Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Test de TT Isle Of Man

A fond de 6 sur la Snaefell Mountain Course

Le jeu officiel du Tourist Trophy sur console PS4, Xbox One et PC

Au Repaire, on enchaîne les essais des nouveautés 2018 en ce moment, mais on aime aussi les jeux vidéo, notamment avec la console Playstation au sein de la rédaction. Une bonne partie de temps en temps, c'est aussi sympa.

Un temps boudées par les développeurs de jeux vidéos, les courses de moto sur route sont revenues sur le devant de la scène depuis quelques années. Mais c'est essentiellement au même éditeur, Milestone, que l'on doit toutes les récentes productions avec les licences MotoGP et Ride. Alors quand un nouveau venu fait son arrivée et décide d'adapter une des plus mythiques courses de motos, forcément, on a hâte de découvrir tout ça.

TT Isle of Man, développé par Kylotonn Racing Games, nous propose ainsi de parcourir les routes de l'Ile de Man en se glissant dans la peau des pilotes du Tourist Trophy. Au programme, le studio nous promet une immersion totale dans la plus célèbre des courses sur route, notamment grâce à une modélisation intégrale du tracé. Les promesses ont-elles été tenues ? On vous dit tout...

Test de TT Isle Of Man - Ride on the Edge sur PS4

Gameplay

Précision et douceur

On rentre dans le vif du sujet avec le point essentiel d'un jeu vidéo : sa maniabilité. Alors, qu'est-ce que ça donne manette en main ? Il faut reconnaître qu'après avoir enchaîné les tests des jeux Milestone, on avait commencé par prendre l'habitude du gameplay du studio milanais. Le travail effectué par Kylotonn Racing Games est ici diamétralement opposé, même si les deux revendiquent un côté simulation et il faut un certain temps pour s'adapter à un gameplay très exigeant, mais qui conserve des restes d'arcade.

Le gameplay se montre très exigeant

Non, la prise en main de TT n'est pas immédiate et il faudra boucler plusieurs tours avant de vous y habituer. Il faut dire que les motos se montrent particulièrement réactives et que le jeu laisse peu de place à l'approximation. Les trajectoires doivent être précises et dosées, tout comme les gaz ou le freinage; à défaut vous vous retrouverez en wheeling, à perdre l'arrière ou carrément dans un mur.

Plein gaz et sans assistance, c'est le wheeling assuré ... avant la chute

Une sensation qui se renforce plus ou moins selon le niveau d'assistance pour lequel on opte. ABS, anti-wheeling, contrôle de traction, freinage combiné... tout est paramétrable sur plusieurs niveaux et l'on passe d'un jeu relativement accessible en "facile" à quelque chose de très technique lorsque tout est mis en "manuel".

Les différents niveaux d'assistances

Et c'est justement là tout l'intérêt du gameplay, la difficulté. Ici, pas de possibilité de faire un "rewind" pour renégocier un virage dans lequel on s'est vautré. Quand on tombe, on tombe et on perd éventuellement toute chance de victoire. Sur une course d'une heure, la moindre chute... et tout est à refaire. Du coup, on est toujours la concentration au maximum manette en main; pas question de faire une erreur. On hésite même à y aller à fond de 6 dans les sections qu'on maîtrise moins de peur de se louper. L'immersion n'en est que meilleure. D'autant qu'en plus des erreurs de pilotage, le relief et les trottoirs peuvent également vous jouer des mauvais tours.

Les motos sont sensibles, la moindre erreur coute cher

Toutefois, le gameplay ne plaira pas à tout le monde. Il est exigeant, mais ça manque un peu de retour d'information. Sur MotoGP17, la manette vibre progressivement à mesure que l'on décroche, on peut ainsi tenter de rattraper avant la chute/glisse. Ici non, tout se fait de visu et quand la moto part en travers il est généralement trop tard. Les motos sont également très réactives et c'est un bonheur d'enchaîner les grandes courbes, mais la sensation est étrange dans les virages un peu plus serrés, comme si la moto tournait autour d'un axe. Enfin, on notera également quelques errements sur les freinages appuyés qui peuvent occasionner une chute alors que la moto était bien droite.

Les phases de freinage peuvent se montrer déroutantes

Une IA pas transcendante

C'est le Tourist Trophy, du coup on roule chacun à son tour, l'IA n'est donc pas d'une extrême importance sur l'épreuve majeure puisque soit on roule seul, soit quand on croise un autre concurrent c'est qu'on/il est plus rapide.

Sur les courses type TT, on s'élance chacun son tour

Le jeu propose toutefois plusieurs circuits fictifs où il est possible de concourir en groupe (Mass Start). Là on rencontre un peu les problèmes des jeux de courses avec des concurrents qui viennent régulièrement vous percuter si vous passez dans leur trajectoire. Notons également que vos adversaires ont la fâcheuse tendance de chuter tout seul, créant ainsi pas mal d'écart avec les leaders. Mieux vaut donc ne pas se trouver derrière.

L'IA n'est pas vraiment au niveau

Graphismes

Il n'y a rien à redire au niveau des motos qui sont parfaitement modélisées et facilement identifiables. Les sons des moteurs sont également plutôt bien retranscrits, à l'image de toute la bande-son sur laquelle nous allons revenir.

Les motos sont parfaitement modélisées

Snaefell Mountain Course

Mais le gros point mis en avant lors du développement était la réalisation complète de la Snaefell Mountain Course. 60,725 km de route recréés intégralement. Alors ? Pari tenu. Et pas qu'un peu.

Le jeu vous invite clairement à faire un tour sur l'Ile de Man sans bouger de votre canapé. Tout a été modélisé, de la petite bosse sur l'asphalte aux maisons et murets qui bordent la route. Le réalisme est bluffant. On regrettera juste l'absence d'un mode photo qui nous permettrait de profiter un plus de ces paysages parfaitement retranscrits.

Végétation dense, jeu de lumière, bruit du vent... tout est fait pour immerger le joueur

Les circuits fictifs ne sont pas en reste avec de jolis environnements mêlant villes et campagnes du Royaume-Uni.

Les autres circuits offrent un peu de variété

Il faut surtout tirer un coup de chapeau aux développeurs pour l'ambiance de leur jeu. Rarement, la sensation de vitesse aura été aussi bien retranscrite, visuellement puisque même la tête du pilote oscille à haute vitesse, mais aussi sur le plan sonore où le bruit du vent s'intensifie à mesure que l'on accélère ou lorsque l'on passe dans les lignes droites bordées d'arbres. Et pour encore plus d'immersion, enclenchez la vue du casque, le résultat est bluffant.

La sensation de vitesse est parfaitement rendue, surtout en vue du casque

Modes de jeu

Comme dit précédemment, si on ne peut participer au TT qu'en départs successifs, tous les autres circuits peuvent être abordés en courses groupées. Il est ainsi possible de s'affronter sur des courses simples ou en contre-la-montre.

On peut comparer ses chronos avec les joueurs

Le jeu propose également un mode carrière où, après avoir créé son pilote, il faudra participer à divers événements pour gagner de l'argent, acheter des motos et gagner le TT. Facile à dire, mais ici, il ne faut pas forcément courir partout, car lorsque vous participez à une course, vous devez régler des frais de maintenance, de réparation en cas d'accidents ou même d'engagement. Il vaut mieux s'assurer de bien figurer au classement pour ne pas perdre de l'argent.

La tension monte avant de s'élancer sur Grand Stand

Malheureusement, il n'est pas possible de créer sa propre moto, ni même de modifier son pilote après la création de ce dernier. Dommage, la personnalisation n'est pas au menu du jeu, il faudra donc se contenter des machines "officielles".

S'il est possible de créer son pilote, on ne peut ensuite plus le modifier...

Du multijoueur est également proposé, même en local. Cependant, ici le jeu en multi se fait chacun son tour, pas en écran scindé. Il reste possible d'affronter les autres joueurs en comparant ses chronos sur piste ou en participant à des courses online.

Contenu

Le tracé complet de la Snaefell Mountain Course et les pilotes officiels offrent déjà un contenu fort plaisant. On retrouve ainsi les motos de Superbike et de Supersport des principaux constructeurs à l'exception des Yamaha R1, étrangement absentes alors que les Norton, Suter ou EBR sont présentes.

Les Norton sont également de la fête

On regrette par ailleurs que les autres catégories du TT soient laissées de coté : pas d'électriques, pas de Lightweight et pas sidecars.

En revanche on garde une raison d'espérer du nouveau au niveau de ces derniers. En effet, le premier patch correctif du jeu a fait disparaître la présence des sidecars des feuilles de temps. Deux options s'offrent à nous : soit les développeurs ont décidé de les retirer du jeu, soit ils arriveront par la suite. On croise les doigts pour la seconde.

Il faudra se contenter des Supersport et Superbike

Question circuits, leur nombre tient à la dizaine, mais maîtriser les 60 km de l'Ile de Man vous demandera pas mal d'entrainement. Il est à ce titre possible d'arpenter la piste par section, sans être obligé de faire le tour complet, pour parfaire sa maîtrise d'une section particulière.

Conclusion

On doit vous l'avouer, c'est avec quelques craintes que l'on abordait cette adaptation officielle du Tourist Trophy. Fort heureusement, le jeu est parvenu à les lever en proposant une expérience grisante notamment par sa parfaite maîtrise de la vitesse et son ambiance sonore. TT Isle of Man apporte un petit vent de fraîcheur aux jeux de courses motos avec une très bonne maîtrise visuelle. Pas exempt de défauts, ce premier jeu moto de Kylotonn augure le meilleur pour la suite. Rappelons toutefois que le jeu reste assez difficile et qu'il ne plaira pas à tout le monde par son gameplay particulier.

TT Isle of Man - Ride on the edge

Points forts

  • Excellente sensation de vitesse
  • Tracé parfaitement respecté
  • Un défi à la mesure du TT
  • Prise en main technique

Points faibles

  • Uniquement les Supersport et Superbike
  • Un gameplay qui ne plaira pas à tout le monde
  • Pas de personnalisation ou de réglage des motos
  • L'IA dans les courses Mass Start

Toutes les images de cet aperçu sont directement issues du jeu et ont été réalisées avec le système de capture d'écran disponible sur la Playstation4.

Disponibilités / Prix

  • Le 6 mars sur PS4 et Xbox One
  • Le 27 mars sur PC
  • Prix : 69,99 € sur console, 39,99 € sur PC

Plus d'infos sur les jeux sur console et PC

Commentaires

l'haricot

Je me méfie des bruits des différentes motorisations. Dans Ride, elles font plus ou moins toutes le même bruits, 2-3-4 cylindres, pot d'origine ou pohènache.

06-03-2018 14:28 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous