english

La Jordanie à moto : sur les traces de Lawrence d'Arabie

Entre la mer Morte et la mer Rouge, la Jordanie recèle de merveilles à découvrir à moto

En Jordanie, la pratique de la moto fut interdite de 1983 à 2008

La Jordanie à moto : sur les traces de Lawrence d'ArabieLa Jordanie est une destination qui fait rêver les voyageurs depuis des décennies, mais également les motards aventuriers. On pourrait même dire que l'histoire de la moto et de la Jordanie sont liées à celle de Thomas Edward Lawrence, dit Lawrence d'Arabie. Devenu célèbre dans l'histoire pour s'être impliqué dans la libération des tribus Arabes face aux Turcs durant la Première Guerre mondiale, Lawrence d'Arabie s'est passionné pour la moto à partir de 1923 et voua un amour exclusif aux Brough Superior de son Angleterre natale. Il en posséda plusieurs, toutes baptisées "George". C'est d'ailleurs au guidon de George VII qu'il se tua le 13 mai 1935 en voulant éviter deux cyclistes alors qu'il roulait à vive allure. Lawrence d'Arabie est devenu célèbre aux yeux du grand public à travers le film de David Lean réalisé en 1963 et oscarisé 7 fois.

La révolte arabe fomentée par Lawrence d'Arabie permit à la Jordanie de se libérer du joug turc et à la Grande Bretagne d'établir dans le pays un mandat britannique. Site remarquable jordanien, le Wadi Rum comporte les cinq roches monumentales qui inspirèrent indirectement à Lawrence d'Arabie le nom de son célèbre livre Les Sept piliers de la sagesse. Dans ce désert du Sud du pays, de vastes étendues de de sables sont entachées par des collines de roche couleur sang. Par endroit, des représentations préhistoriques sont gravées dans la pierre à proximité de haltes bédouines où les passagers du désert prennent le thé. Une atmosphère d'aventure attractive pour le motard curieux.

La moto interdite de 1983 à 2008

Petite cylindrée en JordanieLes relations entre la Jordanie et la moto sont finalement très jeunes. Pour des raisons de sécurité, la pratique de la moto fut purement et simplement interdite de 1983 à 2008. Mais l'arrivée sur le trône du roi Abdallah II va changer les choses. Arrivé au pouvoir en 1999, il mène une politique de modernisation de son pays. Mais c'est surtout son propre amour de la moto qui va le guider vers une levée de l'interdiction de la moto dans son pays en 2008. Amateur de Harley-Davidson, le roi Abdallah II ne rechigne pas à enfourcher sa moto pour partir rouler.

L'ouverture à la moto

Motard dans le désert en JordanieDepuis que sa pratique est autorisée en Jordanie, le royaume s'ouvre peu à peu à la moto. Dans la foulée de la levée de l'interdiction, la création en 2008 du Royal Moto Club de Jordanie (RMCJ) est un acte important dans le développement de la moto dans le pays. Depuis, le RMCJ travaille à sensibiliser les jordaniens aux joies de la moto avec l'approbation du roi, en organisant des stages de formation. Le RMCJ est affilié à la FIM est tente d''utiliser la moto pour développer l'image de la Jordanie à l'international. Ainsi, depuis 2014, le RCMJ a mis en place un rallye ouvert à tous les motards et organisé sur le principe de balades à moto. La troisième édition a lieu ces jours-ci, les 29 et 30 avril. A terme, la Jordanie souhaite s'appuyer sur ses ressources naturelles et touristiques pour organiser une manche du Championnat du monde des rallyes FIM. Une épreuve qui pourrait voir le jour dès 2017.

Louer une moto en Jordanie

Lawrence d'Arabie en compagnie de Georges BroughEn Jordanie, si l'on trouve aujourd'hui des motos de petites cylindrées en nombre, les grosses cylindrées sont en revanche assez rares et toujours considérées par les habitants comme un signe extérieur de richesse. Il est toutefois possible de louer une moto en Jordanie, principalement dans la capitale d'Amman. Les règles en vigueur sont alors les mêmes qu'en France, avec détention obligatoire du permis de conduire. D'un point de vue général, la Jordanie ne dispose pas d'une population très dense et la circulation est généralement fluide. On ne trouve donc pas beaucoup de motos dans les rues et le fait de se déplacer à moto est encore considéré comme une curiosité dans de nombreux endroits. Le code de la route en Jordanie est assez respecté et les grands axes principaux de circulation sont surveillés par des radars

Les camelots à moto

En Jordanie, dans les villes touristiques ou bien sur les sites remarquables, il n'est pas rare de rencontrer des vendeurs ambulants qui se déplacent sur de vieilles motos, ou sur des engins à trois roues. Ils vendent des souvenirs ou tout simplement de l'eau. Pour les motards, le climat est un facteur important à prendre en compte. Notamment en été, car la température peut facilement dépasser les 50° aux mois de juillet et d'août. La plupart du temps, les vendeurs ambulant évoluent sur de petites cylindrées datant d'avant l'interdiction des motos de 1983.

Evolution des mentalités

Si pour le roi Abdallah II, la moto est une évidence, pour les Jordaniens, cette pratique est encore associée à une image négative, aux films de gangsters et aux blousons noirs. Encore associée à un engin réservé aux riches, la moto séduit pourtant de plus en plus de Jordaniens qui l'utilisent au quotidien par souci d'économie. Claude Abry, un cuisinier français ayant travaillé pour la famille royale, a même ouvert une concession Harley-Davidson à Amman où il propose une trentaine de modèle. Il a aussi développé la branche jordanienne de la confrérie mondiale des amateurs de Harley-Davidson qui compte aujourd'hui 220 adhérents, dont 28 femmes. En quelques années, la Jordanie est donc passée d'un territoire où la moto était proscrite à une terre de développement motocycliste.

Plus d'infos sur les voyages

Motoblouz