Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai scooter électrique NIU N1-S

Le futur de la mobilité urbaine

L'électrique explose, tant au niveau des constructeurs auto qui ont tous des plans de développements avec des gammes spécifiques qu'au niveau des VAE (Vélo à Assistance Electrique), sans oublier les constructeurs de motos 100% électriques. Le tout propose des solutions de mobilité urbaine à l'heure où certains centres-villes deviennent interdits à la circulation et où il est envisagé de supprimer le thermique d'ici quelques années. Une offre se développe du coup également au niveau des petits scooters urbains, notamment avec les offres de location comme Cityscoot, Coup avec Gogoro. Bref, l'électrique c'est la mobilité urbaine de demain, en deux-roues et pour comprendre les évolutions qui sont en train de se faire, il était important de tester pour se faire une idée. Il y a de tout sur le marché et difficile de se faire une idée avec un essai court. On a donc choisi de prendre un scooter électrique sur une semaine afin de tester son utilisation au quotidien avec un modèle récent construit par le chinois NIU et son modèle N1-S. Si NIU ne vous dit rien, DJI vous dira plus car les deux sociétés appartiennent au même groupe, NIU ayant été fondé en 2014 par l'un des fondateurs de Baidu, le Google chinois. Et si chinois veut souvent dire, cher et peu fiable, NIU a ici choisi des éléments de qualité, notamment avec un moteur signé Bosh, faisant appel des batteries au Lithium-Ion fournies par les meilleurs : Panasonic, LG et Samsung. NIU annonce 600 cycles de recharge, soit 30.000 km minimum. Le modèle N-Series est donc plutôt excellent, sur le papier. Essai

Phare avant à LED

Découverte

Le NIU offre un look vintage avec ses formes anguleuses et son tablier frontal imposant. On ne peut pas dire que l'on est dans les canons de l'esthétique, mais les goûts et les couleurs, finalement, on s'en moque, d'autant plus que le phare arbore une élégante signature LED et que le feu arrière à LED également (tout comme les clignotants) a le mérite d'être gros et donc bien visible. On apprécie également le grand plancher plat pour sa capacité d'emport, facilitée par un crochet. Il y a un vide-poche à l'avant en plus, qui permet d'y déposer quelques menus affaires et surtout de mettre à recharger le portable, puisqu'une prise USB centrale offre une vraie utilité supplémentaire. Béquille latérale et centrale finissent de faciliter le stationnement. On notera que le moteur Bosh est ici placé dans le moyeu de la roue arrière.

Ligne vintage avec plancher plat

Sous les plastiques, on trouve un cadre en acier, que NIU assure avoir travaillé contre la corrosion avec des traitements multiples allant de l'électrophorèse à la phosphatation sans oublier une pulvérisation électrostatique. Et le bras oscillant intègre un alliage d'aluminium et de titane. Enfin, NIU annonce avoir développé une peinture anti-UV permettant de protéger la peinture du temps.

Au final, le N1-S n'est pas si petit que çà avec ses 180 cm de longueur et ses 70 cm de large.

Feu arrière à LED

Techno

Il y a deux choses particulièrement importantes en électrique : la conception de la batterie et son système de gestion/protection. NIU a fait appel aux meilleurs fabricants de batteries pour créer une batterie conçue via 180 cellules, connectées en parallèle. Le constructeur y a ajouté la technologie PTC compartimentant ainsi chaque cellule et protégeant l'ensemble du système. Car une batterie mal conçue dépend de son élément le plus faible ou défectueux, un élément pouvant compromettre l'efficacité de l'ensemble dans les cas de mauvaise conception. NIU assure en plus avoir développé un Système de Gestion de la Batterie (“Battery Management System”, BMS) inspiré de l’automobile, permettant d'assurer sa longévité et ses 600 cycles de recharge; le tout étant garanti par contre que deux ans. Car avec 600 cycles permettant 50 km minimum, on pourrait faire 30.000 km et il faut quelques années pour faire 30.000 kilomètres uniquement en ville.

On trouve ensuite un moteur Bosh de 2400W maximal développé par BOSCH avec son système de gestion Field Oriented Control* de NIU, le tout offrant un couple maximal de 120 Nm, oui 120 Nm annoncés par le constructeur. NIU annonce également arriver à recycler 6% d'énergie au freinage grâce à son système de freinage électrique EBS.

Svelte et long malgré les apparences

Toujours niveau technologie, le N1-S embarque d'origine un système antivol, déclenchable avec la télécommande, qui signale le déplacement ou tentative de déplacement du scooter, à la fois via les clignotants et la sirène. Et quand l'appli mobile fonctionne, une alerte peut également être envoyée sur le téléphone portable.

En selle

La selle basse permet à tout le monde de s'asseoir naturellement à bord. C'est petit, léger, notamment en sensations malgré les 95 kilos sur la balance et dans la lignée des cyclomoteurs. Pour autant le guidon tombe bien sous les mains avec une position très naturelle. Le large plancher plat permet d'avoir toutes ses aises même avec des paquets.

Sous les yeux, on a lors un joli tableau de bord moderne et élégant avec des informations grosses, claires et bien lisibles : charge et vitesse notamment. Le totalisateur est plus petit mais reste lisible, tandis qu'un barregraphe permet de visualiser la puissance demandée au moteur électrique en instantané, facilitant une conduite éco. Ceci dit, le témoin de conduite éco peut même s'afficher en mode sport, pour peu que l'on soit en descente. Il manque juste une petite horloge et un trip partiel, plus utiles au quotidien que la température extérieure. Enfin, une molette sur le commodo droit permet de choisir son mode, entre mode éco, intermédiaire et sport. Et chose rare, il y a un warning, bien utile, surtout quand on est en mode éco.

Tableau de bord digital

Contact

On serre le frein et on appuie sur le bouton vert du démarreur... Aucun bruit, c'est l'avantage de l'électrique. Le témoin P pour parking s'éteint juste. Et la réaction à la poignée est instantanée. Le danger à l'arrêt de l'électrique est toujours là : oublier qu'en fait le scooter est démarré et s'appuyer par mégarde sur la poignée pour la faire tourner. Heureusement, une sécurité éteint automatiquement le scooter au bout de quelques minutes (tout comme le fait de déployer la béquille latérale).

Démarrage et warning

Position naturelle au guidon

En ville

La poignée d'accélération du NIU est très sensible et l'accélération immédiate, vraiment immédiate, sans aucune progressivité. Cela ressemble plus à une poignée on/off au démarrage. Pour tout dire, c'est déstabilisant, d'autant plus que le premier réflexe est alors de couper puis de retourner et que le scooter fait alors des petits sauts. Par rapport à de nombreux scooters électriques voire même des motos électriques, cette réactivité on/off n'est pas agréable et l'on aurait aimé une meilleure progressivité sur les premiers millimètres de la poignée. L'avantage, c'est que l'on part plus vite que tous les cyclos, voire plus vite que presque tous les 125 thermiques. Oui, avec l'électrique, le couple maximal est disponible instantanément et on le ressent bien. Par contre, une fois lancé, la poignée est très précise et permet alors de stabiliser sa vitesse à la vitesse souhaitée... en ville, presque à toc en permanence. Et naturellement, on recommence au feu rouge suivant. En fait, la solution est de repasser en mode éco (1) pour le démarrage. La brutalité est alors gommée et il suffit de tourner la molette de mode au pouce de façon très simple et intuitive pour repasser en mode sport au bout de quelques mètres. Et comme on sent le cran de chaque mode sous le doigt, cela se fait sans avoir besoin de regarder le commodo. Car autant, la brutalité est nette au démarrage, elle n'existe pas lors du passage d'un mode à un autre. Et puis, au fil des jours d'essai, on s'habitue au scooter pour ne plus même utiliser ce changement de mode au démarrage. C'est la différence entre une prise de contact d'une heure en ville qui laisserait un sentiment désagréable du modèle et puis son appréciation finale au fil des jours. On s'habitue au caractère et au démarrage pour garder en fait gaz "en grand" et les sauts du début font juste place à des démarrages "fougueux" totalement maîtrisables.

50 km/h bien chargé, 45 km/h sinon

Le NIU est petit et se glisse parfaitement entre les voitures pour faire de l'interfile. Bien lancé et quand la batterie est chargée, on peut même titiller les 50 km/h compteur, au début, en mode Sport (3). Une fois que la charge baisse, on repasse plus autour de 46 km/h, ce qui est en ville est suffisant.

Quand au mode 2, intermédiaire, il limite en fait la vitesse maximale à 34 km/h, sans que l'on ait l'impression que les accélérations soient limitées par rapport au mode sport.

On évitera par contre le mode éco (1), car à 18 km/h, on ne sent pas plus en sécurité qu'avec un vélo, voire moins, car au vu du gabarit vu de l'arrière, les automobilistes s'attendant à une vitesse plus grande et arrivent sur vous un peu vite, voire vous klaxonnent en pensant que vous faites exprès d'aller lentement. Alors que j'étais tombé en mode éco automatiquement parce que sous les 15% de charge, j'ai même eu un automobiliste se rangeant à ma hauteur pour me demander si j'avais un problème et s'il pouvait aider. C'est rare mais cela confirme que la vitesse éco est à réserver à une utilisation à la campagne.

Par contre, j'ai systématiquement dépassé tous les cyclos, y compris en duo, non seulement au démarrage mais même ensuite. L'électrique est ici supérieur au thermique, si on tient compte de l'équivalence, c'est à dire que l'on a uniquement un équivalent 50 cm3.

Est-il même besoin de parler de maniabilité quand on parle de petite cylindrée ? Cela tombe tellement sous le sens. Mais, oui, le NIU est maniable, y compris pour se faufiler dans tous les sens à l'arrêt entre les voitures, si ce n'est pas la réactivité de la poignée d'accélération qui nécessite un peu d'habitude. Mais au pire, on s'aide des pieds.

3 modes de conduite

Quant aux pneus, ils n'ont pas été pris en défaut, même sous la pluie, avec cette seule réserve d'éviter de freiner trop fort avec sous la pluie.

En fait, on en retient surtout une expérience de conduite très souple (hormis de démarrage) et sans aucun bruit. Et alors que l'électrique entraîne à la coupure des gaz, généralement l'équivalent d'un coup de frein, ce n'est pas le cas sur le NIU qui donne plus une impression de roues libres. C'est ce côté lisse et doux qui donne une impression de conduite agréable, même si en électrique, il vaut mieux avoir une conduite coulée qu'une conduite avec la poignée à toc en permanence.

Freinage

On s'attend à un freinage mou tel qu'il en existe sur des cyclos. Il n'en est rien ici et le freinage EBS à double circuit pour permettre la recharge au freinage offre un bon feeling et une puissance progressive et sûre. Il faut dire que l'on a deux disques, un à l'avant et un autre à l'arrière, ce qui est plutôt rare sur des cyclos. A tel point, que l'on peut bloquer l'arrière, y compris sur le sec. Par contre, cela freine bien et vite, sans être brutal. NIU travaillent sur un équivalent 125, on pourrait imaginer quasiment le même freinage sur un modèle plus puissant.

Frein à disque et système EBS avec récupération d'énergie au freinage

Confort/Duo

Malgré une fine double suspension à l'arrière, mais associé à une selle bien rembourrée, le N1-S offre un excellent confort, éliminant plutôt bien les défauts de la chaussée, y compris les gros. Même les dos d'âne se prennent sans appréhension. Ce qui est confortable en solo l'est aussi en duo, où l'on sent comparativement à peine le passager. Ce qui veut dire que la puissance du scooter ne chute pas notablement, hormis en cote.

Selle confort renforcée par de bonnes suspensions

Autonomie

NIU annonce 80 kilomètres d'autonomie (à 20 km/h), mais c'est essentiellement en comptant le mode éco, qui limite la vitesse à 18 km/h. Autant dire qu'en ville, on n'est jamais sur ce type de vitesse. En mode sport, permettant d'être à 45 km/h (voire un peu plus en fonction des conditions), l'autonomie est plus proche de 50 kilomètres.

Sur des trajets identiques, pris dans les mêmes conditions, la consommation varie entre 15% et 20% aux 10 kilomètres ! La consommation ayant tendance à être plus importante quand la batterie est à mi-charge que en pleine charge. Il faut dire également qu'il arrive de laisser le scooter à un certain niveau de batterie et que ce niveau remonte entre le soir et le matin suivant (sans recharge pour autant) d'environ 5%.

Dès que l'on arrive à 20% de charge, un léger témoin rouge de batterie s'allume au compteur... mais on arrive très vite à 15%. A ce moment là, le scooter passe automatiquement en mode éco ! On ne peut donc pas faire rapidement les derniers kilomètres, même en sachant que l'on peut arriver à destination avec la charge restante en mode sport. On se fait alors dépasser par les vélos !

Sur notre modèle d'essai, quelle que soit la durée de charge, nous n'avons pas réussi à charger à plus de 83% (de toute manière le voyant de charge s'éteint automatiquement quand le système juge la charge complète). Ne pouvant plus utiliser en mode sport le scooter sous les 15%, cela fait donc (83-15) 68% de charge utile par rapport aux 100% de départ. Du coup, faisant environ 25 km par jour, j'étais obligé de charger tous les deux jours, ce qui est contraignant.

Recharge

Le gros point fort du modèle repose sur la possibilité d'extraire la batterie et de l'emporter chez soi pour une recharge. Cela se fait en quelques secondes, car il suffit de déverrouiller sous la selle avec la clef, pour ouvrir la trappe centrale du plancher, de débrancher la prise pour prendre la poignée de transport. On notera toutefois qu'avec ses dix kilos, quand on a déjà le casque et quelques affaires dans la main, on essaie d'éviter de le faire tous les jours. Mais cela a l'avantage de pouvoir laisser le scooter dehors quand on n'a pas de garage. Et quand on a un garage, c'est plus simple puisqu'il suffit d'ouvrir la selle pour brancher le câble directement sur la prise.

NIU annonce une recharge complète en 6 heures de la batterie de 29 Ah. Cela doit être en début de vie de la batterie, car de notre côté, en faisant une recharge alors que la batterie était à 10%, elle n'était revenue qu'à 75% de charge au bout de 7 heures. Et cela, on ne le sait qu'en rebranchant la batterie, le chargeur n'indiquant pas le niveau de charge, mais ayant juste une led rouge pour signaler si la batterie se charge.

Pratique

Le NIU dispose d'un petit coffre permettant de ranger un petit jet et naturellement un antivol. On pourra y ajouter une combinaison de pluie, avec ensemble veste et pantalon.

Le scooter est léger et se pousse donc très facilement dans le garage mais pas seulement, car en cas de décharge complète, il reste très facile à pousser dans la rue.

Application mobile

La majorité des deux-roues électriques proposent une application mobile, permettant d'offrir plus de données. NIU a donc sa propre app qui permet de voir ce qui reste de batterie, de suivre les parcours récents, d'avoir un rapport de défaillances du scooter, de localiser la station-service la plus proche et de parcourir le manuel utilisateur sur l’application. Elle offre en plus une fonction antivol, en détectant notamment si le scooter a bougé. On en rêve sur toutes les motos.

L'application se télécharge facilement depuis l'AppStore ou le GoogleStore. Par contre, l'inscription demande obligatoirement son téléphone et malgré le fait d'entrer un bon numéro de téléphone, l'appli m'a toujours signalé que le code de validation reçu par SMS était invalide. Je n'ai donc pas pu la faire fonctionner avant de faire appel au service NIU qui a débloqué manuellement mon numéro de téléphone, sans compter quelques messages en chinois au milieu de l'écran. NIU travaille sur une nouvelle application pour 2018, qui devrait régler ces problèmes. L'application n'est pas obligatoire au quotidien.

Scooter électrique NIU N1-S

Conclusion

L'avenir de la mobilité urbaine est peut-être là, quand tous les véhicules thermiques seront interdits. Naturellement, on rêve d'un autonomie supérieure, permettant d'espacer les charges même quand on peut emporter la batterie chez soi. Maintenant, après quelques jours d'essais, on oublie le look pour apprécier l'engin dans son aspect de compagnon pratique du quotidien. Sur un parcours quotidien aller de 10-15 km urbain, je suis à peine plus lent qu'à moto, ayant déjà calculé ma vitesse moyenne, à 35 km/h. L'électrique offre l'avantage de ne pas risquer de se faire flasher à plus de 50 km/h sur l'un des 5 radars existants entre chez moi et le bureau. Il vous resterait presque qu'à choisir entre les coloris blancs, rouges et noirs si le prix à 2.899 euros ne le place plus cher que certains 125 thermiques. Et on attend en fait avec impatience les modèles GTX équivalents 125 avec plus d'autonomie et de vitesse maximale. En attendant, faites en au moins un essai, peut-être le moyen de vous faire une autre idée de la mobilité du futur, d'autant plus que NIU annonce également des améliorations techniques pour 2018 de son modèle, réglant notamment la brutalité du démarrage.

Points forts

  • freinage
  • duo
  • batterie extractible
  • composants signés Bosh, Panasonic/Samsung

Points faibles

  • brutalité au démarrage
  • autonomie

La fiche technique du NIU N1-S

La vidéo de l'essai du NIU N1-S

Conditions d’essais

  • Itinéraire: ville
  • Kilométrage du modèle : 200 km
  • Merci à Urgence scooters, Paris, pour le prêt