Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Histoire pilote : Christian Estrosi

Le motard devenu ministre

2ème du Bol d'Or 1975

Histoire pilote : Christian Estrosi (photo : DR)Figure emblématique du paysage politique français, Christian Estrosi est aussi un ancien pilote motocycliste du championnat du monde de vitesse.
Né le 1er juillet 1955 dans la ville de Nice, Christian Estrosi est le fils d’émigrants italiens passionnés de sport. Ses parents l’incitent très jeune à pratiquer le ski où il commence à se faire remarquer tandis qu’il s’essaye à diverses autres disciplines sportives.
C’est à l’âge de 14 ans qu’il obtient son premier deux-roues motorisés, un cyclomoteur italien sur lequel il fait ses premières armes. Quelques temps plus tard, il se lie d’amitié avec Alain Renouf qui tient une boutique motos dans laquelle le jeune pilote en herbe acquiert une Kawasaki 350 S2.

L'amitié avec Alain Renouf

Plus qu’un simple ami, Alain Renouf devient presque un mentor pour Christian Estrosi qui se passionne pour le milieu de la compétition en allant le voir courir sur le circuit Paul Ricard.
Bientôt, il participe à ses premières courses en catégorie 250cm3 au guidon d’une Kawasaki 250 S1 et obtient de belles places, terminant même cinquième de sa manche au Paul Ricard.
En 1973, il opte pour une Kawasaki 750 H2 en critérium et remporte la victoire mais doit être déclassé en raison d’un moteur un peu trop bricolé.

Le virus de la moto

Histoire pilote : Christian Estrosi (photo : Paul Bozio)En cette même année 1973, son ami de toujours et modèle Alain Renouf disparaît tragiquement, tué lors d’une séance d’essai. Abbatu par le chagrin, Christian Estrosi envisage de mettre fin à sa toute jeune carrière mais le virus de la moto est plus fort que tout et il décide de s’engager au Tour de France Moto pour la saison 1974.
Au sein de cette épreuve, Estrosi commence à se faire un nom en pointant régulièrement parmi le peloton de tête.

Dans l'ombre de Sheene

L’année qui suit, il reprend le magasin d’Alain Renouf et tente sa chance en endurance avec l’écurie Cassegrain. Il partage alors le guidon d’une 1000 Kawasaki en compagnie de Gilles Husson et parvient à se hisser à la seconde place du mythique Bol d’Or juste derrière Godier et Genoud.
Pour courir en 750cc, il prend les commandes d’une Yamaha quatre cylindres et impressionne en signant la quatrième position du Moto Journal 200 et surtout en terminant second juste derrière le grand Barry Sheene aux 200 Miles de Magny Cours.

Derrière Ago

Histoire pilote : Christian Estrosi (photo : DR)La saison 1976 en 750cc débute par une course à Daytona mais le Français ne parvient guère à faire mieux que 26ème . Au Moto Journal 200, Christian Estrosi manque une fois encore de peu le podium en terminant quatrième mais il se ratrappe à Dijon en montant sur la seconde marche du podium juste derrière Giacomo Agostini.
En endurance, il confirme ses talents en terminant second des 1000km du Mugello avec une Ducati tandis qu’il décroche la victoire au Trophée FIM 750 de Nogaro. Il fait en outre ses premiers pas au mondial en terminant huitième du Grand Prix de Finlande en catégorie 500cc.

Les premières saisons au mondial

En 1977, Christian Estrosi intègre l’écurie Marlboro-Mashe-Total aux côtés de son ami Pierre Coulon. Pour courir au mondial, il dispose alors de Suzuki 500 spécialement préparées mais les machines se montrent peu fiables. Il finit néanmoins par remporter la manche française du championnat du monde 750cm3 à Dijon.
La saison qui suit, les choses s’améliorent au guidon de sa Suzuki puisqu’il parvient à terminer à la quatrième place au Grand Prix de France de Nogaro mais la saison s’achève sur un abandon en Italie. En 750cc, il connait quelques ennuis mécaniques mais signe néanmoins de belles performances. En témoigne notamment sa quatrième place en Espagne.

Des déceptions en série

Histoire pilote : Christian Estrosi (photo : DR)Pour l’année 1979, Christian Estrosi décide de délaisser la catégorie 500cc pour courir en 250 et 350cm3. Malgré un début de saison prometteur, sa Kawasaki est victime à plusieurs reprises de casse moteur et ses bons résultats aux essais ne sont guère récompensés.
En 1980, déçu de sa saison en 250 et 350cc, Christian Estrosi revient jouer dans la catégorie reine. Hélas, sur sa Suzuki le Français peine à gagner les avant-postes et il termine la saison avec seulement trois points.
C’est finalement vers la catégorie 250cc que Christian Estrosi décide de reprendre du service en 1981. Avec sa Yamaha, il tente de monter dans le classement mais les résultats sont loin d’être glorieux et il échoue au 17ème rang mondial.

L'écurie Pernod et la reconversion

En 1982, il intègre l’écurie Pernod avec qui il réalise l’une de ses meilleures saisons en Grand Prix, terminant onzième au classement mondial 250cc. Il réalise ensuite une nouvelle saison décevante en 1983 avant de se retirer définitivement du milieu de la course.
Sa reconversion est peu banale puisque plutôt que de rester dans l’univers motard en devenant concessionnaire ou commentateur sportif comme de nombreux anciens pilotes, Christian Estrosi se tourne vers le monde politique. En 1983, il devient élu conseiller municipal de Nice en charge de la délégation aux sports avant de devenir quelques temps plus tard ministre, député et enfin vice-président de l’UMP.

Palmarès en Grand Prix

SaisonCatégorieCoursesVictoiresPodiumsMotoClassement
1983 250cc 9 0 0 Pernod 25
1982 250cc 5 0 0 Pernod 11
1981 250cc 4 0 0 Pernod 17
1980 500cc 1 0 0 Suzuki 19
1979 350cc 3 0 0 Kawasaki 13
1979 250cc 4 0 0 Kawasaki 12
1978 500cc 2 0 0 Suzuki 15
1977 500cc 2 0 0 Suzuki 21
1976 500cc 1 0 0 Suzuki 34

Plus d'infos sur Christian Estrosi