Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai Peugeot 125 Belville & RS

Monocylindre, 4-temps, 125 cm3, 11 ch à 7400 tr/mn, 10,4 Nm à 6500 tr/mn, 127 kilos, 2899 €

Un scooter à grandes roues pratique, efficace et sobre avec son moteur Smartmotion !

Trois virgule un pourcent. C'est, en France, la part des scooters à grandes roues dans le marché global des scooters. Autant dire peanuts. Du coup, face à un enjeu commercial qui frôle le ridicule, les équipes franco-indiennes de Peugeot Scooters et Mahindra (la maison mère indienne possède 51 % du fabricant historique français, quand le groupe PSA en a gardé 49 %) auraient pu s'initier mutuellement à la belote et au cricket, à la choucroute et au curry et décider ensemble de comment optimiser à mort leurs RTT. Parce que, franchement, se décarcasser pour 3,1 % du marché, c'est vraiment décourageant. Et encore, on ne vous a pas livré toute l'étendue du marasme : en Belgique, c'est carrément 0,4 % !

Mais les temps ont changé : alors que certains déclamaient que le Zambèze ne valait pas la Corrèze, il se trouve que l'économie a évolué et que la France ne fait pas le monde. Après une telle entrée en matière, vient donc le moment des contre-exemples : en Italie, 69,9 % du marché est constitué de scooters à grandes roues. En Espagne, c'est 19,9 %. En Grèce, c'est important, en Algérie aussi. En Europe, ils représentent plus de 40 % du marché. Et en Asie, où Peugeot est présent, on ne voit quasiment que cela.

Ca change les perspectives et pas qu'un peu. Du coup, Mahindra a dit à Peugeot que leurs RTT, ils les prendraient en 2030. Donc ça a bossé. Et bien.

Essai du Peugeot 125 Belville

Découverte

La brume se lève sur une petite rue des hauteurs parisiennes. Sous la couche épaisse de nuages, on distingue à peine la basilique de Montmartre. Entre deux magasins de souvenirs, trois restaurants "historiques", un Mime Marceau de pacotille et un car de touristes asiatiques, une Peugeot 3008 fend la bise. A moins que ce ne soit la nouvelle 5008 en finition GT Line. Mais minute, non, qu'est-ce donc ? La pupille se dilate et l'oeil doit retravailler sa focale.

Le phare du Belville 125 Allure

C'est le nouveau scooter Belville ! Peugeot Scooters a décidé d'adopter la signature visuelle des autos Peugeot ! Du coup, la confusion était non seulement possible, mais aussi à la portée des âmes fragiles et des porteurs de lunettes à double foyer. Vu de l'arrière, les trois griffes renvoient à la nouvelle signature des autos Peugeot. Et vu de l'avant, c'est quasiment pareil !

Le phare arrière est à LED

Les scooters de Peugeot Scooters vont donc être plus facilement reconnaissables dans le trafic. Encore que : construit en Chine, ce Belville est en fait basé sur la plateforme technique d'un SYM Symphony ST sérieusement revu par Peugeot Scooters, avec une motorisation française et des paramétrages retravaillés au niveau freinage, suspensions. Et l'équipement est différent.

La version Allure du Belville 125

Un dernier point : Belville avec un seul "l" central. Belleville, le quartier de Paris, a son appellation protégée. Peugeot Scooters s'en inspire pour un nom qui renvoie à l'art de vivre à la française (encore que Belleville, c'est un peu devenu la zone, Saint-Germain-des-Prés ou Auteuil-Neuilly-Passy, ça aurait été plus approprié !), un nom facile à prononcer dans différents pays.

Le Belville existe, en France, en deux versions. La version Allure devait remporter 60 % des ventes : on la reconnait avec ses coloris classiques (dont ce blanc, selle rouge) et aussi parce qu’un top case de 37 litres est livré d'origine, ce qui permet de compenser la critique habituelle des scooters à grandes roues, à savoir un coffre de taille réduite. Au même prix, Peugeot Scooters propose aussi la version RS, plus sportive, avec un coloris spécifique gris mat, une selle avec des surpiqures rouges, un plancher en aluminium, un petit saute vent noir, des jantes noires avec liseré rouge.

Les Peugeot Belville RS et Allure

Les deux sont au même prix : 2899 €. Sur d'autres marchés, une version 200 est proposée, ainsi que d'autres niveaux de finition et d'équipement.

En selle

L'avantage des scooters à grandes roues, c'est leur stabilité ; l'inconvénient, c'est que les grandes roues font monter la hauteur de selle. Avec 800 mm, le Belville offre la selle la plus basse de la catégorie (catégorie représentée par le Honda SH 125, le Piaggio 125 Medley et, sur certains marchés, par le Yamaha Xenter 125). Le plancher plat est raisonnablement échancré au niveau des jambes, donc même les nains de jardin devraient mettre les pieds à terre ; sinon, ils installeront des roulettes latérales comme sur les vélos d'enfants, ça le fera aussi.

Le petit coffre permet de loger un casque

Plancher plat, selle généreuse, guidon étroit : on est bien. D'autant plus que l'ergonomie a été savamment étudiée pour convenir au plus grand nombre. Par exemple, votre serviteur, grande saucisse patentée (toute pudeur mise à part : 1,88 m, 90 kilos) peut braquer le guidon sans risquer l'épanchement de Synovie au niveau des genoux. C'est suffisamment rare pour être signalé !

Une fois en selle, on retrouve des leviers assez proche des guidons (leur éloignement n'est pas réglable), ainsi qu'un tableau de bord digital (identique à celui du SYM), qui autorise un switch entre l'affichage de la vitesse ou du compte-tours. Problème : c'est très peu lisible de jour (ça s'améliore dans les tunnels).

Le compteur du Peugeot 125 Belville

Moteur et transmission

Avec Euro 4, Peugeot Scooters a redéfini son offre de moteurs. En entrée de gamme, ce sont les Easy Motion, à 2 soupapes refroidis par air. En haut de gamme, ce sont les Power Motion, les 4 soupapes liquides. Et en milieu de gamme, ce qui nous intéresse aujourd'hui, ce sont les Smart Motion.

Le Belville est équipé du monocylindre EasyMotion

Bien que ce scooter soit construit en Chine sur la base d'une technologie taïwanaise, ce scooter Belville dispose d'un moteur, certes lui aussi construit en Chine, mais conçu en France. Le bloc Smart Motion chez Peugeot Scooters, il a l'ambition d'être modulable comme dirait un ancien président : au niveau de la cylindrée comme du refroidissement. Par exemple, le Belville 125 est un 2 soupapes liquide, quand le Belville 200 est un 2 soupapes refroidi par air (cette cylindrée lui permet, comme en Italie, de pouvoir aller sur les autoroutes). Peugeot a travaillé l'efficience de ces moteurs, avec une attention particulière portée à la réduction des frottements. L'alternateur est débrayable, pour limiter les déperditions d'énergie. Puisque la puissance est limitée par la loi et jugulée par certains positionnements de marché, Peugeot a aussi travaillé l'efficience par le fait d'avoir une puissance disponible plus tôt : 7400 tr/mn ici, quand le moteur de précédente génération délivrait sa puissance max à 8500 tr/mn. Moins de tr/mn, c'est aussi moins de carburant gaspillé : Honda l'a bien compris avec sa génération des NC.

Peugeot Scooters, avec ce Belville, n'ambitionne pas de se confronter au haut de gamme des scooters, ceux qui sont aux 15 ch légaux. L'idée, ici, c'est de faire du milieu de gamme abordable avec une technologie accessible, mais pas cheap. Ce moteur est produit en Chine.

En ville

Que demande-t-on à un scooter ? De se faire oublier, non ? Eh bien, c'est ce que réussit rapidement ce Belville 125 ! Etroit, agile, réactif grâce à son moteur punchy, il se faufile entre les voitures avec une grande grâce, freine bien et court tandis que son moteur, s'il n'atteint pas la limite de puissance de la catégorie, permet d'accélérer avec une vraie vigueur (le 0 à 10 m est couvert en 2,6 secondes, tandis que le 0 à 100 mètres en 9,6 secondes, ce qui, en réalité, permet de semer la plupart des véhicules évoluant en milieu urbain).

Etroit, agile et punchy, le Belville est parfait pour la ville

La grande qualité de ce scooter et les utilisateurs y seront certainement sensibles, c'est de se faire rapidement oublier. Châssis neutre et maniable, moteur punchy, agilité fort appréciable, commandes douces : très vite, ce n'est plus un scooter, mais le prolongement de soi.

Le Belville sur les pavés parisiens

En ville, on apprécie aussi la présence de warnings, ainsi que d'un signal sonore de clignotants. Tout comme celle d'une prise USB dans le vide-poche présent dans le tablier avant, ainsi que d'un crochet pour arrimer un sac, sac qui prendra ses aises grâce au plancher plat. Enfin, les scooters à grandes roues ont traditionnellement un déficit d'espace sous la selle (qui s'ouvre grâce à un bouton au commodo droit) : Peugeot prétend que l'on peut entrer un casque intégral dans le coffre du Belville ; ça doit passer (tout rentre dans tout avec suffisamment d'élan, disait le philosophe Jean-Claude Van Damme), mais l'espace est tout de même compté et il sera préférable de protéger votre heaume d'une housse au risque de ruiner la peinture rapidement. Nonobstant, Peugeot Scooters dote le Belville (de série sur la version Allure, en option sur le RS), d'un top-case "natif" de 37 litres. Natif, car il n'a pas besoin de plateforme de support et il se plugge directement sur l'engin. Bonus : la clé de contact ouvre aussi le top-case. Royal !

L'Allure en ville

Par contre, un stop & start aurait permis d'aller encore plus loin dans une démarche vertueuse.

Sur autoroutes et grandes routes

108 km/h compteur ! C'est, au péril de ma vie, mais n'écoutant que ma conscience professionnelle, que j'ai obtenu cette vitesse de pointe. Peugeot Scooters revendique 95 km/h chrono. Fort bien. Il n'empêche que, dans l'absolu, c'est assez peu, puisque l'on aura du mal à sortir de l'hypercentre pour aller attaquer la grande banlieue. A ces vitesses mesurées, les grandes roues garantissent la stabilité.

Le Belville atteint 108 km/h en pointe

Sur départementales

Comme dit plus haut, avec 95 km/h chrono, on ne se fera pas le grand frisson, mais on pourra quand même suivre les voitures et ne pas se faire doubler par les camions. Néanmoins, les reprises sont assez correctes et l'engin se manie avec une grande facilité.

Essai du Peugeot 125 Belville RS en ville

Partie-cycle

Roue de 16 pouces devant, roue de 14 pouces derrière : ça, c'est pour le 125. Car le Belville existe aussi, sur certains marchés, dans une version 200, auquel cas la roue arrière est aussi de 16 pouces. Par rapport au SYM, le réglage des suspensions a été revu et force est de constater que sur les pavés montmartrois où nous sommes allés rider, que le Belville fait très correctement le job et n'a rien d'un casse-vertèbre, jeu sadique auquel se livre une grande partie de ses concurrents.

Freins

La norme Euro 4 demande a minima un freinage couplé sur les 125. Peugeot Scooters va plus loin et dote le Belville d'un ABS. Oh, l'ABS n'est dispo que sur la roue avant, ainsi on pourra s'arrêter au feu rouge dans un grand crissement de pneus, roue arrière bloquée, pour faire peur aux petites vieilles et ainsi contribuer (modestement, certes, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières) à l'assainissement des comptes des caisses de retraite.

Le freinage est assuré par un disque de 260 mm à l'avant

Cela dit, la roue arrière est elle aussi dotée d'un capteur de vitesse, ce qui permet à la centrale ABS de bosser en faisant la moyenne des deux roues et ainsi optimiser les niveaux de déclenchement à l'avant. De fait, on constate que l'ABS est très peu intrusif, que le freinage est puissant et dosable, en dépit d'un arrière qui bloque un poil rapidement. Rien d'alarmant.

Confort et duo

On l'a dit, l'espace aux jambes est plutôt généreux et les suspensions sont de qualité par rapport à la concurrence. Que du bon, donc, d'autant que cet engin n'est pas forcément appelé à s'attaquer à des voyages intercontinentaux. Vu la vitesse maxi modeste, l'absence de protection au vent n'est pas un problème.

Selle du Peugeot 125 Belville RS

Consommation & autonomie

Peugeot Scooters revendique une consommation très mesurée avec sa nouvelle génération de moteurs Smart Motion, de l'ordre de 2,5 l/100. Avec un réservoir de 7,5 litres (l'orifice est sous la selle), l'autonomie dépassera donc facilement les 250 kilomètres.

Reservoir du Peugeot 125 Belville

Conclusion

Quasiment 70 % du marché du scooter à grandes roues est trusté, en Europe, par le Honda SH, engin qui est donc une véritable vache à lait pour le premier constructeur mondial. Sans surprise, le Honda constituait la référence à approcher : on peut dire que Peugeot a réussi, tout en parvenant à contenir le prix de vente, qui est 400 € moins cher que le japonais.

Certes, le SYM Symphony ST est lui aussi encore près de 500 euros moins cher, mais il se contente d'un freinage couplé et d'un moteur refroidi par air, un peu moins puissant. Pas la même came, donc, en dépit des apparences.

Bien looké, très "Peugeot" dans son apparence, pratique avec son top case de série, agréable à conduire et sécurisant, le Belville pourrait bien faire monter ce petit chiffre de 3,1 %.

Le Peugeot Belville à de sérieux arguments à faire valoir dans la catégorie des scooters à grandes roues

Points forts

  • Belle agilité
  • Moteur volontaire
  • Tarif contenu
  • Equipement complet
  • Confort correct pour le genre
  • Top case de série sur Allure

Points faibles

  • Tableau de bord digital illisible en plein jour
  • Vitesse max limitée dans l'absolu
  • Pas de stop & start
  • Un casque intégral sous la selle, vraiment ?

La fiche technique du Peugeot Belville

Conditions d’essais

  • Itinéraire : Une journée de balade dans Paris
  • Kilométrage de la moto : 450 km
  • Problème rencontré : aucun

La concurrence : Honda SH 125, Piaggio 125 Medley

Suzuki