Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Nuits et brouillards

L'Empire du Brouillard. Je fais partie des veinards qui y arrivent vivants

Sur le plateau où est bâtie l'usine, on crève de chaud l'été, de froid l'hiver et entre les deux c'est l'Empire du Brouillard. Je fais partie des veinards qui y arrivent vivants, matin après matin, après l'avoir bravé.

Nuits et brouillards (c) Hermes from mars

Par un mystère météorologique qui défie les scientifiques depuis l'aube de l'humanité, les contreforts du plateau de Langres produisent un brouillard de qualité cinématographique particulièrement prisé des réalisateurs de films d'horreur et idéal pour les scènes de départ sur les quais de gare. Epais comme un fonctionnaire du ministère de la guerre, collant comme une injonction de payer, gluant comme un inspecteur académique médiocre en mal d'avancement, ce brouillard m'accompagne aussi tous les jours au travail. Quand enfin je béquille devant mon entrepôt, je peux pousser un soupir de soulagement mérité : cette merde est une vraie saloperie.

Quand je pars de la maison, le temps est clair, la route sèche ; rien ne vient flotter dans le faisceau de mon phare "foule laide" (comme ils disent). Et puis je commence à grimper. La côte de Montchoupi, le petit bout plat, puis la côte toute droite de Passe-Perdrix (rebaptisée du nom d'un énième trouduc' en kaki). Je contourne la première butte de Hauteville puis plonge dans le talweg qui mène à la Combe Vincent. Là, mon phare accroche quelques fantômes. J'ai un doute ; je frotte ma visière. Oui, c'est bien du brouillard. Et je suis à peine sorti de la ville.

Je franchis le pont et recommence à grimper. Les derniers réverbères glissent dans les rétros. Dans le pré de gauche, le phare illumine de biais deux chevaux qui me regardent passer. Les premiers arbres et j'y suis : une longue langue de coton vient à ma rencontre. Un parapet de lumière d'un blanc bleuté s'installe à l'avant de la bécane. Je suis dans le brouillard de Langres. Il colle à ma visière. Son froid se plaque contre ma veste de pluie. Par réflexe, j'écarquille les yeux. En vain. Je chasse du doigt les gouttelettes sur le plastique pourtant enduit de cire à carrosserie ; la pluie perle, mais pas le brouillard. Le brouillard y adhère.

J'ai fait un crochet pour rejoindre la nationale le plus tard possible sur mon trajet. Une fois dessus, je mets gaz autant que je peux. Ici, c'est le paradis des colleurs au cul pressés, frustrés de ne jamais pouvoir doubler sur cette portion à deux voies : il y a trop de circulation en face. C'est facile pour celui qui me suit : je lui ouvre la route. Devant moi : le rideau mouvant blanc-bleu. Derrière : deux phares qui se rapprochent. Je garde les yeux rivés à la ligne de rive, ma ligne de vie. Je dois couper quand un paquet de voitures arrive face à moi : je n'y vois plus qu'à dix mètres, ébloui par le halo de leurs ampoules. Dès qu'ils sont passés, j'ouvre à nouveau en grand pour gagner quelques mètres. Il faut absolument que je conserve mon avance sur mon poursuivant.

Dans la grande montée toute droite, je peux lâcher la bride de Lapin-Lap1 : je grignote 30 ou 40 mètres. Mais au sommet de la côte, je dois ralentir : le virage est en dos d'âne et je prends en pleine gueule les phares des voitures d'en face. J'y vois encore moins qu'avant. Je perds de vue la ligne de rive un instant. Je passe le virage… il y a un poids lourd devant moi. Et zut ! Je le reconnais à ses feux de position aux coins de ses portes arrière. Riche idée d'avoir rendu ces veilleuses obligatoires. Je crois qu'il y a aussi une voiture qui le suit : il y a trop de feux rouges pour un seul véhicule. Il me reste 2 kilomètres.

Je me rapproche de la voiture et du poids lourd. Je vais laisser une trentaine de mètres entre eux et moi : assez pour avoir une marge de manœuvre, pas suffisamment pour donner des idées au type derrière moi. Je suis maintenant concentré sur les feux arrière et plus sur la ligne de rive, maintenant que… AH ! LE CON ! LE CON ! IL DEBOITE ! Ce connard derrière le camion a décidé de doubler ! Je vois ses feux qui se déportent sur la gauche. Whoputain le con ! 120 mètres minimum pour doubler, on y voit à 60 mètres, il a une chance sur deux de s'emplafonner la possible bagnole qui vient d'en face et qu'il ne peut pas voir.

J'ai coupé les gaz. Je me raidis. Si ça tape, je fais quoi ? Par où est-ce que je me dégage ? Il y aura des débris sur la route, peut-être de l'huile. Comment est l'accotement à cet endroit ? Instinctivement, je me déporte vers la droite.

Je compte. Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. Les feux de la bagnole disparaissent dans l'ombre du camion : il est passé. Un long coup de klaxon, grave. Un plus clair qui dure. Des phares découpent la silhouette du camion.

C'est ça : ce parfait crétin a doublé avec trois voitures venant d'en face à moins de 200 mètres de lui.

Le type derrière moi a ralenti : on a dû penser la même chose. Mon coeur bat fort dans ma poitrine. Quel connard. Mais quel connard ! Tout ça pour gagner 5 secondes dans sa vie de petite merde. J'ai envie d'ouvrir en grand, de le rattraper et de lui tataner sa caisse.

Oups ! Le camion a freiné à l'entrée du bled et pas moi, distrait. Je me rapproche dangereusement de son pare-choc. De toute façon, c'est là que je tourne. Je mets mon clignotant et vérifie avec soin mes rétros. Je m'arrête sur le parking et béquille, tremblant de rage. Putain, quel con !

Ptète que je vais venir en caisse, les jours de brouillard.

Plus d'infos sur les chroniques

Commentaires

XM

dimanche montée du col de l'oeillon avec de la neige au bord de la route, et une fois arrivé en haut de la neige sur la route et qui tombe sur le versant de la descente. le vrai motard ne renonce jamais (c'est à ça qu'on le reconnaît), donc 4 km de frein moteur sans pencher, sans freiner (sans mettre le pied par terre non plus, on a sa fierté quand même) entre 10 et 30 km/h. et du soleil une fois redescendu sous la limite pluie/neige. comme toi content d'avoir vécu ça pour pouvoir en parler (et p't'être recommencer dimanche prochain)

29-01-2019 07:34 
CLEW

Le plateau de Langres, quelle joie de le traverser en période hivernale... et encore tu as de la chance pas de neige !

Le brouillard ne glisse pas sur la visière car tu roules nettement moins vite que lorsqu'il pleut, la pluie commence à glisser aux environs des 70km/h, vitesse qui est peu appropriée au brouillard. C'est là que tu te rends vraiment compte que le brouillard c'est aussi de l'eau et parfois, lorsqu'il fait un peu frisquet, cette eau se transforme en glace sur la visière.

29-01-2019 10:25 
BIG83

... et dans le brouillard, tous les trouduc' sont gris

29-01-2019 10:28 
Manu5108

Un couple d'amis se sont tuer un jour de brouillard, le camion n'a pas vue le phare arriver et a couper la route de la moto.
20 et 22 piges c'est triste.
Comme une leçon, jamais en 2 roue les jours brumeux.

29-01-2019 12:19 
Bee Loo

Le brouillard sur la visière, ça ne me dérange pas. En revanche sur l'écran, c'est plus embêtant !

29-01-2019 12:25 
Manu5108

Plus léger "Nacht und Nebel" a moi le point Godwin

29-01-2019 12:27 
KPOK

Citation
Bee Loo
Le brouillard sur la visière, ça ne me dérange pas. En revanche sur l'écran, c'est plus embêtant !

Oui, je persiste à les utiliser comme synonymes.

29-01-2019 16:01 
l'haricot

"Mais quel connard ! Tout ça pour gagner 5 secondes dans sa vie de petite merde. "
(Marc Marquez, Sepang, 2015)...

30-01-2019 12:23 
fift

(Marc Marquez, Argentine, 2018)

30-01-2019 14:11 
josegomez

Comme vieux motard quand je lis un titre dans un pseudo article qui fait référence au passé et quand en plus la personne fait appel au cinema, je me dis qu'il y a des coups de pieds au cul qui se perdent.
L'article est mauvais,du pseudo sensation révisionniste d'un petit nazillon sur sa brêle , annonant sur le bitume.

18-02-2019 08:28 
CLEW

Citation
josegomez
Comme vieux motard quand je lis un titre dans un pseudo article qui fait référence au passé et quand en plus la personne fait appel au cinema, je me dis qu'il y a des coups de pieds au cul qui se perdent.
L'article est mauvais,du pseudo sensation révisionniste d'un petit nazillon sur sa brêle , annonant sur le bitume.

Premier message et déjà des insultes. Avant de regarder la paille dans l'oeil du voisin regarde la poutre dans le tien... (que c'est dur pour un athée comme moi de ressortir ce genre de phrase).

Le titre n'est peut être pas des plus judicieux mais les raccourcis faciles n'ont rien à lui envier sur ce point.

18-02-2019 11:39 
josegomez

Désole mais quand une partie de la famille Espagnole combattants contre le nazisme et autres dictateurs se sont battues en Europe et pour certains sont sortis par une cheminée, je ne peux laisser passer cela. Alors tu relis l'article et tu trouveras ce que j'ai voulu écrire. Sinon continue comme si de rien n'était, "la bête respire encore" et tu y contribue.

18-02-2019 12:16 
Berny

Citation
josegomez
Désole mais quand une partie de la famille Espagnole combattants contre le nazisme et autres dictateurs se sont battues en Europe et pour certains sont sortis par une cheminée, je ne peux laisser passer cela. Alors tu relis l'article et tu trouveras ce que j'ai voulu écrire. Sinon continue comme si de rien n'était, "la bête respire encore" et tu y contribue.

Bon mon p'tit gars, vas y met le texte (ou les mots) qui te fais bondir, parce que là franchement, soit tu as fumé, bon chacun fait ce qu'il veut, soit t'es bon pour un séjour dans un établissement spécialisé.
On parle deux-roues ici, relis la charte.
Charte
Ou clique sur aide.

18-02-2019 13:12 
CLEW

Marre de ces gens qui voient le mal partout...
Il n'y aucune référence historique, aucune stigmatisation de quiconque dans ce texte, pour autant certains s'arrogent le droit de juger.
J'avais averti David, des risques qu'il prenait en maintenant ce titre.

18-02-2019 14:39 
Le Modérateur

On est dans l'époque des interprétations faciles, des complots partout, des interprétations, mauvaises la plupart du temps... phénomène de mode...

Oui, il ne faut pas voir le mal partout effectivement, mais il ne faut pas renoncer et ne pas tomber dans le politiquement correct ou à force de vouloir plaire à tout le monde, sortir du contenu sans goût.

Le but d'un média est d'amener à réfléchir, à prendre du recul, à comprendre les degrés, à ne pas voir les complots partout, sans tuer au premier post pour ne pas se mettre au niveau de ce que l'on veut combattre !

Je suis un éternel optimiste peut-être, mais aller plus loin que juger sur un titre, un contenu sans rapport sourire

Et le jour où il faudra supprimer des écrits sous prétexte de déplaire ou de laisser supposer des choses qui risquent de déplaire, ce jour-là, ce sera un autre type de dictature.
On a crié au scandale des autodafés mais d'une manière ou d'une autre, on est en train d'y revenir d'une façon plus subtile et tout aussi dangereuse pour la démocratie.

Appel de phare

David

18-02-2019 14:48 
kikou 13

c'est marrant de constater qu'un truc "léger" attire en un rien de temps une odeur nauséabonde ...!!!

phénomène de société certainement ...????

18-02-2019 15:13 
Le Modérateur

Une question de lune peut-être ? pleine lune en ce moment, mais qui dure depuis quelques mois apparemment ! ange

18-02-2019 15:17 
fift

David ne me contredira pas, ça existe depuis que les forums existent : certains s'inscrivent dans le seul but de faire dérailler les conversations ...
Pendant un moment (il y a 3-4 ans peut-être ?), il y en avait qui faisaient systématiquement dévier les sujets du 'Brev vers des discussions politiques sur le thème "tous pourris" - même quelques fois sur des sujets qui à la base en étaient vraiment très éloignés.

18-02-2019 15:51 
CLEW

Salut,

C'est sûr qu'il y a des inscriptions qui sont faites uniquement dans le but de "troller" les sujets.
Il y a aussi, hélas, des gens qui ont une susceptibilité exacerbée surtout lorsque l'on joue avec les limites de la bienpensance germanopratine.
Sans se censurer, je pense qu'il vaut mieux tenter de limiter la casse en évitant de tendre le bâton pour se faire battre. On voit ici que l'emploi de certains mots ramène à une interprétation idéologique quand bien même ce n'est pas le cas.
Comme je l'ai écrit, j'avais averti David du risque de dérapage incontrôlé de ce sujet simplement à cause de son titre. Il y a au moins deux personnes qui ont été rattrapées par leurs démons. Avec, pour l'un d'entre eux, des propos insultants.

19-02-2019 10:10 
cajo

Tout à fait d'accord avec toi, CLEW.
clin d'oeil
De manière générale, les vives montées dans les tours jusqu'au rupteur sont pas utiles pour personne.

19-02-2019 11:47 
KPOK

Je ne sais pas de quoi vous parlez. Quelqu'un pour m'expliquer la référence ?

19-02-2019 15:14 
Peterpan

2 références :

[www.youtube.com]

[www.youtube.com]

Le titre m'avait un peu interloqué ...mais je ne vois rien dans la chronique qui puisse rappeler ces évènements ..; Faut faire gaffe à ce qu on dit maintenant ..y en a qui démarre au quart de tour !!! clin d'oeil

19-02-2019 17:10 
TOM

Citation
KPOK
Je ne sais pas de quoi vous parlez. Quelqu'un pour m'expliquer la référence ?

"Nacht und Nebel" (nuit et brouillard) c'était le nom de code des Allemand pour parler discrement de l'extermination et la disparition des preuves du massacre des juifs.

Evidement ici ça fait reference à une angoisse en mettant cette citation en parallèle mais on comprend bien qu'il n'y a aucun lien à part cette angoisse de l'obscurité.

Bientôt, il faudra enlever du dictionnaire les mots "Arabe, juif, jaune, blanc, noir, nuit, brouillard, noel, Paques, gilet jaune, policier, crs, national, Français, patriote, fumer, boire, bien manger, charcuterie, etc...." pour ne plus "heurter" certaines catégories de la population.

Vous avez remarqué comme on surveille tout ce qu'on dit entre potes maintenant dans la rue?

Et tout le monde a crié haut et fort "je suis Charlie" et ben qu'est ce que ce serait......!!!

Ca devient pénible la France

19-02-2019 18:04 
KPOK

Rien à voir, donc.

OK, merci.

19-02-2019 18:28 
cajo

En même temps, la période est particulièrement délicate ... les intolérances et les peurs de l'autre engendrent parfois de la haine qui peut s'exprimer de façon décomplexée.
Une crise économique, sociale et politique a vite fait de semer son poison et certains sont désignés comme les boucs émissaires responsables de ses propres difficultés.

Dans cette affaire, le politique comme le citoyen accoudé au zinc du café du commerce et le journaliste ''inconscient'', portent tous leur part de responsabilité.

Est-ce que les réseaux sociaux rendent possible tout ça ? Est-ce que les années décomplexées Sarko ont fait lever des tabous et les inhibitions qui contenaient tant bien que mal certaines tensions et ranc½urs ... ?

No sait ...
En tous cas si le titre rappelle une période sombre, je n'ai pas lu dans le texte quelque chose qui serait nauséabond.
Moi j'aime bien l'humour de KPOK !! clin d'oeil

19-02-2019 18:40 
L'iguane

Citation
TOM
Ca devient pénible la France

Si c'était que la France...
Il n'y a qu'à voir aux US les polémiques pour un mot, un geste, un déguisement...

19-02-2019 19:03 
Peterpan

"Rien à voir " aurait été un titre moins équivoque ! lol clin d'oeil

19-02-2019 19:05 
KPOK

Pour une fois que je fais simple : c'est la nuit, et ya du brouillard, donc : "nuit et brouillard", au pluriel parce que c'est récurrent.

Bah.

19-02-2019 20:00 
BIG83

Salut
J'avais effectivement seulement vu une route de nuit avec du brouillard...et non pas une référence aux camps...

... par contre "énième trouduc' en kaki" c'est clair.triste
V

19-02-2019 20:22 
Peterpan

On avait compris ... inutile de te justifier ..enfin tu pourras toujours utiliser cet argument au tribunal si jamais une plainte était déposée ! lol clin d'oeil

19-02-2019 20:26 
fift

Accessoirement, Nuit et brouillard est aussi (et surtout dans la mémoire collective) un documentaire réalisé par Alain Resnais.

Je cite Wikipédia :
Le film fait partie des contenus pédagogiques souvent diffusés aux élèves en classes de troisième, en France et dans les lycées français à l'étranger, pour illustrer le chapitre sur la Seconde Guerre mondiale et la déportation des juifs d'Europe6, car il s'agit d'un des rares films qui, de par sa sobriété, par la solidité historique de ses références et par la beauté plastique et formelle de ses images, aient fait l'unanimité dès leur sortie.


Bref, même si référence il y avait, elle serait loin d'être un appel au "réveil de la bête immonde" ...
(ou alors il faut ne pas citer Shoah, ne pas parler de Nuremberg, etc).

19-02-2019 20:50 
kikou 13

cajo ..... c'est la réaction au texte que j'ai trouvé nauséabonde ...!!!
faut tout lire avec attention ...!

19-02-2019 21:48 
CLEW

Citation
TOM
Citation
KPOK
Je ne sais pas de quoi vous parlez. Quelqu'un pour m'expliquer la référence ?

"Nacht und Nebel" (nuit et brouillard) c'était le nom de code des Allemand pour parler discrement de l'extermination et la disparition des preuves du massacre des juifs.

Rectification l'opération dite "Nacht und Nebel" est le nom de code faisant suite à des "directives sur la poursuite pour infractions contre le Reich ou contre les forces d’occupation dans les territoires occupés". Cette opération visait l'extermination de tous les opposants au régime hitlérien tant en Allemagne que dans les pays occupés par ses troupes. D'où l'intervention parlant des Espagnols. Fin de la leçon d'histoire ange

20-02-2019 09:17 
cajo

Citation
kikou 13
faut tout lire avec attention ...!

je te retourne le conseil ... d'autant que lorsque j'emploie moi aussi le mot "nauséabond", ce n'est pas en réaction (ni contradictoire d'ailleurs) avec ton intervention.

D'où mon étonnement de lire ton conseil dont le sens m'échappe, désolé pour l'appréciation.

clin d'oeil

20-02-2019 12:48 
CLEW

C'est aussi le titre d'une chanson de Jean Ferrat

21-02-2019 11:25 
cajo

Jean Ferrat

21-02-2019 11:56 
cajo

... sinon cette nuit gros brouillard par chez moi, genre le truc épais qui te trempe en 2mn, et qui colle en permanence à la visière

Bref tu vois rien ...
Dans ce cas, j'ai toujours beaucoup d'appréhension, rapport au petit feu rouge de la bécane que je trouve à cette occasion bien ridicule.

Quand je devine qu'une caisse me rejoins, c'est avec des petits coups sur le frein que j'augmente ma visibilité sur l'arrière.
Puis souvent je laisse doubler, pour suivre tranquillement ensuite celui qui me "pilote".

Le soucis en plus par ici, ce sont les sangliers qui traversent...
Tu me diras, avec le brouillard je les vois pô ! clin d'oeil

21-02-2019 12:05 
Peterpan

Pour en revenir au sujet : un brouillard à couper aux couteaux ( référence à la nuit des longs couteaux clin d'oeil ) reste aussi dangereux de nuit comme de jour … la nuit on verrait peut être mieux les feux rouges arrière ??! ..mais je me trompe peut être !!

21-02-2019 18:55 
L'iguane

A noter que dans le brouillard (de nuit), les bons vieux phares jaunes à la française avaient la faculté de percer le voile et de révéler les reliefs.
Avec nos phares blancs imposés au nom de la fameuse uniformisation européenne - quoique certains avaient déjà remplacé leurs ampoules jaunes par des blanches parce que ça faisait plus mieux - on se trouve face à un mur blanc impénétrable.

21-02-2019 21:12 
cajo

Mais au fait, y'a pas un géotrouvetout qu'a trouvé un bidule radar machin chose avec capteurs & vibreurs dans le slip pour pouvoir rouler à donf et sécure en toute circonstance ... notamment à travers les murs ?

En 83, pour moi c'était un camion, bon, j'allais un peu vite ... au bord des larmes

22-02-2019 07:08 
Manu5108

Cette nuit il faisait nuit et il y avait du brouillard, mais aucun Panzer...coïncidence?

25-02-2019 08:33 
Dany

Malgré tous les progrès techniques, il reste, à mon avis, deux "points noirs" dans la circulation automobile : le fameux brouillard dont on parle et les clignotants !...

Comment adapter un système qui déclencherait automatiquement les clignotants lorsque l'on s'apprête à tourner ? J'ai beau me creuser, mais je ne vois pas... (Je ne suis pas Einstein non plus).

Si cela était possible, je pense qu'on l'aurait déjà installé depuis longtemps...?

Quand à améliorer la visibilité dans le brouillard, il reste beaucoup de progrès à faire...

25-02-2019 12:11 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous