english

JNMM 2016 : sous le signe de la passion

Un week-end consacré à l'amour de la moto à l'Ecole de la Gendarmerie de Fontainebleau

Essais, ateliers, trial extrême, convivialité : un week-end pour tous

JNMM 2016 : groupe prêt à partir en essaiPour la troisième année consécutive, le CNFSR (Centre National de Formation à la Sécurité Routière) de Fontainebleau, qui sert également de lieu de formation aux motocyclistes de la Gendarmerie Nationale, ouvre ses portes à l'occasion des JNMM, les Journées Nationales de la Moto et des Motards.

Le Repaire des Motards, partenaire de l'événement, s'y est logiquement rendu en cette première journée afin de faire le point sur les forces en présence...

Des essais des dernières nouveautés

On peut être motard et néanmoins passionné, avide de découvrir les dernières nouveautés et de capter les sensations qu'elles peuvent vous procurer. Bonne nouvelle : les JNMM sont un lieu qui permet aux fans de faire un petit galop d'essai sur les dernières nouveautés du marché. Honda, Indian, Victory, Yamaha, Harley-Davidson, KTM, Husqvarna, elles vous tendent le guidon pour une petite dizaine de kilomètres d'essais dans les environs de Fontainebleau. De quoi vous faire une première impression, qui demandera peut-être un approfondissement auprès de votre concessionnaire local. En attendant, la formule est efficace et bien rodée : bien entendu, ces essais sont gratuits et chaque groupe de 5 motards est guidé par un motocycliste de la Gendarmerie Nationale. Ca dépote donc assez rapidement et il y a peu de temps d'attente. Et certaines machines, comme la Yamaha MT-10, dont déjà disponibles à l'essai.

Toute la gamme Victory et Indian à l'essai aux JNMM

Pour les motards, c'est une aubaine. Les marques qui jouent le jeu mettent à contribution leur concessionnaire local. C'est le cas, par exemple, de François Rodriguez, de la concession Honda Euro Bike 77, qui dispose d'une dizaine de machines d'essais. "On fait quelques ventes, mais ce n'est pas l'objectif principal. Certains motards viennent de loin car nous leur donnons l'occasion de conduire quelques motos mythiques, comme la GoldWing ou la F6B. Mais la CB1100EX ou l'Africa Twin ont également beaucoup de succès. Nous faisons plus de 170 essais sur le week-end, ce qui est important pour faire connaître nos modèles.

JNMM : essais Honda par la concession Euro Bike 77

Un même son de cloche émis par Pascal Potrel, de Highway Custom, la concession Indian & Victory de Pontault-Combaut. "Nous avons des marques jeunes, Indian et Victory, qui sont connues par les bikers, mais le grand public ne les connaît peut-être pas bien. C'est pour cela que nous mettons pas moins de 15 motos à disposition pour les essais, de la nouvelle Victory Octane à l'Indian Roadmaster, c'est important d'être là, car nos motos méritent d'être essayées car elles ont une image classique et elles sont très modernes. Et la Victory Octane nous amène une nouvelle clientèle, des motards avec des casques intégraux et des dorsales, ce que l'on n'avait jamais vu auparavant avec notre gamme. Les JNMM, pour nous, c'est une belle ouverture".

JNMM presence concession Indian Victory

La sécurité, c'est une vocation

Néanmoins, le thème du week-end étant "la passion, avec raison", il est évident que la question de la sécurité est centrale. C'est l'objet des démonstrations des ECF, ce groupement d'auto-écoles créé en 1969 pour se différencier par la qualité de leur formation et qui compte aujourd'hui plus de 1200 enseignes en France dont 327 dédiées à la moto. Hervé Fauquet, l'un des trois responsables de la formation moto, anime un atelier dynamique qui montre les bienfaits de l'ABS. Au guidon d'une Honda CB 500 équipée de stabilisateurs mais pas d'ABS, il arrive sur une zone de freinage couverte de graviers.

JNMM : démonstration freinage ECF

Et là, c'est séquence "Allo Houston, on a un problème !". La CB 500 bloque immédiatement ses roues, part en tête à queue et, sans les barres stabilisatrices, ce serait sûrement la trilogie clavicule-tibia-péroné.

Pour montrer les bienfaits de l'ABS, un autre moniteur effectue la même manoeuvre, cette fois-ci au guidon d'une Africa Twin. Et là, y'a plus d'Urgo dans l'air. La technologie est facteur de sécurité. Comment, après un tel atelier, hésiter encore à prendre une moto avec ou sans ABS ?

Des initiatives louables

Les JNMM sont également l'occasion pour de nouveaux acteurs de démontrer leur engagement envers de nouveaux concepts sécuritaires. C'est le cas d'Emergency City Bike, un concept de machine d'intervention rapide SAMU, avec un pilote emmenant un médecin urgentiste. L'initiative revient à Raymond Loizeaux, oui, LE Raymond Loizeaux, ex-gendarme avec de multiples participations plus qu'honorables au Paris-Dakar.

JNMM : l'Emergency Bike de Raymond Loizeaux

Selon Raymond, "dans certains types d'accidents ou de pathologies, chaque minute perdue réduit de 10 % l'espérance de vie. Dans des grandes villes comme Paris, nous démontrons qu'une moto arrive d'une à 6 minutes plus vite qu'une ambulance traditionnelle. De fait, ce n'est pas le coût des motos qu'il faut prendre en compte, mais le gain pour la société à éviter que des patients aient le moins de séquelles possibles grâce à une intervention rapide. De plus, nos tests montrent que les médecins n'éprouvent pas de stress à monter sur une moto pour se rendre sur une opération. Nous sommes encore en phase de test et nous espérons passer bientôt en marche courante dans un certains nombres d'hôpitaux".

Un lieu d'échange et de rencontres

Au-delà de cela, les JNMM, c'est également l'occasion de passer un moment agréable et de découvrir de nouvelles activités. La Gendarmerie Nationale organise par exemple un atelier consacré à la "trajectoire de sécurité", un autre consacrée à la maniabilité lente sur plateau, qui va mettre à l'épreuve votre sens de l'équilibre et de l'anticipation. Mais les gendarmes sont de vrais techniciens de la moto et sauront vous donner de bons conseils.

JNMM show trial extrême

Parmi les événements à ne pas rater, il y a la démonstration de trial extrême réalisée par Chris Buand, multiple champion de France de trial, qui fait le show et n'hésite pas à franchir les frontières du SX... Avez-vous déjà vu une moto de trial faire un backflip ?

Le Musée de la Moto de la Gendarmerie vaut également le détour. Qui savait que nos pandores ont roulé en Ligier, en BFG, en BSA, en Laverda, voire même en Godier Genoud ?

JNMM Godier Genoud Musée Gendarmerie

Une sortie agréable

Ce samedi, la fréquentation était encore supérieure à celle des deux années précédentes. Le lieutenant-colonel Reynaud, qui dirige la formation au CNFSR, s'en réjouit.

"C'est une satisfaction que cet événement puisse perdurer, car notre esprit, c'est de réunir des motards et des motocyclistes de le Gendarmerie dans un bon esprit et dans de la convivialité. Nous ne sommes pas que des gens qui verbalisent sur le bas-côté de la route, nous sommes aussi des gens qui vivent une partie de notre temps sur la route et qui sommes en mesure d'expliquer comment se comporter et éviter les dangers. Car les motards sont des acteurs qui sont en prise avec leur environnement. Leur équipement, leur comportement, tout cela peut tout changer".

organisateurs JNMM

Une posture partagée par les nombreux spectateurs. Témoins ce groupe d'amis qui roule en Yamaha Fazer 600, en Kawasaki Z750 et en Yamaha FJR 1300, venus en voisins, d'abord pour essayer des motos (la Yamaha MT-10, qui a fait forte impression), mais aussi passer un bon moment, et, selon eux, "découvrir les gendarmes sous un nouveau visage".

participants aux JNMM

Les JNMM continuent ce dimanche 26 juin de 9h à 18 h. Accès fléché à Fontainebleau, entrée gratuite.

Plus d'infos sur les JNMM

Ipone