english

Le Mur de la Mort

Quand les motards défient les lois de la gravité

Apparu au début du XXème siècle, le mur de la mort est une célèbre attraction foraine mettant en scène des motos roulant sur des murs à la verticale. Cette discipline connait de nombreuses appellations comme Wall of Death, Well of Death (puits de la mort) ou encore Motodrome et Silodrome.

Ces spectacles extrêmement dangereux prennent place dans des silos en bois, sortes de futs de bière géants, d’un diamètre allant de 6 à 11 mètres environ. Une fois à l’intérieur, les motards tournent en rond puis, grâce à la force centrifuge, parviennent à rouler sur la paroi à la verticale et à monter tout en haut du silo où sont installés les spectateurs. La coutume veut que ces derniers leur tendent des billets, ou des roses pour les dames. Le motard, lâchant alors une des mains du guidon et continuant à tourner alors à la perpendiculaire au sol prend billet après billet de l'autre main.

Comme son ancètre, l'Indian Scout affronte le Mur de la Mort

Beaucoup de modèles de motos différents ont pu être utilisés lors de ces spectacles, mais l'Indian Scout 750 en reste sans conteste la machine emblématique. Rappelons que cette moto fût produite durant l'âge d'or de cette pratique.

Origines

Les origines exactes de cette impressionnante discipline restent assez floues. Le premier serait ainsi apparu dans la fête foraine de Coney Island à New York en 1911. Cette attraction a ensuite fait le tour du pays et s’est rapidement exportée à travers le globe pour atteindre son apogée dans les années 1930 à 1950. A cette époque, on comptait plus de 100 Murs de la Mort seulement aux Etats-Unis.

Initialement intitulée Silodrome, l’attraction a rapidement connu une nouvelle appellation suite aux nombreux accidents mortels qui s’y sont produits : le Wall of Death, ou Mur de la Mort en France.

C'est la force centrifuge qui permet à la moto de tenir sur le mur

Une pratique devenue rare

Au fil des années, la pratique s’est progressivement raréfiée jusqu’à presque totalement disparaitre dès les années 2000. Aujourd’hui, il reste encore quatre murs en activité en France : le Wall of Death Niglos Family de la famille Schmidt, celui de la Compagnie Werdyn, celui du Grouple MDLM et enfin celui des frères Varanne qui, réalisé en métal, offre la possibilité de voir tout autour du silo.

Evolutions et variations

Les murs de la mort sont également toujours très présents en Inde où ils sont appelés « Maut ka Kuaa ». A la différence des versions que nous connaissons, les murs indiens ne sont pas totalement droits, mais légèrement inclinés. Cette disposition permet de faire rouler des véhicules plus lourds comme des voitures.

En Inde, les murs sont légèrement inclinés pour pouvoir y faire rouler des voitures

Cette discipline a également donné naissance au Globe de la Mort, une sphère métallique dans laquelle un ou plusieurs motards s’élancent simultanément tout en se croisant à plusieurs dans un univers à 360°.

Le Globe of Death

Le Mur de la Mort, star de ciné

Spectaculaire et dangereuse, l’attraction n’a cessé de susciter l’intérêt du cinéma. C’est d’abord Elvis qui s’y est frotté dans l’Homme à Tout Faire (Roustabout). Le King fut imité en 1986 par Stephen Brennan et Eamon Morrisey dans Eat the Peach. Plus récemment, c’est Ryan Gosling qui s’est frotté au Globe de la Mort dans le film The Place Beyond the Pines ou plus récemment Lolo.

Plus d'infos sur les Wall of Death

Commentaires

spartacus

bonjour j ais vue le spectacle des werdyn au dearty sunday il est incroyable avec deux motos et leur groupe de rock qui ce trouve au milieu il y a des photos sur leur cite wall of death gypsy .com

27-10-2016 12:19 
Tec

Bonjour,
Et cette année Guy Martin à homologué un record de vitesse à 125,8 km/h dans cette essoreuse fixe, à vérifier par le calcul mais il aurait pris dans les 6.7 G.
Guy martin en mode essorage
Bonne journée

27-10-2016 18:04 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous