Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

On vous donne les clés de la Honda CBR

Des sportives à l'aérodynamisme soigné

Les Honda CBR connaissent un succès indéniable depuis leurs débuts sur la route, à la fin des années 1980. Stables, enthousiasmantes et généreuses, ces motos viennent sublimer l'art de l'aérodynamisme et ont su intégrer les innovations technologiques au fil du temps, pour se transformer sans pour autant trahir leurs idéaux initiaux : bouleverser les codes sportifs des deux-roues. Rétrospective.

1987 : débuts puissants de trois ouragans

Dans les années 1980, Honda lance la saga de la CBR en tablant sur plusieurs clientèles. Au-delà des petites cylindrées, qui feront également la légende de la saga, les modèles 600, 750 et 1000 F, classés dans la catégorie « Hurricane » du constructeurs, voient le jour.

Pour ces trois modèles, le carénage recouvre le châssis et le moteur. Question d’aérodynamisme. Le moteur en ligne vient les propulser avec une puissance indéniable. La puissance mesurée à la roue arrière s’évalue à 74 ch à 10.800 tr/min pour le CBR 600 F contre 77 ch à 9.500 tr/min pour le 748 cm3 suivant cette même méthode. Le 1000 F, de 998 cm3, délivre 132 ch à 9.500 tr/min, à titre de comparaison.

Honda CBR 1000F millésime 1987

Le modèle 600, d’une cylindrée de 598 cm3, offre une belle stabilité et une belle agilité pour l’époque. Côté freinage, un trio de disques vient assurer la décélération. De même, le poids plume du CBR 600 F face à la concurrence offre une alternative alléchante aux motards sur ce segment. Le modèle 1000 offre des atouts de sportive non négligeables et une position de conduite plus confortable.

Il faut dire que ce dernier doit être impeccable : d’un côté, Honda veut vendre de nombreux modèles, de l’autre, la concurrence se fait rude avec la Suzuki GSX-R ou encore la Yamaha FZR 1000, un cran au-dessus sur la performance pure. Mais qu’à cela ne tienne, ce modèle n’entre pas en concurrence avec la philosophie de la moto. L’accent est mis, à la sortie du modèle, sur la gestion de la traînée aérodynamique. Le modèle 750 est assez similaire au 1000, mais il s’inspire également de la Honda VFR 750.

L'innovation se matérialise sur la fourche et les freins. L’année suivant sa première apparition, l’esthétique du 750 s’inspire, voire imite, celle de la 1000. Dans l’ensemble, la moto est appréciée de par sa polyvalence. Comme pour le modèle 600, celui-ci pèse moins de 200 kg à sec contre 232 kg à sec pour le 1000.

La durée de vie du 750 sera courte, le modèle étant remplacé brièvement par la version RR Fireblade en 1990 avant de s’éclipser. Les CBR ne sont toutefois pas abandonnés, les cylindrées 600 F et 1000 F continuant sans interruption jusqu’en 1997 pour le 1000, en 2006 pour le 600. Ce dernier reprendra toutefois de plus belle dès 2011.

1991 : la CBR 600 F entre dans sa deuxième génération

La première version du CBR 600 F, la fameuse Hurricane, est un succès indéniable. Lorsque le constructeur Honda vient réactualiser le modèle en 1991 pour créer le F2, la philosophie est conservée, voire améliorée. Les pics de performance, accélérations, conforts et tenues de route sont quatre aspects soignés, si bien que les standards des sportives se redessinent.

Equilibrée, la moto de 598 cm3 fait mouche, la presse spécialisée saluant les efforts des ingénieurs nippons. Les victoires de comparatifs se succèdent, de même que celles de compétition. Toutes les courses du calendrier de la saison 1991 de Supersport 600 sont siennes. Un cadre plus affiné et un moteur amélioré font réaliser un pas en avant à la machine.

Honda CBR 600 F2 millésime 1992

L’année 1992 marque l’arrivée du premier modèle 900, le Honda CBR 900 RR Fireblade. Le look gagne en agressivité, la patte sportive s’affirme encore. Les 893 cm3 sont suffisants pour propulser l’homme et sa machine, offrir des sensations intéressantes. Mis à part des détails comme celui de la boîte de vitesses, qui crée quelques débats, le modèle enthousiasme. Comme à l’accoutumée, l’objectif est de réviser les codes de la sportivité – l’innovation est à ce prix !

Le modèle continuera sa course jusqu’en 1995. Cette année-là, le modèle CBR 600 F3 prend la relève pour trois années. Le moteur évolue, de même que la fourche, tandis que quelques coloris sont apportés. L’équipement gagne en qualité, tout comme la tenue de route. Avec une vitesse de pointe de 250 km/h, la moto délivre 96,3 chevaux à 12.100 tr/min selon le relevé à la roue arrière.

L’année suivante, le modèle 900 voit sa cylindrée augmentée à 919 cm3. Après une refonte de la boîte de vitesses en 1995, le modèle évolue pour satisfaire la demande de plus de puissance. L’embrayage et la chaîne changent, cette dernière s’allégeant pour plus de performances. La stabilité continue de se parfaire pour atteindre des vitesses maximales plus élevées en ligne droite, les plus élevées étant mesurées à plus de 260 km/h. Le poids à sec de 183 kg contribue aussi à booster les performances de la bête. Cette cylindrée perdurera jusqu’en 1999, avant que le modèle 929 ne prenne le relais en 2000, suivi du modèle 954 deux ans plus tard.

1997 : la CBR 1100 XX Super Blackbird débarque sur le marché

Avec sa cylindrée de 1137 cm3, la Honda CBR 1100 XX Super Blackbird n’attend pas le nouveau millénaire pour s’installer du côté des sportives. Pourquoi lancer un modèle d’une cylindrée rehaussée ? L’objectif principal est alors de venir briser le record de la Kawasaki ZZ-R 1000, propulsée à quelques 290 km/h pour l’occasion.

Le mélange de cette moto se veut mi-GT, mi-sport, même si la bête titille la barre des 300 km/h ! La puissance mesurée à la roue arrière s’élève à 141,4 ch à 10.100 tr/min. Le moteur quatre cylindres quatre temps se greffe sur une moto au duo alésage-course de 79 et 58 mm. Avec une capacité de 22 litres, le réservoir agrandit les possibilités de la moto, qui atteint 267 kg tous pleins faits contre 223 kg à sec. Stable en ligne droite, le modèle dispose de freins efficaces et se plie aux demandes sur circuit. La version de 1999 est dotée de l’injection et gagne deux litres de carburant en capacité. Le modèle continuera d’être présent sur le marché jusqu’en 2007.

Honda CBR 1100 XX Super Blackbird millésime 1999

1999 marque également l’arrivée de la Honda CBR 600 F4. Cette quatrième génération sera greffée du « i », marque de fabrique de l’injection, deux ans plus tard. Outre les évolutions, qui continuent d’être apportées jusqu’en 2006, une version réplica de Valentino Rossi voit le jour au début du nouveau millénaire avant l’arrivée d’une version Sport de la F4i.

2003 : la CBR 600 se dote du sigle RR

La Honda RC211V de la catégorie reine des Grand Prix moto inspire les ingénieurs, qui font naître de leur savoir-faire la CBR 600 RR en 2003. Fort de son succès, le modèle est toujours proposé à la vente une décennie plus tard.

Alors que les 600 précédentes sont plus typées route, c’est de la philosophie de la compétition que naît cette diablesse sportive, agressive et puissante à souhait. Comme pour les anciens modèles, l’équilibre est au rendez-vous et met le pilote en confiance. Si le modèle emprunte les mêmes dimensions que l’alésage et la course de la CBR 600 F4i, le moteur n’en reste pas inchangé pour autant. Les soupapes consomment plus pour une zone rouge rehaussée.

Honda CBR 600 RR millésime 2003

Côté performances, la cylindrée de 599 cm3 et son poids-plume de 169 kg à sec emmènent le pilote avec 117 ch à 13.000 tr/min. Les technologies de compétition sont incorporées au modèle qui en devient très sophistiqué, notamment avec la suspension Unit Pro-Link, maintes fois vantée. En 2008, l’ABS sera introduit sur la machine.

2004 marque l’arrivée du modèle CBR 1000 RR. Honda vise l’imitation fidèle du MotoGP et s’inspire à nouveau de la RC211V. Au fil des millésimes, les modifications ne sont que minimes et incluent notamment une livrée Repsol. Le premier modèle de 2004 dispose en tous cas d’une cylindrée de 998 cm3, d’un démarrage électronique digne de la compétition et d’un poids à sec de 179 kg pour 18 litres de réservoir. La puissance est au rendez-vous avec 172 ch lâchés à 11.250 tr/min pour un couple de 11,7 mkg à 8.500 tr/min. Un modèle réplica en clin d’œil au Tourist Trophy sera également conçu par le constructeur japonais.

2008 : la puissance ultime ?

2008 permet à Honda de faire évoluer son modèle CBR 1000 RR plus compact et léger, dans une quête de performances qui semble infinie. Le modèle célèbre un cinquantenaire de succès en compétition pour Honda, constructeur pour qui le pouvoir des rêves fonctionne, semble-t-il…

Honda CBR 1000 RR millésime 2008

Dans la réalité, le modèle estampillé Fireblade, marque de fabrique sportive des Honda depuis le début des années 1990, travaille encore sur une légèreté optimale avec moins de 200 kg sur la balance tous pleins faits, un cadre plus étroit. L’aérodynamisme est toujours aussi soigné, tout comme l’équilibre. Le cadre est simplifié, tandis que le bras oscillant gagne de la longueur et de la hauteur… pour mieux affronter la concurrence ?

En 2009, le Honda CBR 600 RR dispose de quatre coloris. Outre cet aspect esthétique soigné, de nombreuses possibilités d’équipement optionnel sont apportées à la monture. Comme quelques modèles précédents, le PGM-DSFI est à nouveau de rigueur. Le système d’admission d’air Ram-air, également vu sur quelques motos précédentes, est présent sur ce modèle. Son expertise a permis à la VTR1000 SP-2 de remporter le Championnat du Monde de Superbike, excusez du peu. Dans l’ensemble, le modèle confirme la fiabilité légendaire Honda, sa tenue de route sublimée et son moteur royal.

En 2011, la version F du Honda CBR 600 fait renaître le mythe initial de la Hurricane. Réactivité, confort, tenue de route : les ingrédients majeurs sont là et parlent d’eux-mêmes. La cylindrée de 599 cm3 offre une puissance de 102 ch à 12.000 tr/min. Malgré son statut de 600, cette version F offre une vitesse maximale de près de 230 km/h, ce qui rappelle bien ses origines sportives. Bien éloignée du modèle original, la moto témoigne de l’avancée technologique entre son lancement dans les années 1980 et cette version arrivée à maturité, dans un marché où les modèles 600 sont désormais pléthore et où l’enjeu n’est pas seulement de réinventer les codes, mais d’abord de les respecter face à une demande de plus en plus pointue.

Plus d'infos sur l'histoire des modèles moto