Menu

Manon, la force de vivre

Ambassadrice de la Sécurité Routière

Paralysée d'un bras, sa première vidéo touche plus de 5 millions d'internautes

TémoignageIl y a deux ans, Manon Slomkowski était victime d'un accident de moto qui lui a laissé un bras paralysé. Aujourd'hui, elle est une actrice touchante de la nouvelle campagne de la Sécurité Routière. Entre le statut de victime et celui d'actrice, il y a un chemin. Ce chemin, c'est l'histoire de Manon, une jeune femme de vingt-deux seulement qui dégage une maturité et un discernement surprenants. Echanger avec Manon, c'est recevoir une sacrée leçon de vie.

L'histoire de cette jeune motarde passionnée a pris un tournant dramatique une nuit où elle rentrait chez elle avec des amis sur sa Kawasaki Ninja 300. Une mauvaise chute, un nerf sectionné et c'est la vie qui saigne. Manon souffre du syndrome du plexus brachial, le syndrome des motards comme l'appellent les chirurgiens. Cette blessure intervient fréquemment lors d'une fracture de l'humérus. L'os, en se cassant, coupe un canal nerveux et c'est le bras complet qui est paralysé. Une première opération sur ses nerfs échoue. Jeune, dynamique et positive, Manon ne prend pas tout de suite la mesure de la gravité de sa blessure.

Pétrie d'indépendance, Manon refuse l'aide de quiconque dans l'exécution de ses tâches ordinaires. Commence un quotidien pénible. Un quotidien à un bras. S'habiller, se coiffer ou encore se maquiller sont autant de gestes qui exigent de la jeune femme autant de détermination que d'inventivité. Une inventivité qu'elle souhaite mettre au service d'un groupe Facebook de personnes atteintes du même syndrome du plexus brachial. C'est dans ce but que Manon se filme, avec les moyens du bord, en train de se préparer.

Manon en piste avant son accidentA l'arrière plan de la caméra, on aperçoit une photo de moto ou encore un sapin de noël. Au premier plan, Manon, contorsionnée sur elle-même pour enfiler une chaussette, coinçant sa lime entre ses cuisses pour se faire les ongles ou encore prenant le pinceau à vernis dans sa bouche pour décorer ses ongles. Le simple geste de manipuler la fermeture éclair de son blouson avec un seul bras force l'admiration. La vidéo touchera plus de 5 millions de personnes.

Un raz de marée médiatique

Interview téléS'ensuit un raz de marée médiatique intense. BFM, puis RMC avec Jean-Jacques Bourdin, RTL ou encore TF1 contactent Manon pour lui faire parler de sa paralysie. Jeune, belle et déterminée malgré son handicap, Manon séduit les caméras par une force intérieure très palpable. Du haut de ses vingt an, elle garde une lucidité aigüe face à ce tourbillon médiatique.

Au départ, je voulais simplement faire une vidéo pratique à l'attention des autres victimes du syndrome du plexius brachial. Après l'avoir tournée, je l'ai oubliée au fond de mon ordinateur. C'est une amie qui l'a découverte et m'a convaincue de la poster. Et puis, du jour au lendemain, les médias se sont battus pour m'avoir. Au début, je ne réalisais pas trop. Ce n'est pas donné à tout le monde de passer au micro de tous les médias de France. Et dans le même temps, tout cela est arrivé trop vite. J'ai voulu dire stop. Aujourd'hui encore, je fais les choses avec spontanéité. Je n'ai pas d'agent pour me conseiller. Mais il est clair qu'il y a des émissions que je refuserais.

Supplément de douleur

Lorsque la vague médiatique s'essouffle, Manon a de nouveau rendez-vous avec la table d'opération. Cette fois, l'intervention sur ses nerfs réussit et Manon se recentre sur les rencontres qu'elle a faites sur Facebook avec le groupe de membres atteints du plexus brachial. Pourtant, Manon n'en a pas fini avec l'exposition médiatique :

Après mon accident, la Sécurité Routière m'avait interviewé pour son site Route plus sûre. Et puis, ils ont à nouveau pensé à moi pour la campagne Tous Touchés. L'idée était novatrice. Elle m'a plu. La Sécurité Routière a tenté par le passé différentes manières de faire passer ses messages. Il y a eu par exemple les campagnes trash car, il ne faut pas se le cacher, certaines personnes sont attirées par les vidéos violentes. Moi, ma vidéo montrait plutôt le handicap sur un ton plus léger. Et puis, cette fois, la Sécurité Routière a pris le parti de faire témoigner des victimes d'accidents graves, ainsi que leurs familles.

Manon à motoEt cette fois, Manon n'est plus une victime, puisque c'est elle qui se verra confier le rôle, face caméra, de recueillir le témoignage d'Emma et Frédéric, un couple gravement accidenté à moto. Dans cet échange fort, les victimes de la route témoignent de ce supplément de douleur infligé à une famille, à tout un entourage, dans le cas d'un accident grave.

J'ai pris ce rôle très à coeur, commente Manon. J'étais ravi que l'on me propose ça, alors que je n'avais aucune expérience dans ce genre d'exercice délicat. J'ai fait ça avec spontanéité. J'étais très intéressée par le fait de recueillir une autre histoire que la mienne, de parler d'autre chose que de moi. Et j'ai découvert la lourde vérité du message de cette campagne de la Sécurité Routière, à savoir qu'un accident implique plus que ses victimes. Il impose de la souffrance à toute une famille.

Le tournage a été mis à pied d'oeuvre en deux petites semaines, tournage compris. Une expérience haletante qui n'a pas manqué d'enrichir Manon :

Emma et Frédéric sont intéressants car ils témoignent de l'importance de regarder en avant et de rester soudé avec ses proches. Moi, cela m'a apporté quelque chose. ll y a des gens qui se retrouvent seuls après un accident. Ce ne fut pas mon cas. Grâce à Emma et Frédéric, j'ai compris à quel point c'était une chance. Nous étions aussi sur la même longueur d'onde quant à l'idée de protéger nos proches au-delà de nos propres blessures, de nos propres peines.

Lucide face aux critiques

Manon, la force de vivreComme souvent, la campagne Tous Touchés a reçu un accueil contrasté de la part du milieu motard, certains se sentant stigmatisé par un spot vidéo qui ne pointe pourtant du doigt aucun mauvais comportement. Là encore, devant ce genre de réaction, Manon fait preuve de réflexion et de maturité :

Le message de cette vidéo est de montrer que l'entourage est aussi concerné par un accident de la route. Après, je pense que la Sécurité Routière pourrait essayer d'aborder la question de n'importe quelle manière, il y aurait toujours des mécontents, au seul titre que l'opinion associe souvent la Sécurité Routière avec un pouvoir public avec lequel elle n'est pas forcément d'accord. Personnellement, je pense que quelle que soit la manière dont ce genre de message interpelle le spectateur, le fait qu'il provoque une réaction est déjà une victoire.

La vie d'après...

Aujourd'hui, Manon a vingt-deux ans et une furieuse envie de tourner la page de son accident. Elle a fait le choix de subir une nouvelle opération chirurgicale qui pourrait améliorer la mobilité de son bras gauche. A terme, elle pourrait bien retrouver une mobilité favorable de ce bras. L'occasion de passer à autre chose :

Depuis deux ans et cet accident de moto, ma vie est en suspend. Je suis obligée d'avoir un travail provisoire, je ne peux pas faire des projets à cause des opérations et je souhaite avancer.

La moto fait toujours partie de la vie de Manon, qui souhaitait l'intégrer dans son avenir professionnel avant son accident. Marraine de la Grande Fête nationale de la moto l'an passé, elle le sera à nouveau cette année. Prochainement à l'écran dans l'émission de Sophie Davant L'histoire continue, Manon n'en conserve pas moins certaines valeurs chevillées au corps. Indépendante jusqu'à se provoquer une triple tendinite sur son seul bras valide pour ne pas demander de l'aide, Manon est une perfectionniste capable d'aller au-delà d'elle-même, de se faire mal "jusqu'à en être trempée de sueur". Consciente de sa force de caractère, Manon comprend aussi la portée de son engagement :

Cela me fait aussi du bien de véhiculer cette image forte. Je ne veux pas tracasser mes parents avec mes problèmes. Je veux qu'ils soient fiers de moi. Aujourd'hui, ils me voient comme une force.

Manon devant son ordinateurCette force, Manon la porte en elle avec un seul bras. Son combat pour la rééducation continue. Celui de devenir une femme digne est en revanche déjà gagné.

Manon et Le Repaire des motards

L'histoire de Manon Slomkowski est en partie liée à celle de la rédaction du Repaire des motards. En effet, nous avions pris rendez-vous avec elle le 10 juillet 2015 sur les X Roadsters du circuit Carole pour une interview. Une interview qui n'a jamais eu lieu. Dans la nuit précédent le 10 juillet, l'auteur de cet article a eu un grave accident de moto.

Manon Slomkowski à la télévision

  • L'Histoire continue : France 2, lundi 4 avril 2016 à 15h05

Plus d'infos sur la campagne de la Sécurité Routière