Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Histoire de motard: ma saison de WERC : Dijon-Prenois

16-17-18-19 juin 2011

En route

Ce jeudi 16 mai 2011, Christophe mon mécanicien est à nouveau opérationnel. Il m’aide à remonter l’amortisseur de la moto et à charger le camion, prêté par mon sponsor, la société SBR Menuiserie. Cette fois le trajet sera plus court comparé aux deux dernières courses, puisque c’est à moins de 4h de route de Paris.

Arrivée au circuit "Dijon-Prenois"

Nous arrivons avant minuit au circuit et on se met à la recherche d’une place sur le paddock. Après avoir sillonné le parking de long en large, on finira par monter mon, tout nouveau barnum (cf.: WERC Lédenon), non loin du camion de Motors Events. A deux heures du matin, il est grand temps de fermer les yeux, étant donné que la journée du lendemain s’annonce longue…

WERC Dijon-Prenois

Réveil aux aurores, car la première session de roulage est à 8h55 pour la Promotion Cup 1000. Le temps est maussade, la piste parait humide, la moto n’est pas prête et le pilote encore moins, bref… On finit d’installer les fanions du Repaire des Motards, puis je me dirige vers le camion de l’organisateur des WERC (Motors Events) pour réserver mes prochaines sessions de roulages d’entraînement. Je me suis inscrit aux sessions de 11h20, 15h15 et 17h45.

Le circuit

Voilà, il est l’heure pour moi de découvrir ce circuit rapide, avec mon amortisseur tout fraichement sorti de révision. Il y a une belle ligne droite, où l’on peut titiller la vitesse de pointe de 300km/ heure… Au niveau du ressenti avec la suspension ce n’est pas franchement mieux, du coup j’en profite pour me familiariser avec le circuit. A l’issue de cette session, on change l’amortisseur pour remettre celui d’origine et l’on se prépare pour la session suivante.

WERC Dijon-Prenois

Les sensations sont mieux mais ce n’est pas encore ça. D'autre part, j’ai de nouveau mon moteur qui coupe par moment vers les neuf milles tours minutes sans raison apparente…

WERC Dijon-Prenois

Du coup on démonte la pompe à essence, et on la nettoie, histoire de voir si ça ne serait pas mieux pour ma dernière session de la journée. Pendant que je me prépare tranquillement, mon mécanicien m’interpelle en me disant « Je crois que c’est la session des 1000 qui tourne !». Surpris, je regarde la feuille des horaires et je lui réponds: « Mais non, j’ai encore le temps ». Et bien non, l’organisateur a changé la feuille des horaires et on n’avait pas la dernière version de cette dernière. Alors direction le Motors Home pour voir s’il reste encore de la place pour la session suivante… Ouf, sauvé, je vais pouvoir rouler.

WERC Dijon-Prenois

A la fin des roulages, la pluie vient faire son apparition, et l’on se retrouve vite inondé. Branle bas de combat sous le barnum, à relever les affaires qui craignent l’eau, et à faire des écoulements pour que l’eau puisse passer. La toile du barnum n’est pas étanche à 100%, mais elle résiste bien.

Lors de la remise des transpondeurs l’organisateur remettra à tous les pilotes un t-shirt des WERC par catégorie.

Séances de qualif

Ce samedi, après une nuit fraîche et un peu agitée par le vent, je me prépare pour ma première séance qualificative, qui en fin de compte sera une séance de roulage car il manque plus d’une vingtaine de commissaires. Pas grave, de toute façon je n’étais pas en forme. Le temps est changeant, et surtout frais. On se prépare pour la seule et unique séance qualificative. Je pars et j’ai de nouveau des coupures moteur. Je rentre aux stands, j’arrête le moteur, je le redémarre, et je repars finir la séance.

WERC Dijon-Prenois

Vitesse

Du coup, pour la course de vitesse, avec l’aide de Gérard, un collègue du travail venu avec son fils pour l’occasion, on va préparer la moto, avec au programme: changement de la roue arrière et avant avec des pneus neufs, vérification du filtre à air, de la pompe à essence et des bougies. On fait le plein du R1. Je me prépare pour la course.

WERC Dijon-Prenois

Les feux verts s’allument et c’est parti, le moteur me fait une belle coupure en plein virage, j'en ai ressenti une belle frayeur. Du coup au 2ième tour je rentre dans les stands, pour arrêter et redémarrer le moteur, et je repars. Ça sera mieux, mais bon, il faut tenir jusqu’au drapeau à damier. Un des concurrents, après m’avoir doublé par la gauche, a la bonne idée de changer de trajectoire brutalement, et se fait toucher au pneu arrière par le pilote venant de me doubler par la droite, qui lui finira directement dans la barrière de sécurité. Suite à la violence du choc, le directeur de course sort le drapeau rouge, ce qui signifie la fin de la course.

Bref, rien de tel que le petit Punch de l’organisateur, l’apéro Yamaha Racing, et le barbecue entre amis, pour se remettre de ses émotions de la journée avant de s’attaquer à une énième séance de mécanique de la pompe à essence.

Endurance

Dimanche matin, on fait le plein de la moto, on finit de définir au bout de combien de tours je rentre pour faire le ravitaillement et c’est parti pour une heure de course. Je pensais que le fait d’avoir nettoyé la pompe ferait mieux tourner le moteur, mais en vain. Je fais de nouveau une belle virgule et je décide de rentrer au bout du 5ième tour. Christophe et Benjamin s’attèlent au ravitaillement, et je repars de suite.

WERC Dijon-Prenois

Visiblement, cela a du faire son effet, car je peux tourner la poignée jusqu’à 13 milles tours minutes sans soucis. Je reprends confiance, et j’améliore mes temps au fil des tours, jusqu'à ce qu'à nouveau le moteur fasse des siennes, et m’oblige à faire un arrêt supplémentaire dans les stands. Je termine cette course à la 31ième place, sur les 39 inscrits.

Avant de prendre le chemin du retour, Christophe et moi-même, nous avons fait les "lignards" des courses suivantes afin d’aligner les motos sur la grille de départ.

WERC Dijon-Prenois

Un grand merci à mes sponsors et partenaires : le Repaire des Motards, SBR Menuiserie, NGK Spark Plugs, Leader Bikes, Emprinte.

Je vous donne rendez-vous à la prochaine course des WERC en catégorie Roadster Cup, où j’aurais le privilège de rouler sur une FZ8 prêtée par Yamaha Racing au circuit Carole (93) les 15,16 et 17 juillet 2011.

Liens utiles