Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Hivernale impromptue

Bordel Climatique

"Réchauffement" est impropre : parlons plutôt de Bordel Climatique. J'ai démarré sous la pluie et me voilà dans une tempête de neige en plein mois d'octobre.

Kronik : Hivernale impromptue (c) pixellaphoto

Lundi matin. Il pleut. Six heures cinq. Je reste quelques instants à la fenêtre à regarder les auréoles dans les flaques orange et noires. La vitre irradie du froid. Lapin-Lap1 luit. Juste devant lui : ma caisse. Le Vrai Motard en moi renifle et le Caisseux capitule.

L'eau coule et tourne au café (l'Autre avait fait du vin : bah). Je m'habille doucement pour ne pas la réveiller : ardu avec les vêtements de pluie qui font un gros raffut de feuilles mortes mouillées dans le salon. Je n'allume pas. Je n'allume jamais : je trouve mes affaires au toucher. J'ouvre la porte : air plus froid ; la cage d'escalier bruisse de mon pantalon, de mon sac à dos qui frotte. En bas, j'enfile mon casque et ferme la visière.

Je suis dehors. Un petit vent. Tip-tip-tap : des gouttes sur le casque. Je traverse la rue. Je suis encore malhabile avec Lapin-Lap1. Je cherche le contacteur, comment attraper l'ouverture de selle, j'oublie de rabattre la latérale avant de lancer le moteur. Le mono s'éveille en donnant des petits coups dans le guidon. Je fais mon point fixe. Des perles d'eau roulent sur le compteur.

Pas un chat dans la rue. Doux sur les gaz. Rien ne presse : je suis en avance. Je vise entre les bandes blanches, j'évite les plaques d’égout. Il pleut peu ; je contiens la trouille. Je reste sagement derrière un bus : sur le sec, je l'aurais passé par la droite au feu vu qu'il tourne. J'enquille la longue montée vers Daix. C'est bientôt la campagne. Je prends la petite route défoncée. Attention à la priorité à droite où j'ai failli me bouffer une camionnette il y a quelques jours : ça m'apprendra à ne pas faire gaffe même à six heures du mat'.

Je chasse l'eau de la visière. Les pare-brise des voitures sont pleins de buées ce matin : ça doit cailler, mais la polaire et le cuir suffisent sous la veste de pluie ; je suis content de mon équipement. Ça doit même cailler sévère parce qu'il y a de la gelée blanche sur l'herbe au bord de la route. Gelée blanche. Pluie. Gelée blanche. Pluie. Pas possible que ça soit de la gelée blanche s'il pleut. Donc… il neige. Il neige ! Merde ! Il NEIGE ! Qu'est-ce que je fous à MOTO sous la NEIGE ?

Options : faire demi-tour ou continuer. Hmmm… Il est trop tard pour rentrer et prendre la bagnole. Tant pis : je continue. Il a fait trop chaud ces derniers jours pour que la neige tienne sur le bitume. Enfin… normalement.

Je sors du village avant la forêt. Les champs de part et d'autre de la route sont blancs. Les flocons mélangés à la pluie commencent à coller à la visière. Ils éclaboussent le phare. Peut-être que les gants d'été n'étaient pas une si bonne idée.

Je débouche sur le bas du plateau. Le vent s'invite : les flocons obliquent. Encore cinq kilomètres et je suis tiré d'affaire. J'essuie de plus en plus souvent la visière, pour finir par ne même plus reposer la main sur le guidon. Ils arrivent par gros paquets serrés. En face, les voitures roulent lentement, warnings allumés pour certaines : qu'est-ce que ça doit être là-haut ! Heureusement, il n'y a personne derrière moi : j'ai déjà assez des phares qui viennent d'en face, je me passe volontiers d'un ahuri pressé qui ne se serait rendu compte de rien.

J'accélère ou je ralentis ? Je ne sais pas d'où vient la tempête, si elle me suit ou si je me dirige vers elle. Au détour d'un virage, j'ai ma réponse : un camion se traîne en warnings à guère plus de 60 ; pas question de faire la tranche de jambon entre deux pare-chocs. Un petit bout droit et j'ouvre en grand pour dégager au plus vite. Peut-être retiendra-t-il assez la circulation pour que j'atteigne l'usine sans poursuivant.

Dans la forêt, le vent se calme. Les flocons m'arrivent dans la figure depuis un trou noir vingt mètres devant moi. Je me souviens de ce que mon père disait : qu'il ne faut pas se laisser hypnotiser par d'où ils semblent provenir. Une grosse langue de neige fondue glisse sur le compteur puis se détache pour s'écraser sur mon ventre. Avant-dernier virage à droite. Trois voitures en face m'éblouissent tardivement, le faisceau de leur phare masqué par la neige épaisse. L'un d'eux klaxonne, peut-être à mon intention.

Dernière ligne droite. Je sors de la forêt. Je me suis gouré tout à l'heure : la neige peut coller sur la route. Je coupe et me place dans la trace de droite, clignotant allumé. J'espère que j'ai pris assez d'avance sur mon camion d'arrière-garde. Je tâte doucement le guidon. Ça semble tenir. 40 à l'heure. J'entends le flotch-flotch des paquets de neige projetés dans le garde-boue avant. Connard de Vrai Motard. Je vais faire comment pour rentrer ce soir ?

J'arrive sur le parking de l'usine. Pas la peine d'y mettre une roue : tout est déjà blanc. Je me gare en vrac à côté de la cantine. Un gros plastron de neige me tombe du torse quand je quitte la selle. Les flocons s'entassent déjà dans les recoins. Il y en a trois centimètres au moins sur la haie.

Onze heures. Lapin-Lap1 est tout blanc. Ça roule au ralenti sur la nationale que je distingue à peine à travers le blizzard.

Midi. Il ne neige plus.

Treize heures : le soleil arrive.

Seize heures : plus un nuage dans le ciel, presque tout a fondu. La route fume et sèche.

Fin de l'hivernale impromptue.

Moto dans une hivernale impromptue

Plus d'infos sur les Kroniks

Commentaires

nanou17

Beau texte , chez nous 1cm de neige en dix ans , vient travailler ici et vend ta voiture , a bientôt

20-11-2018 08:56 
nanou17

le texte a été effacé , je précise chez nous ,c'est Charente Maritime , Pons en particulier

20-11-2018 08:57 
thom

Excellent, bien écrit.

Et on apprend que Lapin-Lap1 est un mono. Voilà qui pourrait faire progresser l'enquête.

20-11-2018 09:23 
...phobe

Mash 125 ???

rhoooo, il aurait pas osé, quand même... ???

20-11-2018 09:56 
fift

Citation
thom
Excellent, bien écrit.

Et on apprend que Lapin-Lap1 est un mono. Voilà qui pourrait faire progresser l'enquête.

Tiens, on est au moins deux à guetter les indices .
Je note aussi que la neige peut se détacher du compteur pour se déposer sur le ventre du conducteur. Me demande bien comment ça peut être possible ??
Et le petit mono envoie de discrètes vibrations dans le guidon. Du coup, je penche pour une moto plutôt qu'un scoot.

20-11-2018 10:15 
Peterpan

En recherchant sur le Repaire, ai trouvé un article qui pourrait t'intéresser ! clin d'oeil

[www.lerepairedesmotards.com]

20-11-2018 10:22 
roadsixsix

6 heures du mat , j'ai des frissons
je claque des dents et je mets les gaz
seul sur la route avec les yeux embués
c'est la panique, route enneigé
je perds la tète visière toute mouillée
c'est plein de neige et de bagnoles ivres
j'suis tout seul, tout seul, tout seul
pendant que la météo me désespère
je crois tenir une petite journée
poum poum fait le ptit mono
j'me gèle les mains pour ce boulot
je minimise, les arbres dansent
la solitude ça grise et ça commence
yeah, yeah, yeah, yeah,
font les flocons autour de moi

20-11-2018 10:43 
froggyfr99

Ca me rapelle des trucs: le repère ou ça sert plus à rien de faire demi-tour, le côté bonhomme de neige en arrivant.
Pis si t'as le malheur de te demander si ça glisse, tu perds toute confiance et tu recherches désespérément le 90 degré d'angle ... alors que ça glisse même pas.

20-11-2018 11:50 
cricridu34

Ai connu ça il y a quelques années avec le DL1000. La neige qui colle, le vent glaçant, la visibilité nulle, l'adhérence improbable... Mais j'étais bien équipé et pas eu trop froid. Content en arrivant à Rodez que ça se calme, parce j'étais encore loin d'arriver... à Nantes.

20-11-2018 11:53 
Bee Loo

T'as mis une majuscule à l'Autre, pas mal ! Mais essuyer une visière ça ne sert pas à grand chose. Enfin,je pense, car je n'en ai pas sur mon casque, j'ai un écran.

20-11-2018 13:48 
KPOK

Tu as raison. Mon intégral a un écran, pas une visière. Abus de langage.

20-11-2018 17:09 
Bee Loo

Mais lire tes chroniques est toujours un plaisir !

20-11-2018 17:11 
cajo

Chronique du quotidien, tellement identique à ce qu'on vit tous plus ou moins ...
Merci !! respect

20-11-2018 18:58 
Aristoto

Mash 250 ou toujours l'himalayan.

Toujours un plaisir de lire les tranches de vie de Kpok. Même sensations quand tu bois ton café le matin, en regardant les reflets de la pluie à 5 H 55 du mat par la vitre embuée. Pareil quand tu t'habilles ds le noir pour ne pas la réveiller.


Merci

20-11-2018 20:41 
Surfeur

BRAVO roadsixsix pour la reprise de Chagrin d'amour !!!!

21-11-2018 12:25 
steph06

ça me rappelle ce dernier mois de mai : entre 5 et 10cm de fraiche sur les plateaux au-dessus de St Étienne.

21-11-2018 12:28 
kasskou

Pour tous ceux qui cherchent lapin lap1, il y aurait un troll dans les z'humeurs.... Un scooter grandes roues?

26-11-2018 10:38 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous