english

La norme d'homologation des casques ECE 22-06

Des tests plus complets et plus stricts qu'avec 22-05

Le dernier règlement obligatoire depuis 2022

Durant près de 20 ans, les normes d'homologation des casques motos en Europe sont restées les mêmes, s'appuyant sur un règlement ECE R22-05 mis en application depuis 2002 et présentant d'importantes lacunes. Depuis 2021, une nouvelle révision du règlement, ECE R22-06 (Economic Community of Europe) est apparue pour améliorer les tests et assurer une sécurité plus forte, norme 22-06 qui devient obligatoire au 1er juillet 2022. Pour tous les casques et nos propres casques ? On vous explique tout.

Test d'un casque modulable sur la norme d'homologation des casques ECE 22-06
Test d'un casque modulable sur la norme d'homologation des casques ECE 22-06

L'introduction de la sixième version

Le règlement N° 22 des Nations Unies a été adopté en France dès 1995, avec la quatrième version du texte (22-04) puis a cédé sa place à la cinquième version (22-05) en 2002. Une sixième version 22-06 a été introduite en 2021, mais cette dernière n'est entrée en vigueur qu'à compter du 1er juillet 2022 pour les nouveaux modèles de casques. Les casques avec homologation 22-05 peuvent d'ailleurs encore être produits jusqu'au 30 juin 2023. On pourra ensuite trouver encore des casques certifiés ECE R22-05 en vente, la liberté étant laissée à chaque pays d'en autoriser ou non la vente après le 1er janvier 2024.

Ce qui est sûr, c'est que les plus gros fabricants sortent désormais des nouveaux casques déjà homologués 22.6, comme Shoei avec son X-SPR Pro, Arai avec son RX-7V, Nolan avec le N90-3, Roof ou Scorpion avec son Exo-HX1. Ces fabricants sont déjà en cours de certification à la E22.06 de leur toute leur gamme.

L'étiquette d'un casque homologué

Chaque casque a une étiquette d'homologation sur la jugulaire. Le E signifie Europe et le numéro indique le pays (2 pour la France).

La série de chiffres correspond à la norme (révision 06) puis au numéro d'homologation. La mention "P" indique le type de casque (P pour intégral ou modulable avec mentonnière, J pour Jet).

Etiquette d'homologation ECE 22-06
Etiquette d'homologation ECE 22-06

Le test de certification

Le règlement ECE 22 définit l'ensemble des tests qui doivent être menés pour permettre la certification d'un casque. Dans l'ensemble, on repart sur le même type de tests que pour la précédente règlementation ECE R22-05, mais avec des procédures plus complètes, plus variées et surtout plus strictes. L'idée est d'assurer que l'homologation reflète le niveau de protection en conditions réelles et non plus uniquement selon six points d'impact très (trop) clairement définis.

Les points d'impacts définis dans la norme d'homologation des casques ECE 22-06
Les points d'impacts définis dans la norme d'homologation des casques ECE 22-06

Les tests d'impact, destinés à mesurer la capacité à amortir les chocs et la déformation de la calotte, reprennent en grande partie ceux de la précédente norme avec les mêmes six points d'impact testés à 7,5 m/s à -10°, 20° et 50°C. Mais les chocs sont également mesurés à des vitesses différentes : 6 m/s et 8,2 m/s. Surtout, ce sont 12 nouveaux points d'impact qui sont ajoutés, avec désormais non plus seulement des chocs linéaires, mais aussi des impacts rotationnels.

Ce dernier point est des plus importants, car en cas de chute, la tête du pilote bouge lorsqu’un choc est oblique, ce qui entraine des rotations provoquant des lésions au cerveau, plus ou moins graves selon les cas. Plus nombreux, les tests sont aussi plus exigeants, car si l'intensité de 275 g et le HIC de 2400 sont conservés pour les 7,5 m/s, d'autres valeurs sont mises en place pour les autres vitesses.

Essais d'impacts obliques des casques ECE 22-06
Essais d'impacts obliques des casques ECE 22-06

Le cas des casques modulables évolue encore puisque ces derniers sont désormais testés avec la mentonnière fermée et ouverte ainsi que des tests de traction et de basculement de la mentonnière.

Toujours testée au niveau de son champ de vision, de la transmission lumineuse, de la diffusion de la lumière, de la transmission spectrale, de la réfringence, de ses caractéristiques mécaniques, de ses qualités optiques, de sa résistance aux rayures ainsi que de l'angle d'ouverture, la visière est désormais soumise à des tests d'impact et à sa capacité empêcher la formation de buée. Elle doit ainsi résister à une bille métallique envoyée à 60m/s au niveau des yeux.

Là encore, les tests sont plus exigeants, la transmission lumineuse devant désormais être supérieure à 20%. En plus de l'homologation de l'écran, la visière solaire et le film antibuée doivent désormais l'être sur le plan de la qualité optique. L'écran solaire ne doit pas non plus réduire le camp de vision sous les 105° périphériques et il ne doit pas empêcher l'ouverture de l'écran principal.

Enfin, les casques doivent également être testés avec leurs accessoires. Par exemple, les casques vendus comme "pré-équipés" pour installer un intercom doivent passer les tests avec et sans le boitier de communication.

Test sur modulable, avec mentonnière relevée
Test sur modulable, avec mentonnière relevée

Impact sur la sécurité ?

Beaucoup d'utilisateurs ont exprimé des craintes quant à l'évolution des prix et la hausse du poids lié à cette nouvelle norme plus contraignante. Pour l'heure, les premiers modèles commercialisés sous la règlementation ECE R22.06 ne présentent pas d'écart significatif à ces niveaux.

Mais qu'en est-il du gain en matière de sécurité ? L'observatoire indépendant français Certimoov, qui a milité pour la prise en compte des chocs obliques dans les tests, mène depuis quelques années ses propres essais sur des casques et leur attribue une notation en fonction de l'efficacité. Les premiers modèles 22-06 testés atteignent pour les 3/4 les 3 étoiles sur 5, la plus haute note obtenue jusqu'à présent sur les casques motos.

Si l'on ne constate pas vraiment de gain, c'est aussi parce que les fabricants premium ne se contentaient pas de répondre à la norme ECE R22-05 mais dépassaient souvent celle-ci. En revanche, les casques bas de gamme de marques exotiques vendus quelques dizaines d'euros risquent fort d'avoir plus de mal à passer les tests à l'avenir.

Aujourd'hui, la norme ECE R22-06 n'entraine donc pas obligatoirement une hausse du niveau maximal de sécurité des casques motos, mais permet d'assurer un niveau minimal supérieur à ce qu'il était et c'est une excellente chose.

Plus d'infos sur les casques motos

Plus d'infos sur l'homologation des casques

Commentaires

ArnoH

Sur le schéma, le "E2" ça veut dire :
"E" = règlement des nations unies (en l'occurrence le 22)
"2" = France

29-06-2022 16:15 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Triumph