english

Test jeu vidéo moto : MXGP 2021

Le cross patine dans ses travers

Le jeu vidéo officiel du Championnat du Monde de Motocross sur PS5, PS4, Xbox Series X|S, Xbox One et PC

Depuis maintenant près d'une décennie, Milestone est devenu le studio le plus prolifique en matière de jeux de courses motos, exploitant notamment les licences des championnats du Monde de Grands Prix, de Motocross et de Supercross. Comme chaque année, le développeur revient avec un nouvel épisode de sa série MXGP.

Fort du succès de MXGP 2019, Milestone n'avait pris aucun risque pour MXGP 2020 et nous avait servi un épisode très proche de son prédécesseur. On ne change pas une équipe qui gagne. MXGP 2021 parvient-il à faire redécoller une série qui avance sur un filet de gaz ou le jeu vidéo est-il arrivé à ce que l'on peut faire de mieux actuellement ? C'est ce que l'on va voir avec l'essai complet du jeu vidéo sur PC.

Le test de MXGP 2021 sur PC
Le test de MXGP 2021 sur PC

Gameplay

Dès que l'on prend la manette, la sensation revient vite. Les habitués des jeux MXGP ne seront pas déstabilisés par ce nouvel opus dont la jouabilité reste identique à celle vue sur les précédents épisodes.

Pas surprise au niveau de la prise en main qui demeure similaire à celle des derniers opus
Pas surprise au niveau de la prise en main qui demeure similaire à celle des derniers opus

Le titre bénéficie donc toujours d'une bonne prise en main avec une moto qui répond plutôt bien aux sollicitations du joystick gauche, un accélérateur parfaitement dosable et un freinage qui demande un peu de précision. Il faut également toujours composer avec la répartition du poids du pilote via le joystick droit pour aborder au mieux les sauts, réceptions et virages.

MXGP présente un pilotage satisfaisant dans l'ensemble
MXGP présente un pilotage satisfaisant dans l'ensemble

Bien sûr, MXGP 2021 propose toujours une multitude de réglages et d'assistances pour ajuster le niveau d'exigence du jeu à celui du joueur. Si les débutants peuvent profiter d'un freinage couplé, d'une répartition du poids automatisé, d'une fonction rewind, d'un changement automatique des rapports ou encore d'une physique plus permissive, c'est bien en passant tous les curseurs en manuel que l'on obtient le challenge le plus relevé. Dans ce cas, les erreurs se paient souvent cash avec des chutes à la clé.

Il est possible d'ajuster les assistances en fonciton de son niveau
Il est possible d'ajuster les assistances en fonciton de son niveau

Mais on note toujours des réactions étranges des motocross sur certaines portions de circuit ou lors de collisions, la moto se mettant alors à guidonner de manière impressionnante, mais évitant parfois des crashs en faisant fi des bases des lois de la physique. Les scrubs, technique qui consiste à incliner sa moto sur un saut pour prendre moins de hauteur et atterrir plus vite, sont toujours aussi compliqués à rentrer et leur avantage n'est pas si évident. Le bénéfice/risque n'est clairement pas en faveur de leur utilisation.

Enfin, pas de révolution au niveau de l'intelligence artificielle. Très accessible dans les niveaux inférieurs, les choses se corsent dès que l'on accède aux plus hautes difficultés, notamment parce que l'on n'est plus à l'abri de se faire percuter par ses concurrents de manière assez aléatoire.

Dès que le monte le niveau de difficulté, l'IA montre ses limites
Dès que le monte le niveau de difficulté, l'IA montre ses limites

Les différences de comportement des motos se ressentent fortement d'une classe à l'autre. Ainsi plus on monte en cylindrée, plus il faut faire preuve de précision. Le terrain revêt lui aussi son importance puisque l'adhérence diffère selon la nature du sol (terre ou sable) et les conditions climatiques. Autant le dire tout de suite, mieux vaut accélérer avec doigté dans la boue pour éviter de patiner laborieusement.

Graphismes

Testé sur PC, MXGP 2021 se montre une nouvelle fois plutôt bien optimisé et assez fluide, en dehors des phases de départ où tous les pilotes sont affichés à l'écran. Notre configuration s'est légèrement musclée par rapport aux essais des précédents opus avec l'utilisation d'une carte graphique de dernière génération et une mémoire vive plus rapide. L'apport semble cependant négligeable puisque le niveau de performances n'est pas beaucoup plus élevé. En QHD (1440P), avec tous les paramètres graphiques à fond, le jeu tourne ainsi aux alentours des 110 images par secondes avec des écarts allant de 85 fps sur les départs à 140 fps (limite de rafraîchissement de notre écran pour ce test) lorsque l'on est seul en piste.

MXGP est fluide avec une bonne impression de vitesse, notamment en vue du casque
MXGP est fluide avec une bonne impression de vitesse, notamment en vue du casque

Si ce n'est pas la révolution sur le plan graphique, le jeu vidéo a tout de même progressé avec des textures plus fines, une colorimétrie plus chatoyante et des effets de lumières mieux rendus (pas de gestion du RTX en revanche). Avec les effets de flou, les sensations de vitesse et de chocs sont très bien retranscrites. La modélisation des motos et des pilotes, ainsi que les animations de ces derniers sont toujours de très bonne facture. Les circuits, dont la piste continue de se détériorer visuellement à chaque passage, sont également plus vivants avec des décors et spectateurs plus nombreux, à l'image de ce que l'on avait pu voir sur l'opus 2020.

L'ensemble est assez réussi visuellement, même si l'on reste très proche de MXGP 2020
L'ensemble est assez réussi visuellement, même si l'on reste très proche de MXGP 2020

On regrette toujours le manque de cinématiques autour des courses. En dehors d'une vidéo avant le départ, il n'y a absolument rien en ce qui concerne les podiums par exemple. Réalisez une double victoire et vous ne verrez qu'un simple écran avec votre pilote portant la plaque du vainqueur. De même, toujours pas de vue du stand au programme comme ce fut le cas au début de la licence et comme c'est proposé sur les jeux MotoGP.

Voilà le seul écran auquel vous aurez droit en remportant une double victoire
Voilà le seul écran auquel vous aurez droit en remportant une double victoire

L'interface dans les menus a été épurée au maximum. Un peu trop peut-être, à la limite de l'austère, certaines lignes de sélection des pilotes ou des circuits n'étant par exemple représentés que par une icône sans texte accompagnant celle-ci. Oui, on pinaille un peu, car l'ensemble reste très lisible et on s'y retrouve facilement.

Modes de jeu

Là, Milestone nous sert le strict minimum. On prend les mêmes et on recommence. On retrouve donc les quatre modes habituels du titre avec des épreuves contre-la-montre, des courses simples, des championnats et le mode carrière.

Ce dernier ne révolutionne pas le genre. On crée son pilote, on signe dans une écurie ou avec un sponsor, puis on enchaîne les courses. Voilà à peu de chose près la marche à suivre. L'intérêt se limite donc rapidement à l'enchaînement d'épreuves permettant de gravir les échelons pour débloquer de nouvelles écuries et gagner des crédits pour améliorer sa monture et compléter sa garde-robe. Par contre (et heureusement), il n'est maintenant plus possible de changer de team à n'importe quel moment de la saison, mais uniquement durant les périodes de transferts.

Le mode carrière demeure extrêmement classique
Le mode carrière demeure extrêmement classique

Le Playground, un terrain de jeu ouvert où l'on peut rouler librement avec sa moto, participer à des courses ou encore créer ses propres points de passages (waypoint) et affronter les chronos des autres joueurs, est de retour. Comme chaque année, l'univers change puisqu'après le fjord norvégien de 2020, c'est désormais au Pays de Galles que l'on a rendez-vous. Le décor est à nos yeux un peu moins convaincant et enchanteur que le précédent. L'intérêt est surtout de parcourir cette zone avec ses amis, ces derniers devant être connectés à internet et disposer du jeu puisque le multijoueur en local n'est toujours pas de la partie.

Le Playground pose ses roues au Pays de Galles pour ce millésime 2021
Le Playground pose ses roues au Pays de Galles pour ce millésime 2021

Le multijoueur justement est donc exclusivement en ligne. Pas de changement par rapport à l'année dernière où Milestone avait mis en place des serveurs dédiés pour plus de stabilité. Le support reste le même et on se contente de modes classiques.

Contenu

Question contenu, on est servi, même s'il n'y a pas de grande surprise. On retrouve peu ou prou la même chose que l'an dernier, avec avant toute chose l'ensemble des pilotes et teams officiels de MXGP et MX2, les 125 2-temps ainsi que tous les tracés officiels de la saison 2021, plus quatre pistes historiques et le playground.

Romain Febvre et tous les pilotes du MXGP sont bien présents
Romain Febvre et tous les pilotes du MXGP sont bien présents

Mais il est possible d'augmenter ce nombre de circuits grâce à l'éditeur de piste. Disponible depuis plusieurs années pour Monster Energy Supercross, l'éditeur l'avait intégré à MXGP en 2019. Il revient cette fois dans une forme un peu plus complète en conservant les terrains prémodelés. On retrouve plus d'environnements, de la forêt au désert, avec leur propre élévation, mais il n'est toujours pas possible de modifier soi-même la topographie. Il convient ensuite d'installer des modules tout prêts pour former son circuit et pouvoir y rouler.

L'éditeur de circuit propose plus de variété dans les environnement
L'éditeur de circuit propose plus de variété dans les environnement

On regrette que l'habillage de la piste soit toujours aussi simple puisqu'en dehors des piquets délimitant les bords de piste et de la ligne d'arrivée, rien ne vient égayer les tracés créés par les utilisateurs. Les modules de créations présentent également une largeur constante, très large et on regrette de ne pas pouvoir installer des portions plus fines où il faudrait davantage jouer des coudes. L'outil reste malgré tout très facile d'accès et offre une longévité supplémentaire puisqu'il est toujours possible de récupérer les tracés imaginés par les autres joueurs.

Faciles à créer, les pistes manquent encore d'un peu d'habillage
Faciles à créer, les pistes manquent encore d'un peu d'habillage

Enfin, on peut toujours compter sur une vaste personnalisation, tant pour les équipements du pilote que pour le style et les pièces de sa moto. On va se répéter, mais le catalogue ici proposé reste en grande partie similaire à celui des précédentes versions.

La personnalisation est toujours de la partie, pour le pilote comme pour la moto
La personnalisation est toujours de la partie, pour le pilote comme pour la moto

Conclusion

MXGP 2021 poursuit sur la lancée de ses prédécesseurs en proposant un jeu de motocross complet qui se montre relativement accessible via ses assistances, mais aussi exigeants pour les plus expérimentés. Joli dans l'ensemble et offrant une bonne immersion, le jeu vidéo pèche juste par son manque de nouveauté vis-à-vis de MXGP 2020. L'intérêt pour ceux qui possèdent le précédent opus est discutable, en revanche les fans de MX qui n'ont jamais joué à la licence ou pas depuis longtemps peuvent foncer dessus.

MXGP 2021 conserve de solides bases, mais se démarque trop peu de son prédécesseur
MXGP 2021 conserve de solides bases, mais se démarque trop peu de son prédécesseur

Points forts

  • Gameplay
  • Graphismes
  • Licences officielles
  • Création de circuits

Points faibles

  • Manque d'évolutions par rapport à MXGP 2020
  • Toujours pas de multijoueur local

Configuration requise pour PC

Configuration Minimale Requise Pour le test
Système d'exploitation Windows 10 Windows 10 Windows 10 64 bits
Processeur Intel Core i5-4590 Intel Core i7-6700 / AMD Ryzen 5 3600 AMD Ryzen 5 2600
Mémoire vive 8 GB 16 GB 64 GB
Carte graphique NVIDIA GeForce GTX 660 NVIDIA GeForce GTX 1060 | AMD Radeon RX 580 NVIDIA GeForce RTX 3070 Ti
DirectX 11 11 11
Espace disque 15 GB 15 GB 15 GB

Disponibilités / Prix

  • Plateformes : PS4, PS5, XBox Series X/S, Xbox One, PC
  • Prix : 49,99 euros sur PC, 59,99 euros sur consoles

Plus d'infos sur les jeux vidéos moto

24h