Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai protection cervicale Alpinestars BNS Pro

2 tailles, 810 grammes, environ 225 euros pour le neckbrace mx

Une protection des cervicales, utile en tout-terrain comme sur la route

Venant de l'offroad, les protections de cervicales commencent à apparaître sur la route au cou de quelques enduristes convertis au bitume ou sur les épaules de quelques grands voyageurs. Ce type d'équipement a pour but de limiter le mouvement du cou en cas de chute pouvant endommager les cervicales ou d'éviter un coup de casque sur les clavicules (c'est fragile ces bestioles). On peut raisonnablement penser que cela peut vous sauver la mise dans un certain nombre de configurations d'accidents et de chocs. Cependant, vu de l'extérieur on a l'impression d'une minerve peu ergonomique. Mais si c'est bon pour la sécurité, est-ce que cela vaudrait le coup (hahaha) de porter cela sur la route ?

Pour répondre à cette question, nous avons testé la protection Alpinestars BNS Pro. La protection repose sur vos trapèzes, sur le sternum et le dos de manière à répartir le choc et une fois de plus, limiter le mouvement de tête. Nous l'avons testée lors d'un stage en Enduro donc sur une moto en mouvement permanent et sur les épaules d'un motard jamais immobile

Essai de la protection cervicale Alpinestars BNS Pro

Détails

Fabriqué en fibre de verre haute performance et affichant un poids de 810 grammes, le BNS Pro propose une structure solide permettant de maintenir la solidité de la structure en cas de crash. Il repose vis-à-vis du corps sur un matériau fait de mousse EVA permettant de répartir la force de l'impact et ainsi de réduire les conséquences sur le corps. Chaque élément de la structure vient aider à disperser les forces avec une répartition permettant de protéger la colonne vertébrale.

Protection cervicale Alpinestars BNS Pro

Installation & Ergonomie

L'ajustement de la structure en terme de taille se fait par l'utilisation de pièces de différentes tailles (fournies). J'ai eu la chance (taille mannequin oblige) de ne pas avoir trop de montage/démontage à faire. Cela étant, cette phase d'ajustement est nécessaire, car le bon positionnement conditionne l'efficacité du neckbrace.

Alpinestars BNS Pro

La fermeture se fait par un système aimanté facile à verrouiller qui fige la structure en position. La partie dorsale (stabilisateur dorsal) vient se clipser très aisément sur la structure et son démontage permet de transporter l'ensemble plus facilement.

La protection Alpinestars BNS Pro

La protection s'installe de deux manières possibles : sur un gilet de protection Alpinestars BNS compatible ou, comme dans mon cas, juste sur le corps. En triant sur la boucle, on dégage l'ouverture frontale aimantée et on peut ouvrir l'ensemble et y passer la tête. Une fois posée et réglée comme nous l'avons vu précédemment, il faut passer deux simples élastiques (X Straps) entre le cou et les aisselles opposées et arrimer ces deux derniers aux ergots disponibles sur le côté. Ainsi stabilisée la protection va vite se faire oublier. L'ouverture est aisée (même avec des gants) et on peut retirer la protection rapidement même sans enlever le casque.

En pratique

Je vous l'ai dit au-dessus (suivez un peu), la protection se fait oublier, très étonnamment. J'avais en tête que l'ensemble gênerait mes mouvements de tête, mais conformément à ce qu'annonce le constructeur, à part la mentonnière du casque de cross qui va toucher si on baisse beaucoup la tête, je ne l'ai jamais sentie ! Et croyez-moi j'ai bougé la tête dans tous les sens sans jamais bloquer sur l'ensemble.

Du coup on peut tout faire, évoluer sur la moto debout, assis, allongé, retournée (chacun voit midi à sa porte), la protection rassure et se fait discrète, le poids est très bien réparti et vous ne le sentirez pas. Le système Xstrap est tout aussi simple qu'il est efficace et lors d'un roulage plutôt secoué (bosses, chutes, sauts, chutes, tables, chutes), la protection n'a jamais bougé et même mieux, elle ne sert que quand c'est nécessaire : le casque n'est venu bloquer contre la structure que sur quelques chutes, s'assurant que vous ne vous rompiez pas le cou; sur les autres, elle laisse libre des mouvements (ce qui est important quand on veut une belle note artistique à son 15e gadin de la journée).

La protection est simple à installer

De la terre à la route ?

Est-ce que cela vaut le coup de prendre ça sur la route ? Franchement vu le potentiel de la protection à se faire oublier, vu le confort et vu le gain en matière de sécurité je suis persuadé que ce neckbrace a sa place dans les équipements routiers. Ne serait-ce qu'en situation urbaine et compte tenu des chocs que risque tout utilisateur de deux roues dans cette situation, refuser une sécurité supplémentaire serait dommage. Maintenant, avouons-le, l'encombrement et la logistique associée rendent l'exercice peu aisé. Arrivé à destination, en plus de son casque, ses gants et potentiellement l'équipement de pluie, il faut trimballer un truc en plus. Je considère cependant la possibilité de prendre pour des sorties entre amis (ce type de sortie que nous savons être empreintes de raison et de modération) ou même peut-être en roadtrip. Je me répète, mais je crois au bienfondé de cette protection en milieu urbain tant il y a de choses pour se briser le cou, mais l'exercice ne passera pas l'épreuve pratique selon moi. On verra ce que l'avenir nous réserve.

Le BNS Pro se fait rapidement oublier

Bilan

Alpinestars a créé une protection qui remplit ses fonctions aussi bien en termes de sécurité qu'en termes de discrétion. Avec un look soigné et une qualité de finition irréprochable, le BNS Pro est parfaitement positionné sur le marché (disponible en deux finitions BNS PRO à environ 225€, en blanc et noir et BNS CARBON environ 315€, en rouge et noir) versus le concurrent historique Leatt GPX (environ 275€). Souvent utilisée en Motocross et en Enduro, la protection aurait quelques efforts à faire si elle voulait passer l'épreuve du quotidien malgré un poids qui se fait oublier et une liberté de mouvement jamais entravée. A essayer donc, car on se sent vite rassuré d'avoir le cou sécurisé !

Ce genre de protection se montre cependant encombrant au quotidien

Comment acheter

Quelle que soit la finition, l'équipement est disponible en deux tailles : de XS à M et de L à XL. Comme évoqué plus haut, les pièces de jointure entre l'avant et l'arrière de la protection permettront d'affiner le réglage et l'ergonomie. La protection peut se fixer au gilet de protection BNS de la même marque (ce qui évite juste l'utilisation des élastiques). L'équipement est vendu avec tout ce qu'il faut (pièces, clé de serrage, etc..) et également un manuel précis pour le montage et l'utilisation (celui nous rappelant pendant les 3000 premières pages que la moto est une activité qui peut être un peu dangereuse).

Points forts

  • Facile à mettre en place
  • Facile à retirer
  • Se fait oublier une fois en place
  • Aucune gêne dans les mouvements
  • Facile à ajuster à sa taille et à son gabarit

Points faibles

  • Un peu encombrant au quotidien
  • Prix élevé
  • Difficile à assortir à une tenue civile (le style, c'est important !)

Conditions d’essais

  • Itinéraire : porté pendant plusieurs roulages en tout-terrain et en stage d'enduro