english

Paris : Scandale de corruption dans les fourrières

Corruption active et passive, blanchiment, abus de bien social, faux en écriture publique...

Le leader des fourrières parisiennes en détention provisoire, des brigadiers-chefs en garde-vue, un fonctionnaire sous contrôle judiciaire et une enquête en cours

Paris : Scandale de corruption dans les fourrièresLes fourrières n'avaient déjà pas bonne presse auprès des usagers parisiens et pour cause. Le scandale judiciaire qui est en train d'éclater autour du leader parisien de ce secteur ne va pas améliorer leur image. Corruption d'agents, blanchiment, abus de bien social... accrochez-vous, car l'enquête n'est pas encore terminée.

À Paris, la société Inter Dépannage était un poids lourd du milieu, ne cessant de prendre de l'ampleur au fil des ans pour embarquer jusqu'à 250.000 véhicules par an vers dix fourrières, quatre à Paris et six dans les Hauts de Seine.

Mais la réussite de celui qui n'était à l'origine qu'un petit garagiste a suscité des interrogations auprès de la police, de l'Inspection générale de la Police nationale puis du parquet poussant l'ouverture d'une enquête à partir de 2018.

L'ascension vertigineuse du roi de la fourrière à Paris a ainsi débuté par la corruption d'un cadre fonctionnaire pour obtenir l'agrément de fourrière. Pour ne pas être inquiété, la société a ainsi offert de nombreux services à des policiers, des élus et autres fonctionnaires en entretenant et réparant leurs véhicules personnels dans ses garages, voire même en leur fournissant des "véhicules de fonction", en leur payant des séjours en bord de mer ou via une petite enveloppe de billets.

Le patron avait en effet d'autres dossiers à cacher. Il a été avéré à titre d'exemple que les dépanneurs acceptaient de décharger un véhicule avant l'enlèvement si son propriétaire acceptait de payer en cash, sans justificatif.

Certains conducteurs n'étaient pas déclarés et au moins sept conducteurs opéraient sans même être titulaires du permis de conduire. Durant l'enquête, les salariés ont également dénoncé le comportement menaçant du patron et le climat détestable qui régnait dans l'entreprise.

Le patron a été mis en examen pour corruption active et passive par personne dépositaire de l'autorité publique, faux en écriture publique, blanchiment, abus de bien social... il a été placé en détention provisoire en décembre à la prison de la santé. Le cadre qui avait fourni l'agrément, mais à la retraite depuis 2017, a été mis en examen pour corruption passive et recel de biens provenant d'un abus de bien social. Niant les faits, il est provisoirement placé sous contrôle judiciaire. L'affaire continue de se démêler puisque deux brigadiers-chefs officiants dans les Hauts-de-Seine ont également été placés en garde à vue par l'IGPN. Rappelons que pour l'heure aucune condamnation n'a été prononcée et que la présomption d'innocence demeure.

D'autres têtes devraient prochainement tomber, notamment au niveau des élus et fonctionnaires, car la Mairie de Paris, qui a récupéré les fourrières de la préfecture en 2018, a saisi l'inspection générale pour mettre en lumière de possibles cas de corruption au sein de son administration.

Plus d'infos sur les fourrières

Commentaires

Elunnia

Mince ! et la pauvre Hidalgo qui ne devait être au courant de rien... pourvu que l'on apprenne pas qu'elle trempe dans ces magouilles!

07-02-2023 07:45 
KPOK

Pas d'inquiétude de ce côté : le V12 diesel d'Hidalgo est payé par le contribuable en bonne et due forme -tout est légal, parole de Balkany.

Je vous livre la fin de l'histoire : ce type va finir en zonzon (c'est le lampiste : normal), ses employés fautifs seront lourdement condamnés, et les fonctionnaires et élus auront droit à une tape impitoyable sur les doigts et à des sourcils froncés. On ne badine pas avec la justice, dans ce pays : qu'on se le dise !

07-02-2023 07:56 
kernel62

Qui est étonné ?

07-02-2023 09:55 
inextenza

Ca rappelle un peu le système mis en place par le "roi des forains" que foldingo a fait tomber (il y a au moins un truc sur lequel on ne peut pas lui en vouloir, si jamais cela n'a pas été pour mettre un pote à la place)

07-02-2023 10:23 
Borisjc

Les Zécolos avaient besoin d'un tel système, hyper-efficace envers les "délinquants" du stationnement, pour conduire leur politique de la Terreur.

Ils se foutaient bien de savoir comment cela dérivait.

07-02-2023 11:44 
anguille37

Là où il y a de l'homme il y a de l'hommerie .
L

07-02-2023 11:51 
anguille37

La palme à ces défenseurs de la société qui prêtent serment de servir la République et ses lois.... Le tous pourris n'est pas prêt de disparaître.
Hommerie vous dis-je.

07-02-2023 11:52 
Picabia

Encore une victime du lobby des vélos.
Tout était au mieux dans le meilleurs des mondes, on supprimait des places de stationnement pour mieux enlever un maximum de voitures mal garées et se faire un max de tunes. Patatras, adieu veaux, vaches, cochons, dorénavant ce sera les vaches maigres en zonzon.
Corruption passive, ça va pas chercher loin et dans 5 ans, tout le monde dehors et on recommence. On volera les vélos pour revendre les batteries, c'est du petit boulot mais au prix des terres rares ...

07-02-2023 12:26 
Christophe13011

J'adore vos commentaires 👍
C'est dommage que vous ne soyez pas majoritaires dans ce pays de kassosses fainéants car on aurait viré le nain au deuxième tour et conservé nos retraites telles qu'elles sont aujourd'hui.
Le réveil est douloureux...
Vive la moto ❤️

07-02-2023 13:22 
Lea lanata

@ anguille 37
Montaigne, non ?

07-02-2023 17:21 
Godzilla

Citation
Christophe13011
J'adore vos commentaires 👍
C'est dommage que vous ne soyez pas majoritaires dans ce pays de kassosses fainéants car on aurait viré le nain au deuxième tour et conservé nos retraites telles qu'elles sont aujourd'hui.
Le réveil est douloureux...



Houla, tu as manqué les débats ici sur l'arrivée de la limite à 80... pipeau

07-02-2023 21:09 
fift

Citation
Borisjc
Les Zécolos avaient besoin d'un tel système, hyper-efficace envers les "délinquants" du stationnement, pour conduire leur politique de la Terreur.

Ils se foutaient bien de savoir comment cela dérivait.

Les Zecolos l’ont hérité de la préfecture de police.
(D’ailleurs l’enquête a été ouverte l’année du transfert de compétence à la mairie de Paris).

07-02-2023 23:05 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

dafy