Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Comme Rossi, un instant

J'ai freiné à la limite et remis les gaz pile au bon moment

Un instant, j'ai été comme Rossi. J'ai freiné à la limite et remis les gaz pile au bon moment pour laisser derrière moi ce malotru. Comme Rossi, ch'te dis !

Comme Rossi, un instant

Il y a des vibreurs le long du trottoir et les immeubles sont des tribunes pleines de fans trépignants. Place de la Rep', il m'a eu à la surprise : il avait gardé un peu d'élan avant que le feu ne passe au vert. Mais dans le pif-paf il a dû couper à cause des voies du tram'. Moi je passe fond de deux à un endroit bien précis où ça ne secoue pas trop ; d'où l'avantage de connaître son chemin par coeur. Je remonte sur lui. Feu rouge. Zut. On freine.

J'vais m'le faire. De la bouillie de livreur de pizza. De la purée de coursier. On va retrouver son calfouette sur Mars.

Au feu, je reste dans son angle mort. Il donne des petits coups de gaz. Je n'en ai pas besoin : je connais mon embrayage, quand lâcher et comment. Mais ce rascal anticipe encore le feu vert et je ne peux que le suivre, gaz en grand. Mais que fait la direction de course ?

Ce coup-ci, c'est la guerre. Fond de première. Fond de deuxième. Ça commence à bien défiler. C'est peut-être pas malin, mais ya provocation, là. Long droite, il est à dix ou douze mètres devant moi. Sa grosse valoche rouge vibre. Je chatouille le commutateur du désignateur d'objectif. Pas encore. Pour lui faire bouffer une bonne rasade de tachyons, il faut que je me rapproche encore : mon affût quadruple n'est efficace qu'à courte portée -disons deux à trois millions de kilomètres, pas plus.

Un coup d'oeil au radar gravitationnel : rien aux alentours. Ce type est seul. Evangile selon Saint Jack Slater : "monumentale erreur". Il a beau gigoter dans le viseur, je vais le verrouiller dans une poignée de secondes, le temps d'estimer son delta-V. Un son grave dans le casque : c'est fait. D'un coup de pouce, je libère deux torpilles à protons qui partent sans même faire vibrer mon appareil, équilibré aux petits oignons.

Il m'a vu. Il enclenche une manoeuvre d'échappement. 2G, 3G, 4G... peine perdue : mes torpilles restent bien accrochées. Il lance un leurre, puis deux. Hah ! L'amateur. Avec les mark 48, c'est peine perdue. Deux flashs violets et ses écrans arrière s'éteignent, saturés. Ses dissipateurs thermiques de poupe virent au rouge vif.

Il bascule et me fait face. A mon tour d'esquiver, mais pas comme il l'attendait : je me retourne et freine un grand coup. 8G, 9. Ouch. Assez pour rendre caduque sa solution de tir initiale. La mienne, en revanche, est toujours valable puisque je n'ai qu'à prendre en compte ma propre manoeuvre. Mes deux railguns se calent et commencent à balancer en automatique un barrage de cylindres de thorium de la taille de mon poing.

Un coup d'oeil derrière moi : toujours personne. Il faut en finir. Je tire la trois à fond et je gagne sur lui. Au bout, c'est quitte ou double : soit il prend à gauche comme moi, soit il capitule et prend à droite, vers le terrain de sport. Son clignotant gauche s'allume. Hu hu. Je connais aussi ce virage et sa plaque d’égout au beau milieu de la trajectoire : il faut prendre bien large pour pouvoir accélérer tôt. Je vais lui faire l'extérieur.

Il freine. J'attends une fraction de seconde de plus et je chope les freins.

Parfois, sur la route, on a des petits moments de grâce où tout se passe pile comme prévu : freinage impeccable, lâcher les gaz juste au bon moment, juste sur le bon rapport, juste sur la bonne trajos et remise des gaz exactement comme il faut pour sortir nickel d'un virolo. Jouissif.

Et bien là, c'est exactement ce qui s'est passé. Le livreur a pris au milieu, a dû couper à cause de la plaque d'égout et je suis passé par l'extérieur, en deux, pile au bon régime, calé pile-poil sur le bon angle. Vraff ! Je lui ai mis dix mètres direct. Au rond-point suivant : personne en face. Je reste en trois. Je coupe à peine et je dessine une belle petite traj' qui part du bord du trottoir droit au bord gauche du trottoir d'en face, après avoir effleuré la bordure du terre-plein central. Un instant, je suis comme Rossi.

Dans mon rétro, je vois sa silhouette qui se brouille. Des explosions secondaires fleurissent sur sa coque. Son zinc est bon pour la ferraille. Pas demain la veille qu'il va revenir dans mon secteur, lui, après une correction pareille.

Comment ça, j'ai trop d'imagination ?

Plus d'infos sur les kroniks

Commentaires

XM

trop jouissif, quand tu connais par c½ur la position des trous noirs et la synchronisation des portes interstellaires, sauf quand un cargo rempli ras la gueule de minerai d'hypermerdate de cochonium bouchonne le couloir galactique et que l'IA peine à recalculer une trajectoire un peu optimisée...

10-07-2018 07:28 
...phobe

KPOK / XM

Z'êtes sûrs que c'est du thé, vos feuilles ? speed

Sinon, excellent !!!ouf

on a dû avoir les mêmes livres de chevet, ado... dingue

10-07-2018 07:57 
tom4

excellent.
ça me rappelle des trucs que j'avais écrit y'a longtemps, quand je romançais "un peu" mes trajets tafs à moto

tom4, tiens, tu m'as donné envie d'aller bosser à moto du coup

10-07-2018 08:26 
roadsixsix

tout pareil hier dans l’arrière pays varois, début de course réglo, puis crescendo pour les spectateurs pique-niqueurs au bord de la route avec leurs motor-homes garés le long de la piste prés de Comps sur Arturby pour ceux qui connaissent.
jouissif a souhait.

10-07-2018 09:01 
cajo

On va retrouver son calfouette sur Mars super

.............. je peux garder ??

10-07-2018 09:04 
froggyfr99

Aaaaaahhh ça me rappelle une course poursuite avec un Star Destroyer de l'Empire, au début de ma carrière.
Lui immatriculé Porche911, moi aux commandes d'un ridicule Yatch IT200.
Malheureusement pour lui, on était dans une ceinture urbaine d'astéroïdes: il n'a eu aucune chance de s'échapper...

10-07-2018 09:37 
fift




z'êtes trop b(c)ons les gars !


J'vous raconte comment j'ai cramé un Tmax au démarrage ?




(oui, avec le double de cylindrée, et alors ? timide ).

10-07-2018 10:48 
KPOK

Citation

J'vous raconte comment j'ai cramé un Tmax au démarrage ?
On t'attend, là.

Mais sinon, z'êtes drôlement indulgents avec moi, parce que sur ce coup-là je ne me suis pas foulé. Mais chut ! Faut pas l'dire à David, hein ?

10-07-2018 16:59 
olivierzx

Avec un peu d'essence à briquet tu peux cramer tous les tupperware ...

10-07-2018 18:08 
fift

KPOK> si, si, véridique !

En passant la seconde à 7000 tr/min. timide
Il marche bien le nouveau 1200 Tromphe ...

10-07-2018 23:28 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous