english

Essai motard Suzuki DR 800

Essai motard : Camille

Suzuki DR 800Avril 2003, 7h du matin. C'est les vacances d'hiver et elles vont se passer au fin fond du Queyras, à 50 bornes de Briançon. Ma copine part en train, moi ce sera en Suzuki DR800, un modèle de 1990 avec un moteur de 1994.

Devant moi se profilent 750 bornes de nationales, autoroute et petite départementales viroleuses à souhait. Frénétiquement j'ouvre la porte du parking où la bête se repose gentiment tous les soirs. Le spectacle qui s'offre à mes yeux me plonge immédiatement une bonne décennie en arrière. Elle ne semble pas tout à fait à sa place dans cet environnement de béton avec sa gueule inimitable de bouffeuse du désert. Même BM s'en est inspiré pour faire la F 650 GS.

Découverte

Suzuki DR 800Ses gros clignotants, son réservoir de supertanker (28 litres de contenance), ses plastiques décolorés, son porte paquet en acier soviétique et son gromono de 800cm³ refroidi par air….. tout respire le trail à l'ancienne. Ce qui frappe tout de même le plus c'est sa hauteur de selle. Comparée aux roadsters à côté desquels elle stationne y'a comme un décalage !

Il est temps de monter sur le monstre car l'heure tourne et le pilote s'impatiente. La manœuvre ne se passe pas trop mal grâce à mon mètre quatre-vingt treize en revanche en dessous d'une certaine taille il va falloir prévoir l'escabeau et les talonnettes pour les arrêts au feu rouge.

Contact

Suzuki DR 800Première. Le gros cylindre se met en action et de l'autre côté le pot émet un gros POUM POUM, archétype du son gromono. Après avoir saisi que la progressivité n'est pas son fort on maîtrise un peu plus facilement l'embrayage commandant une boite douce et précise… du pur Suzuki.

Après les péripéties inhérentes à tous trajet empruntant le périphérique je me retrouve rapidement sur l'A6 en direction de Fontainebleau pour m'extraire de l'agglomération parisienne. Il faut bien admettre que ce n'est pas le terrain de prédilection de la DR800. Ceci dit on peut soutenir un petit 140 compteur sans trop de mal et sans se prendre trop d'air dans le casque. La mini bulle protége relativement suffisamment et le gros réservoir dévie l'air au niveau des genoux. La position de conduite, typiquement trail est vraiment confortable, les jambes très peu pliées, le buste droit : un régal.

Suzuki DR 800Km 70 : sortie vers Fontainebleau et direction la N7. Il fait beau, l'air commence gentiment à se réchauffer mais ce n'est pas encore la canicule qui sévira quelques mois plus tard. C'est parti pour 450 bornes de nationale jusqu'à Lyon. Là la DR se révèle. La vitesse de croisière s'établie naturellement à 100km/h ou 4000tr/mn soit exactement là où se trouve le couple maxi. A ce rythme de grosses pulsations émanent du moteur, on ressent chaque coup de piston que se soit dans les cale-pieds, la selle, les poignées ou les rétros. Y'a une vie là-dessous !

On approche de Lyon et à 400 bornes de mon point de départ il va falloir commencer à songer à ravitailler. Ce sera une excellente occasion de reposer mon arrière train qui a vraiment beaucoup de mal à se faire au confort spartiate style planche de bois. C'est clair que les ingénieurs nippons n'ont essayé la DR que dans le Sahara, là où l'on ne s'assoit jamais ! Un vrai trail à l'ancienne qu'on vous a dit ! C'est la raison pour laquelle je descends seul, le duo n'est envisageable sereinement que sur des trajets de 2 heures maxi.
Allez, il ne faut pas s'endormir, il me reste quelques bornes avant d'atteindre Grenoble et le Formule 1 où il est prévu que je passe la nuit.

Suzuki DR 800Le lendemain, 8h. La montagne à la fraîche, le ciel est bleu, personne sur la route et les virolos se profilent. La route devient plus pentue, la température baisse et ça tourne dans tous les sens. La végétation se fait moins présente, les carburateurs commencent à avoir du mal à approvisionner le moteur en oxygène et ça tourne encore ! Mon visage se déforme : une banane barre mon visage, c'est l'extase. La DR roule sans faiblir, le moteur tracte mais il faut un peu s'imposer au guidon pour la balancer d'un virage à l'autre. Les deux cent kilos, le centre de gravité haut perché et la roue avant de 21 pouces se font sentir. De leur côté les Metzeler Tourance que j'ai fais monté une semaine avant le départ donnent confiance et incitent à pencher tant qu'on peut, le grip et le confort sont à la hauteur. On en oublie son petit confort bien qu'au col du Lautaret (2058 m.) mes doigts douloureux m'obligent à faire une pause pour me les réchauffer sur le pot d'échappement et changer de gants : le modèle d'hiver est plus adapté aux températures négatives.

Après le col c'est la descente sur Briançon puis direction Guillestre. Cette longue descente met en évidence un freinage assez bon sur bitume ou tout du moins suffisant pour l'utilisation. En TT il doit être plus que suffisant. Quelques ronds-points plus tard c'est les gorges du Guil puis à La Maison du Roi à droite direction Ceillac via la D60 ses 18 virages en épingle et ses 600 m. de dénivelée en 5km. La plus belle partie du voyage, ce pourquoi la DR est faite (pistes chaotiques misent à part): départementale étroite, bitume à la qualité aléatoire, virages à foison…

Sur place le programme est simple : ski le matin et parcours de la région l'après midi, en duo bien évidemment. Là la DR avoue ses limites : elle reste toujours aussi maniable mais le moteur est un peu à la peine avec ses 54 ch. A sa décharge l'altitude moyenne est de 1500 m. ça monte beaucoup et souvent. C'est l'occasion de rouler à un rythme touristique.

La DR800 au quotidien

Consommation en ville : 7.5L / 100
Consommation mini : 5.5L / 100 (à vitesse stabilisée – 4000 tr/mn)
Consommation maxi : 12L / 100 (à vitesse maxi soit 165Km/h compteur)
Autonomie (modèle 1990 – réservoir 28L) : 230 Km à 500 Km réserve comprise
Petite révision : tous les 6000 Km (vidange, chaîne des balanciers, filtres – très accessible aux débutant en mécanique)
Grosse révision : tous les 12 000 Km (jeu aux soupapes, bougies, vidange, filtres, chaîne des balanciers – environs 400€ en concession)
Pneus : 12 000 Km en moyenne

Conclusion

Suzuki DR 800Après un an d'utilisation où j'étais tombé sous le charme de ce gromono (le plus gros du marché) il m'aura fallu parcourir ces 750 bornes en deux jours (et la même chose au retour mais en une fois) pour tomber définitivement amoureux de ce moulin.

Amoureux de ses pulsations, de son couple, de sa plage d'utilisation restreinte. Amoureux aussi de sa selle en bois, de son esthétique complètement dépassée, de son équipement réduit et de son tableau de bord minimaliste. Pourtant un an plus tard elle sera vendue avec 74 000 Km au compteur à un autre passionné de la DR800 pour une réfection technique dont elle commençait à avoir besoin.

Points forts Points faibles
  • le plus gros mono de la production
  • esthétique décalée
  • aptitudes routières
  • autonomie de cargo
  • confort spartiate
  • duo limité
  • cogne sous les 2500 tr/mn
  • entretien indispensable

 

Crédit photo : Camille Mesny, et photo « Col du Lautaret» : http://www.sztucki.de

Un essai réalisé par Camille.

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Suzuki DR 800? Devis en ligne
Axa 2 Roues Calculez le prix de votre assurance Suzuki DR 800 en 2mn avec Axa 2 Roues