english

100 ch : le CNPA alerte le gouvernement

Des répercussions directes pour les concessionnaires sur l'absence de clarté pour le rétrofit

Toujours en attente du texte sur le rétrofit lié à la loi des 100 chevaux

Les concessionnaires sont les premiers à pâtir de l'inaction des pouvoirs publics sur le dossier des 100 chevauxAprès la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) et la Fédération Française de Motocyclisme (FFM), c'est au tour du Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA) de monter au créneau à propos de la sortie de la loi des 100 chevaux.

5ème branche économique de France avec 130.000 entreprises de proximité et 400.000 emplois non délocalisables, le CNPA défend l'intérêt général des services de l'automobile sur des thèmes communs à tous les métiers de la mobilité tels que l'activité économique, l'emploi, les nouvelles technologies, le développement durable ou encore l'économie circulaire.

Sur ce sujet du retrofit des 100 chevaux, le CNPA s'inquiète plus que jamais des conséquences de l'inaction des pouvoirs publics auprès des concessionnaires moto.

Alors que les motocyclettes de plus de 100 chevaux homologuées Euro4 sont désormais disponibles à la vente dans leur version d'origine (à pleine puissance) et qu'un texte concernant le débridage des modèles Euro3 dotés de l'ABS avait été présenté aux représentants de la filière 2-roues motorisés, l'administration n'a toujours pas mis en place ce fameux retrofit.

Les conséquences sont directes pour les réseaux de distribution qui assistent impuissants au report des achats de leurs clients. Après des années d'une crise économique qui a vu les ventes de deux-roues être divisées par deux, l'ensemble de ces PME pâtit aujourd'hui de l'inaction du gouvernement sur ce sujet.

Une aberration pour le CNPA qui constate que, malgré ses recommandations, l'Etat laisse la situation se dégrader :

En effet, dans cette période de l'année habituellement plus difficile pour les entreprises, celles-ci sont dans l'incapacité de satisfaire leur clientèle en livrant des véhicules répondant à leurs attentes. Or, pendant ce temps, les charges fixes, les salaires, les impôts ne font pas de pause. Beaucoup d'entreprises ont le couteau sous la gorge et doivent faire face avec des trésoreries souvent tendues. Ces TPE ont le sentiment d'être prises au piège.

Les professionnels qui ont déjà subi une crise économique sans précédent et des réglementations contraignantes ont vu leur marché céder plus de 40% au fil de ces 7 dernières années! Aujourd'hui, sans texte publié, les motocycles dotés de l'ABS répondant aux normes précédentes ne peuvent bénéficier d'un retour à leur puissance nominale. Cette situation bloque toute une activité : conséquences économiques inacceptables pour les professionnels et risques financiers dramatiques pour leurs entreprises.

A l'heure où l'Union Européenne, de par l'application de la directive 168/2013, a contraint la France à juste titre, à autoriser la libre circulation de véhicules de plus de 100 chevaux, le gouvernement laisse les particuliers et les professionnels dans le désarroi le plus total.

Le CNPA ne peut que se révolter contre le manque d'action des Pouvoirs Publics et demande à ce que les textes paraissent sans délai.

Plus d'infos sur la fin des 100 chevaux

Mutuelle