english

Comment bien choisir son blouson moto

Guide d'achat explicatif pour bien choisir son blouson ou sa veste moto

Veste ou blouson ? Cuir ou textile voire mesh ? Modulaire ? Nos conseils pour trouver le bon blouson

Avec les gants certifiés CE et les casques homologués 22.05 et 22.06, le blouson de moto est sans doute l'équipement le plus plébiscité par les motards même s'il n'est pas - encore - imposé par la réglementation française.

Si le blouson est aujourd'hui un incontournable de la protection sur deux-roues ce n'est pas étonnant, car en cas d'accident corporel, un motard sur deux présente des lésions aux membres supérieurs. D'où l'importance d'être doté d'une veste suffisamment résistante et bien équipée en termes de protections (et pas uniquement dorsale) pour limiter l'importance des blessures.

L'offre de blousons et vestes a en plus tellement évolué ces dernières années, qu'il est désormais possible non seulement de rouler bien protégé avec toutes les protections incluses, mais en plus d'avoir le look en plus d'avoir le blouson adapté à l'utilisation que l'on en fait (ville, route, piste, tout-terrain) et à la météo (imperméable, respirant, chaud ou au contraire ventilé...).

Bref, vous l'aurez compris, il y a plein de critères pour bien choisir son blouson ou sa veste moto, du look (vintage, urbain), au confort en passant par les protections et le type d'utilisation. Et avec toutes les marques présentes historiquement sur le marché - Alpinestars, Bering, Furygan, Helstons, IXS, Rev'It, Segura, Spidi) - complétées par toutes les marques des distributeurs Dafy (All One), Louis (Vanucci) ou Motoblouz (DXR), il n'y a que l'embarras du choix et ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Alors pour ne pas vous tromper et vous aider à faire le bon choix, on vous guide depuis les normes à respecter jusqu'aux critères de choix à prendre en compte.

Bien choisir son blouson de moto
Bien choisir son blouson de moto

La norme EPI

Afin de déterminer le niveau de protection assuré par un blouson, on peut se fier à la norme européenne EN 13595 en vigueur qui certifie ces vêtements comme équipements de protection individuelle selon trois niveaux : le niveau urbain avec une protection minimale, le niveau 1 pour une utilisation routière et le niveau 2 pour une utilisation intensive. Pour obtenir cette certification, un blouson passe des tests d'abrasion, d'éclatement et de perforation sur 4 zones.

Mais cette norme étant un peu obscure dans sa notation, elle va être progressivement remplacée par la norme EN 10792 qui introduit de nouvelles méthodes de test plus en phase avec la réalité ainsi qu'un nouveau système de notation plus explicite AAA, AA, A, B et C, le triple A offrant la protection la plus élevée. Avec cette norme, un équipement obtient la note la plus basse parmi tous les tests passés. Autrement dit un blouson ayant AAA sur toutes les zones et tests, mais un A sur la résistance à la coupure sera ainsi certifié A uniquement.

L'étiquette du blouson mentionne obligatoirement le niveau d'homologation de celui-ci
L'étiquette du blouson mentionne obligatoirement le niveau d'homologation de celui-ci

Pour être sûr d'acheter un blouson protecteur, il suffit donc de se référer à son étiquette et de vérifier qu'elle présente bien l'icône EPI ainsi que le niveau d'homologation.

Et c'est important, car un blouson peut-être en cuir et très beau, mais avoir des coutures fragiles qui cèdent rapidement lors de l'abrasion, le rendant inefficace en termes de protection. C'est cela que la norme vérifie et garantit. La plupart des marques européennes y répondent, ce qui n'est pas le cas des blousons motos vendus sur des sites "pas cher".

Veste ou blouson

Avant d'aborder la question, il est important de rappeler la différence de taille entre les deux, littéralement. En effet, un blouson qualifie un habit court qui s'arrête le plus généralement au niveau de la taille. A l'inverse, la veste est plus longue et recouvre également les hanches, voire descend à mi-cuisse pour les plus longues.

Les blousons sont ainsi plutôt de type roadster ou sportif alors que les vestes sont plutôt touring, aventure ou urbaine.

Blouson ou veste ?
Blouson ou veste ?

Dans l'absolu, le choix dépendra beaucoup des goûts de chacun, même si généralement les blousons sont plus adaptés pour la mi-saison et l'été, tandis que les vestes sont davantage tournées vers les saisons plus froides puisqu'elles couvrent mieux. Cela n'est toutefois pas une règle absolue puisqu'il existe un grand nombre de vestes ventilées, par exemple dans le domaine du touring.

Il faut aussi prendre en compte l'utilisation que l'on fait de sa moto. Un blouson court et près du corps facilite les mouvements et est donc plus adapté à une conduite sportive. Mais une veste protégera mieux des intempéries. Maintenant, libre à chacun de se tourner vers le style qu'il affectionne le plus et avec lequel il se sent le plus à l'aise.

Les types de blousons : racing, roadster, vintage, urbain...

Il y a les blousons racing, en cuir ou textile, qui intègrent souvent des protections extérieures, voire une coque externe ou encore une bosse, permettant d'aller rouler sur circuit.

Plus polyvalent, on trouve ensuite le blouson roadster, en cuir ou textile, avec souvent plus d'aspects pratiques pour le quotidien. Parmi ceux-là, on trouve la version estivale en mesh, très ventilé, permettant d'aller rouler sous le cagnard mais sans fondre sous la chaleur.

Pour les grands voyageurs, on trouve le blouson touring ou la veste aventure, en textile, avec de nombreuses poches mais surtout une capacité à affronter tous les temps et toutes les saisons.

A l'opposé du grand voyageur, on trouve la veste urbaine, généralement en textile, souvent avec une capuche, qui ressemble à une veste de prêt à porter mais avec des protections météo supérieures mais aussi les protections en cas de chute.

Enfin, pour le style, on trouve les blousons rétro ou vintage, plus sobres que les blousons roadsters, avec une inspiration aux années 70.

Matériau : cuir ou textile

Historiquement, le blouson de moto est en cuir, qu'il soit en cuir de bovin, de vachette, de kangourou, pleine fleur ou non. C'est simple, à l'époque seule l'épaisseur et la qualité du cuir permettaient d'offrir suffisamment de résistance à l'abrasion pour apporter une réelle efficacité et protection en cas de chute à moto. Sauf que les temps ont bien changé et que la technologie a évolué au niveau des matériaux textiles qui se sont nettement renforcés avec le temps et sont aujourd'hui capables de rivaliser avec le cuir traditionnel à l'image du Kevlar, du Cordura ou encore de l'Armalith.

Le matériau de base de blouson ne permet donc plus forcément de savoir quel équipement protège le mieux. Du coup, il vaut mieux se reporter à la certification de la veste pour savoir celui qui protège le mieux. On peut en effet trouver des blousons textiles plus résistants que des cuirs d'entrée de gamme très fins. De même, il faut fuir les cuirs de prêt-à-porter, beaucoup trop fins et non prévus pour les chutes à moto (notamment pour leur absence totale de protections à tous les niveaux).

Cuir ou textile ? Les deux matériaux offrent aujourd'hui d'importants niveau de protection
Cuir ou textile ? Les deux matériaux offrent aujourd'hui d'importants niveau de protection

Pour faire son choix, ce sera donc avant tout une question de goût, de confort et de budget.

Le blouson textile est toujours plus léger qu'un cuir et mieux ventilé, du coup à la fois plus agréable par grosse chaleur et plus étanche en cas de pluie (sauf blouson mesh).

Les qualités de cuirsIl faut par ailleurs garder en mémoire que les modèles en cuir sont généralement plus lourds et surtout que le cuir est un matériau vivant qui nécessite un entretien régulier pour ne pas s'user. Il est également assez chaud, voire très chaud et nécessite un bon système d'aération pour être utilisé l'été. Enfin, un cuir n'est jamais vraiment imperméable et peut se gorger d'eau et mettre longtemps à sécher ensuite par rapport à une veste textile.

Enfin, on trouve désormais des blousons en cuir avec des zones de stretch offrant plus de flexibilité et de confort, parfois un peu moins cher car avec moins de cuir. C'est d'ailleurs un atout clef que l'on retrouve dans les combinaisons cuir désormais avec ces zones offrant plus de flexibilité dès le début d'utilisation de la combinaison et sans attendre qu'elle se fasse.

Le textile offre un avantage en termes de praticité, car pouvant être lavé en machine, ce qui n'est et ne sera JAMAIS le cas d'un cuir. On insiste : on ne met jamais un cuir en machine à laver ! (en réponse aux nombreux emails pour nous demander comment faire une fois le cuir passé en machine).

Doublure : fixe ou amovible

On distingue deux types de doublures : fixes et amovibles. La doublure fixe est généralement réalisée en coton ou en maille filet et peut également intégrer une membrane laminée entre le matériau extérieur et la doublure.

A l'inverse, les doublures amovibles peuvent se retirer grâce à un système de fermeture éclair ou de bouton pression. On retrouve ici les doublures thermiques pour se protéger face au froid et les membranes étanches/respirantes. Attention, les doublures thermiques ne sont parfois que des gilets et n'assurent donc pas d'isolation sur les bras.

On privilégiera les doublures thermiques amovibles qui permettent d'avoir un blouson utilisable aussi bien en mi-saison que l'été.

Membrane : étanche et respirante

La membrane est une couche de doublure qui permet d'assurer l'imperméabilité d'une veste au vent et à la pluie tout en laissant l'humidité du corps s'évacuer. On parle également d'insert étanche et respirant.

Attention : toutes les membranes ne se valent pas et n'ont donc pas les mêmes qualités. Selon les marques, les membranes sont plus ou moins respirantes et peuvent donc se révéler trop chaudes pour rouler par beau temps. Goretex est la plus connue, mais il y en a désormais de nombreuses équivalentes à défaut d'être identiques.

Sur cette veste, la membrane est laminée et donc non amovible
Sur cette veste, la membrane est laminée et donc non amovible

Si à leur début les membranes étaient le plus souvent ajoutées par le biais de doublures amovibles, elles sont aujourd'hui régulièrement intégrées de manière fixe et il n'est plus possible de les ôter systématiquement. Si l'on compte utiliser sa veste toute l'année, il vaut mieux vérifier ce point avant.

Enfin, n'importe quelle membrane trouvera sa limite en restant longtemps sous une pluie diluvienne. L'étanchéité pourra toujours être renforcée par une veste de pluie complémentaire, à glisser sous la selle, comme la nano vraiment très compacte.

Ventilation : les ouvertures zippées et le mesh

A l'inverse des modèles automne/hiver, les vestes et blousons de mi-saison et d'été peuvent être pourvus d'ouvertures zippées et étanches qui permettent d'assurer une meilleure circulation de l'air à l'intérieur. On trouve également des perforations sur les modèles en cuir pour assurer le même rôle, mais sans la possibilité de moduler sa ventilation.

Pour accentuer cette aération, les blousons sont le plus souvent secondés par une doublure en mailles. Certains équipements bénéficient même d'ouvertures dans le dos pour accélérer encore le rafraîchissement.

Les larges panneaux zippés permettent de maximiser la ventilation
Les larges panneaux zippés permettent de maximiser la ventilation

A contrario, pour des modèles hiver, certains fabricants ajoutent des manchettes élastiques au bout de la manche du blouson où l'on insère le pouce pour la tenir, permettant d'éviter que l'air ne rentre dans la manche.

Rabat intérieur

Un blouson qui ferme avec un zip, c'est bien. Mais l'air arrive toujours à s'infiltrer derrière le zip. Une bonne étanchéité et donc assurée par un rabat intérieur, plus ou moins grand, sur toute la hauteur de la veste, derrière le zip. Sa présence garantit de garder la chaleur l'hiver.

Le col

Il n'y a pas deux blousons fermant leur col de la même manière. Et surtout à moto, on a une double contrainte : ne pas laisser passer l'air et le froid au niveau du cou, grâce à un col très fermé, au risque d'être quasi étranglé ou trop serré et de le faire trop large, au risque de laisser le vent, le froid voire la pluie s'introduire par là. Autrement dit, il faut essayer avant. A ce niveau, les vestes textiles sont souvent plus souples et confortables que les cuirs plus rigides.

Et il y a certains blousons doublés par un col chemise, les rendant souvent plus agréable à porter.

Col de blouson avec bouton pression
Col de blouson avec bouton pression

Les manches et les réglages aux poignets

Il y a des blousons qui se règlent au niveau des manches/poignets et notamment des fermetures, avec un zip, parfois additionnés d'une patte de serrage avec un velcro ou avec un bouton pression, voire de deux pour régler la fermeture et laisser la liberté de mettre le gant à l'intérieur ou au contraire à l'extérieur. L'important, c'est qu'il n'y ait pas d'air qui rentre dans la manche et refroidisse ensuite toute le corps, notamment en hiver.

Fermeture manche avec zip et bouton pression
Fermeture manche avec zip et bouton pression

Modularité

Grâce à ces systèmes de ventilation, à ces doublures amovibles et à ces membranes, les blousons de moto peuvent offrir une grande modularité. On retrouve ainsi des modèles pouvant être utilisés sur deux saisons, voire même sur toute l'année pour les modèles touring les plus haut de gamme avec des modèles dits 4 saisons (Spidi Mission, veste Büse femme ...) qui intègrent en fait plusieurs couches modulables et indépendantes. C'est ainsi que l'on parle aussi de veste trois-en-un incluant alors en même temps un blouson été, une doublure coupe-vent softshell et une surveste étanche.

Sur certaines vestes "adventure" il y a même une poche pratique pour enlever et loger sa membrane dans le bas du dos. Un point important lorsque l'on part en roadtrip, que l'on roule en montagne l'été (baisse de la température en altitude) ou que l'on habite dans une région où les conditions météo sont changeantes.

Confort

Une fois ces éléments essentiels déterminés, on peut se pencher les éléments de confort : nombre de poches, de réglages, soufflets d'aisance, zones élastiques et finitions diverses...

Sur les modèles en cuir près du corps la question se pose peu, même si de plus en plus de modèles cuir intègrent désormais des zones élastiques offrant plus de souplesse et de liberté pour bouger facilement sur la moto.

C'est aussi le but du zip d'aisance sur le côté qui permet d'avoir plus de mobilité en position de conduite.

Pour les équipements textiles, on regardera le nombre de soufflets d'aisance, voire le nombre d'ouvertures possibles et autres zips de ventilation offrant un vrai confort par forte chaleur. Enfin, la présence de pattes de serrage à la taille et sur les bras se révèle efficace pour éviter notamment les battements du manteau avec le vent ou la vitesse. A ce niveau, il y a des systèmes de scratch ou de boutons pressions, le velcro offrant plus de possibilités mais tenant moins facilement.

Les sangles de réglage permettent d'éviter les flottements
Les sangles de réglage permettent d'éviter les flottements

On notera aussi la présence ou non de fermeture au niveau du col et surtout son type et son serrage. Sur certains blousons, je suis étranglé si je ferme le bouton pression, alors qu'il doit permettre de respirer librement tout en limitant les entrées d'air notamment l'hiver pour avoir du froid qui rentre sous le blouson.

Rangement et aspects pratiques : nombre de poches internes/externes

Pour ce qui est du rangement, posez-vous la question : deux poches latérales seront-elles suffisantes ? Ou ai-je vraiment besoin de ces six poches frontales ? Si vous êtes amenés à prendre l'autoroute à moto (ça arrive), les petites poches présentes sur l'avant-bras peuvent par exemple se montrer très pratiques pour ranger son ticket et sa carte bleue.

Il y a souvent des poches intérieures, mais sont-elles imperméables ? Et oui certains blousons ont des poches qui se révèlent non imperméables et c'est comme cela qu'un de mes vieux smartphones est mort, noyé après une pluie abondante.

Certains fabricants ont également développé des astuces, pour faire passer un fil d'écouteur à l'intérieur du blouson, ou une place dans le dos pour un sac d'hydratation type camel bag.

D'autres intègrent un zip à l'arrière du col renfermant une capuche, pratique pour se protéger une fois le casque retiré.

Les Zip

Cela peut paraître un détail, mais ne l'est pas dans la vie courante : le zip et sa fermeture éclair. Il y a des zip courts, qui se révèlent impossible à utiliser avec les gants. Et la veste ne se ferme alors facilement que sans les gants. Hors, il est fréquent de modifier l'ouverture et notamment la fermeture jusqu'au col en roulant, surtout quand la température baisse ou au contraire augmente.

Dans le cas d'une veste, qui descend bas, on apprécie le zip central réversible, autrement dit, un zip qui permet d'ouvrir la veste à partir du bas. Ainsi la veste est sensiblement ouverte en bas et/ou en haut, mais bien fermée au centre. Hors la majorité des zip sont fixes en bas et on a tendance avec une veste longue à forcer sur cette fermeture fixe du bas, en fonction du type de moto. Pour repérer ces zip réversible, c'est simple, il y en a deux et non pas un seul. Un qui permet d'ouvrir en bas et l'autre en haut, les deux se suivant ou non.

Attention : un zip ou un bouton métallique en bas de blouson peut abîmer la peinture du réservoir de la moto, surtout dans le cas d'une sportive où on est plus penché vers l'avant.

Liaison veste-pantalon et bas du dos protégé

Enfin, il ne faut pas négliger les éléments au bas de la veste qui permettent d'empêcher cette dernière de remonter, soit pour ne pas se retrouver le dos à l'air en position de conduite (et être gelé en mi-saison), soit pour éviter que le blouson remonte en cas de chute. Pour cela il existe deux possibilités. La première, la plus sûre, est la fermeture éclair faisant le tour de la veste qui permet de se raccorder avec un pantalon compatible (souvent chez le même fabricant; et attention, les fermetures sont rarement voire jamais compatibles d'une marque à l'autre).

Mais il existe aussi une solution intermédiaire plus simple avec de petites boucles de raccordement à pressions qui se glissent dans un des passants du pantalon pour éviter les remontées. En cas de chute, ce système reste cependant peu efficace, la pression de détachant facilement dans la majorité des cas.

Il ne faut pas oublier les plus petits détails, comme un système de liaison entre le blouson et la pantalon
Il ne faut pas oublier les plus petits détails, comme un système de liaison entre le blouson et la pantalon

Protections : dos, coudes, épaules...

On a déjà abordé la norme d'homologation du blouson, mais en dehors des modèles classés B, les autres EPI de classe A à AAA sont forcément dotés de coques de protection homologuées aux coudes et aux épaules. Là encore, les coques sont notées selon deux niveaux 1 et 2 offrant plus ou moins de protection.

Les coques sont cependant toujours amovibles et parfois même réglables au niveau des coudes. Généralement les fabricants dotent leurs équipements de protections de niveau 1 et proposent le niveau 2 en accessoire, sauf sur les modèles les plus haut de gamme.

Vestes et blousons sont le plus souvents pourvus de protections de niveau 1
Vestes et blousons sont le plus souvents pourvus de protections de niveau 1

De même, si la quasi-totalité des vestes dispose d'une poche pour loger une protection dorsale de la même marque (ou une fixation à pression comme chez Alpinestars), la plupart des blousons sont vendus sans ou alors avec un modèle de base minimal vraiment peu protecteur. Il est d'ailleurs recommandé d'opter pour une protection indépendante de niveau 2 qui couvrira le dos dans son intégralité, des cervicales jusqu'au coccyx.

La poche dans le dos pour glisser une dorsale
La poche dans le dos pour glisser une dorsale

Enfin, les protections ont beaucoup évolué ces dernières années. On est passé de protections dures et inconfortables, à des protections plus souples tout en apportant le même niveau de protection, comme les protect Flex de Bering ou encore les Rev'it. Il faut également qu'elles soient bien positionnées et idéalement réglables en fonction de la morphologie, notamment au niveau des coudes. Il y a désormais des systèmes de poches et de velcro pour bien les positionner.

Parce que ce n'est pas parce que les protections font souffrir qu'on est mieux protégé.

Airbag ou pas ?

Depuis quelques années, les airbags moto se sont développés, mais faut-il un blouson particulier pour mettre un airbag ? Dans le cas d'un gilet, qu'il soit à déclenchement mécanique ou électronique, non si celui-ci se porte à l'extérieur.

En revanche, il existe des airbags qui se portent sous le blouson, comme le In&Motion, le Dainese D-Air ou encore l'Alpinestars Tech Air 5. Là il faut suivre les recommandations du fabricant et souvent prévoir un blouson plus grand afin de laisser de la place à l'airbag en cas de gonflage.

On trouve aussi des blousons avec des airbags intégrés à la veste, c'est le cas chez Dainese, RST ou encore Helite. Ce dispositif permet de s'assurer une parfaite compatibilité du blouson et de l'airbag, mais empêche aussi d'utiliser son gilet sur un autre modèle.

Il existe des blousons avec airbag intégré, comme le Dainese Misano D|air
Il existe des blousons avec airbag intégré, comme le Dainese Misano D|air

Taille

Normalement, on mesure son tour de poitrine pour choisir sa taille et chaque fabricant propose sa grille spécifique, avec des tailles sensiblement différentes entre tailles françaises, italiennes, européennes, américaines. Mais globalement, les tailles sont assez homogènes d'une marque à l'autre, pour le M et le L. Les extrêmes sont par contre souvent différent aussi bien du côté petite taille que très grande taille. On notera que les Italiens ont toujours tendance à tailler petit par rapport à d'autres marques.

A noter qu'un blouson en cuir a tendance à se détendre dans le temps, ce qui n'est pas le cas d'un blouson textile. Il vaut donc mieux choisir un blouson en cuir qui serre au départ, par rapport à un modèle textile.

Il faut surtout tenir compte du fait de vouloir mettre une vraie dorsale sous le blouson voire un gilet airbag avec alors parfois l'obligation de prendre une taille supérieure. Il faut toutefois faire attention à ce que le blouson ne soit pas trop grand afin de ne pas flotter au vent.

Exemples de tailles en fonction du tour de poitrine et de taille

XS S M L XL 2XL 3XL 4XL
Tour de poitrine en cm 88 92 96 100 106 112 118 124
Tour de taille en cm 75 79 83 87 93 99 105 111

Au-delà de la taille du blouson, les longueurs de manche ne sont pas toujours indiquées. Idéalement, il faut d'ailleurs essayer le blouson, installé sur sa moto. Car en fonction de la position, le blouson peut remonter dans le dos sans oublier les manches se tirer vers l'arrière, n'assurant plus la jonction avec les gants et laissant rentrer le vent.

Essayer le blouson sur la moto
Essayer le blouson sur la moto

Astuces

Les fabricants multiplient les astuces désormais pour se démarquer, comme Tucano Urbano pour l'urbain avec la possibilité de sortir des inserts réfléchissants escamotables pour être mieux vu de nuit.

Budget

C'est bien beau, mais combien ça coûte tout çà ? Forcément les tarifs sont très, très variables selon les modèles, les fabricants et les fonctionnalités.

Longtemps, les vestes textiles étaient plus abordables que les cuirs. C'est toujours vrai puisque l'entrée de gamme du textile se situe aujourd'hui aux alentours de 70 euros chez les distributeurs et marques propres comme Dafy (blouson All One Sun Mesh PC) ou Motoblouz (Veste DXR Weekly) quand celle du cuir est plus à 150 € (blouson DMP Marilyn PC ou blouson DXR Alonsa) avec du choix plus important à partir de 200 euros.

A contrario, sur le haut de gamme, le rapport s'est totalement inversé puisque là où un cuir atteindra 800 euros, on peut trouver des vestes de touring ultra haut de gamme à près de 1.400 euros comme la gamme Explorer avec la veste touring Antartica Gore-Tex Dainese, à laquelle il faut ajouter alors le pantalon associé faisant grimper l'addition à 2.200 euros.

Pour ce qui est des modèles avec airbag intégré, les prix varient de 400 à 1.200 euros selon les marques.

Plus d'infos sur les vestes et blousons de moto

Commentaires

Poil666

Question taille : c'est tellement variable d'une marque à l'autre que c'en est ridicule, enfin au moins sur les grandes tailles. Me concernant, ce qui me va varie du 3XL (Bering) au 6XL (IXS).
Et pourtant, IXS, ce sont des allemands qui ont, dans le textile courant, plus souvent des gammes de grandes tailles et devraient donc être plus "carrés" sur le sujet.
(Ma taille de veste de costume, c'est 64, histoire de fixer les idées).

07-04-2021 08:20 
pretexte

Pas faux! Pour moi M ou L. Et quand on regarde sur des sites de ventes en lignes dans leurs abaques la taille à prendre en fonction des mesures faites sur soi, il y a de quoi rire. Par exemple sur motoblouz il me faudrait du XL... Heureusement le retour est gratuit!

07-04-2021 09:54 
lokri

cela renforce la quasi obligation d'aller essayer en magasin dans l'absolu (même si je l'accorde c'est pas toujours faisable)

07-04-2021 10:50 
AnKoR

1) la résistance à l'abrasion, comme la durabilité, dépend des coutures. Donc les blousons à 30¤ sur amazon on oublie.
Par contre cela ne doit pas vous empêcher d'aller vers des marques moins connues en France comme RST, Clover, Vfluo, etc

2) un grand nombre de protections sont de forme identique donc on peut en changer pour des niveaux 2, plus souples, plus aérées, achetées au détail (Revit, Bering, etc). Cela ne se limite pas qu'à la dorsale.

3) pour l'étanchéité, c'est le plus compliqué pour rester au sec au-delà de 2h => le plus cher. La meilleure solution est une combi étanche par-dessus voir en appoint la même chose sur mains et pieds (tucano urbano en fait par exemple)

4) si vous mettez 4 chiffres, je vous invite à jeter un ½il à la garantie ou aux réparations possibles par SAV pour ne pas avoir de surprise. Si dans 2ans + 1j vous avez une couture qui se relâche et l'eau qui passe, les 4 chiffres investis vont vous rester en travers de la gorge malgré un sauvetage possible au Seam Grip.
Ma bagagerie prend aussi cette donnée en critère de choix.

5) si vous utilisez votre blouson en hiver, on essaie avec un gros pull ; (sur)pantalon avec son jean épais et sa ceinture ; gants hiver avec sous-gants ; etc.
En confort/poids, s'assoir sur une moto est souvent oublié alors que ça réserve parfois de bonnes comme de mauvaises surprises.

07-04-2021 11:32 
AnKoR

6) les nouvelles collections sont à la nouvelle norme mais rarement les anciennes. Pour connaître la résistance à l'abrasion du tissu sur l'ancienne, on peut regarder sur un autre modèle à la nouvelle norme.

07-04-2021 11:44 
fgismo

Le blouson idéal: tout sauf noir. Putain de gilet jaune pour être vu, et je me suis habitué à cette daube, sauf avec la combine heureusement.

08-04-2021 18:24 
aximum

J'ai un blouson clair pour l'été c'est pénible à nettoyer

09-04-2021 08:10 
AnKoR

En ôtant bien sûr les protections, la mienne passe à la machine à laver + sèche-linge doux. Je ne dois pas avoir le seul fabricant à mettre cette méthode de lavage.
J'ai prix un gris clair pour l'été et il fonce au fur et à mesure 'selon la qualité de l'air' donc esthétiquement ça tient bien mais une seule balade de printemps pleine de moustiques et tu laves en rentrant quelque soit la couleur.

09-04-2021 09:47 
aximum

Je me contente d'un coup de brosse sur le noir c'est moins pénible. J'ai personnellement un ratio nettoyage / km parcourus très faible.

09-04-2021 10:27 
kick47

Moi c'est full cuir à ma taille évidemment et j'attache de l'importance au look et aux couleurs ...

09-04-2021 20:07 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous