english

La guerre du scooter électrique a commencé

Deux fois plus d'opérateurs de scooters en libre service cet été dans la Capitale

Le "free-floating" bientôt en concurrence avec les batteries échangeables

Embouteillage pour le scooter partagé à Paris - Crédit photo : YegoLes véhicules en libre-service sont souvent perçus comme une solution majeure pour la mobilité urbaine, notamment à Paris même si tous les projets n'ont pas forcément connu le succès. Au-delà de l'échec de l'Autolib, la municipalité a dû faire face ces dernières années à l'afflux massif d'opérateurs de trottinettes électriques et de vélos en libre-service. Face à l'anarchie qui s'est progressivement installée dans les rues et sur les trottoirs, l'ensemble a été plus durement encadré et des 12 opérateurs que comptaient la capitale en 2018 pour les trottinettes il n'en reste aujourd'hui plus que trois.

Sauf que désormais, c'est le scooter partagé qui semble attirer la convoitise avec plusieurs arrivées de nouveaux opérateurs.

C'est à l'été 2016 que tout a débuté pour le scooter partagé à Paris avec le lancement des flottes de Cityscoot et de Coup. Si le second, soutenu par Bosch, a depuis plié bagage et abandonné la Capitale, le premier y est désormais bien installé avec pas moins de 3.800 scooters électriques dans la capitale.

Jusqu'à cet été, Cityscoot n'était concurrencé que par Troopy, mais la société présente ici une offre un peu différente, déjà parce que son parc se limite à 250 scooters et surtout parce qu'il ne s'agit pas de scooters électriques, mais de trois-roues Yamaha Tricity.

Quoi qu'il en soit, la guerre commerciale va maintenant vraiment commencer puisque plusieurs nouveaux opérateurs font faire leur arrivée. Il y a tout d'abord Yego qui compte rapidement atteindre le millier de scooters électriques rétros. Puis, c'est Cooltra qui va s'installer à Paris. Déjà présente dans six grandes villes d'Espagne, du Portugal et d'Italie, la société était déjà présente en France avec ses offres de location, mais se met désormais au free floating. Et Lime devrait aussi arriver au niveau scooter et plus uniquement trottinettes.

Le marché risque de connaitre encore bien des évolutions dans les prochains mois, car en plus de ces deux nouvelles arrivées, il faut aussi désormais compter sur une nouvelle offre en matière de deux-roues électriques avec le développement des scooters à batteries échangeables. Le principe diffère de celui du free floating, puisque les scooters sont ici achetés ou loués, mais les batteries pouvant être échangées sur des bornes sont un avantage non négligeable. Si pour l'heure seul Zeway est présent à Paris, tous les grands constructeurs travaillent à l'élaboration de deux-roues de ce type.

Et tous les opérateurs visent une progression à deux chiffres en Europe, en se basant sur d'autres pays, comme l'Inde, où on compte des dizaines de milliers de scooters en libre-service.

Plus d'infos sur les scooters partagés

Commentaires

Alexkoeln

Petite précision, LIME est déjà présente dans Paris avec sa flotte de scooters Niu depuis fin avril 2021. Yego (Pink) et Cooltra (Askoll) viennent de se lancer ces derniers jours.
Espérons que ces acteurs "éduquent" un minimum les utilisateurs, notamment sur le stationnement des scoots, c'est déjà bien compliqué sur les trottoirs parisiens #jungleurbaine

01-07-2021 12:44 
Picabia

A cause du covid j'ai annulé un voyage en Inde 😥
Je suis rassuré, si je veux retrouver l'ambiance des rues de Calcutta, j'irai faire un petit tour à Paris, ses trottinettes, ses vélos, ses scooters et motos, les taxis et cars de touristes, tout ça mélangé.
Le bruit et les invectives qui vont avec.
Il ne manque que les Rickshaw

02-07-2021 08:38 
L'iguane

Effectivement, ça doit faire un bail que tu n'es pas allé à Paris...

[attachment 36822 p2972_750x459_5.jpg]

02-07-2021 09:14 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous