Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Histoire constructeur : Monet-Goyon

Des véhicules d'assistance aux motos sportives

Histoire constructeur : Monet-GoyonIssu de l’ingénieur Joseph Monet et du riche héritier Adrien Goyon, le constructeur Monet-Goyon voit le jour en 1916. Les deux hommes souhaitent alors concevoir des engins dépourvus de moteur à l’attention des mutilés de la Première Guerre mondiale. C’est chose faite avec le Vélocimane, un véhicule qui s’adresse aux blessés et aux malades.

L'invention du premier scooter

A la fin de la guerre, en 1918, la marque se diversifie et met au point le Vélauto, un engin hybride à mi-chemin entre la voiture et la moto qui devient le premier scooter de l’histoire. Parallèlement, la firme conçoit le tricycle Automouche.

Monet-Goyon Velauto (photo : DR)En 1922, le constructeur obtient la licence de fabrication d’un moteur deux-temps Villiers 270cc qui vient équiper les véhicules existants. Un modèle sportif, la ZS, est également présenté et va permettre à la société de se développer rapidement et de remporter une belle série de victoires.
L’année 1925 voit apparaitre les premiers moteurs MAG au sein de la gamme qui s’oriente vers des machines quatre temps de 350 cm3 puis de 500 cm3.

Rachat de Koehller-Escoffier

Un an plus tard, Joseph Monet disparait des suites de la tuberculose et l’affaire est reprise par son frère, Marcel Monet. La firme décline peu à peu et cherche à remonter la pente avec le rachat du constructeur Koehler-Escoffier qui lui permet de réengager des machines 100% françaises en compétition.
En 1931, la MG 35, une 350 cm3 à bloc-moteur fait son apparition mais ne parvient pas à rencontrer le succès attendu. A contrario, la gamme de bicyclettes à moteur auxiliaire connait un certain engouement qui est renforcée par l’arrivée des moteurs type L.

Le constructeur à la dérive

Monet-Goyon PullmanMonet et Guyon conçoit en 1935 des modèles 350cc destinés à l’armée françaises tandis que trois ans plus tard, Marcel Monet décède, laissant Adrien Goyon seul à la tête de la société.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le constructeur se focalise sur les machines deux-temps et les petites cylindrées.
Entre échecs et succès, la marque va bien mal et en 1953. Adrien Goyon disparait à son tour à l’âge de 88 ans. Après avoir sorti des modèles phares comme le Pullman ou la Starlett, la société s’oriente un temps vers la fabrication de tondeuses et autres motoculteurs.

Finalement, la société peine à survivre et l’usine ferme ses portes définitivement en 1959.

Plus d'infos sur Monet-Goyon

Commentaires

Loup Garou rms

Ma première "moto" une monet goyon de 1956
exactement ça

monet-goyon1.jpg

achetée 50 francs en 1976
j'ai refais les disques d'embrayage avec des bouchons de liège découpés au couteau et longuement rodés sur un bout de verre.
un simple coup de polish pour raviver la peinture et du papier de verre sur les garnitures des symboliques tambours de frein.
j'ai du faire + de 50 000 km. elle doit être toujours démontée, en caisse, dans le grenier chez mes parents.

11-03-2013 09:27 
froggyfr99

Si tu veux, je te débarrasse ...

ange

11-03-2013 10:30 
cajo

Pour beaucoup plus d'informations, visiter le site des collectionneurs passionnés, Mr et Mme GAGNAIRE, à MELLE (79) , et allez voir leur musée dédié à la marque, qui vaut vraiment le détour ... excellent !!

[www.mellecom.fr]

clin d'oeilV

11-03-2013 11:41 
Kawa futé

Et j'ajouterai l'excellent livre sur cette marque:

livre Monet Goyon

Bonne lecture.

11-03-2013 17:18 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous