english

Essai Vespa GTS 125 Super ie

La Dolce Vita version Grand Tourisme

Plutôt Super ou Supersport ?

Quand on parle de Vespa, on ne parle plus de scooter mais d’un style de vie et c’est sans doute la véritable réussite de ce modèle devenu une véritable marque du groupe Piaggio, mode vintage oblige. Si tout le monde connaît l’historique PX, Vespa c’est aussi le Primavera, le 946 mais aussi le GTS, proche du Primavera (plus récent) et un peu moins du PX. Et pourtant désormais pourvu de l’injection dans sa version ie et refroidi par l'ECS, le Vespa ne néglige rien des nouvelles technologies pour proposer un deux-roues abouti et performant et plus économe faisant passer les révisions de 6.000 à 10.000 kilomètres.

Vespa GTS 125 Supersport ie

Découverte

On dirait presque un PX, le scooter vintage par excellence, avec sa structure autoportante en acier et l’amortisseur avant sous forme d’un monobras à balancier du plus bel effet, encore souligné par le rouge de notre version d'essai, caractérisant le modèle supersport. Mais ce modèle bénéficie de l’appellation GTS pour Grand Tourisme Sport. On retrouve donc une jolie ligne quasiment identique au niveau de l’arrière entre faux cache roue de secours et feu arrière, avec encore plus de courbes que le PX, notamment à l’avant, entre garde-boue, tablier et phare oblong. On retrouve un soin du détail, de la pièce métal sur le garde boue avant aux poignées caoutchouc incorporant le logo Vespa dans la masse. On note les repose-pieds passager escamotables, style alu. La version Supersport de notre essai gagne en plus une selle surpiquée et un bandeau orange sur les côtés. Si le bandeau super se discute au niveau goût, la peinture noire mat est quant à elle du plus bel effet.

Vue de côté du Vespa GTS 125 Super ie

Le tout est basé sur un monocylindre 4T 4 soupapes de 124 cm3 doté d'un variateur CVT développant 14,9 chevaux 11 Kw) à 9.750 tr/mn pour un couple de 12 Nm à 7.500 tr/mn.

Moteur monocylindre Vespa GTS 125 Super ie

En selle

Malgré une hauteur de selle raisonnable de 790 mm, les pieds touchent à peine terre pour le pilote d’1,70 m. Il faut dire que la selle est large. Heureusement, avec seulement 144 kilos (à sec), la prise en main s’effectue de façon instinctive. A contrario d’une excellente finition globale et du souci du détail, la planche de bord, pardon, le compteur est réduit à sa plus simple expression. Certes, élégant et particulièrement lisible, il n’offre toutefois qu’un simple compteur de vitesse, avec une mini horloge digitale alternant automatiquement et régulièrement entre date et heure, ainsi qu’un unique totalisateur (pas de trip partiel donc) et une jauge à essence sur le côté droit ainsi qu'un indicateur de température moteur. En dessous, la boite à gant est très spacieuse dans la catégorie et le bouton d’ouverture du coffre depuis l’avant est particulièrement pratique, n’obligeant pas à enlever la clef pour ouvrir l’arrière (comme d’autres modèles Piaggio). Ce sont ces petits détails qui changent la vie au quotidien.

Compteur Vespa GTS 125 Super ie

Assis assez haut, avec un guidon assez large, les mains se posent naturellement sur le guidon pour offrir une position très naturelle. Aux pieds, on a largement de la place, aussi bien sur les côtés que devant, avec un tablier qui remonte. De fait, on apprécie la place laissée au conducteur et on s’y sent bien tout de suite, comme chez soi. L'espace à bord comme on dit est spacieux et idéal.

Vue de dessus du Vespa GTS 125 Super ie

Les rétroviseurs ronds, perchés sur des longues tiges, paraissent vraiment simples, voire antiques, au premier abord, mais se révèle particulièrement efficace de par leur position, se réglant facilement et offrant une bonne vision arrière, aussi bien à droite qu'à gauche.

Contact

Le GTS s’ébroue doucement, distillant à peine les vibrations sourdes du monocylindre avec un son plutôt grave. Coup d’accélérateur et le Vespa réagit instantanément à la sollicitation de la poignée droite et s’élance dynamiquement, avec un guidon léger, aidé par les petites roues de 12 pouces.

Poignée d'accélérateur Vespa GTS 125 Super ie

En ville

Petites roues, 125 cm3, poids presque plume, on retrouve l’agrément de conduite d’un 125 cm3 léger et particulièrement maniable. De fait, le GTS se faufile partout et sans effort, y compris à basse vitesse, largement aidé par ses petites roues. Du coup, les interfiles entre les voitures les plus serrées, y compris à l’arrêt se font sans difficulté, encore aidé par des rétroviseurs très fins, positionnés au-dessus de ceux de voitures. Avec cela, le scooter offre d’excellentes reprises et une dynamique à tous les régimes, depuis le démarrage jusque des vitesses inavouables en ville, y compris en duo. C’est d’ailleurs cette pêche au quotidien pour l’utilisation urbaine qui fait que l’on a du mal à le rendre au bout de quinze jours d’utilisation. Il est agréable de prise en main du premier au dernier jour.

Vespa GTS 125 Supersport en ville

Autoroute

Le GTS s’élance jusque 90 km/h avec aisance puis plafonne ensuite généralement à 100 km/h. Il peut toutefois encore grignoter quelques kilomètres heures jusqu'à 115 km/h (103 km/h réel), une fois bien lancé et en légère pente. Vous ne le choisirez donc définitivement pas pour sa vitesse de pointe. Pour autant, il se maintient bien à cette vitesse, avec une bonne stabilité malgré ses petites roues.

Vespa GTS 125 Super ie

Départementales

Le 125 retrouve donc les petites routes avec bonheur, acceptant de prendre de l’angle et avec un comportement sûr, y compris sur chaussée défoncée.

Freinage

Pas d’ABS, ni de freinage combiné ici. Pour autant les simples disques avants et arrières de 220 mm font un excellent travail, offrant un très bon feeling et de la progressivité, avec même un léger mieux du coup pour le frein arrière, aidé par le poids de son conducteur et encore plus en duo. Pour autant, on arrive à bloquer l'arrière en solo, sans pour autant déstabiliser le scooter qui reste bien en ligne. Le frein avant pris tout seul ne fait pas plonger exagérément le deux-roues. Les deux utilisés de concert, même pris violemment permettent d'arrêter l'engin de façon précise et rapide.

Suspension avant et freins sur Vespa GTS 125 Super ie

Pratique

Si la boite à gant est un exemple du genre de par sa capacité, la place sous la selle est un presque minimum du genre, acceptant tout au plus de ranger un petit casque jet ou deux combinaisons de pluie. Donc, si vous partez en duo en ville, vous garderez votre casque à la main.

Boite à gants Vespa GTS 125 Super ie

Par contre, même si le GTS ne dispose pas d’un vrai fond plat, on y cale facilement un énorme sac de courses, aidé en cela par l’anneau central au tablier. Du coup, il peut vraiment servir pour faire les courses de la semaine.

Presque rare sur de nombreux scooter, le GTS bénéficie d’une béquille latérale en sus de la béquille centrale. Par contre, avec un retour automatique, on lui préférera la mise sur béquille centrale, sans compter le fait que le scooter est quasiment aussi facile et rapide à mettre sur la centrale que la latérale (peu rassurante finalement).

Coffre et rangement Vespa GTS 125 Super ie

Confort/Duo

Le GTS est confortable, y compris pour le passager, grâce à la large et longue selle, mais aussi grâce aux suspensions plutôt confortables. Ce ne sont pas celles qui gomment le plus les défauts de la chaussée dans la gamme Piaggio mais elles ne sont pas sèches, offrant un comportement global très sain. Le GTS perd toutefois un peu de confort en duo par rapport au solo, avec des suspensions plus tassées qui font mieux ressentir les défauts de la chaussée pour le passager.

 Selle avec liseré sur Vespa GTS 125 Super ie

Consommation

La jauge à essence se révèle particulièrement précise, tombant à la moitié au bout de 100 kilomètres et sur la zone rouge et la réserve 60 kilomètres plus loin, avec un témoin jaune supplémentaire. Avec le réservoir de 9.5 litres et une consommation moyenne de 4,1 litres/cent en ville, le GTS offre une autonomie globale de 200 km, voire 220 km.

Le bouchon du réservoir se situant sous la selle, il faut naturellement la soulever pour faire le plein. Il faut surtout faire attention à ne pas faire déborder l'essence, qui risque alors de s'écouler sur les affaires contenues dans le coffre. Certes, il y a un refouloir qui fait que l'on peut faire le plein sans y penser, mais si l'on veut vraiment remplir à 100% le réservoir pour gagner les quelques kilomètres d'autonomie qui font ensuite la différence, on est obligé de faire couleur la pompe au dessus du goulot du réservoir et là, on prend un risque.

Conclusion

Le Vespa GTS offre bien toute la « Dolce Vita » et fait payer cette douceur de vie avec le prix qui va avec à 4.499 euros. Mais l’agrément de conduite au quotidien associé à une vraie dynamique et disponibilité à tous les régimes en font un « must-have » pour la catégorie. Vous aurez alors en plus un scooter à la ligne vintage, indémodable, que ce soit dans sa livrée Super (disponible en rouge, noir et blanc) ou Supersport, les deux déclinaisons étant au même prix.

Points forts

  • moteur disponible
  • espace de vie à bord
  • esthétique

Points faibles

  • rangement/coffre

La fiche technique du Vespa GTS 125

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Vespa GTS 125 Super ie? Devis en ligne

MotoGP