english

Magny-Cours : ma première fois au WSBK !

Les premiers pas d'un journaliste en sports mécaniques

Un petit tour par la Pitlane !Samedi, 5H, le réveil sonne, ca pique. Je saute dans ma voiture, direction le circuit de Magny-Cours pour l'épreuve française du WSBK. Une grande première pour moi, tout juste débarqué au Repaire des Motards. Pour m'accompagner tout au long du Week-end, un guide de choix, Philippe, journaliste lui tout juste débarqué du Nürburgring, ou presque. Je le retrouve à 9 heures à l'accueil du circuit. Briefing : suivi des courses et reportages au coeur de l'action pour vous faire découvrir les coulisses d'une compétition internationale. Mais j'étais tellement loin d'imaginer ce qui m'attendait.

Aller là où personne ne va

Bon, en salle de presse, on a rendez vous avec Fabien Raulo, coordinateur technique compétition chez Kawasaki Europe. Ca commence bien. Un responsable d'une équipe de champions, des échanges autour de la mécanique et du Supersport et nous explique pourquoi la catégorie reste digne d'intérêt. Et puis là, tranquille, il nous propose d'aller faire un tour dans les stands, prendre en photo les motos officielles, aller rencontrer Kenan Sofuoglu. Le pied total. Et ce n'est que mon premier jour sur un circuit. L'après midi, on n'en a pas eu assez, alors on est allé faire un tour dans le camion de la réalisation TV, qui envoie toutes les images de la course dans le monde entier. Entre deux papiers de résultats de course, ça permet de s'aérer et puis de faire un tour dans un van-taxi Mercedes au milieu des fans présents à Magny-Cours.

Petite visite chez Kawasaki...

Bon il me fallait bien une nuit pour digérer tout ça et revenir frais le lendemain pour continuer le travail. Et ben comme la veille, je me suis bien éclaté. Comme je m'intéresse à la compétition auto et moto sous toutes ses formes, j'avais forcément entendu parler des échappements Akrapovic. Et bingo, dès mon arrivée le dimanche en salle de presse, Philippe me dit "ne t'assieds pas, on va aller voir Igor Akrapovic" pour parler échappements.. Igor, le créateur des échappements et centuple Champion du Monde ? en personne ? Dans l'hospitalité Yamaha. Bon, ben c'est loupé pour passer un deuxième jour ordinaire et c'est tant mieux.

Aller où tout le monde va

Le plaisir d'un week-end de course, ce n'est pas seulement de déambuler partout avec son pass presse autour du cou, c'est aussi de vivre le truc au milieu des fans, d'aller à leur rencontre et de partager ce moment de passion. Dimanche matin, après un autre réveil compliqué, je fais un petit stop en venant sur le circuit. Petit relais motard Calmos installé pour l'occasion, tout près d'Yzeure. Un petit jus de fruit, un salut amical aux motards qui partent sur le circuit et ça repart pour une journée de folie.

Le plaisir, c'est d'être aux bords du circuit, de voir les fans se lever au passage de Jules Cluzel après sa superbe victoire en Supersport et de ne voir que des sourires pendant tout un week-end.

Le WSBK du côté des fans

Que ce soit dans les stands, en salle de presse, ou dans les gradins, j'ai chopé ce week-en le virus de la course et je prie pour qu'il n'existe aucun remède.

A bientôt Magny-Cours et le WSBK. Vous et moi, ce n'est que le début d'une longue histoire...

Drapeau à damier sur une super première

Plus d'infos sur l'ambiance du mag'

Commentaires

Le Modérateur

Et on dit Bienvenue à Alexandre au sein de l'équipe, pour son bizutage à l'occasion du Championnat du Monde Superbike !

02-10-2016 17:04 
freewind78

Merci et bravo pour ton enthousiasme
Un coup de chapeau aux pilotes pour des couses extraordinaires en particulier Jules Cluzel et Chaz Davies.
Par contre cote organisation, nous avons ete plus que déconcerte par la programmation: course 1 de SBK le samedi a 13.00 puis plus rien, le dimanche des warm-up entre 9,00 et 10,00 puis plus rien avant les SS a 11.20 et les SBK a 13.00 du coup les gens partent a 14.00 et il n'y a plus personne pour les courses secondaires.
Puis conte infrastructures toujours la meme indigence avec tres peu de toilettes, des restaus infects, des boissons limitées a une biere mediocre et des sodas alors que l'on est a quelques kilometres de Sancerre.
Je reviendrais bien sur car contrairement au Castelet on peut encore voir les courses et camper sur place meme si leconfort est rustique cela reste tres convivial,

03-10-2016 12:45 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous