english

Peindre sa moto à la bombe

Tuto en 4 étapes: préparation, apprêt, peinture, vernis

Fournitures, méthode et conseils

  • Difficulté :
  • Durée :
  • Budget :

La peinture est le premier indice qui distingue une belle moto d'une horreur et qui par sa condition indique si la moto a subit les affres du temps. Et un simple coup de maquillage ne fonctionne pas avec une carrosserie. On peut ainsi être tenté de redonner une seconde vie à un réservoir ou un carénage suite à une chute ou à l'usure du temps.

La pose d'une nouvelle peinture sur la moto peut se faire soi-même avec des bombes aérosols de qualité si on y passe le temps et avec un minimum de méthode et de précaution. Après avoir choisi la couleur, la bonne peinture et formule, on vous dit tout pour la pose !

Même réalisées de manière amateur, les opérations de peinture sont complexes. Une peinture complète repose sur l’application de plusieurs couches, dont un apprêt, la peinture en elle-même et un vernis en plusieurs couches (pour une meilleure résistance).

Un bon résultat n’est obtenu que si l’on respecte un certain nombre de règles de base. Notamment si l’on souhaite créer des effets, ou superposer plusieurs teintes. N’oublions pas non plus que la peinture est une histoire de chimie. La réaction et l’adéquation entre les différents éléments que l’on applique sur un support, conditionnent grandement la qualité du résultat. Tout comme un bon respect du processus, entre respect du temps de séchage et de la finition entre chaque couche. Des précautions nécessaires pour assurer une bonne tenue dans le temps.

Le Matériel nécessaire pour préparer la pièce

  • Du papier de verre adapté... à la carrosserie. A grains fins, à eau, il sert à nettoyer les pièces et à préparer les surfaces. Plus le chiffre suivant le nom est grand, plus il est fin.
  • Une cale à poncer. Un élément plan permettant de lisser une surface une fois revêtu de papier de verre.

Ou

  • Une ponceuse. De préférence excentrique. Elle permet de décaper les pièces et de ne pas user sa réserve d’huile de coude. Il va en falloir ! Pensez à adapter un tampon amortisseur avant de fixer le papier de verre.

Ou

  • Du décapant peinture. Idéal pour mettre à nu une surface déjà peinte (pièce d’occasion par exemple). Le décapant permet d’attaquer la couche de vernis puis de peinture. L’opération est longue et un espace ouvert est fortement recommandé pour l'aération, pour les risques d'incendie ou d'explosion mais aussi sur la santé. La solution chimique sent fort. Très fort. Ce ne sera pas notre recommandation.

note : les solvants industriels utilisés dans les décapants notamment sont dangereux et toxiques. L'odeur qui en émane une indication des effets néfastes sur la santé, variables en fonction des produits, de la durée et de la répétition de l’exposition. Cela va d'un effet aigus à des effets chroniques. Les solvants peuvent entraîner des affections cutanées (irritation, brûlure, dermatose), des atteintes du système nerveux (vertiges, ébriété, paralysie…), du sang (anémie), du foie (hépatite), des reins et du système de reproduction ou des cancers.

Bien préparer la surface avant la peinture est primordial
Bien préparer la surface avant la peinture est primordial

Préparation des pièces à peindre

La fonction de base d’une peinture outre l’esthétique est de protéger les éléments contre la corrosion. Avant d’appliquer la moindre couche de peinture, il est donc indispensable de s’assurer que la surface est impeccable. Si ce n’est pas le cas, il faut préparer les surfaces à peindre et enlever toutes traces de rouille. La surface à peindre doit être uniformément préparée et poncée, avant d’être passée à l’acétone ou à un produit dégraissant.

Si la pièce est déjà peinte mais ne présente pas de rouille ni d'aspérités, il suffit de poncer à la main avec du papier de verre pour bien préparer la surface à recevoir une nouvelle couche de peinture. On peut commencer au papier verre 1000 pour préparer une pièce et finir au 3000 ou plus pour éliminer les imperfections. Il faudra plonger le papier dans de l’eau savonneuse pour limiter l’abrasion et obtenir le meilleur effet possible. Prendre un papier plus gros risque de trop creuser le support, surtout quand il est en plastique. Le 400 est le minimum à envisager et il s'agit déjà d'un très gros de grain pour cette opération de préparation.

Si la pièce a des fines traces de rouille, il faut absolument les enlever en ponçant à la main ou avec une ponceuse excentrique. Il ne doit plus y avoir aucune trace de rouille avant de peindre. Si la rouille persiste, vous pouvez appliquer à la fin un convertisseur de rouille. Maintenant si il y a beaucoup de rouille ou des trous de rouille, il faut fermer les trous de rouille en les comblant avec un produit bicomposant à base de fibres de verre mais là on est dans de la grosse restauration...

La pièce est prête ?! alors on peut passer à la phase peinture.

Le Matériel nécessaire pour peindre

  • Un solvant (acétone ou White Spirit). La peinture, ça tâche. Le solvant permet aussi de diluer une coulure ou de limiter les dégâts en cas de manipulation hasardeuse. Un allié autant qu’un ennemi. A utiliser avec modération. Le solvant à peinture est également utile pour dégraisser les surfaces à peindre et augmenter le pouvoir adhérent.
  • De l'apprêt peinture (ou primer) en bombe. Une bonne peinture ne tient que sur une bonne base voir notre article dédié à la peinture moto. L’apprêt accroche la peinture et permet aussi de donner plus plus de tessiture à la peinture en fonction de la surface de base.
  • Si la surface est en plastique thermoplastique, il faut aussi un primaire pour plastique.
  • De la peinture en bombe de même marque et de même provenance que l’apprêt et le vernis (pour éviter les réactions chimiques).
  • Du vernis simple ou bicouche en bombe. Un vernis 2K est un vernis bicomposant polyuréthane haute résistance. Il peut être mat ou brillant. Le vernis offre la finition de la peinture et surtout sa protection contre les agressions externes : intempéries, Ultra Violets (soleil) et surtout contre les agressions externes (fientes diverses, gravillons, fermetures éclaire et autres).
  • Des bidons / tréteaux / crochets de suspension pour poser les pièces. Pour être intégralement peint, un élément de carrosserie doit être exposé entièrement à la peinture. Une évidence, mais comment faire pour n’avoir aucun « angle mort » lorsque la pièce est posée sur un support ?
  • Un endroit bien protégé et aéré pour peindre (un masque pour vous protéger n'est pas un luxe)
Les bombes de peinture et le vernis 2 K
Les bombes de peinture et le vernis 2 K

Application d'une sous-couche

Il faut poser de l'apprêt (ou primer). 2 couches d’apprêt sont une bonne base. Elles doivent être faites en deux fois, séparées par un temps de séchage. La première couche d’apprêt peut être poncée au grain fin et à l’eau savonneuse avant d’être séchée et recouverte par la seconde couche. On peut être tenté de sauter cette étape mais cela serait une erreur si on veut que la peinture tienne dans le temps.

Pose de l'apprêt sur le réservoir à la bombe
Pose de l'apprêt sur le réservoir à la bombe

Pulvérisation de la peinture

La peinture se pulvérise en plusieurs couches. Chaque couche doit être poncée avant de passer à la suivante.

Ponçage au papier de verre entre les couches
Ponçage au papier de verre entre les couches

En fonction de la buse de la bombe de peinture, du moins de la manière dont vous la pulvérisez, la distance est plus ou moins importante. Il convient d’éviter de se trouver trop près de la pièce à peindre. Ceci permet d’éviter les surépaisseurs localisées et permettre un séchage rapide. Tout est question de patience. La distance théorique de pulvérisation de la peinture est comprise entre 20 et 30 centimètres environ.

Peinture finie avant le vernissage
Peinture finie avant le vernissage

Attention. Lorsque vous êtes en fin de bombe, le risque de projection de « pâtés » de peinture est plus fréquent. De même, il est recommandé de nettoyer la buse entre chaque couche. Pour ce faire, retournez la bombe à l’envers et pulvérisez jusqu’à ce que seul le gaz s’échappe par le vaporisateur. Ainsi, vous êtes sûr de toujours avoir le même débit, la même direction et surtout de ne rien avoir de coincé dans la buse, qui pourrait partir lors de la pulvérisation suivante.

Vernissage

A propos de finition, le vernis est une étape cruciale et complexe à réaliser : trop peu de vernis et la protection n’est pas optimale, trop de vernis et cela sèche mal et peut couler sur votre support. Challenge.

Pose du vernis.

La peinture doit « tirer » et se mettre en place. La laisser sécher est important. Il est possible de l’homogénéiser avant de bomber une couche de vernis. En fonction de son type, il donnera un aspect brillant ou un aspect mat. Le type de vernis à choisir (plus ou moins épais et plus ou moins résistant) est déterminé par l’exposition de la pièce aux projections de gravillons ou aux « scratch ». Un vernis plus résistant et plus dur (vernis 2K), est appliqué sur les zones sensibles. Un vernis simple, appliqué en plusieurs couches toujours, peut suffire sur les autres pièces.

Le vernissage
Le vernissage

Les carrossiers professionnels peuvent aller jusqu’à neuf couches de peinture. Il faut donc être patient, bien respecter les temps de séchage, poncer...

A retenir

  • Optez pour un environnement avec le moins de poussières et bébêtes possibles
  • Un beau vernis est la garantie d’une peinture durable.
  • Les professionnels peuvent mettre entre 4 et 9 couches de vernis et travailler chaque couche pour un rendu parfait (ponçage, etc.). Quand on vous dit que tout est histoire de temps !

A ne pas faire

  • Vouloir aller trop vite et trop charger une pièce tant en peinture qu’en vernis
  • Ne pas poser d'apprêt
  • Ne pas préparer suffisamment la pièce à peindre en amont

Plus d'infos sur la restauration