english

Jeu : Test de Ride

Un jeu réussi dans la lignée des derniers MotoGP

Plus de 100 sportives, roadsters et classics de série des grands constructeurs motos

Les amateurs de jeux vidéo auront dû prendre leur mal en patience avant de pouvoir mettre la main sur un jeu proposant des courses avec des motos de séries. Le meilleur représentant et dernière réussite de ce type de jeu n'était autre que Tourist Trophy sorti en 2006 sur Playstation sous la houlette des créateurs de la franchise Gran Turismo.

Voilà que Milestone, qui s'est illustré ces dernières années avec la série des SBK puis en reprenant avec brio les licences MotoGP et MXGP, se lance dans l'aventure avec son premier jeu qui ne reprend pas la licence d'un championnat : Ride. Sur le papier, on a de quoi être aux anges compte tenu de la qualité des derniers titres du développeur et du contenu annoncé, mais qu'en est-il vraiment manette en main ?

Une course dans le Stelvio en Aprilia Tuono

Gameplay

Poignée dans l'angle

Ceux qui ont pu s'essayer à MotoGP 13 et 14 ne seront pas trop dépaysés, on reconnait les mécanismes de jeu propre à l'éditeur milanais. Très assistée de prime abord, la jouabilité est modulable en fonction des envies de chacun grâce à de nombreuses aides au pilotage.

En mode standard, le freinage est assisté et couplé avant/arrière, l'anti-wheeling est paramétré au maximum tout comme le contrôle de traction (TCS). Difficile dans ces conditions de faire une erreur. Les puristes et motards que nous sommes préfèreront tous désactiver ces aides et passer sur une physique dite "réaliste". Ici, les freins se gèrent indépendamment et l'accélération se dose. Il n'est pas rare de se retrouver en roue avant si l'on oublie de redresser son pilote à l'approche d'un freinage ou de perdre l'arrière lorsque l'on désactive totalement le TCS. Alors que l'anti-wheeling se règle avant la course et se révèle très utile sur des monstres de couple comme la KTM 1290 Super Duke R, le TCS est ajustable en temps réel pendant le roulage sur 5 niveaux.

Les motos ont leur propre caractère, comme la Super Duke R particulièrement brutale

Ride propose une centaine de machines récentes et anciennes s'étalant de la petite KTM RC390 aux hypersportives préparées du SERT, du GMT 94 ou encore du SRC Kawasaki. De quoi offrir une large palette d'engin au comportement bien différent. Des comportements que l'on retrouve assez bien dans la maniabilité des motos : certaines sont très expressives à l'accélération, d'autres font preuve de lourdeur dans les changements d'angle tandis que les plus affûtées tiennent parfaitement l'équilibre à (très) haute vitesse.

La loi du plus fort

Qui dit course, dit adversaires. Là encore, on retrouve les qualités et les défauts des précédents jeux de Milestone. Très accessible dans les modes de difficultés faciles, la tâche se complique lorsque l'on opte pour une concurrence plus ardue. Un vrai challenge qu'il est plaisant de relever.

La vue depuis l'intérieur du casque est plus immersive mais aussi plus compliquée

Les concurrents font alors tout pour reprendre l'avantage et se manquent parfois en tentant un freinage trop tardif. Il reste cependant cette impression qu'il ne faut pas se trouver sur leur trajectoire. S'ils n'hésitent pas à vous esquiver, il n'est pas rare qu'un pilote vous rentre dedans et vous envoie valser, car vous vous trouviez sur sa route et que vous avez freiné trop fort. Une situation d'autant plus fréquente sur les départs, mais bien moins récurrente que dans les précédents jeux.

Les chutes sont justement très hétérogènes dans la qualité de leur retranscription. Le comportement de la moto sur une erreur de pilotage est parfaitement rendu; highside, dérapage, roue avant... En revanche dès qu'il s'agit de contact c'est une tout autre paire de manches. Un léger accrochage peut occasionner une chute là où un simple déséquilibre serait de rigueur.

Même les motos électrique sont représentés avec la Lightning

Graphismes

L'homme et la machine

Côté graphismes, le titre offre une représentation fidèle des différentes machines. Ces dernières sont reproduites jusque dans les moindres détails et bénéficient d'un soin particulier. Le résultat est franchement convaincant et ne souffre d'aucune contestation.

Il en va de même pour le pilote dont l'attitude est globalement réussie et dont l'animation le rend vivant, loin de l'image de "piquet" que pouvaient renvoyer certains jeux dans le passé. Par ailleurs, il est possible de définir avec précision la position de son pilote dans les courbes et à l'accélération : angle de la tête, genou sorti, position des épaules... tout ou presque est paramétrable.

Le style de pilotage est largement modifiable

A nous les petites routes

Encore une fois chez Milestone, c'est du côté des pistes et décors que le bât blesse. Si les à-côtés ne sont pas choquants en course, les ralentis et prises de photos permettent de voir que les textures et détails environnants ne sont pas de la même qualité. Le rendu est assez bon sur les niveaux urbains et sur les routes de montagne, mais les circuits semblent assez vides dans l'ensemble. Dommage, mais ce n'enlève en rien le plaisir du jeu.

Modes de jeu

Around the World

Mode central de Ride, le World Tour (Tour du Monde) consiste en un enchainement de courses à travers tous les circuits en fonction des différentes catégories de motos. Gagner les épreuves permet de remporter des crédits qui serviront à acheter de nouvelles montures, les améliorer et personnaliser son équipement. Du classique en somme.

Les motos sont parfaitement modélisées à l'image de cette Streetfighter 848

Les victoires permettront également de progresser au classement mondial qui permet, au fur et à mesure de l'aventure, de débloquer des épreuves Elites Trophy. Ces courses offrent la possibilité de remporter une dizaine de motos spécifiques.

On compte plusieurs types d'épreuves permettant de varier la jouabilité. On retrouve ainsi les traditionnelles courses, mais il faudra également s'attaquer à des épreuves contre-la-montre, des duels de vitesse sur un lac salé, des journées pistes où il faut effectuer un maximum de dépassement, des 1-contre-1 ou encore des courses d'endurance. On regrette que ces dernières ne se résument qu'à un plus grand nombre de tours et ne prennent pas en compte les ravitaillements, d'autant plus que de nombreuses sportives de teams officielles y sont représentées.

Le jeu propose des runs de vitesse, original

Seul ou entre amis

Il est également possible de choisir n'importe quelle moto de son garage pour participer à des courses simples depuis le menu principal. Course ou contre-la-montre, on choisit alors le circuit, sa variante, le nombre de tours et nous voilà partis. Dans ce mode, le joueur peut "louer" une moto qu'il ne possède pas encore. Cela lui permet d'essayer un modèle qu'il n'a pas acheté, mais bloque toute récompense de crédit en fin de course.

Le menu principal de Ride

Le multijoueur est toujours présent sur Ride et il est possible d'affronter ses amis sur la même console grâce au mode écran partagé ou en ligne avec les autres joueurs. Etant donné que le jeu n'était pas encore sorti lors de notre test, nous n'avons pas pu tester le mode online compte tenu du manque de concurrents.

L'aide de trajectoire peut être désactivée

Contenu

Du choix en pagaille

Aprilia, BMW, Ducati, Honda, KTM, Kawasaki, Honda, MV Agusta, Yamaha, Triumph... tous les grands constructeurs sont représentés dans le jeu on retrouve même quelques marques plus exclusives comme Bimota, EBR (Buell), Energica et Lightning. Au total ce sont plus de 100 supersports, roadsters, hypersports et classics qui sont jouables.

Ultra maniable, la Rivale fait des ravages sur les pistes

De quoi contenter tous les fans d'autant que l'on retrouve la très grande majorité des modèles 2014 ainsi que beaucoup de machines qui ont marqué l'histoire de la moto. Evidemment, les dernières nouveautés comme la R1, la 1299 Panigale ou encore la H2-R ne sont pas présentes.

Chaque machine bénéficie en outre d'un texte de présentation mettant en lumière les caractéristiques essentielles et ce qui fait la spécificité de la moto. Ces encarts sont affichés lors des nombreux temps de chargement. Rassurez-vous vous aurez tout le temps de lire et d'apprendre ces informations tant les délais sont long, un des points noirs du jeu.

Le jeu propose également plusieurs machines emblématiques des années 1980 à 2000

De la variété dans les tracés

Côté piste la variété est de mise puisque Ride propose des routes de montagne, des tracés urbains et des circuits internationaux. Sur les 15 environnements proposés, chacun bénéficie de plusieurs variantes plus ou moins longues, de quoi assurer suffisamment de diversité.

Mention spéciale pour les pistes originales de montagne. Les développeurs ont pensé aux motards avec des tracés au Royaume-Uni façon Tourist Trophy, dans le col du Stelvio ou encore dans la Sierra Nevada et dans le Kanto.

Custom culture

C'est sans conteste un des points forts du jeu : la personnalisation. Qu'il s'agisse du pilote ou de sa monture, tout ou presque est modifiable. Casque, blouson, gants, bottes, combinaisons... quelques grands équipementiers sont représentés pour permettre de choisir le style de son motard.

Casques, blousons, bottes, gants... il y a tout ce qu'il faut pour habiller son pilote

Il en va de même pour les motos où la customisation porte à la fois sur l'aspect technique, mais aussi sur le visuel. Silencieux, jantes, rétroviseurs... on peut même aller jusqu'à choisir la couleur des durites de freins ou de sa chaîne. Dommage, si les échappements modifient les performances des motos, la sonorité n'est elle pas impactée.

Oups... vous devez recommencer

A l'heure où nous publions ce test, le jeu souffre d'un problème pour le moins handicapant. En effet, le système connait d'importants problèmes avec la gestion des données sauvegardées. Si dans un premier temps nous n'avions noté que la perte d'une moto remportée lors d'une course ou encore la disparition systématique des équipements achetés et non ajoutés la tenue du pilote, le mal s'avère plus profond.
Il arrive en effet, très fréquemment à en croire la communauté de joueurs, que les données sauvegardées soient purement et simplement corrompues. Conséquence, il faut tout recommencer de zéro. Frustrant.
En attendant l'arrivée d'un patch qui corrigerait le problème, la progression dans le jeu devient totalement aléatoire puisque les données peuvent disparaitre entre deux parties.

Le bug, tant redouté, de corruption de sauvegarde

Conclusion

Assez beau dans l'ensemble, fort d'un contenu imposant, parfaitement jouable et assez varié, Ride a tout du parfait jeu de course moto. Oui, mais voilà, malgré toutes ses qualités le jeu est véritablement plombé par des bugs grossiers qui viennent gâcher le plaisir du jeu. L'éditeur a promis de corriger le problème le plus rapidement possible et c'est bien là tout ce qu'on lui souhaite. Ne vous y trompez pas, en dehors de ce défaut nous avons bien affaire à un bon jeu.

Points fortsPoints faibles
Le contenu impressionnant
La jouabilité axée simulation
Les nombreuses possibilités de personnalisation
La variété des pistes proposées
Bug de corruption des sauvegardes (corrigé avec mise à jour 1.01)
La qualité graphique des décors
L'IA toujours "rentre-dedans"
Les temps de chargement trop longs

Toutes les images de ce test sont directement issues du jeu et ont été réalisées avec le système de capture d'écran disponible sur la Playstation4.

Disponibilité / prix

  • Playstation 4 / Xbox One : 69,99 €
  • PlayStation 3 / Xbox 360 : 49,99 €
  • PC : 39,99 €

Plus d'infos sur les jeux vidéos de moto

Commentaires

Alx-i

La première mise à jour vient de faire son apparition sur PS4.

Le patch 1.01 corrige un certain nombre de problèmes dont ceux liés aux problèmes de sauvegardes du mode World Tour.
Ce dernier ne permet pas récupérer les données corrompues mais évite que la situation ne se reproduise si vous recommencer une partie.

En revanche, les équipements achetés pour le pilote disparaissent toujours une fois que l'on éteint la console.

21-04-2015 11:32 
tom4

tiens, j'ai eu le bug sur ps3, j'ai éteint la console un peu brusquement, au démarrage, sauvegarde corrompu.
c'est marrant, il a gardé toutes les motos que j'avais acheté, mais a zappé la progression world tour

tom4

21-04-2015 11:46 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous