english

Quel avenir pour la Suzuki GSX-R 1000 ?

Le constructeur abandonne toutes les compétitions internationales sur circuit

Fin de vie pour la mythique sportive ou une pause comme l'Hayabusa ?

Quel avenir pour la Suzuki GSX-R 1000 ?La semaine dernière, la nouvelle est officiellement tombée : Suzuki quittera bel et bien le MotoGP à l'issue de la saison après avoir trouvé un accord avec la Dorna, promoteur du championnat. Ce n'est pas tout, car le constructeur japonais en a aussi profité pour annoncer son retrait du championnat du monde d'endurance, une discipline dans laquelle il excelle plus que tout autre constructeur depuis des décennies.

Sportivement, la disparition du constructeur est regrettable, car elle limite les différentes forces en présence. Mais ce choix soulève également des questions sur l'avenir de la production et plus particulièrement des hyper-sportives. C'est d'autant plus vrai que le constructeur d'Hamamatsu n'est du coup plus engagé dans aucune compétition internationale avec sa superbike et uniquement désormais dans les championnats américains et britanniques (pour le moment).

Or, on le sait, rien de tel que la compétition pour développer et améliorer les motos qui se destinent à la piste. Mais Suzuki l'a assuré, s'il ne bénéficiera plus de ce laboratoire XXL, il continuera à développer de nouveaux deux-roues autrement. Même des sportives ?

C'est la grande question, surtout que depuis plusieurs années le constructeur nippon a mis cette catégorie au second plan avec d'abord la disparition de ses modèles 600 et 750. La GSX-R 1000 a bien été totalement modernisée pour Euro4, mais aucune modification n'a été apportée pour lui permettre de passer la norme Euro5.

Résultat, en 2020 le constructeur a pu continuer à vendre ses stocks en Europe, puis à fournir les équipes avec des motos de compétition uniquement depuis 2021, à l'exception d'une poignée de modèles bénéficiant d'une dérogation en raison de la crise sanitaire.

À l'époque, le constructeur évoquait la préparation d'une version Euro 5"b" destinée à répondre à la norme antipollution qui devait évoluer pour 2024. Sauf qu'entre temps la pandémie est venue rebattre les cartes en accordant des délais supplémentaires aux constructeurs. Puis la crise sanitaire a eu ses effets, notamment sur les finances de Suzuki et il est désormais acté que les véhicules thermiques seront interdits à la vente à moyen terme en Europe.

Dans ce contexte, le développement, la production et la commercialisation d'une nouvelle génération de GSX-R 1000 peuvent paraitre utopiques, surtout au vu des chiffres de ventes du segment sportif. Mais rien n'est impossible, encore moins chez Suzuki. L'Hayabusa a ainsi été rayée de la carte durant toute la période Euro 4 avant de revenir pour Euro 5. Rendez-vous en 2024, voire 2025, pour savoir si la Gex connaitra la même renaissance que le faucon pèlerin.

Plus d'infos sur Suzuki

Commentaires

Picabia

Ce qu'il y a de bien avec Suzuki c'est que l'on s'ennuie jamais.

22-07-2022 07:57 
tsointsoin

Sur la photo le silencieux me fait penser à un mortier ou un lance roquette...

22-07-2022 11:04 
Peterpan

Il faudrait être un peu fou pour penser que les 1000 sportives ont encore de l avenir sur route !
Pourtant elle restera mon "Faucon millénium" !

tsointsoin --> exact ..d ailleurs je m en sers parfois !clin d'oeil

22-07-2022 11:16 
inextenza

C'est devenu un marché de niche depuis une 15 aine d'années. Les volumes ne sont pas comparable avec "avant", mais pas nul non plus.
Il y a notamment les pistards amateurs qui continuent à rouler avec ça, y compris sur route pour certains sourire
Tiens, d'ailleurs, je ne sais pas si c'est un hasard ou un choix de mon concess, mais coté japonais, il n'avait plus de sportive en stock (il fait Yamaha et Kawasaki en plus de Piaggio/Aprilia/Guzzi)

22-07-2022 11:45 
olivierzx

C'est dommage parce que l'expérience en motoGP leur aurait permis de faire une super moto pour le WSBK.
En vendre le minimum pour la route aurait pas coûté bien cher.

22-07-2022 18:07 
kick47

Si on mets de côté la branche compétition, on peux se poser la question pour toutes les motos sportives du marché. Ca fait bien longtemps qu'elle sont estimées incompatibles pour un usage routier. La moto passionne, elle ne résonne pas !!

22-07-2022 19:36 
Atiroocky

L'euro 5 (et l'euro4) a fait très mal au marché européen sur le créneau des sportives.
Il y a toujours d'autres marchés plus laxistes mais pour combien de temps ?
Si le retrait en MotoGP est bien d'ordre économique, on a du souci à se faire pour revoir une nouvelle génération de Gex. J'espère sincèrement avoir tort.

23-07-2022 09:25 
inextenza

Je ne sais pas si Euro5 a fait tant de mal que ça (Euro4, ça, oui). Je dirais que cela a plutôt été un catalyseur ( dingue ) car les motos qui ont reçu l'homologation sans nouvelle génération du modèle ne semblent pas comporter de grosses modifications.
Si ce n'est qu'une démarche d'homologation est quelque chose de coûteux, en particulier en temps-homme.
Donc, si on a assisté à un arrêt de certains modèles, j'ai le sentiment que Euro5 a juste accéléré de 1 à 3 ans cette disparition déjà programmée.

Quant aux sportives en général, pareil, je suis partagé, car on voit tout de même beaucoup de roadsters sportifs. Qui ne sont que des sportives déshabillées et avec un guidon droit.
Autrement dit des machines tout autant raides et pousse-au-crime.
Mais... moins cher à l'achat, moins cher à l'assurance.
Ce n'est pas plutôt ce rapport prix/sensations favorables à ces machines, qui ont pu mettre en PLS leurs génitrices?

23-07-2022 10:15 
Godzilla

Le prix tout court des sportives suffit à leurs méventes, la presse en parle depuis dix ans.
Et puis les performances qui sont devenues monstrueuses, ça y fait aussi.

Une "vieille" 1000 GSXR de 2000, ça pousse tellement que la route est trop petite, alors un modèle 20 ans plus tard...

23-07-2022 15:54 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Ctek