english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Tour du monde à moto "Et on a dit banco !"

Un périple de 9 mois à travers 12 pays sur des Kawasaki Versys-X 300

Départ du long roadtrip depuis paris samedi 6 avril

Fabien et Cécile partent ce samedi 6 avril 2019 pour un tour du monde à moto. Rien que ça. Fabien et Cécile nous les avions croisés l'année dernière à la March Moto Madness. Ils y faisaient leurs premières armes en offroad. Depuis les choses se sont accélérées, un petit peu, trois fois rien.

Fabien (33 ans travaillant dans l'informatique) et sa compagne, Cécile (32 ans travaillant dans le tourisme) ont décidé de mêler leurs rêves et leur passion. Cécile rêvait de tour du monde, Fabien était passionné de moto, Cécile aimait la moto et Fabien le voyage. Le projet de tour du monde était déjà bien présent (sans même parler de moto) chez eux jusqu'à ce qu'une suite d'événements ne vienne amener ce projet à leur portée. Et non, personne ne leur a prémâché le boulot.

Cécile et Fabien
Cécile et Fabien

C'est à force de rencontrer des voyageurs à moto et de se confronter à leur expérience que le projet commence à devenir tangible. Ces gens croisés lors d'événements et de randos sont peu avares en souvenirs. En effet, la somme de conseils avisés et d'anecdotes vécues, partagés avec bienveillance, permet de faire tomber inconsciemment les barrières qui, discrètement dans un coin de la tête, leur barraient le chemin.

Finalement c'est faisable. D'autres l'ont fait. Ils le feront. D'ailleurs la moto reste dans l'équation le moyen de rendre le voyage plus facile. Oui, c'est le point de vue revendiqué de ces tourtereaux voyageurs : la moto est l'élément connu que l'on confronte à l'inconnu. C'est une zone de confort appliquée à la zone de danger. Le voyage n'en est pas exempt de dangers et la moto, bien plus que beaucoup d'autres moyens de transport reste un élément maîtrisable, réparable et stockable. Pas d'impératif d'escale, pas de transfert dans un aéroport, pas de voiture encombrante à garer. La moto, on le sait, c'est un synonyme de liberté. Pour voyager heureux, voyageons léger.

Fabien et Cécile ont déjà afronter le sable au Maroc
Fabien et Cécile ont déjà afronter le sable au Maroc

Cet élément rassurant prendra donc la forme de deux Kawasaki Versys-X 300. Légères, endurantes, elles seront testées autant sur leur capacité d'emport que sur leur résistance. L'idée est d'accumuler assez d'expérience pour pouvoir anticiper où ça cassera en premier. On renforce les motos, on prévoit les pièces et un partenariat minimal sera passé avec Kawa : photos contre pièces. Fabien et Cécile sont des aventuriers, mais pas des inconscients : l'assistance est prévue pour les machines comme pour les pilotes. A titre d'anecdote beaucoup leur ont conseillé de revendre les dites motos au moment de finir la boucle pour éviter à avoir à en payer le transport entre les USA et la France. Fabien est catégorique : une moto avec laquelle il a fait le tour du monde, il la ramènera comme un trophée, comme le compagnon fidèle de cette longue aventure.

Si quelques ateliers mécaniques leur ont permis de cerner les quelques réparations auxquels ils auront à faire face (remplacements de pièces, réglages etc…), la santé n'est pas restée aux stands. Cécile, déjà formée aux premiers soins, a été rejointe dans l'exercice par Fabien qui a suivi le même cursus. Conscients qu'un petit pépin ici peut vite prendre des dimensions dangereuses en pleine pampa ouzbek, deux téléphones satellites les accompagneront (un chacun) pour s'assurer d'une aide en cas de gros pépin.

Les joies de la boue à la March Moto Madness
Les joies de la boue à la March Moto Madness

Pour le reste des aspects sécurité, Fabien, de sa voix posée, convaincante et convaincue, rappelle que finalement beaucoup d'endroits du monde sont bien moins dangereux que le périphérique. Les trajets quotidiens, qu'ils font à moto pour aller et revenir de leur travail respectif, sont une loterie dont les chances de perte sont bien plus importantes que les routes et chemins qu'ils emprunteront pendant ces mois de voyage. Avant le voyage et à la lecture des cartes, Fabien a de la méthode dans le discours : chaque sujet est traité et abordé sereinement comme on aborde un projet dans son métier. Chaque composant a été évalué, testé et validé avant de gagner sa place dans l'équipée.

Le projet prendra 18 mois de gestation (ce qui équivaut à celle d'un bel éléphanteau). La March Moto Madness, puis la Vercingétorix leur permettent d'acquérir compétence et confiance pour aborder les parties Offroad. La route, cela fait déjà 10 ans qu'ils la pratiquent. Ensuite un voyage au Maroc permet de valider le choix des motos, leur comportement une fois chargées et surtout les compétences acquises par les deux pilotes. L'endurance de chacun ayant un rôle primordial, ce voyage fait office de répétition en costume avant le grand départ. Quelques partenariats ont été passés avec quelques équipementiers, mais sans réelle recherche de sponsoring. Cécile et Fabien veulent voyager libre, sans contrainte bassement mercantile. Ils ramèneront et partageront des photos avec ces sponsors, mais en rien ces derniers ne viendront influencer d'une manière ou d'une autre leur expérience.

Camping lors de la Vercingétorix
Camping lors de la Vercingétorix

Ce grand départ c'est ce samedi 6 avril. Après une visite de courtoisie à la MMM 2019 le week-end précédent, les préparatifs se finalisent pour un départ sous le triple signe de l'impatience, de l'excitation et de l'envie. Fabien, dont la voix toujours posée trahit cependant la hâte du départ, confie que les sentiments sont nombreux et mêlés. Pas de peur du vide, pas d'impression de saut dans l'inconnu, le voyage a été préparé avec application, le budget (prévu de longue date) estimé pays par pays, les solutions techniques (équipements pilotes et motos notamment) testées et approuvées bien avant le départ. Alors l'excitation réside dans l'attente de l'action, dans l'attente d'être enfin là où ils voulaient : ailleurs.

Et pour l'ailleurs, ils vont être servis. Ce n'est pas moins de douze pays que traversons nos deux amis et leurs 600 cm3 cumulés. Allemagne, République tchèque, Ukraine, Russie, Ouzbékistan, Kazakhstan, Mongolie, Japon (avec visite du musée Kawasaki), Corée, USA, Canada et France évidemment, le tout entre avril et décembre 2019. En effet, le voyage a une date butoir qui est celle de la fin du congé sabbatique (et sympathique) qu'ils prennent pour réaliser ce rêve. Cécile et Fabien envisagent ce voyage sous l'angle d'une longue réflexion autour de la vie et de leurs aspirations. Décembre est encore loin et on espère pour eux que le fruit de ces longues de pensées à moto leur rendra le retour plus supportable. En effet, l'histoire nous dit que quand on a goûté à ces longs voyages, on devient de moins en moins sédentaires. Fabien et Cécile partent avec un esprit ouvert à la rencontre, à l'émerveillement et à la beauté du monde et de mon humble avis c'est un peu de cela qui nous habite tous, nous autres humbles motards du quotidien aux timides voyages. D'ores et déjà date est prise à leur retour pour savoir ce qu'ils nous auront ramené … et j'ai ma petite idée : ce sera l'envie de partir.

La première partie de l'itinéraire
La première partie de l'itinéraire

Suite et fin du voyage
Suite et fin du voyage

Nous remercions Fabien pour les quelques minutes précieuses qu'il nous a consacrées avant le grand départ et nous leur souhaitons de vivre une belle expérience que nous ne manquerons pas de suivre !

Plus d'infos sur les tours du monde à moto