Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Premières autorisations officielles pour les véhicules sans conducteur

La Californie ouvre la voie aux véhicules sans conducteur sur route, sous condition de contrôle à distance

Les premiers taxis autonomes prévus pour l'automne aux USA

La Californie ouvre la voie aux véhicules sans conducteur - crédit photo : WaymoPour préparer l'arrivée future des véhicules autonomes, pays et municipalités autorisent jusqu'à présent les constructeurs à mener des expérimentations sous certaines conditions, le plus souvent un opérateur devant se trouver derrière le volant pour pouvoir reprendre le contrôle du véhicule manuellement.

Mais ça, c'était avant. Car la Californie vient d'autoriser officiellement les tests sur routes ouvertes sans conducteur dans les véhicules. Cette nouvelle réglementation, qui permet à l'état américain de se repositionner à la pointe de ces expérimentations, prévoit cependant que le véhicule puisse être contrôlable à distance.

Cette mesure entrera en vigueur dès le mois d'avril et sera dans un premier temps réservée aux tests. A ce titre, plusieurs constructeurs sont déjà présents dans le "Golden State" pour leurs expérimentations à l'image de Waymo (ex-Google Car), des Cruises de General Motors ou encore des Lexus d'Apple.

La Californie n'est cependant pas le premier état à passer ce cap puisque l'Arizona et la Floride ont déjà autorisé ces essais sans conducteur, tout en n'imposant pas un contrôle à distance. Ainsi, Waymo a déjà prévu de mettre en place un service de taxi autonome dès l'automne dans la banlieue de Phoenix.

Mais si les constructeurs semblent prêts à franchir cette étape importante, ça ne semble pas être le cas pour tout le monde. Plusieurs ONG ont ainsi fait part de leur mécontentement face à cette nouvelle règlementation, assimilant le contrôle à distance à un jeu vidéo dans lequel des vies seraient en jeu. Une étude a également mis en avant que les Américains restent majoritairement méfiants face aux véhicules autonomes puisque 54% d'entre eux déclaraient ne pas vouloir en utiliser. Une tendance qui évolue malgré tout et voit cette méfiance se réduire peu à peu, mais pas aussi vite que se développe cette technologie.

Plus d'infos sur les véhicules autonomes