Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

La Ducati du Pharaon

Le polar de l'été - Episode 2

La Ducati du Pharaon - 2

Six sonneries. Marc décroche après avoir coupé le moteur de sa 750 SS.

- Oué ?

- C’est Alex. On sait qui c’est.

- Qui ça ?

- La nana dans la cave. On a ses papiers.

La Ducati du Pharaon - episode 2Marc fronce les sourcils.

- Comment as-tu trouvé son identité ?

- À côté d’elle, il y avait son sac à main. Il y a ses papiers dedans. Plutôt lisibles, d’ailleurs.

- Mouais. Disons plutôt que tu as trouvé à côté d’elle un sac à main contenant des papiers qui sont peut-être à elle. Ou peut-être à quelqu’un d’autre.

- Ouiménon : elle a au poignet une gourmette avec son prénom gravé dessus.

- Et alors ? Elle s’appelle comment ?

- Odette Franz. Ça sonne allemand.

- Ou suisse. Ou luxembourgeois. Ou autrichien. Ou franco-français si elle est originaire d’Alsace. Pas de conclusions hâtives, mon petit Alex, soupire Marc.

- Ah. Ouais. Toujours est-il que la gourmette est à son nom. Elle est née le 5 novembre 1891.

- OK. Quoi d’autre ? Que dit Mangin ?

- Il a prélevé un échantillon de cheveux, de tissus et une phalange pour faire les tests habituels. C’est en cours : il me dit qu’on aura une réponse d’ici deux mois.

- Deux mois ? C’est pas la panique, à la Légale…

- Ils sont débordés et puis c’est pas comme si son assassin risquait d’être encore en vie, donc ya rien qui presse.

- Pas faux. Quoi d’autre ?

- Ben… c’est déjà pas mal, non ? Une identité probable en moins de 24 heures.

- Alex… Tu as juste regardé dans son sac à main, ça fait pas de toi un clone de Sherlock Holmes.

- Bon. Ben je te tiens au jus pour la suite, d’ac ?

- D’ac.

Marc repose son téléphone et se retourne vers Jeff :

- On est d'accord, non ? Elle tourne comme une merde, dit-il en désignant sa moto.

- Ouais. Je n'en ai pas entendu souvent, mais ça ne me plaît pas. Ton essence est neuve ?

- De la semaine dernière et j'ai purgé avant. Le filtre est neuf.

- L'écartement des bougies ?

- Vérifié aussi. Pile comme dans le manuel. Et c'est de la bougie standard, pas de la bougie youpi-zoupla au Crétinium enrichi.

Jeff sourit.

- Moi je chercherais du côté de l'allumage, finit-il pas déclarer en mettant une petite tape sur la selle. Ya pas de raison de ne pas arriver à la faire ronronner comme un coucou suisse moyennant un bon réglage.

- "Ronronner comme un coucou suisse" ? Je la garde, celle-là, rigole Marc.

Jeff fait le tour de la bécane et s'arrête côté gauche, le doigt tendu vers une durit qui plonge dans le carter moteur :

- C'est quoi, cette durit ?

- Lubrification du vilo.

- C'est d'origine ?

- Nan. Ça a été ajouté par l'ancien proprio pour faire du circuit. Paraît que ça fiabilise le truc.

Jeff fait la grimace :

- De la bidouille d'amateur qui veut la jouer comme Hailwood ? J'aime pas ça.

- Le mec m'a expliqué que dans le circuit d'origine, la filtration est un peu limite. Donc il est possible d'améliorer le système en re-routant l'huile directement de derrière le filtre vers le vilebrequin.

- Mouais. Donc en gros il a bouché le circuit d'origine, re-percé ailleurs au-petit-bonheur-la-chance et maintenant c'est à toi de te débrouiller pour savoir comment ça marche.

- Oh, dis, eh ! Tu vas causer meilleur de ma merveille et son circuit d'huile "racing", steuplé, rétorque Marc en lui mettant une petite tape sur l'épaule.

- Je dis pas que c'est merdique, je dis juste que c'est potentiellement foireux si ça a été fait approximativement. M'enfin ça change rien à ce que j'ai dit : faut vérifier l'allumage et les masses.

Marc opine du bonnet et reprend son schéma électrique.

Le polar de l'été

Si vous avez manqué les épisodes précédents :