english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Balade illégale

Resquilleur. Fou dangereux. Criminel. Voilà ce que je suis pour oser faire une balade à moto aujourd'hui

Resquilleur. Fou dangereux. Criminel. Voilà ce que je suis pour oser faire une balade à moto, aujourd'hui. Je t'en aurais parlé il y a deux semaines, tu m'aurais traité de parano. Les temps changent.

Kronik : Balade illégale (c) Photo : Vinta Supply Co.
Kronik : Balade illégale (c) Photo : Vinta Supply Co.

Je pourrais sortir la moto. Pour me balader un peu dans les rues totalement, parfaitement désertes. Il serait comme à trois heures du mat' à cinq heures du soir. Mais voilà : couvre-feu. C'est fou ce qu'un moteur fait du bruit, maintenant que la plupart se sont tus. C'est pire encore la nuit.

Me voilà dans un film en noir et blanc, avec le bruit de bottes de la patrouille qui se rapproche.

L'idée m'amuse, mais je soupçonne qu'elle ne fera pas rire tout le monde : il n'y a rien de plus dangereux qu'un contribuable qui a chopé la frousse. Qu'est-ce que je vais dire si les bleus m'arrêtent ? "J'avais envie de faire un tour à moto, comme il était normal il y a seulement dix jours" ?

Je te l'avais dit : le normal n'existe plus. Enfin… l'ancien normal. Le temps que le nouveau normal se mette en place. Le temps qu'il devienne illégal, anormal, d'avoir des fleurs en pot, de rouler sans bottes à coques ou de boire l'eau du robinet sans ordonnance.

Je démarre Henri IV. Et je te jure que le moteur, tout à coup, sort cinq décibels de plus. J'hésite. Est-ce une idée à la con ? Peut-être que je vais réellement avoir des ennuis. Il n'y a rien de plus dangereux qu'un contribuable qui s'imagine dans son bon droit. Je me répète que je ne prends pas mes ordres de l'Élysée, où un politique complote pour sauver le compte en banque de ses potes.

C'est une balade illégale, comme ma toute première sortie à moto : sans casque, sans assurance, sur la mob' de mon parrain. Très tôt le matin, j'avais poussé la machine hors du garage. Tout doucement, pour ne pas faire frotter l'embrayage, j'étais passé sous les fenêtres de la maison. J'avais démarré le moteur dans la descente, à distance raisonnable. J'avais filé vers la forêt, pour prendre les allées cavalières ; j'étais quand même revenu par la route.

Trente ans plus tard ? Je ne suis pas sûr d'arriver à m'en tirer avec un air penaud et la promesse de ne plus recommencer. Avant, je me fichais des flics, maintenant je les redoute. Loin de me rassurer, leur présence m'inquiète, comme ces chiens à la mauvaise réputation dont je crains qu'ils ne pètent un plomb pour un oui ou un non, soudain.

J'ai mis deux filets à provisions dans le top-case, en guise d'excuse. A côté de mon gilet jaune tout neuf encore dans son emballage : j'ai rangé l'usagé à la maison, trop suspect.

Quand même, j'hésite. Ce qui me faisait rigoler il y a un quart d'heure ne m'emballe plus beaucoup. Je voudrais seulement goûter à une ville vidée en plein jour. M'arrêter en plein carrefour et, à gauche, à droite, devant, derrière, aussi loin que je peux voir : rien. Pas un chat. Plus une voiture. La solitude en pleine ville.

Le faire avant que cet anormal ne devienne la norme, quand le bizarre ça sera de voir des gens dans les rues et des voitures sur les routes. Le bizarre ? Le suspect, même. Sur les routes, par temps d'épidémie, il n'y a que des fuyards, ceux par qui la contagion arrive, les porteurs de peste, les empoisonneurs de sources. L'obscur, le rétrograde, le pétochard paniqué n'est pas bien loin. Jugnot, dans Papy fait de la résistance, mais qui aspirerait à survivre plutôt qu'à faire rire.

Le vertueux fanatique s'est emparé du ausweiss-schnell désormais obligatoire et le brandit comme un goupillon : gare à celui qui ne pourra pas exhiber son bout de papier ! Au bûcher, le non-détenteur du ausweiss-schnell !

Bheu… ça m'a dégoûté.

Je coupe le contact et rentre Henri IV dans le garage.

Il n'y a rien de plus dangereux qu'un vertueux fanatique, mort de trouille, armé de son bon droit. A défaut de pierres, il lapide avec son Code civil-maison taillé tout exprès pour lui.

Finalement, je vais aller me balader à bicyclette avec un panier d'osier enfilé sur le guidon qui vaut tous les ausweiss-schnell du monde. J'espère...

Plus d'infos sur les chroniques

Attention Kronik ! 100% mauvaise foi ! Ceci n'est pas un article ni une brève (voir historique si nécessaire). L'abus de kronik peut être dangereux pour la santé de certains. Ne pas abuser.

Commentaires

Dsmc2

Nous sommes tous tentés par cette balade mais comme chacun ou au moins la très grande majorité nous restons citoyens avant tout et appliquons les règles . bon courage à tous les motards confinés .

18-03-2020 12:43 
jargal

J'y ai pensé plus d'une fois...le seul argument qui m'a vraiment arrêté : et si tu te bourres ? Tu penses vraiment qu'on a besoin d'un blessé de la route aux urgences ?
Du coup, je joue sur ordinateur...

18-03-2020 13:49 
ludo51

Voilà voilà ..... Bref , il suffit de réfléchir plus de 10 secondes et de faire preuve d'un minimum de bon sens ...

18-03-2020 13:55 
ganymède

Je voudrais seulement goûter à une ville vidée en plein jour. M'arrêter en plein carrefour et, à gauche, à droite, devant, derrière, aussi loin que je peux voir : rien. Pas un chat. Plus une voiture. La solitude en pleine ville.

Il suffit d'attendre un peu...Un premier janvier vers 8 - 9 h. du mat. et là c'est sans risques !

18-03-2020 14:29 
fift

ganymède> C'est encore plus marqué.

Je suis sorti tout à l'heure, première fois depuis dimanche.

Plein centre de Paris.
Pas une voiture.
J'ai vu 6 personnes en tout et pour tout : 3 ouvriers sur un chantier, 2 épiciers sur le pas de leur porte et 1 gars qui faisait ses courses.

Le plus impressionnant : le silence.
Un silence total.
Pas un bruit de pneus sur la chaussée, pas une sirène, pas un klaxon.
Pas même un vague bruit de basses sortant d'un appartement qui a mis la musique trop fort, ou celui de quidams s'interpellant d'un côté à l'autre de la chaussée.

Presque flippant.

18-03-2020 15:00 
Dblz

Le normal n'existe plus ?

Monumentale erreur : Le normal n'a jamais existé. Il n'existe que ce que toi tu étiquettes comme normal, par habitude.

18-03-2020 15:28 
BIG83

Avant, je me fichais des flics, maintenant je les redoute. Loin de me rassurer, leur présence m'inquiète, comme ces chiens à la mauvaise réputation dont je crains qu'ils ne pètent un plomb pour un oui ou un non, soudain.

au bord des larmes

18-03-2020 15:41 
Coolapix

C'est clair qu'avec le temps qu'il fait, ça

18-03-2020 16:11 
Coolapix

Oups..... C'est clair qu'avec le temps qu'il fait, ça donne envie.

M'enfin, il faut ce qu'il faut et si la moto reste dans le garage quelques semaines, elle n'en mourr

18-03-2020 16:20 
ganymède

Eh, vous ne vous rendez pas compte, c’est tout bénéf. : plus de pollution atmosphérique, plus de pollution sonore, plus de ces mauvaises odeurs, plus de promiscuité, plus de frais d’essence et j’en passe…

Et en prime, diminution de la mortalité sur les routes avec, cerise sur le gâteau, Edouard qui va pouvoir dire que c’est grâce au 80 km /h !

En fait c’est un peu comme ces gens qui vont faire des cures pendant 15 jours. Bon ensuite, le jour d’après revient vite comme le jour d’avant…

18-03-2020 17:05 
Raven

Pas de changement dans mon village, toujours aussi calme...

Je plains les cités balnéaires et autres villes "résidences secondaires" par contre...
Normal que ce soit calme dans Paris et alentours, ils se sont tous engouffrés par troupeaux entiers dans les trains répandre le virus dans ces campagnes qu'ils dénigraient pourtant il n'y a pas si longtemps.
Le glyphosate ne pollue plus, le fumier ne sent plus rien, les cloches des vaches et de l'église ne réveillent plus le bobo...

18-03-2020 17:15 
Legwen 7O1

Jme déplace à moto pour aller au taf, quel pied !!!
J’ai moins d’évitement, de faufilades à faire ^^
Reste à calculer des itinéraires bis pour varier unpeu tout en restant dans les clous.

18-03-2020 18:02 
Le Modérateur

On a été contrôlé pour aller à la rédaction aujourd'hui ! On a sorti nos dérogations, et tout était bien remplis, RAS. On est reparti. J'ai trouvé cela bien d'avoir la police sur ma route et j'étais vraiment content d'être contrôlé !

18-03-2020 18:17 
cajo

Dans un média numérique on peut pô télé travailler ... pipeau

18-03-2020 18:25 
Godzilla

Citation
fift

Le plus impressionnant : le silence.
Un silence total.
Pas un bruit de pneus sur la chaussée, pas une sirène, pas un klaxon.
Pas même un vague bruit de basses sortant d'un appartement qui a mis la musique trop fort, ou celui de quidams s'interpellant d'un côté à l'autre de la chaussée.

Presque flippant.


Tu t'imagines dans une fiction... La société s'est effondrée... gnarf


Blague à part, dans ma campagne c'est paradoxalement plutôt bruyant. Tout le monde est chez soi, et tout le monde bricole/jardine, alors tronçonneuse, tondeuse, débroussailleuse... Ca fait plus de bruit que d'ordinaire.

Mais vers 18h, ce sont seulement les oiseaux qu'on entend, et là on se dit que la vie est quand même assez chouette a la campagne.sourire

18-03-2020 18:51 
Peterpan

Euh les gars de la campagne ..calmos !..chez moi idem : plus de garde champêtre et pas de policier municipal !..on peut encore aller se promener dans les forêts ou les vignes !

..mais mes pensées vont à ceux qui travaillent encore et vivent en zone urbaine ... qui doivent , après une journée harassante de travail ( personnel soignant ..et tous les autres travailleurs!!) se taper des contrôles de police et montrer plusieurs pièces justificatives pour leur trajet ! Sincèrement ... Bon courage à eux !!!!

V

18-03-2020 19:35 
L'iguane

Citation
fift

Plein centre de Paris.
Pas une voiture.

Ça c'est clair, ça circule nettement moins.
Par contre, pour ce qui est du désert, dans mon coin c'est raté.
Je suis sorti tout à l'heure pour dégourdir les pattes du canidé autour du pâté de maisons, muni de mon sauf-conduit complété en bonne et due forme... Le Parc Montsouris étant fermé, comme tous les parcs parisiens, c'est une veritable nuée de joggers qui gravite autour, se doublant, se croisant, empruntant la chaussée désertée des voitures. Sans compter les gamins en trottinette, les bambins en poussette et les touristes en goguette...
Je pense qu'au mois d'Août j'aurais croisé moins de monde...

18-03-2020 19:46 
BIG83

Salut
>Péter
Comment différencie-t-on ceux qui rentrent du boulot et ceux qui grugent ?
V

18-03-2020 19:47 
L'iguane

Les premiers ont les traits tirés.

18-03-2020 19:56 
Peterpan

Big--> Tout a fait !... je ne renie pas ton travail absolument nécessaire !!

!!!...mais entre celui qui gruge en imprimant 10 imprimés par jour pour se déplacer et celui qui circule pour aller bosser !!!

..Comment faire la différence ??..sinon d appeler à la responsabilité de chacun et du sens civique ! ..mais bon tu dois mieux connaitre que moi les données du problème !

...ceci dit au vu des infos et des images , beaucoup de personnes semblent avoir intégré le message !

V et bon courage !

18-03-2020 20:58 
Tikaf93

Soignant mais aussi motard le plus dur pour moi en rentrant par cette belle aprem a été la tentation d'aller me balader, pour me vider la tête. Sachant que je pourrai profiter de ma carte professionnelle, et de l'attestation de mon chef de service en invoquant le fait de rentrer chez moi. Mais la raison m'a rattraper me disant qu'il serait bête de revenir à l'hôpital en tant que patient accidenté à cause de mon égoïsme.

19-03-2020 01:53 
ManuSV

"ils se sont tous engouffrés par troupeaux entiers dans les trains répandre le virus dans ces campagnes qu'ils dénigraient pourtant il n'y a pas si longtemps.
Le glyphosate ne pollue plus, le fumier ne sent plus rien, les cloches des vaches et de l'église ne réveillent plus le bobo..."

+ 1 !

19-03-2020 07:13 
southeagle

Peux de chose à dire.
Periode pourri, historique, malsaine,ou les survivaliste doivent bien se foutre de notre gueule.
Courage à tous.
V

19-03-2020 09:23 
toma301

Tikaf93 : BRAVO pour ton bon sens.

J'aimerais être moins égoïste quand je vois ça.

19-03-2020 15:14 
Laurentg

Tu as tout dit ManuSV….A entendre la majorité des Parisiens ils ne comprennent pas comment on peu vivre à la campagne, dès qu'on leur demande de rester à Paris ils s'enfuient,...bizard!!!
le pire c'est que les mesures de confinement risque de se durcir à cause de ça….

20-03-2020 09:55 
fift

Citation
Laurentg
A entendre la majorité des Parisiens ils ne comprennent pas comment on peu vivre à la campagne, dès qu'on leur demande de rester à Paris ils s'enfuient,...bizard!!!

Et les Provinciaux ne supportent pas Paris, par contre dès qu'on leur y proposent du boulot, ils y accourent ... bizarre.
(dans le genre raccourci à la con, on peut faire aussi).

Citation
Laurentg
le pire c'est que les mesures de confinement risque de se durcir à cause de ça….

Non.
Simplement à cause de la pandémie qui s'aggrave, ou pas.
Si elle s'aggrave, c'est parce que la contamination continue via les gens qui continuent à se rendre sur leur lieu de travail, il faudra donc interdire toute activité non strictement vitale (alimentaire, logistique, médical).
J'y crois peu.

Par contre, la durée du confinement va durer largement plus que les 15 jours initialement annoncés (qui étaient, rappelez-vous, un "minimum") pour une raison purement statistique. En Chine, la décroissance du nombre de contaminations journalières a commencé à baisser trois semaines après le confinement. Il est vraisemblable qu'en France ce soit au minimum du même ordre.
Et si la décroissance est symétrique à la croissance (ce qui semble le cas), il faudra ajouter trois semaines afin d'éliminer le risque de contagion.

Donc 6 semaines de confinement en tout.

20-03-2020 14:59 
KPOK

je vais faire mon petit KPOK, mais je n'ai lu nulle part qu'un confinement change quelque chose à une épidémie. on a des chiffres à comparer entre un pays qui a tout laissé ouvert et un autre qui a tout bouclé ?

je me méfie beaucoup des consensus, des choses "qui tombent sous le sens", des évidences. l'unanimité, aussi. c'est très dangereux, l'unanimité, c'est une manière de forcer la main à celui qui hésite, celui qui voudrait réfléchir.

c'est comme les masques. demande à un Chinois : c'est prouvé que ça ralentit la maladie ; c'est sévèrement puni de sortir sans ; c'est criminel de sortir sans. Comme en... France ?

alors ouais, ouais, il faut étaler l'épidémie pour ne pas saturer les hostos, d'accord. mais avec une durée d'incubation de 4 à 14 jours, rembobine un peu... où étais-tu il y a une semaine ? il y a 10 jours ?

bon, alors disons que c'est pour éviter de sur-saturer les hôpitaux dans 10 ou 15 jours. OK, faisons ça. ça mange pas de pain.

mais je me méfie quand même des évidences, des états d'urgence même "sanitaires". c'est comme les statistiques ou les sondages : on leur fait dire ce que l'on veut, aux évidences. La Terre est plate, c'est évident. Le confinement ralentit la propagation : c'est évident aussi ?

20-03-2020 15:59 
commando

D'accord, la terre est plate, au dessus, mais en dessous ?

20-03-2020 16:09 
fift

KPOK>
C'est une excellente question.

Un billet de science étonnante (par ailleurs un excellent blog de vulgarisation scientifique) qui explique relativement bien pourquoi la distanciation sociale est efficace contre la propagation d'une épidémie.

Science étonnante

Il ne se base pas sur les chiffres du coronavirus, mais en prenant un exemple fictif il montre comment en diminuant les interactions sociales on arrive à faire en sorte que l'épidémie se résorbe.

20-03-2020 16:09 
Godzilla

Citation
KPOK
je vais faire mon petit KPOK, mais je n'ai lu nulle part qu'un confinement change quelque chose à une épidémie. on a des chiffres à comparer entre un pays qui a tout laissé ouvert et un autre qui a tout bouclé ?



On a d'un côté l'Italie qui "essaie" le confinement.
Et de l'autre la Corée du Sud qui, parait-il, n'a rien confiné mais dépisté et hospitalisé à donf'.
Bon.

Mais les chiffres, on leur fait confiance ou pas?
Et là très vite, quelqu'un parle de la théorie du complot, ce qui pose le truc et empêche aussi de réfléchir.
Par exemple nos voisins allemands ne comptent pas les décès comme nous.
Un autre exemple, la Chine a-t-elle intérêt à divulguer le véritable nombre de décès dûs au coronaschtroumpf au risque de passer pour un pays sous-développé, ou pire, une dictature...?

Et revenons en France, ou on manque de matos dans les hôpitaux.
A-t-on intérêt à dépister pour avoir un nombre de personnes infectées qui explose?
Ce qui mettrait le doigt sur la gestion purement comptable de l'hôpital et créerait peut-être un effet de panique...

C'est ce qui se passe, on dépiste très peu. Un médecin parisien de ma famille s'est vu refuser un dépistage à l'hôpital(à Paris) alors que ses symptômes sont préoccupants. C'est pas comme si un médecin ça servait pas mal ces temps-ci.

Il va s'en poser des questions courant 2020 sur cette épidémie.

20-03-2020 17:45 
fift

Godzilla> La Corée du Sud a, dès les début, pratiqué des dépistages massifs. Ca a permis d'identifier les porteurs quasiment avant même qu'ils ne développent des symptômes.
Ensuite, ces porteurs identifiés ont été traqués (video-surveillance et suivi par téléphone mobile) afin d'identifier les personnes avec lesquelles ils ont été en contact. Lesquelles personnes ont pu être confinées rapidement.

Comme on le voit, ça a nécessité des moyens techniques conséquents, et à la fin les porteurs sont bien confinés.

Egalement, effectuer des tests à grande échelle alors que le virus est déjà répandu n'a plus aucun intérêt, puisqu'il restera forcément des porteurs non identifiés dans la nature.

Pour ce qui est des chiffres, chaque pays les détermine comme il le veut. Ce qui est intéressant, ce n'est donc pas la valeur des chiffres en eux-mêmes, mais leur évolution. Et on voit que l'évolution des chiffres (Corée du Sud mise à part, en raison de leur traitement de la crise très particulier) est très similaire pour tous les pays - ce qui tend à laisser penser que finalement, les données fournies sont relativement fiables pour peu qu'on s'intéresse à leur évolution et pas à leur valeur absolue.

20-03-2020 18:00 
Peterpan

C vrai que la Corée du sud semble avoir bien géré la crise ...mais en France , avec la propagation du virus déjà bien étendue , on n a pas d'autres moyens que de contraindre les gens à se confiner chez eux avec les conséquences que cela impose !!!!

Le drame de ce virus , quoique peu foudroyant en soi , est extrêmement contagieux !!..et qu il risque d occasionner de nombreux décès au niveau des personnes fragiles !!!


La Chine ,avec gouvernement autoritaire et population à l esprit collectif , a su imposer des règles en les faisant respecter autoritairement !

Dans les pays occidentaux ,...c surement un peu plus compliqué ! Peut être paieront ils un plus lourd tribut , prix de leurs libertés individuelles !

Ce qu on peut éventuellement critiquer en dehors de la gestion de la crise, c le manque de moyens alloués aux services de santé et de tous les services publics au détriment du Grand Capital !!!! Ceci est mon sentiment … et le restera !!

V

20-03-2020 19:02 
BIG83

Salut

Citation
prix de leurs libertés individuelles !
De leur égoïsme tu veux diretriste
V

20-03-2020 19:10 
Peterpan

Je n osais pas le dire mais tout a fait !!! clin d'oeil

..au demeurant l égoisme pouvant être engendré par l esprit de compétition ...mais toute liberté individuelle en société doit passer par le respect des autres...condition sine qua none !

20-03-2020 19:20 
fift

Citation
Peterpan
C vrai que la Corée du sud semble avoir bien géré la crise ...

V

La Corée du Sud a très bien géré la crise. C'est le seul pays dans ce cas.
Mais c'est à condition d'avoir pris les mesures nécessaires (et les moyens techniques de le faire, notamment la détection et le suivi des personnes contactées par un porteur) suffisamment à temps.
Une fois un certain seuil passé, les tests sont quasiment inutiles.

Je ne peux que vous engager à lire le lien que j'ai mis plus haut dans ma réponse à KPOK.

20-03-2020 19:57 
Laurentg

Et non Fift, même si on me doublait mon salaire je n'irai pas bosser à Paris…..je n'ai même jamais vu la Tour Eiffel et ça ne manque pas!

20-03-2020 20:02 
fift

Bah oui, tu vois, c'était un raccourci à la con ...

20-03-2020 20:12 
Laurentg

Ce que je voulais dire, c'est que les Parisiens ont déboulés en masse à la campagne, comme pendant les vacances mais sans prévenir et ont vidés les magasins sauf que ceux-ci n'étaient pas organisés pour recevoir ce flux de personnes et que les rayons sont presques vides...ce n'est pas un raccourci à la con mais la réalité et j'appelle ça de l'égoïsme aggravé...voilà fin de l'histoire!

20-03-2020 20:44 
fift

Le raccourci à la con, c'est LES parisiens.
A la place de "DES" parisiens pipeau.


Au même titre que mon raccourcis sur "LES" provinciaux à la place de "DES" provinciaux.


A noter qu'il n'y a pas besoin que des parisiens débarquent pour vider les rayons. Ca s'est passé aussi chez mes parents (et dans pas mal d'autres coins de France) sans qu'ils n'aient eu d'afflux massif de personnes.


C'est évidemment de l'égoïsme de la part de ces personnes (L'Iguane l'avait pointé, je ne sais plus si c'est sur ce fil ou un autre). Pas la peine de mettre tout le monde dans le même sac, notamment ceux qui restent confinés dans des appartements généralement sensiblement plus petits que les maisons de province.

20-03-2020 20:54 
Godzilla

Citation
fift
A noter qu'il n'y a pas besoin que des parisiens débarquent pour vider les rayons. Ca s'est passé aussi chez mes parents (et dans pas mal d'autres coins de France)



Sans afflux de parisiens (enfin, un peu, les trains étaient pleins la veille), en début de semaine, un supermarché pris d'assaut, les gens se battent, la police arrive, flanque tout le monde dehors, magasin fermé pendant environ une heure avant de réouvrir.

Et ça s'est passé dans le 87, là ou la vie est douce.sourire


Il a suffit d'attendre quelques jours et le bon sens a repris le dessus, mais quand même.

20-03-2020 23:35 
CLEW

Citation
Tikaf93
Soignant mais aussi motard le plus dur pour moi en rentrant par cette belle aprem a été la tentation d'aller me balader, pour me vider la tête. Sachant que je pourrai profiter de ma carte professionnelle, et de l'attestation de mon chef de service en invoquant le fait de rentrer chez moi.

Bin pour rentrer chez soi depuis son travail on prend l'itinéraire le plus direct. Ta carte pro et l'attestation de ton chef de service ne te servent normalement à rien si tu es trop loin de cet itinéraire.

21-03-2020 00:40 
cajo

On le sent à plein nez, tout ce merdier est à mettre sur le compte des Parisiens effrayés qui fuient l'appart (sans balcon) de 45m2 et le métro, des 3 jeunes réunis au pied de l'immeuble, des SDF salauds d'pauvres, des sportifs défoncés adré-EPO, des salopards de gosses qui portent le truc et qui en plus ne le déclarent même pô, des p'tits vieux qu'en finissent pas d'crever tout seul en silence, des égoïstes qui sont restés pendant que d'autres sont aux Seychelles, des fourbes grugeurs le sport national, des immigrés qui franchissent les frontières, des écolo-gauchistes anti-militaristes ah les p'tits enculés, des familles nombreuses qui ne maîtrisent pas leurs enfoirés de chiards, des communistes Chinois et des martiens ...

La hantise, la peur et les angoisses de mort, font sans cesse désigner l'autre comme responsable honteux, dans un jeu morbide où on trouve toujours un bouc émissaire à tondre-lapider-pendre ...
Pour dépasser ces angoisses, certains jouisseurs de l'ordre rêvent de l'ordre absolu et des innombrables chaînes-contraintes-contrôles à mettre en place. Ah dans ce domaine, on est bon, c'est open bar et on en a des solutions !

M'enfin, quels sont les connards qu'ont pas jugé nécessaire de commander les masques, de faire des tests, de confiner intelligemment c'est-à-dire de penser et d'organiser sérieusement cette affaire la, sans négliger voire oublier les plus nécessiteux ... ?
Qui sont ceux qui ont torpillé les services publics (l'hôpital toussa toussa) et qui rêvent de privatiser la Sécu et les retraites au profit de l'assurance privée ...?

au bord des larmes Hé ben manquent pô d'air les mecs qui viennent nous lécher l'cul, saluant le courage et l'abnégation des gladiateurs qui vont affronter le danger, louant la solidarité ... Allez tous en c½ur, on applaudit à 20h hein !


gros bisous

21-03-2020 08:08 
KPOK

Les non-applaudisseurs à 20 heures seront punis d'une amende de 135 euros pour complot contre l'Ennemi.

Zut... même l'humour noir devient nul.

En tous cas, le Championnat de France de Pointage du Doigt bat son plein. #balancetonvoisin

Le pillard, c'est celui qui a un rouleau de PQ de plus que moi dans son caddie, l'inconscient c'est celui qui en a un de moins ?

21-03-2020 09:20 
BIG83

Salut
[www.liberation.fr]

On fait pas, c'est scandaleux....
On fait, c'est scandaleux...
On prévoit, ça n'a servi à rien, c'est scandaleux...
On ne prévoit pas mais ça aurait pu servir, c'est scandaleux....

Ils sont beaux, les izonka, izorédu....gerbegerbegerbe

1584782527-plaque-emaillee-tout-homme-qui-dirige.jpg

V

21-03-2020 10:22 
CLEW

Le problème Big c'est qu'à crier "aux loups" pour n'importe quoi, on en arrive à ce qui se passe pour le Covid, plus personne n'y croit et pourtant les médias donnaient des infos plus ou moins effrayantes. Hélas, encore une fois, leur proximité (ou supposée) avec le monde politique tendait à les discréditer.

Par ailleurs, malgré tout ce que l'on voyait, le message envoyé par le Gouvernement était rassurant, notre porte-parole du Gouvernement nous rassurait en nous disant que nous n'étions pas l'Italie. Les élections municipales étaient maintenues. La situation à Mulhouse était sous contrôle... et puis patatras ! tout s'effondre ! le lendemains des élections : confinement ! Quelques jours plus tard Buzin nous par voie de presse que la situation était connue depuis fin janvier début février... Nos décideurs si prompts à imposer leur décision aux gueux que nous sommes n'osent pas prendre une décision plutôt parce que les autres partis s'y opposent (enfin pour le report des élections). Alors deux poids deux mesures ? ou Gouvernement inapte ?
La seule chose dont je suis sûr c'est que nos politiciens ne sortent, encore une fois, pas grandi de cette situation. Comme un certain Dr C, ils nous ont mentis, les yeux dans les yeux.

21-03-2020 11:52 
cajo

BIG > je ne comprends pas bien l'argumentation ...

Et puis, on peut ne pas être d'accord ici, sans avoir recours aux qualificatifs un poil méprisants et la gerbe qui va avec, nan ?

clin d'oeil

21-03-2020 13:47 
Godzilla

Ce qui est certain, c'est qu'il fait super beau.

Imaginez un peu les balades qu'on pourrait faire sans tout ce bazar.
A pied, en vélo, en moto, en voiture de collection...au bord des larmes

21-03-2020 14:19 
cajo

Tiens quelque chose d'un peu plus "frais" que Jules Clarétie ...
Frédéric Lordon

De quoi s'interroger, être pô dac, être intéressé ou insensible, apprendre quelque chose et réfléchir, mettre des mots sur une vague impression ...? V

21-03-2020 16:14 
fift

Citation
cajo


M'enfin, quels sont les connards qu'ont pas jugé nécessaire de commander les masques, de faire des tests, de confiner intelligemment c'est-à-dire de penser et d'organiser sérieusement cette affaire la, sans négliger voire oublier les plus nécessiteux ... ?

Cajo, les production de masques ont été très tôt à l'arrache, et il est devenu extrêmement compliqué d'en trouver (cf les articles mentionnant que chaque pays voulait garder "les siens") avant même que l'épidémie ne se déclare franchement en Europe. Et je pense que le lynchage en règle qu'a subi R.Bachelot il y a 10 ans pour avoir commandé des millions de masque "pour rien" (et j'en faisais partie à l'époque) est aussi resté dans les mémoires.
Faire des tests ... oui, à condition d'en avoir assez pour le faire à grande échelle, suffisamment tôt, et de pouvoir traquer les porteurs et ceux avec qui ils sont été en contact (ce qu'ont fait la Corée du Sud et Singapour mais avec une population beaucoup plus faible et des moyens technologiques beaucoup plus importants).

Quant à "confiner intelligemment", bah, ce type de mesure se prend à chaque fois dans l'urgence puisque c'est à la journée près. Toujours plus facile à dire une fois que c'est en place (bon, j'avoue que le coup de "vous avez le droit de faire du sport question).

Pour le délitement de la structure sanitaire, je ne peux que te rejoindre ... mais ça fait 20 ans que ça dure.


Pour le côté public/privé, si je me fais volontairement l'avocat du diable, le pays qui a le mieux géré la crise à savoir la Corée du Sud est le pays qui a le système de santé le plus privatisé du monde ...
Le tout n'est donc pas le choix public/privé à mon avis (ça, c'est une question de choix de financement), c'est de savoir quel est le meilleur ratio coût (qu'il soit public ou privé) / niveau de soin. Clairement, aujourd'hui, on n'y est pas du tout, on est bien d'accord.

21-03-2020 17:32 
castagl

?Je vous invite à lire cet article qui vous éclairera sur :

- la nécessité on non du confinement et ses résultats,
- la nécessité ou non du dépistage : vaut mieux dépister pour confiner ceux qui le nécessitent
- la nécessité ou non de traiter : études faites, études nécessaires en cours (Lilli, Pitié Salpétrière, Marseille...)

Oui, la Corée a dépisté à large échelle puis a confiné, suivi, surveillé et elle a gagné
Oui, la chine a surtout confiné mais aussi traité en toute petite partie

@ fift qui écrit : "Egalement, effectuer des tests à grande échelle alors que le virus est déjà répandu n'a plus aucun intérêt, puisqu'il restera forcément des porteurs non identifiés dans la nature."

Ben non, le fait que dépister massivement permet de cerner la population positive, de la confiner puis de la traiter ce qui diminuera voire empêchera la propagation du virus, ce qui représente un intérêt non négligeable.

@ peterpann qui écrit : "C vrai que la Corée du sud semble avoir bien géré la crise ...mais en France , avec la propagation du virus déjà bien étendue , on n a pas d'autres moyens que de contraindre les gens à se confiner chez eux avec les conséquences que cela impose !!!! "

La propagation du virus n'est pas si étendue que ça avec, par ci et par là, des zones quasi blanches. On a d'autres moyens que de confiner tous les gens chez eux. Ne confinons que les positifs car le confinement limite certes la propagation du virus mais pas son éradication avec le risque d'effet rebond dans le temps. Ce confinement entraîne, à terme, de lourds problèmes sociaux et économiques.

Mais, nous ne disposons pas actuellement les moyens de dépister massivement la population mais j'ai espoir....

21-03-2020 18:01 
Peterpan

Pas trop envie de ranimer le débat public / privé .. c pas trop le sujet ..juste faire remarquer : Qui se coltine les urgences , les soins des gens peu aisés juste concernant le domaine de la santé !

Enfin concernant la Corée du sud .. certes un peuple discipliné , un état prévoyant qui a surement pris les devants ...mais merveille de la technologie , où chaque individu semble étroitement surveillé par l intermédiaire de son smartphone !!!...C un choix de vie qui peut avoir ses avantages en cas de crise ..c sur !!!

V

21-03-2020 18:11 
Peterpan

Castagl--> "La propagation du virus n'est pas si étendue que ça avec, par ci et par là, des zones quasi blanches. On a d'autres moyens que de confiner tous les gens chez eux. Ne confinons que les positifs car le confinement limite certes la propagation du virus mais pas son éradication avec le risque d'effet rebond dans le temps. Ce confinement entraîne, à terme, de lourds problèmes sociaux et économiques. "

Tu as entièrement raison ...mais effectivement :

"Mais, nous ne disposons pas actuellement les moyens de dépister massivement la population mais j'ai espoir...."

Difficile d échapper au confinement dans ces conditions ...avec toutes les contraintes et conséquences qu il impose malheureusement !

21-03-2020 18:18 
Bettyboop69

Castagl--> "La propagation du virus n'est pas si étendue que ça avec, par ci et par là, des zones quasi blanches"

On parle ici des gens dé-pis-tés !
Les vrais chiffres des touchés sont tout autre. Autour de moi, deja plein de gens malades. Teleconsultation -> rester isolé chez soi avec Doliprane, et ne rappeler QUE si complications respiratoires -> hopital et alors seulement test.
Sachant que pour 80-90%, ça guérit comme ça, tu peux calculer les personnes infectées... sans parler des touchés sans symptomes.

21-03-2020 19:33 
cajo

Citation
castagl
Je vous invite à lire cet article qui vous éclairera

Très très intéressant et instructif en effet, merci castagl !!
V

21-03-2020 22:25 
castagl

Citation
Bettyboop69
Castagl--> "La propagation du virus n'est pas si étendue que ça avec, par ci et par là, des zones quasi blanches"

On parle ici des gens dé-pis-tés !
Les vrais chiffres des touchés sont tout autre. Autour de moi, deja plein de gens malades. Teleconsultation -> rester isolé chez soi avec Doliprane, et ne rappeler QUE si complications respiratoires -> hopital et alors seulement test.
Sachant que pour 80-90%, ça guérit comme ça, tu peux calculer les personnes infectées... sans parler des touchés sans symptomes.

Faux. On ne parle pas de gens dépistés parce qu'ils ne le sont pas car il n'y a pas de dépistage systématique en France. Là, on ne recense que les sujets présentant des symptômes.

Cependant, selon des zones, les gens sont plius ou moins respectueux des règles sanitaires.

21-03-2020 23:33 
Bettyboop69

@castagl en fait, on est plutot alignés, mm si exprimé peut-être maladroitement (de mon côté).

Interessant éclairage, ton article

22-03-2020 08:55 
Peterpan

J ai lu 2 articles intéressants ce matin sur msn concernant les conséquences du confinement ( mais selon moi inévitable si on veut éviter plusieurs dizaines milliers de morts cette année !)

- l un concernant la disparition complète du virus :


je cite ".....
Ils découvrent qu’une épidémie ne meurt pas « faute de combattants » --situation dans laquelle l’agent infectieux finirait par disparaître avec les malades qu’il tue --, mais par acquisition d’une « immunité grégaire », explique M. Flahault qui dirige l’Institut de santé global à l’Université de Genève (Suisse). « L’immunité grégaire, c’est la proportion de personnes immunisées contre le virus (par infection ou par vaccin quand il existe) qui doit être atteinte pour bloquer tout risque de résurgence de l’épidémie » indique-t-il à l’AFP.
Cette proportion dépend de la facilité avec laquelle le virus se transmet d’une personne infectée à un sujet sain : schématiquement plus la maladie est contagieuse, plus la proportion des personnes immunisées doit être élevée pour stopper l’épidémie. Antoine Flahault calcule que pour le Covid-19 « il faudrait entre 50 et 66 % de personnes infectées puis immunisées pour éteindre la pandémie ». Mais le niveau de contagiosité « R » varie au cours du temps, en fonction des mesures sanitaires prises (quarantaines, mesures barrières, confinements) et aussi potentiellement des conditions climatiques. Si « R » devient inférieur à 1, à savoir un malade contamine en moyenne moins d’une personne, « alors l’épidémie s’arrête », souligne M. Flahault.
« La réapparition est une possibilité, avec une résurgence saisonnière »
Mais « elle ne s’éteint pas nécessairement, en particulier si la proportion d’immunisés n’a pas atteint les 50 à 66 %. Elle peut marquer une pause. C’est ce qui se produit en Chine actuellement ainsi qu’en Corée », assure-t-il. Les freins sanitaires ou météorologiques à la contagion « sont transitoires, et dès qu’on les relâche, l’épidémie redémarre jusqu’à atteindre l’immunité grégaire ad-hoc, parfois sur plusieurs mois ou années », selon ce spécialiste français."



le 2ème article concernant la santé mentale des personnes confinées et des dégâts collatéraux que le confinement pourrait provoquer !!

22-03-2020 09:38 
cajo

Peterpan > merci ! et peux-tu proposer un lien pour le 2° article Stp ? V

22-03-2020 10:12 
Peterpan

Je n arrive pas à mettre le lien ...tu trouveras l article sur msn actu !

V

22-03-2020 12:14 
Charlie_41

msn actu... le truc plein d'article people & putaclic question

22-03-2020 13:12 
Peterpan

entre autres .. mais parfois tu peux lire un article intéressant ..il faut trier un peu ...voire beaucoup parfois !!!clin d'oeil

22-03-2020 13:26 
kikou 13

Interview de LA référence en ce domaine ...!!!



SAMEDI 21/03/2020 à 07H22 - Mis à jour 22/03/2020 à 13H38
| SANTÉ
| MARSEILLE,ÉDITION MARSEILLE
Coronavirus : "Je ne suis pas un outsider, je suis en avance", entretien avec le professeur marseillais Didier Raoult
Entre matamore et maths à mort, l'infectiologue revient sur les critiques et les enjeux du moment
Par Alexandra Ducamp

Le patron de l'IHU est convaincu de la pertinence de l'hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19.

Le patron de l'IHU est convaincu de la pertinence de l'hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19.
PHOTO GEORGES ROBERT



50

closevolume_off

Il n'en démord pas. Malgré l'écho donné à la défiance politique et médicale concernant son essai clinique, le patron de l'IHU est convaincu de la pertinence de l'hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19. Malgré la psychose médiatique et son décompte mortuaire quotidien, il le répète : on a plus de chance de mourir d'autre chose que du "coronavirus chinois". Alors qu'hier soir le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy appelait solennellement à une stratégie de dépistage massif, Didier Raoult, lui, l'avait préconisée et mise en place dès l'arrivée des premiers rapatriés de Wuhan. Dans les couloirs de l'IHU, on glisse que dans cette crise sanitaire, "il a mis ses couilles sur la table". L'histoire dira si le détonnant Pr Raoult avait raison. Rencontre.

Et aussi "Si ses résultats sont positifs...", le ministre de la Santé s'exprime sur l'étude du professeur marseillais Didier Raoult
627 morts en une journée et 40 000 cas de Covid-19 en Italie, on n'en est plus à la "grippette" dont vous parliez il y a quelques semaines...
Pr Didier Raoult : Vraisemblablement, vous ne comprenez pas du premier coup. Toutes les situations doivent être mises en perspective. Sur quelle maladie infectieuse toute la presse s'est-elle excitée l'année dernière ? La rougeole. À la fin, il y a eu 1 000 cas avec un mort et il y avait une annonce tous les jours dans les médias. Le monde de l'information vit dans un monde parallèle au mien, celui de l'observation. On est passé d'une exagération à une déconnection. Il y a dans le monde 2,6 millions de morts d'infections respiratoires par an, vous imaginez que les 5 000, 10 000 ou même 100 000 vont changer les statistiques ?

On ne parle pas de statistiques, on parle d'êtres humains, de populations entières confinées...
Pr Didier Raoult : De quoi voulez-vous parler d'autres ? Les gens meurent, oui. La plus grande surmortalité de ces dernières années en France, c'était en 2017 : 10 000 morts supplémentaires en hiver, on ne sait pas même pas si c'est de la grippe. 10 000 morts, c'est beaucoup. Mais là, on en est à moins de 500. On va voir si on arrive à en tuer 10 000, mais ça m'étonnerait.

L'argument statistique est donc le seul prisme...
Pr Didier Raoult : À Marseille, nous avons diagnostiqué 120 cas positifs, il y avait deux morts de plus de 87 ans. Ils mourraient aussi l'année dernière. Sur 100 prélèvements de gens qui ont une infection respiratoire, ce sont plutôt des cas graves, quand on teste 20 virus et 8 bactéries, il y en 50 % dont on ne sait pas ce qu'ils ont, c'est notre grande ignorance. Pour tous les autres, il y a 19 virus saisonniers, qui tuent aussi. Les coronavirus endémiques tuent plus ici que le chinois. Je confronte en permanence les causes de mortalité dans toute la région à cette espèce de soufflet anxiogène qui monte : pour l'instant, on a plus de chance de mourir d'autres choses que du Covid-19. Le grand âge, les comorbidités et la prise en charge tardive sont des facteurs de mortalité. C'est peut-être inentendable, mais c'est la réalité. La seule chose qui m'intéresse sont les datas, les données brutes. Les données vont rester, les opinions, elles, changent... Je ne dis pas l'avenir, mais je ne suis absolument pas terrifié.

"Dans mon monde, je suis une star mondiale"
Comment expliquez-vous la situation dans l'est de la France ?
Pr Didier Raoult : Je suis scientifique, c'est ce qui manque dans ce pays ; une grande partie du monde politique et administratif réagit comme vous (les médias, NDLR). Nous, nous ne devons pas réagir comme ça. Les seules données qui m'intéressent ce sont les données d'observation, je n'ai pas d'opinion. Il n'y a que la presse qui parle de ce qui se passe dans l'Est, moi, je n'ai pas de données. Pour l'Italie, on disait pis que pendre, j'ai reçu une analyse, c'est comme ailleurs, ce sont des gens de plus de 75 ans. Les Japonais ont fait un très beau modèle expérimental en confinant les croisiéristes assez âgés sur le Diamond Princess. On a bien vu que c'était contagieux, 700 l'ont chopé. Mais en dépit d'une population très fragile, il n'y a eu qu'1 % qui sont morts. C'est la réalité observée. Quand il y aura 1 000 morts dans l'Est, je dirai oui, c'est grave.

Et aussi Le vrai du fake : "Le coronavirus circule-t-il vraiment dans l'air ?"
Vous êtes en permanence à contre-courant du discours...
Pr Didier Raoult : Ce n'est pas parce qu'il y a quelques personnes qui pensent certaines choses à Paris, que je suis à contre-courant. Dans mon monde, je suis une star mondiale, je ne suis pas du tout à contre-courant. Je fais de la science, pas de la politique. Les maladies infectieuses, ce n'est pas très compliqué, c'est diagnostic et traitement. C'est le B-A ba, si les gens ne connaissent pas le B-A ba des maladies infectieuses ou de la chloroquine qui s'apprend en troisième année de médecine, je n'y peux rien. Je vais pas refaire l'éducation de ceux qui refont le monde sur les plateaux-télé. Je me fous de ce que pensent les autres. Je ne suis pas un outsider, je suis celui qui est le plus en avance. La vraie question est : comment ce pays est arrivé dans un tel état que l'on préfère écouter les gens qui ne savent pas que plutôt ceux qui savent ?

24 patients sont suivis dans l'essai clinique, combien de personnes ont été traitées depuis...
Pr Didier Raoult : On en a traitées d'autres mais je ne vous dirai pas combien. J'en informerai d'abord le ministère.

Après six jours de traitement, la charge virale de 75% des patients est négative, sont-ils pour autant guéris ?
Pr Didier Raoult : Ils sont guéris du virus. Mais si vous avez des lésions pulmonaires, elles ne disparaîtront pas en trois jours. Nous ne savons pas pour le moment non plus si, une fois guéri, vous pouvez retomber malade, cela n'a pas été décrit par les Chinois qui ont deux mois d'avance sur nous.

Quid des 25 % qui sont toujours positifs ? Leur situation s'aggrave-t-elle comme on le dit autour des 7e et 8e jours ?
Pr Didier Raoult : Nous n'avons pas eu d'aggravation dans les cas traités mais nous ne voyons pas de gens dans des états graves. Pour l'instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas. Si on dépiste et que l'on traite les gens précocement il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale.

Votre stratégie depuis le début de l'épidémie est de mobiliser tout l'IHU pour faire du dépistage massif, pourquoi, cela n'a pas été une stratégie nationale dès l'origine ?
Pr Didier Raoult : Ce n'est pas ma stratégie, c'est du bon sens. Je ne sais pas pourquoi ce n'est pas une stratégie nationale, c'est un choix politique. Moi, je fais mon devoir, point final. Je fais ce que je dois faire, je joue ma partition dans une pièce. Mais ce n'est pas moi qui ai inventé le théâtre, ni le texte. Je suis le seul à avoir une pensée classique sur les maladies infectieuses alors que tout le monde perd ses nerfs...

Quid des effets secondaires du traitement à l'hydroxychloroquine ?
Pr Didier Raoult : Ce qu'on dit sur les effets secondaires est tout simplement délirant. Ce sont des gens qui n'ont pas ouvert un livre de médecine depuis des années. Plus d'un milliard de gens en ont bouffé, les personnes qui souffrent de lupus en prennent pendant des décennies... Je connais très bien ces médicaments, j'ai traité 4 000 personnes au Plaquénil depuis 20 ans. Ce n'est pas moi qui suis bizarre, ce sont les gens qui sont ignorants. On ne va pas m'apprendre la toxicité de ce médicament.

Le gouvernement a annoncé élargir les essais sur l'hydroxychloroquine mais par des équipes indépendantes de la vôtre, pourquoi ?
Pr Didier Raoult : C'est normal. Jusqu'il y a 30 ou 40 ans, en faisant face à des maladies qu'on soignait mal ou pas, la méthodologie, on s'en foutait un peu. Le premier type qui avait une infection à staphylocoque, on lui donnait de la pénicilline, il était guéri et tout le monde était content. Au fur et à mesure où l'on a été de plus en plus compétent, il a fallu faire des études en double aveugle, puis rendre publiques des données pour ne pas qu'il y ait des tricheurs, notamment en raison des enjeux financiers. Aujourd'hui, on sait par les Chinois que le portage moyen du virus est de 20 jours. Nous, nous avons les moyens de mesurer la charge virale, on voit qu'elle baisse, donc c'est que ça marche. On n'avait pas besoin de groupe témoin. Je suis content de l'élargissement des essais avec des médicaments, qui marchent, je suis juste un docteur. Si vous avez des doutes sur ma crédibilité, ce n'est pas mon problème. Il y a des gens soignés dans le monde entier, je ne me sens pas plus responsable des malades de Paris que de Corée. Ce seront les plus intelligents qui seront le mieux soignés. Je n'essaie pas d'être arrogant. Si les gens ne veulent pas regarder les chiffres, je n'y peux rien. Nous avons réalisé les 2/3 des tests de France, on a mis en place une machine de guerre. Après, on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif.

22-03-2020 14:28 
castagl

Ben voilà : on dépiste, on traite le plus tôt possible et on diminue le nombre de cas sévères donc de décès.

22-03-2020 14:48 
CLEW

Citation
castagl
Ben voilà : on dépiste, on traite le plus tôt possible et on diminue le nombre de cas sévères donc de décès.

C'est ce que certains pays ont fait avant nous ou après ou, selon un terme cher à EM, en même temps... Les allemands s'y essaient avec la réussite que l'on sait.
Il est triste de constater que dans le milieu scientifique règne encore une forme d'obscurantisme et beaucoup, beaucoup de jalousie

22-03-2020 16:33 
castagl

Citation
CLEW
Citation
castagl
Ben voilà : on dépiste, on traite le plus tôt possible et on diminue le nombre de cas sévères donc de décès.

C'est ce que certains pays ont fait avant nous ou après ou, selon un terme cher à EM, en même temps... Les allemands s'y essaient avec la réussite que l'on sait.
Il est triste de constater que dans le milieu scientifique règne encore une forme d'obscurantisme et beaucoup, beaucoup de jalousie

Ça toujours été ainsi. Cependant, force est de constater que les médecins spécialistes ou non / chercheurs....étaient autrefois écoutés et partageaient les décisions avec l'administration hospitalière/universitaire.

Mais ce pouvoir de décision partagé a disparu depuis les années 90 où seule l'administration actuellement gère en solo les problèmes et le système dysfonctionne tant localement qu'à l'échelon national (cf la tarification au T2A, inefficace et coûteuse).

Ainsi donc, le pouvoir décisionnaire est centralisé depuis longtemps et les décisions sont prises par des "gérants" non compétents en la matière, même s'ils s'appuient parfois sur l'avis de médecins qu'ils choisissent eux-mêmes, alors que les décisions devraient s'appuyer sur un conseil scientifique validé par ses pairs, disons un collège de professionnels facilement identifiables mais dont il faut faire l'effort de réunir.

Exemple de la gestion des hôpitaux aujourd'hui : catastrophique avec failite de personnel soignant, mais pas du tout de personnel non-soignant, fermetures de lits injustifiées......Endettement massif.

Exemple de la gestion d'un CHU de Valenciennes : plutôt excellente, le CHU n'accusant plus de pertes financières car ici, administrateurs et médecins se partagent la gestion des services où chaque chef de service se voit administrer, gérer les dépenses du service avec une enveloppe annuelle de X milliers d'euros. Au delà de cette somme : réunion avec l'administration pour arriver à un accord.

Sous-exemple : on est en droit de se demander s'il n'est pas plus logique que ce soit le chef de service qui choisisse lui-même le type de matériel qui lui est nécessaire plutôt que l'administration centrale qui passe commande et ne choisit pas forcément le matériel le plus adapté mais surement le moins cher (voire celui du copain). Il en est de même de la gestion des lits, des congés et des RTT mise entre les mains de ceux/celles que l'on appelait autrefois les surveillant(e)s - à l'époque proche de leurs équipes et des patients - devenu(e)s "cadres de santé" et qui rne font pas remonter à l'admin des dysfonctionnements évidents. Et les médecins, alors ? Ben, ils ne sont pas entendus et ne peuvent eux-mêmes gérer la fermeture de salles de bloc opératoire etc....OK, ils devraient s'organiser et se révolter ? Ben ils ont commencé dernièrement avec la démission de chefferie de servie d'une bonne centaine d'entre eux...

Bon, j'ai essayé de simplifier mais c'est pas facile d'exprimer les problèmes rencontrés et les solutions à proposer. Pourtant, le CHU de Valenciennes l'a fait.

22-03-2020 18:28 
kikou 13

tant qu'on laissera les politiques décider ce qui est bon pour notre santé... (entre autres) on sera mal ...!

22-03-2020 19:27 
Peterpan

Petit rectificatif --> Tant qu on laissera l'économie gérer nos pbmes de santé, de transport , d'éducation au détriment da la politique qui gère l ensemble des composants d'une vie en société : santé éducation police defense , travail et èconomie comprise !!!!

V

22-03-2020 19:53 
BigTof

18 mars 2022.

Je suis confiné chez moi depuis 24 mois, comme tous les français. Macron a parlé hier et je l’ai regardé, plus pour combattre l’ennui que pour m’informer.
Depuis 2 ans maintenant, l’activité est au ralenti et il n’apparaît jamais que pour nous donner des nouvelles de choses qui ne nous concernent pas tant que ça : la guerre contre la Chine et la Russie, la recherche d’un vaccin plus efficace contre le Covid-22.15 que les précédents, et ainsi de suite...

La grande question, je me la pose depuis un moment. Macron est-il un Deep Fake ? Sommes-nous les victimes consentantes d’un gigantesque canular pendant que le monde est reformaté ?
Sur ma moto, des toiles d'araignées...

26-03-2020 12:30 
Peterpan

Pour se changer les idées dans cette période de confinement : à voir ou à revoir !! lol clin d'oeil

mbfW9SlC1VTROWLsN74uumg399L.jpg

26-03-2020 12:45 
VincFR75

Citation
fift
Citation
Laurentg
A entendre la majorité des Parisiens ils ne comprennent pas comment on peu vivre à la campagne, dès qu'on leur demande de rester à Paris ils s'enfuient,...bizard!!!

Et les Provinciaux ne supportent pas Paris, par contre dès qu'on leur y proposent du boulot, ils y accourent ... bizarre.
(dans le genre raccourci à la con, on peut faire aussi).

+1. J'ajouterais que près de 70% des "Parisien" sont originaires de province... Donc bon la grande partie des "Cons de Parisien qui s'enfuient en province" c'est enfaite des membres de vos familles... Bien souvent vos gamins qui étudient et débutent leur carrière à Paris.

V.

26-03-2020 14:28 
cajo

Citation
VincFR75
Bien souvent vos gamins qui étudient et débutent leur carrière à Paris.
.... ben c'est bien c'qu'on dit, des pauv' petits cons !! pipeau

26-03-2020 16:12 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous