Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Gants : la FFMC contre le principe d'obligation

Une mesure jugée cosmétique par l'association

Amende de 68€ et retrait d'un point sur le permis en cas d'infraction

Gants : la FFMC contre le principe d'obligationDimanche 20 novembre, le port de gants certifiés EPI est devenu obligatoire pour tous les usagers de deux-roues motorisés. Désormais, tout conducteur ou passager de deux-roues motorisés qui ne serait pas muni de ses gants homologués sera passible d'une amande forfaitaire de 68 euros et du retrait d'un point sur son permis de conduire.

Lors de la publication du décret 2016-1232 le 20 octobre dernier au Journal Officiel, la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) n'avait pas tardé à réagir en dénonçant une surenchère règlementaire. L'association reste sur ses positions en expliquant que l'objectif principal reste de verbaliser encore plus les motards.

Ce n’est pas contre le port des gants que la FFMC proteste, mais contre le fait qu’ils deviennent « obligatoires » sous la menace d’une verbalisation et d’un retrait de points sur le permis de conduire (alors que le non-port des gants ne menace pas l’intégrité d’autrui). Tout en reconnaissant que les motards sont plutôt bien équipés, le gouvernement prétend que cette mesure va protéger ceux qui sont peu conscients de leur vulnérabilité… mais avant de brandir à nouveau le bâton de la répression, ne vaudrait-il mieux pas renforcer l’information et la formation en direction des publics les moins bien informés plutôt que de durcir encore la législation ?

Là encore, la FFMC continue de prôner l'éducation et l'information des usagers plutôt que la punition :

Nous pensons qu’en matière de sécurité routière, il vaut mieux inciter qu’obliger, suivant l’idée qu’une personne convaincue sait ce qu’elle à a faire pour se protéger et qu’elle va également en convaincre d’autres (ce qu’a toujours fait la FFMC), alors qu’une personne contrainte a tendance à refuser la contrainte, surtout quand elle est énoncée par des gens qui décident à notre place sans même écouter nos propositions.

Enfin, l'association met en avant l'inaction gouvernementale face à l'entretien des infrastructures routières. Alors que le bridage A2 a été étendu, que les gants ont été rendus obligatoires et que se profile un contrôle technique à la revente, le réseau routier, lui ne cesse de se dégrader.

D’autre part, si le gouvernement se montre si préoccupé par la vulnérabilité des usagers en deux-roues, que fait-il pour infléchir la dégradation du réseau routier ? Avant de donner des leçons de sécurité aux gens, l’Etat ferait bien d’assumer ses propres responsabilités en balayant devant sa porte !

En fait, cette obligation du port des gants est surtout une mesure « cosmétique » pour le ministère de l’Intérieur qui veut faire croire qu’il agit pour la Sécurité routière…

Plus d'infos sur les gants homologués

Plus d'infos sur la FFMC