Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Santé et Moto : Lunettes, lentilles et troubles de la vue

Les pièges à éviter pour conserver une vision optimale

Buée, irritations, conjonctivites, angles morts, déformation de la vision périphérique ...

Santé et Moto : Lunettes, lentilles et troubles de la vueLa vision est un des aspects les plus importants de la conduite d'un deux-roues motorisé : la moto suit le regard du pilote. Et pourtant ce sont plus des deux tiers des français qui souffrent de troubles de la vue. Astigmatisme, myopie, presbytie ou hypermétropie sont parmi les défauts visuels les plus répandus et peuvent être corrigés grâce au port de lunettes ou de lentilles de contact.

Près de 8 million de personnes conduisent avec un défaut visuel non ou mal corrigé. Les porteurs de lunettes sont même 30% à ne pas utiliser leur correction lorsqu'ils conduisent.

On rappellera aussi qu'une personne sur 5 souffre d'un défaut visuel sans le savoir. Il est recommandé donc de faire un bilan ophtalmologique tous les deux ans.

Rappels sur le champ de vision

L'Homme est doté d'une vision binoculaire permettant de capter un champ visuel de 180°. La vision centrale, celle que l'on utilise pour regarder un objet, permet notamment d'évaluer les distances dans un champ de 60°. Sur un plan vertical, ce champ s'étend à 60° au-dessus de la vision centrale et à 70° en dessous. La vision périphérique, captée à droite et à gauche sur 180°, permet d'obtenir des informations sur ce qui nous entoure mais de façon floue et imprécise.

Le port d'un casque réduit ce champ visuel en fonction des caractéristiques de l'écran. Ainsi, le champ visuel est en moyenne réduit de façon verticale à 30° au-dessus et 50° en dessous. Il en va de même sur un plan horizontal qui est réduit à 100/120°. Il faut ajouter à cela le fait que le champ de vision diminue à mesure que la vitesse augmente. A 70 km/ le champ visuel est de 75°, à 100km/h de 45° et à 130 km/h seulement de 30°.

Tous ces paramètres font que les angles morts sont plus importants sur un deux-roues motorisé et nécessitent davantage de mouvement de la tête afin de capter toutes les informations sur l'environnement.

Les dispositifs de correction

Dans le cas où vous deviez utiliser un dispositif de correction visuelle, il vous faudra choisir entre lunettes et lentilles de contact. Si ces dernières semblent bien plus avantageuses, elles ne conviennent malheureusement pas à tous les yeux. En effet, pour ne pas souffrir d'irritations il faut que l'oeil produise suffisamment de larmes. Afin de faire son choix, il faudra évidement tester les deux solutions avec son ophtalmologue.

A moto, les lentilles permettent de conserver un champ visuel intact car elles sont directement en contact avec la cornée; elles suivent le mouvement de l'oeil et la vision périphérique est maintenue. Autre avantage, les lentilles ne prennent pas la buée. En revanche, il faudra éviter les casques jets, les modulables ouverts et rouler visière fermée car le vent entraine un dessèchement de la lentille qui provoque à son tour des irritations.

Les lunettes ont un profil opposé à celui des lentilles. Elles conviennent à tout le monde et protègent l'oeil du vent mais entrainent une légère distorsion de la vision en raison de leur distance avec les yeux et sont très sensibles à la formation de buée. De plus, la monture et les verres peuvent gêner le pilote, une gêne dépendant du modèle de casque, certains modèles d'intégraux posant pus que d'autre le problème d'enfilage des lunettes et surtout des branches. Les verres peuvent également entraîner des dégâts supplémentaires en cas d'accident. Attention aux écrans solaires intégrés dans les casques non compatibles avec le port de lunettes de soleil.

Les verres de soleil offrent des protections de 0 à 4. Pour les situations habituelles d'ensoleillement, la catégorie 3 suffit sauf pour la montagne, où il faut privilégier la catégorie 4... sauf pour conduite. Les verres de catégorie 4 ne doivent jamais être utilisés pour conduire.

Toutefois, il est possible de s'équiper de verres antibuée (plus ou moins efficaces) et de montures flexibles à mémoire de forme qui trouveront plus facilement leur place dans le casque. Notons également que plusieurs modèles de casques intègrent des cannelures pour faciliter le passage des branches de lunettes.

Conjonctivite liée à l’hyperventilation

Casques jets et modulables ont l'avantage d'offrir un fort niveau de ventilation et d'aération lorsque vient la saison chaude. Plaisante et confortable au premier abord, cette hyperventilation peut rapidement devenir une source de problème pour le pilote notamment en raison des poussières et insectes transportés mais aussi par l'assèchement de l'oeil.

La conjonctive est la muqueuse qui tapisse la face externe de l'oeil, celle-ci peut facilement être victime d'une inflammation causée par l'irritation d'un corps étranger, d'une grande lumière, d'une infection microbienne ou encore d'une réaction allergique. De manière générale, une conjonctivite se caractérise par des douleurs et démangeaisons, des yeux rouges et des sécrétions.

Dans le cas d'une conjonctivite il faut donc rouler exclusivement avec un casque intégralement fermé, intégral ou modulable avec mentonnière et visière baissées. Il en va de même pour les personnes ayant des réactions allergiques, comme le rhume des foins. Ces derniers devront également prendre garde aux niveaux d'avertissement de leur traitement.

Sommaire du dossier Santé et Moto

  1. Les problèmes de santé liés à la pratique de la moto
  2. Chutes, chocs et fractures
  3. Lunettes, lentilles et troubles de la vue
  4. L'influence des médicaments
  5. Interview d'un médecin urgentiste
  6. Interview d'un kinésithérapeute
  7. Témoignages de motards accidentés

Plus d'infos sur la santé des motards