Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

La norme antipollution Euro 4

Les normes européennes d'émission, dites normes Euro

Ce qui change au 1er janvier 2017 pour les motards

On vous rabâche les oreilles avec les normes européennes d'émissions, dites normes Euro et notamment l'avènement de l'Euro 4 qui s'applique désormais aux deux et trois roues motorisés à partir de janvier 2017. Mais à quoi correspond réellement cette règlementation et surtout que va-t-elle changer pour nous autres motards ? On décrypte le sujet avec vous.

La norme antipollution Euro 4

Un peu d'histoire

Alors que les normes antipollution ont été introduites dès 1990 pour les poids lourds (norme Euro0) puis en 1993 pour l'automobile (norme Euro1), il a fallu attendre 1999 pour voir l'Euro1 s'appliquer aux deux-roues. En 2003 puis en 2006, la règlementation s'est durcie avec l'introduction successive de l'Euro 2 et de l'Euro 3. Une évolution rapide qui entraina la fin de nombreux modèles et la quasi-disparition du moteur 2 temps.

Le 1er janvier 2016, la norme Euro 4 entrait officiellement en vigueur dans tous les états membres de l'Union Européenne, mais bénéficiait d'un délai de mise en place. Ainsi, les constructeurs ont encore pu distribuer leurs machines Euro 3 tout au long de l'année.

Il s'écoule en moyenne entre 4 et 5 ans entre chaque norme.

Délais de mise en place

Pour autant, si l'Euro4 est définitivement imposé aux véhicules neufs le 1er janvier 2017, les constructeurs pourront encore vendre des machines Euro3 jusqu'au 31 décembre 2018. En effet, la législation prévoit d'autoriser 10 % du volume de ventes d'un modèle Euro3 réalisé en 2015 et 2016 sur cette période. Pour les machines s'étant écoulées à moins de 1.000 exemplaires sur deux ans, un quota minimal de 100 véhicules autorisés à la vente est défini. Enfin, cette dérogation ne concerne que les véhicules importés sur le territoire avant le 31 décembre 2016 et a donc pour but de permettre aux concessionnaires d'écouler leurs stocks, pas de recommander des machines qui ne seraient plus aux normes.

Une baisse des polluants

La norme Euro détermine un maximum d'émissions polluantes, depuis le monoxyde de carbone jusqu'au rejet d'hydrocarbures en passant par les oxydes d'azote (NOx), mais aussi de particules fines (pour le Diesel).

Ces émissions sont mesurées au cours d'un cycle de conduite normalisé de 20 minutes, qui mixe une phase "ville" suivie d'une phase "route" plus rapide avec une vitesse moyenne globale de 33 km/h. L'Union Européenne a cependant validé l'entrée en vigueur d'une nouvelle méthode de test pour le 1er septembre 2017 avec un test en conditions réelles. Ce test a pour objectif de donner des informations plus proches de la réalité sachant que certains véhicules qui émettaient d'après les tests normalisés moins des 180 mg/km se révélaient en utilisation courante dépasser ces limites de 4 à 5 fois, parfois proche de 1000 mg/km.

Essence

Normes Euro 1 Euro 2 Euro 3 Euro 4 Euro 5 Euro 6
Oxydes d'azote (NOx) - - 150 80 60 60
Monoxyde de carbone (CO) 2720 2200 2200 1000 1000 1000
Hydrocarbures (HC) - - 200 100 100 100
Particules (PM) - - - - 5(*) 5(*)
Hydrocarbures non méthanique (HCNM) - - - - 68 68

Diesel

Norme Euro 1 Euro 2 Euro 3 Euro 4 Euro 5 Euro 6
Oxydes d'azote (NOX) - - 500 250 180 80

Monoxyde de carbone (CO)

2720 1000 640 500 500 500

Hydrocarbures (HC)

- - - - - -
HC + NOX 970 900 560 300 230 170

Particules (PM)

140 100 50 25 5 5

Ce qui change avec l'Euro 4

Baisse des émissions polluantes de monoxyde de carbone, d'hydrocarbures et sonores et freinage ABS ou combiné

Le passage de l'Euro3 à l'Euro4 pour les motos et scooters s'accompagne d'importantes réductions des émissions polluantes. A noter que les trois roues (type MP3 et Metropolis) sont directement passés de l'Euro2 à l'Euro4. Les émissions de monoxyde de carbone ont ainsi été quasiment réduites de moitié en passant de 2.000 mg/km à 1.140 mg/km.

Au niveau des hydrocarbures, les émissions ne devaient jusqu'alors pas dépasser les 800 mg/km pour les véhicules de moins de 150 cm3 et 300 mg pour les cylindrées de plus de 150 cm3. La classification a été revue puisqu'elle distingue désormais les véhicules dont la vitesse maximale est inférieure ou supérieure à 130 km/h. Les petites cylindrées doivent ainsi se conformer à un maximum de 380 mg/km et les motos roulant à plus de 130 km/h à 170 mg/km.

Même constat au niveau des émissions d'oxydes d'azotes. Limitées à 150 mg/km sous Euro3, l'émission est désormais fixée à 70 mg/km pour les machines dont la vitesse est inférieure à 130 km/h et 90 mg/km pour celle roulant à plus de 130 km/h.

Mais aujourd'hui, la pollution est également "sonore" et le volume maximal émis par chaque machine a lui aussi été réduit en fonction de la cylindrée. Les motos et scooters de moins de 80 cm3 doivent respecter un maximum de 75 dB, les 80 - 175 cm3 un maximum de 77 dB et les plus de 175 cm3 un maximum de 80 dB.

Parallèlement, la règlementation touche également à la sécurité passive des véhicules puisque ces derniers doivent désormais être équipés d'un système d'antiblocage ABS ou d'un freinage combiné CBS. Comme dans l'automobile, une prise ODB (On Board Data) permettant le diagnostic électronique rapide du véhicule est également présente.

Conséquences pour les motards

La première conséquence visible est bien entendu la disparition de plusieurs modèles du catalogue des importateurs. Cependant, seules les machines dont les faibles volumes de ventes ne permettent pas d'absorber l'investissement de la mise aux normes arrivent en fin de commercialisation. A titre d'exemple, Honda a retiré 10 motos et scooters sur les 45 modèles qui composaient sa gamme.

Une des grandes craintes des acheteurs était de voir ces évolutions réglementaires impacter le prix de vente des motos. Indirectement, c'est le cas, puisque seules les versions dotées de l'ABS sont encore proposées. Malgré tout, aucun écart de prix constaté entre un modèle ABS Euro3 et sa version Euro4 n'est à mettre sur le coup de la législation. Les évolutions techniques et l'appréciation du Yen ont en revanche eu un impact sur ce point et vont entraîner des hausses de 300 à 500 euros chez bon nombre de constructeurs japonais.

Enfin, cette nouvelle règlementation aura un impact au quotidien pour de nombreux usagers qui circulent dans les grandes agglomérations sujettes aux Zones de Circulation Restreinte (ZCR). En effet, les ZCR, instaurées par le gouvernement français, reposent sur le système de vignette Crit'Air qui permet à un véhicule de pouvoir circuler ou non. Ces vignettes sont attribuées en fonction de la certification du véhicule :

  • CRIT'Air électrique : Tous les véhicules "zéro émission moteur" : 100 % électrique et hydrogène
  • CRIT'Air 1 : Euro 4 - Motocycles depuis le 01/01/2017, cyclomoteurs depuis le 01/01/2018
  • CRIT'Air 2 : Euro 3 - Motocycles entre le 01/01/2007 et le 31/12/2016, cyclomoteurs jusqu'au 31/12/2017
  • CRIT'Air 3 : Euro 2 - Entre le 01/07/2004 et le 31/12/2006
  • CRIT'Air 4 : Tout type - Entre le 01/06/2000 et le 30/06/2004

Pourtant, alors que le gouvernement continue de restreindre la mobilité en appliquant ses propres mesures, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) estimait que le deux-roues motorisé représentait une véritable alternative :

Du point de vue environnemental, ils peuvent être une alternative à la voiture quand on sait que 80% des automobilistes roulent seuls au volant et qu’un deux-roues émet moins de CO2 et est 3 à 4 moins vorace en place. De plus, le marché évolue dans le bon sens : les fabricants de motos et de scooters sortent à leur tour des alternatives peu polluantes: vélo électrique, scooter hybride, scooter électrique en passant par la moto rechargeable sur secteur.

Qu'attendre de l'Euro 5 ?

Et oui, alors qu'Euro4 entre à peine en circulation, Euro5 est déjà en chantier et prévu pour être mis en place fin 2020 pour les motos (les autos sont déjà à Euro6 avec une norme Euro6d prévue pour 2021). Pour autant, la Commission Européenne n'a toujours pas remis ses conclusions et aucune précision sur la future norme n'a encore été présentée.

Les industriels du secteur moto négocient principalement autour du niveau d'émission sonore autorisé. L'ACEM tente d'encadrer le débat et limiter la baisse du niveau actuel à 1 dB afin de permettre une application fin 2020. Si la Commission Européenne statuait sur une baisse supérieure à 1 dB, la mise en application devrait logiquement être retardée.

Plus d'infos sur les normes d'émissions polluantes

Suzuki