres autres.

15-10-2021 12:23 
cajo

Citation
waboo
Les taxes sont le cercueil de ce pays, sous prétexte du "modèle" français.

Le boulet des forçats au service de l'indigence de certaines catégories professionnelles et politiciennes.

Sans d'avantage d'explications pour qu'on puisse comprendre ce que tu veux dire, tes propos évoquent plutôt la souffrance et le désespoir !
C'est ballot ...
respect

15-10-2021 12:29 
nicoxj900

fift, je suis rentré en France mi-2010, et ai largement "profité" du gasoil en dessous de l'Euro et de l'essence en dessous de 1,3¤. EN région parisienne ;)

15-10-2021 14:07 
Tortue Ninja

En ce qui concerne le jeu "taxations/aides" dans le domaine des carbur

15-10-2021 22:13 
Tortue Ninja

Saleté de navigateur web... GRRR !!!

En ce qui concerne le jeu "taxations/aides" dans le domaine des carburants, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un JEU (le terme est choisi) qui ne coûte finalement que peu au budget de l'état.

Car si l'exécutif se décide à dégainer un éventuel équivalent "carburant" du "chèque énergie" du fait des hausses, il sera loin d'être perdant.
Car chaque hausse du prix du baril se transforme en gain des taxes.

Ce sont donc les autres conducteurs qui financeront ce "geste" du gouvernement.
Il y aura certes un manque à gagner pour l'état, mais minime puisqu'il s'agit de toute manière de rentrées de taxes qui n'étaient pas prévues au budget.

Autre manière (restons là exclusivement sur les carburants) de paraître faire un geste généreux, alors qu'il ne coûte pas grand chose, et est en réalité financé par tous ceux qui ne bénéficient pas de ladite aide...

Hup-hup-hup... Barbatruc !

15-10-2021 22:22 
Lightning

Si on ne veut pas payer les taxes sur le carburant, suffit de faire le plein avec un carburant non taxé...

Avec ma Honda Accord V6 coupé de 1998, je fais le plein avec 75% d'E85 pour un coût de 10 à 11¤ pour 100 km.

Et je suis convaincu que la plupart des essences peuvent rouler avec 75% d'E85.

Seule contrainte, faut faire deux pleins ; un quart E10, trois quarts E85.

16-10-2021 17:24 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous