Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Dakar : l’aventure avant tout

Rétrospective du rallye-raid mythique

Paris-Dakar : tracé édition 1979 - Photo : site officiel rallye raid DakarSi le créateur du Paris-Dakar, Thierry Sabine, ne s’était pas égaré dans le désert de Libye lors du rallye Abidjan-Nice, la compétition n’aurait peut-être jamais vu le jour. La légende des Cyril Neveu, Hubert Auriol, Stéphane Peterhansel ou encore Cyril Despres aurait pu être rayée de la carte.

Fort heureusement, en se perdant dans ces contrées sauvages, Thierry Sabine a mis en application l’idée et l’a fait aboutir en une compétition qui survit toujours, avec le même nom même si elle a été délocalisée en Amérique du Sud. Retour sur plus de 30 ans d’histoire.

1979 : première édition

Partis de la Place du Trocadéro, les 182 engagés (80 en auto, 12 en camion et la majorité, 90, en moto) allaient faire escale à Alger, Tamanrasset, Agadez, Niamey, Gao, Bamako et Nioro avant de rejoindre Dakar. Pour cette première édition, un seul classement était enregistré, mêlant camions, autos et motos.

C’est le 26 décembre 1978 que les pilotes sont partis de Paris, pour terminer leur périple à Dakar le 14 janvier 1979 après 10000 km de rallye répartis sur huit étapes. A l’arrivée, ils n’étaient plus que 74 – le Dakar met en effet les hommes et les mécaniques à rude épreuve. Parmi les pilotes, on pouvait trouver des noms déjà connus comme Neveu ou Auriol, mais aussi des anonymes qui tentaient l’aventure.

Paris-Dakar : départ Yamaha édition 1979

Ainsi, Philippe Hayat, Jean-Pierre Domblides et Daniel Nolan se sont lancés dans l’aventure. L’un journaliste, les deux autres enseignant et technicien chez Renault Gordini, prenaient ainsi le départ dans un Renault KZ 11 CV.

Au classement général, puisque chacun était regroupé dans un même bilan final, Cyril Neveu s’est imposé au guidon de sa Yamaha, la première auto étant celle de l’équipage Génestier/Terblaut/Lemordant sur Range Rover, que l’on retrouvait au quatrième rang.

1980 : Algérie et Tunisie comme escales

Dans les années 1980, l’épreuve passera pratiquement toujours entre Paris, Alger et Dakar, Tunis remplaçant la ville algérienne en 1989. Durant ce laps de temps, Cyril Neveu construira sa légende après avoir remporté la première édition de 1979.

Hubert Auriol s’imposera en 1981 et 1983, avant l’arrivée du pilote BMW Gaston Rahier qui montera en tête du classement moto en 1984 et 1985. Cyril Neveu ajoutera quatre succès à celui de 1979 en s’imposant en 1980, 1982 et deux fois consécutives en 1986 et 1987.

Plus que le palmarès, c’est le succès de la compétition qui s’installe dès le début de la décennie. La volonté des organisateurs est de réunir le plus de participants, tout en mettant bien l’accent sur la difficulté de l’épreuve, qui vous demande d’être constamment aux aguets. Cet aspect-là ne changera jamais.

En 1982, on comptait 382 concurrents, soit 200 de plus que trois ans plus tôt. Avec Cyril Neveu, Honda décrochera cette année-là le premier de ses 5 succès en motos. L’année suivante sera marquée par une tempête de sable. Celle-ci a mené 40 pilotes à s’égarer, le recours à un hélicoptère pour les retrouver dans le désert de Ténéré, traversé pour la première fois, permettant aux organisateurs de mettre la main sur tous les pilotes. Hubert Auriol ne connaîtra pas ses problèmes de navigation, disposant plus d’une heure d’avance à l’arrivée sur le reste de la concurrence.

Plus les années passent, plus le Dakar s’étend. Il faut renouveler le tracé, ce qui continue d’attirer les foules. Des personnalités comme Michel Sardou s’associent à des pilotes de renom, Jean-Pierre Jabouille dans ce cas, pour prendre le départ.

Paris-Dakar : Jean-Claude Olivier sur Yamaha en 1984

En 1985, la course débutera à Versailles en lieu et place du Trocadéro. Hubert Auriol, en partance pour une nouvelle structure mêlant Ligier et Cagiva, permet ainsi à Rahier de décrocher un nouveau succès. Cette légèreté du voyage et de la route vers l’inconnu se verra entachée l’année suivante.

L’homme à l’origine du Dakar, Thierry Sabine, partageait un hélicoptère avec le chanteur Daniel Balavoine, la journaliste Nathaly Odent ainsi que le pilote François-Xavier Bagnoud et le technicien radio Jean-Paul le Fur. Ils ont tous péri, une nouvelle qui a bouleversé les pilotes en course ainsi que tous les anonymes qui pouvaient suivre le Dakar. Encore aujourd’hui, les images des journaux télévisés relatant le drame résonnent à l’esprit. C’est le cœur lourd que Cyril Neveu s’imposera en catégorie moto.

L’entourage de Thierry Sabine prendra le relais l’année suivante, où Cyril Neveu prendra la victoire au prix d’un accident pour Hubert Auriol, qui se brise les deux chevilles. Malgré cette blessure, cela ne décourage pas les participants, qui seront plus de 600 l’année suivante dont 183 motos. En catégorie moto, Edi Orioli et Franco Picco se livrent une lutte titanesque, qui tourne à l’avantage du premier sur sa Honda.

1989 marquera la deuxième participation de Stéphane Peterhansel, à laquelle il terminera quatrième alors que Gilles Lalay s’imposera. Peterhansel ne mettra que peu de temps pour bâtir sa légende, d’abord en moto, puis en auto.

1990 : parcours diversifiés, égarement assuré ?

Cagiva débutera les années 1990 sur des chapeaux de roues en décrochant sa première victoire avec au guidon Edi Orioli, parti comme tous les autres depuis la Défense. Il s’imposera à nouveau en 1994, toujours sur Cagiva et en 1996 avec Yamaha. Entretemps, Stéphane Peterhansel a remporté quatre Dakar, son premier en 1991, avec Yamaha et s’en allait vers deux victoires supplémentaires et consécutives dans la firme japonaise en 1997 et 1998. En 1999, Richard Sainct se dirigera vers deux victoires consécutives pour BMW.

Paris-Dakar : première victoire moto de Peterhansel en 1991

Les parcours continuent d’évoluer, non seulement pour les lieux de départ (le château de Vincennes en 1992 par exemple) mais aussi pour l’arrivée au Cap la même année. Le changement d’itinéraire en cette année 1992 s’accompagne de l’arrivée du GPS. Malgré cet artifice, la compétition n’en sera alors que plus complexe. Les pilotes doivent en effet traverser des pays en guerre, où les fleuves sont en crue ou encore là où la tempête du désert s’abat. Hubert Auriol se dirigera du côté des autos en s’imposant cette année-là, laissant le champ libre à Peterhansel.

En 1993, le Dakar retrouve son départ et son arrivée originels entre le Trocadéro et le Dakar. Avec 154 participants au départ, le Dakar essuie la plus mauvaise statistique de son histoire. Il faut dire que l’épreuve cette année-là était rude, les dunes d’El Goléa piégeant ainsi de nombreux concurrents, évalué à hauteur d’un-tiers des engagés ! Face à la difficulté, Peterhansel saura s’imposer et prouver tout son talent une fois encore.

Orioli s’imposera l’année suivante dans le cadre d’un Paris-Dakar-Paris. La course innovera également en 1995 en partant pour la première fois en-dehors des frontières françaises, à Grenade en Espagne pour deux semaines de course. Hubert Auriol deviendra le patron du Dakar après de nombreux succès en piste, Peterhansel trouvant à nouveau le chemin de la victoire.

Grenade deviendra un lieu phare du Dakar à la fin des années 1990, à l’exception de l’année 1997 où le départ sera donné à Dakar, la course se terminant… à Dakar aussi ! Ce changement de programme ne trouble nullement Peterhansel, qui s’impose à nouveau, toujours pour Yamaha.

2000 : Sainct, Despres, Coma et Roma se distinguent

Dès l’an 2000, les parcours seront de plus en plus diversifiés, avec une traversée de l’Afrique d’ouest en est entre le Sénégal et l’Egypte. Un pont aérien sera mis en place pour prémunir l’épreuve et les concurrents des menaces terroristes. Richard Sainct s’imposera pour la deuxième fois consécutive sur BMW.

En 2001, une femme s’imposera pour la première fois, en la personne de Jutta Kleinschmidt. En motos, c’est toutefois Fabrizio Meoni qui offrira sa première victoire d’une longue série à KTM et s’en ira vers deux victoires consécutives en 2001 et 2002.

Paris-Dakar : Richard Sainct Team Gauloises KTM 2003

En 2003, Stéphane Peterhansel se lancera à l’assaut de l’épreuve auto. Menant la course pendant un temps, il a cependant dû abandonner. Richard Sainct retrouvera le chemin de la victoire après deux années concédées à Meoni en moto. L’année suivante verra le départ se jouer en Auvergne, à Clermont-Ferrand. Si Peterhansel y signait sa première victoire en autos, Sainct ne pourra réitérer son exploit de 2003 en se blessant dès la première étape au Maroc. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Nani Roma s’offrait son premier succès après neuf participations.

La première victoire de Cyril Despres viendra en 2005. Les pilotes s’étaient alors élancés depuis Barcelone et ont ensuite connu des conditions climatiques très rudes, bien plus rudes qu’à l’accoutumée pour une épreuve qui n’est pas pour les enfants de cœur ! Dans ce contexte, KTM décrochera ainsi un nouveau succès.

Lisbonne assurera le départ des trois courses suivantes, les trois dernières sur le continent africain. Marc Coma et Cyril Despres se distingueront lors des deux premières épreuves La dernière, en 2008, sera cependant annulée en raison de l’assassinat de quatre français et trois militaires mauritaniens peu avant le départ. Le ministère est monté au créneau pour recommander l’annulation du rallye. Son futur semble grandement menacé.

2009 : rebondir en Amérique du Sud

Au risque de dénaturer l’épreuve, celle-ci se délocalisera en Amérique du Sud. Or, en Argentine et au Chili, le rallye connaît un succès indéniable, qui éclaircira l’avenir de l’épreuve. Marc Coma a dominé l’édition 2009 entre Buenos Aires et Buenos Aires, en conservant la tête lors de toutes les étapes. Coma s’imposera également en 2011, KTM continuant sa croisade de victoires.

Paris-Dakar : Cyril Despres vainqueur Dakar 2013

Sur les nouveaux tracés qui s’élargiront jusqu’au Pérou en 2012 et 2013, Cyril Despres se distinguera trois fois, toujours au profit de KTM. Or, Yamaha aurait pu changer la donne, ayant ravi le prodige seine-et-marnais à KTM pour l’épreuve 2014. Mais KTM continue à enfoncer le clou en remportant toutes les éditions jusqu'en 2017 inclus.

Le Dakar a de beaux jours devant lui, malgré les dangers que suscite la course. L’épreuve, si difficile, se transforme en aventure humaine unique en son genre. En début d’année, le Dakar est aussi l’un des premiers événements sportifs en sport mécanique. Tout un symbole pour les passionnés.

Vainqueurs du Dakar – catégorie motos

Année Etapes Vainqueur Moto
1979 Paris-Alger-Dakar Cyril Neveu Yamaha
1980 Paris-Alger-Dakar Cyril Neveu Yamaha
1981 Paris-Alger-Dakar Hubert Auriol BMW
1982 Paris-Alger-Dakar Cyril Neveu Honda
1983 Paris-Alger-Dakar Hubert Auriol BMW
1984 Paris-Alger-Dakar Gaston Rahier BMW
1985 Paris-Alger-Dakar Gaston Rahier BMW
1986 Paris-Alger-Dakar Cyril Neveu Honda
1987 Paris-Alger-Dakar Cyril Neveu Honda
1988 Paris-Alger-Dakar Edi Orioli Honda
1989 Paris-Tunis-Dakar Gilles Lalay Honda
1990 Paris-Tripoli-Dakar Edi Orioli Cagiva
1991 Paris-Tripoli-Dakar Stéphane Peterhansel Yamaha
1992 Paris-Sirte-Le Cap Stéphane Peterhansel Yamaha
1993 Paris-Tanger-Dakar Stéphane Peterhansel Yamaha
1994 Paris-Dakar-Paris Edi Orioli Cagiva
1995 Granada-Dakar Stéphane Peterhansel Yamaha
1996 Granada-Dakar Edi Orioli Yamaha
1997 Dakar-Dakar Stéphane Peterhansel Yamaha
1998 Paris-Granada-Dakar Stéphane Peterhansel Yamaha
1999 Total-Granada-Dakar Richard Sainct BMW
2000 Total-Dakar-Cairo Richard Sainct BMW
2001 Paris-Dakar Fabrizio Meoni KTM
2002 Arras-Madrid-Dakar Fabrizio Meoni KTM
2003 Marseille-Sharm el Sheikh Richard Sainct KTM
2004 Région d'Auvergne-Dakar Nani Roma KTM
2005 Barcelona-Dakar Cyril Despres KTM
2006 Lisboa-Dakar Marc Coma KTM
2007 Lisboa-Dakar Cyril Despres KTM
2008 Lisboa-Dakar Manche annulée N/A
2009 Buenos Aires-Buenos Aires Marc Coma KTM
2010 Argentina-Chile Cyril Despres KTM
2011 Argentina-Chile Marc Coma KTM
2012 Argentina-Chile-Peru Cyril Despres KTM
2013 Peru-Argentina-Chile Cyril Despres KTM
2014 Argentine-Bolivie-Chili Marc Coma KTM
2015 Argentine-Bolivie-Chili Marc Coma KTM
2016 Argentine-Bolivie Toby Price KTM
2017 Argentine, Bolivie et Paraguay Sam Sunderland KTM

Plus d'infos sur les grands rallyes motos