english

Roman : René (épisode 23)

Episode 23 : Superpapy…

Les mécanos viennent de retirer les couvertures chauffantes et débéquiller les machines, les pilotes sont maintenant alignés l'un derrière l'autre en attendant les ordres du préposé à la piste.

Christian est devant, l'air concentré, suivi de Vale, un peu nerveux, qui tapote son réservoir.
René, derrière, sifflote la Marseillaise, visière relevée, tranquille mais avec une lueur déterminée dans le regard…

Personne ne parle : le silence est seulement troublé par le feulement rauque des moteurs qui montent en température.

Les stagiaires retiennent leur souffle, Grigou, tirant la langue, transmet à son carnet l'ambiance présente, le père ROSSO, quand à lui, a entamé une espèce de bizarre « danse de la pluie » (faut espérer que cet indien là va pas ramener les nuages…) pour tenter de calmer son palpitant qui bat la chamade.
Maurice, pour sa part, observe tout ce petit manège, un léger rictus au bord des lèvres, en pensant que la raison de tout ça est due à la simple fierté de son frangin…

Le journaliste, en écrivant, songe à une éventuelle promotion car il a conscience que cet instant pas comme les autres risque de lui offrir THE scoop !

Hé toi ?…, oui ! c'est bien à toi qu'je cause… Te rends tu bien compte de ce que tu lis, assis tranquillement devant ton écran ou dans ton plumard ???
Un stage, d'ordinaire, c'est un prof et des élèves, lesquels écoutent et font ce que le prof demande, tout simplement car c'est lui qui sait et eux qui sont là pour apprendre…

Là, le prof se nomme Christian SARRON, ancien champion du monde pour la petite histoire, et il va se tirer la bourre avec deux de ses élèves comme un vulgaire (terme non péjoratif) pilote de ligue, dont l'un a largement dépassé le demi siècle sur notre bonne vieille terre…

L'écran géant vient de s'allumer, le préposé au drapeau se met aussitôt à agiter ce dernier, et les trois pilotes quittent la voie des stands en direction de la piste…

Christian, devant, fait chauffer ses pneus par des mouvements alternatifs de droite à gauche, imité par les deux autres : ils abordent ainsi la courbe Dunlop pour disparaître à la vue des spectateurs présents qui se tournent maintenant vers l'écran.
L'allure, pour l'instant, est sénatoriale : les pilotes se chauffent l'un derrière l'autre en testant les freins et les entrées de courbe.

Christian soigne ses positions, Vale tente de l'imiter, tandis que René reste droit comme un I en lâchant une main de temps en temps, comme si cette procession le gonflait un pneu…

Le tour de chauffe tire maintenant à sa fin et le grondement des moteurs annonce leur arrivée au raccordement : bientôt le champion réapparaît, abordant la courbe tranquillement, suivi comme son ombre des deux autres.
Arrivé à hauteur des stands, il ralentit encore un peu, lève la main en se retournant, se cale contre son dosseret et… visse à fond, faisant cabrer la R1 sous l'avalanche de canassons déferlante !

Immédiatement, ROSSO junior réplique, le nez dans la bulle, mais la machine bleue a pris 20 mètres. René, lui, s'est déporté sur la gauche.

Christian est déjà au freinage de la Chicane quand Vale plonge dans la courbe Dunlop mais doit vite couper pour ne pas se faire percuter par un missile bleu qui vient de lui recouper la traj' par l'intérieur ; René vient de passer à l'offensive !

Au prix d'un freinage d'outre tombe, Vale recolle aussitôt mais le Fossile négocie la Chicane à la perfection pour ressortir comme un boulet et, accessoirement, reprendre 10 mètres à la Chapelle à l'autre pilote en bleu, devant lui.

Au sortir de la courbe, Christian est devant, suivi à quelques mètres par le duo qui s'est resserré au prix d'un maître balancé à la corde de Vale.
Dans les stands, le silence est quasi religieux alors que même pas un tour n'a été bouclé…

Le freinage du Musée voit Christian reprendre une longueur au prix d'une glisse phénoménale à l'entrée de la courbe, alors que les deux autres l'abordent de front : mais René ne cède rien et conserve sa deuxième place dans la ligne droite précédant le Garage Vert.
Les positions restent ainsi figées, sans que quiconque ne prenne l'ascendant jusqu'à la fin du tour.

Le père SARRON arrive en tête (logique respectée…) au passage devant les stands avec 1 seconde d'avance sur le duo qui se marque de très près.
Les moteurs hurlent dans la ligne droite et, par le jeu de l'aspiration, Vale repasse René à l'approche de Dunlop, lequel reprend son bien par le biais du même stratagème qu'au tour précédant.

L'écart se réduit soudain au Garage Vert entre les deux motos bleus au prix d'un freinage raté de Christian : René tente alors un dépassement à la sortie mais le gars SARRON en a vu d'autres !

Les trois motos abordent le Chemin au Bœufs en se marquant de près : c'est Christian qui sort le mieux du pif-paf pour aborder les Esses bleus avec une petite avance.

Vale, derrière René, semble attendre son tour et ne tente plus rien, se contentant de ne pas se laisser distancer par Pépère…

Au second passage devant les stands, Grigou pousse un hurlement couvrant celui des 4 cylindres : « Ils ont tourné sous la barre des 42 !!! » crie-t'il devant la foule médusée !

René, à l'aspi, parvient à recoller à Christian tandis que Valentini essaye de s'infiltrer à l'intérieur à Dunlop, il y parvient et se retrouve en tête à la Chicane !!!
SARRON réagit aussitôt et reprend son bien à la Chapelle, René est trois maintenant…

Des stands, en suivant l'écran géant, force est de constater que l'ancien champion du monde, s'il est supérieur en technique, ne parvient pas à creuser l'écart avec ce gamin sorti de nulle part, et celui qu'on commence à nommer « Superpapy » ! Tout bonnement surréaliste…

Le troisième tour a été bouclé dans les mêmes chronos et les positions ne changeront plus pendant quatre tours, comme si les pilotes s'observaient sans dégainer…

Au huitième tour, gros freinage au Chemin aux Bœufs de René sur ROSSO : le Respectable vient de reprendre la deuxième place.

Aux Esses Bleus, ayant recollé à Christian qui vient de relâcher son effort, il tente un intérieur osé; droit comme un chêne, l'Ancêtre sort légèrement le genou en balançant sa R1 dans un angle faisant jaillir des étincelles de toutes parts.
Christian, surpris par la manœuvre alors qu'il prenait la corde, est obligé de s'écarter pour ne pas aller à la collision : René EST EN TETE !!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est le Vénérable qui franchit les stands le premier, SARRON en embuscade suivi de près par un Valentini qui ne lâche pas le morceau : encore deux tours de ce palpitant et incroyable spectacle !

Au Garage Vert, Christian, vexé sans doute, vient de reprendre la première place en recoupant le freinage de René, obligé à son tour de s'écarter. Valentini en profite pour doubler lui aussi et… tenter de bloquer le père SARRON à la remise des gaz !!!

Les deux motos de tête attaquent de front le Chemin aux Bœufs, Vale plonge le premier mais écarte, ce dont profite Christian pour repasser en tête.
Mais René, dans l'histoire, a redoublé le gamin et fond comme une balle sur la R1 devant lui à l'approche des Esses bleus.
Christian a fermé la porte et le trio se présente dans cette position à l'abord du dernier tour…
La pendule annonce un 41 tout rond !

Les trois motos fondent littéralement de front dans la courbe Dunlop, Christian ne disposant que d'une infime marge.
C'est alors que Valentini tente son va tout ne coupe absolument pas, doublant d'un coup les deux pilotes devant lui !!!

Attends, c'est pas fini ! Vu sa traj', il se rate à la Chicane et René en profite pour les doubler tous les deux et reprendre la tête !!!!!!!!!!!!!!!!!

Très vite, ROSSO a recollé à SARRON pendant que Pépère, dans l'histoire, s'est ménagé une confortable avance sur eux à l'abord de la Chapelle…

Christian ne parvient pas à combler son retard, occupé qu'il est à contenir Valentini…
René, lui, a le casque dans la bulle et soigne ses trajectoires, c'est ainsi qu'il passe en tête au raccordement !!!!!!!!!!!!!

Dans les stands, c'est la folie …….. tout le monde se presse au muret pour voir René Gédeufoitrentans, Vénérable de chez Vénérable, passer la ligne en vainqueur devant l'ancien champion du monde qui secoue la tête en se demandant s'il va se réveiller un jour de ce qui semble être un mauvais rêve !

Valentini est trois, de peu devant Christian, mais cette troisième place a le goût d'une victoire, marquant le début d'une carrière prometteuse…

Les trois pilotes entament un tour d'honneur, l'ancien s'essayant même au petit jeu de la roue sans trop de succès. Qu'importe ! Après une telle démonstration…

Dès le retour aux stands, c'est la folie sitôt les trois descendus des motos : Christian lui même, ne peut s'empêcher de se jeter dans les bras de René, surpris par cet élan de « familiarité ».

Grigou observe et griffonne nerveusement sur son carnet, ROSSO père embrasse son fils, Maurice chiale comme un môme et les stagiaires, ainsi que les mécanos applaudissent à s'en rompre les mains !!!

Les effusions durent ainsi un long moment avant que René, fourbu par l'effort, demande le silence :
« Bon !, on s'calme, dit le vénérable, c'est pas tout ça mais moi, c'te p'tite arsouille m'a donné soif : j'espère qu'y a du monde au bar car c'est moi qui régale !
Après, p'têt ben qu'j'vous mettrais une piquette au Baby Foot »

René Gédeufoitrentans "le gatouillable" by Sato

Episode précédent | Episode suivant

Mutuelle