Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

80 Km/h : 50% de morts en moins sur les tronçons testés selon E. Phillippe

Le premier ministre dévoile les résultats de l'expérimentation menée sur 86 kilomètres

20 accidents, 3 morts et 42 blessés entre le 1er juillet 2015 et le 30 juin 2017

80 Km/h : 50% de morts en moins dans le test (crédit : Perguillaume - Wikipédia)Édouard Philippe a fini par céder aux demandes de l'opposition sur la publication des résultats de l'expérimentation menée sur 86 kilomètres, dans le cadre de la limitation de vitesse à 80 km/h. 50 sénateurs ont réclamé en fin d'année les résultats de ce test lancé en 2015 sur trois tronçons de route. La décision, appliquée aux routes secondaires à deux voies sera rendue publique demain, lors du Comité interministériel de Sécurité Routière, présidée par le Premier ministre.

Dans une lettre adressée aux sénateurs dévoilée par BFMTV, Édouard Philippe révèle dans un premier temps que le gouvernement n'a pas souhaité rendre publics les chiffres plus tôt en raison d'une durée d'expérimentation trop courte.

Cette expérimentation s'est déroulée sur une distance restreinte - 86 kilomètres répartis en trois tronçons et sur une durée statistique minimale d'observation en matière d'accidentologie, qui est de cinq ans. Aussi et bien que les résultats indiquent une tendance positive pour la baisse de la vitesse sur ces 86 kilomètres, le gouvernement n'a pas souhaité utiliser ces résultats dans le cadre des consultations actuelles

Malgré tout, le Premier ministre a annoncé une baisse de 50% de la mortalité sur les routes testées. Sur les cinq années qui ont précédé l'expérimentation, 67 accidents corporels ont été répertoriés, avec 15 décès et 108 blessés. Pour la comparaison, Édouard Philippe a rapporté ces résultats à 37 accidents, 6 tués et 43 blessés pour deux ans. Entre le 1er juillet 2015 et le 1er janvier 207, les observatoires départementaux de sécurité routière ont répertorié 20 accidents, pour 3 personnes tuées. En bref, les 50% évoqués en décembre par le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner sont justes si on s'en réfère à ces chiffres. Le Premier ministre a également assuré que la circulation n'a pas été rendue plus dense :

L'abaissement des vitesses n'a pas provoqué de surplus d'embouteillages sur ces trois axes. La baisse des vitesses n'a pas été, dans cette expérimentation, un facteur d'engorgement de la circulation.

Les députés des secteurs testés non convaincus

Les chiffres mis en avant par le gouvernement peinent à convaincre jusque dans la majorité. Les députés qui ont vécu cette expérimentation de près ont fait part de leur opposition à cette décision. Après Barbara Bessot-Ballot en décembre, c'est au tour de Patrice Perrot, député de la Nièvre de faire part de ses interrogations. Interrogé par RMC, l'élu a 22 kilomètres de routes testées dans sa circonscription.Il estime qu'aucun résultat concret exploitable n’a été apporté. Pire encore, Patrice Perrot constate que le comportement des usagers de la route s'est dégradé :

Beaucoup ont rapporté des écarts de conduite de certains autres conducteurs, avec des dépassements sur ligne blanche par exemple. Il faudrait plus de pédagogie et des sanctions plus fortes sur ce genre de comportements, ainsi que pour l'alcool et les stupéfiants. On a eu l'exemple sur des accidents sur autoroute qu'à contresens, la vitesse n'a pas grand-chose à voir avec la mortalité.

Les conducteurs sont également vivement opposés à cette décision, selon un sondage YouGov réalisé pour le journal 20 minutes. 67% des Français interrogés jugent cette mesure inefficace. Pour 79% des sondés, la mesure n'est rien d'autre qu'un moyen de "remplir les caisses de l'état".

Édouard Philippe balaye toutes les oppositions et critiques d'un revers de la main. Dans un entretien au JDD donné ce week-end, le Premier ministre s'est dit prêt à être "impopulaire".

Je sais que si nous annonçons cette mesure je serai critiqué. Mais je sais qu'elle va sauver des vies et je veux sauver des vies. Je comprends les arguments et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l'État - d'ailleurs, nous annoncerons des choses à ce sujet.

Demain, le gouvernement annoncera donc la mesure qui concernerait près de 400.000 kilomètres de routes secondaires.

Découvrez le courrier aux sénateurs (document BFMTV)

La première page du courrier

La deuxième partie du courrier

Plus d'infos sur la limitation de vitesse