Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Mobilisations contre le contrôle technique moto

La FFMC s'oppose aux propositions du CISR

Une annonce "clairement considérée comme une provocation"

Mobilisations contre le contrôle technique motoA la veille du Comité Interministériel de Sécurité Routière, la Fédération Française des Motards en Colère avait tiré la sonnette d'alarme en s'inquiétant des différentes annonces qui pourraient être faîtes. La FFMC craignait notamment que de mauvaises réponses soient apportées à de bonnes questions.

Vendredi matin, le Premier Ministre Manuel Valls a ainsi présenté 22 mesures principales et 33 mesures complémentaires. Au coeur de ces annonces, la Sécurité Routière indique vouloir lutter contre les comportements dangereux et protéger les usagers les plus vulnérables. Mais à y regarder de plus près, il ne s'agit ni plus ni moins qu'une nouvelle salve de mesures répressives.

En tête, on retrouve la volonté d'instaurer un contrôle technique à la revente d'un deux-roues. Alors que les parlementaires avaient soutenu la cause des motards contre le CT Européen en 2013, voilà que la classe politique remet le sujet au goût du jour, faisant fit des conclusions tirées il y a un peu plus d'un an.

La FFMC n'a pas tardé à montrer son opposition à cette proposition et prévoit déjà de mener des actions de mobilisations :

Ce Comité interministériel à la sécurité routière a été initié suite à la diffusion d’un rapport de l’Inspection générale de l’administration auquel Manuel Valls a dû répondre dans l’urgence. C’est donc sous la pression médiatique et politique que 22 mesures ont été annoncées ce matin, mesures déconnectées des vrais enjeux de sécurité routière.

Et notamment le contrôle technique à la revente d’un 2RM, contrôle dont la justification ne repose sur aucun élément factuel attendu que l’état du véhicule n’est responsable que de 0,3% de l’accidentalité des usagers de 2RM. Ce chiffre dévoilé par le rapport MAIDS est conforté par des constatations françaises suite à des expertises de motos accidentées. La FFMC et la FEMA s’étaient très largement mobilisées en 2013 au niveau européen contre ce projet de contrôle technique, mais le Premier ministre semble vouloir faire du zèle.

Ainsi l’annonce de ce matin est très clairement considérée comme une provocation et ne manquera pas de faire réagir la Fédération française des motards en colère et plus largement le monde du deux et trois roues motorisés partout en France.

Plus d'infos sur les mesures du CISR et leur opposition