english

Promosport : derrière la course, la préparation

"Mon équipe technique c'est moi"

Entre plusieurs mois de préparation et l'improvisation de dernière minute

Les gagants de l'épreuve SéniorUne compétition, on le sait tous, c’est quelque chose qui se prépare. Derrière les seize tours de pistes à effectuer, ce sont des mois qui sont dédiés à la préparation physique et technique. Le Promosport à Carole, deuxième étape du Championnat en France, n’échappe pas à la règle.

Pour Benjamin Lafont, pilote du MC Pau Arnos, en cas de pépin, ce sont des heures à passer sur la moto pour s’assurer d’être au top. Et quand on ne fait pas partie d’un team, le travail est double. « Mon équipe technique c’est moi, donc le temps passé sur l’entretien de ma moto, ça peut être quelques heures histoire de faire une vidange, mais en cas de problèmes là le nombre d’heures passées sur la mécanique va exploser. Globalement la préparation va quand même commencer un mois avant l’épreuve ».

Certains pilotes, eux, peuvent compter sur une équipe technique complète, comme les pilotes de Yamaha. C’est David qui est en charge cette dernière, s’assurant qu’il y ait en moyenne trois mécanos pour un pilote. « On doit arriver la veille de la course; généralement l’installation de tout le nécessaire prend une grosse journée. Par exemple, je suis arrivé à 6h30 pour partir à 22h. Une fois les courses commencées, on va avoir une équipe en bord de piste pour observer les adversaires et conseiller nos pilotes, les mécaniciens qui vont s’occuper de l’entretien des motos, d’autres qui vont s’assurer que les plannings soient respectés… On a aussi un rôle primordial dans la réussite de nos coureurs »

Plus que le côté mécanique, l’entraînement est primordial... Ou pas.

En dehors de l’aspect mécanique, c’est bien la pratique qui est déterminante. Samuel Trueb, pilote suisse arrivé premier à la finale Promo 500 Cup, est fort de plusieurs victoires. « C’est un entrainement qui prend tout l’hiver et qui a payé. Je suis sur une très bonne lancée pour cette saison, j’espère que je vais garder le cap ». Arriver sur la première marche du podium a demandé un réel travail, qui a payé. « J’étais assez confiant avant le départ grâce à mes dernières victoires et cette victoire c’est réellement un bonheur ».

Et puis il y a ceux, aussi, pour qui la préparation s’est limitée à un tour de chauffe. Gérald Muteau, vainqueur de la catégorie sénior, a appris qu’il participerait à la course en début de semaine. « Je n’avais pas de moto, ou quoi que ce soit d’autres d’ailleurs. Donc c’est un ami qui a dû me prêter sa moto, un autre qui est allé la chercher pour moi, cette victoire c’est tout un travail d’équipe dans la mesure où j’ai appris que je participais mercredi ». Arrivé premier d’une course à laquelle on ne pensait même pas participer, c’est tout de même une victoire particulière. Gérald a une pensée particulière pour ses adversaires. « Je n’étais pas censé être là et bien ils se sont tous pris une... euh… bien profond » s’esclaffe-t-il.

Plus d'infos sur le Promosport

Ctek