Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Pilote de légende : Patrick Fernandez

Vice-champion du monde 350cm3 en 1979

Champion de France 125 en 1972

Pilote de légende : Patrick Fernandez (photo : Yamaha)En 1952 à Alger naît le second fils de José Fernandez, mécanicien et pilote professionnel au guidon d’une Norton Manx. Il s’appelle Patrick et bientôt il se met à suivre les traces de son père et de son frère aîné, Richard, lui aussi passionné de mécanique et compétiteur hors pair. A huit ans, Patrick Fernandez pilote un kart équipé d’un moteur de 50cm3 monté par son frère et remporte ses premières victoires.

Compétiteur et mécanicien de père en fils

La guerre d’Algérie éclate et les Fernandez décident de quitter le pays pour rejoindre la France. Ils s’établissent près de Saint-Raphaël où José Fernandez fonde un magasin de bateaux. De son côté, Patrick commence à se passionner pour le cyclisme et participe à quelques courses. Il obtient d’ailleurs une troisième place au championnat du Var en minime. En grandissant, Patrick s’essaye également à la compétition sur quatre roues et finit par décrocher un titre de champion du monde minime en Suède. Mais quelques temps plus tard, son père acquiert une concession Yamaha et pousse son fils prodige à prendre le guidon.

Un premier titre sur deux-roues

Patrick pense alors courir en catégorie 125cm3 au Castellet mais la course est annulée et il décide de s’engager en 350cc. Pour sa première participation, Patrick Fernandez frappe les esprits en inscrivant une belle cinquième place.
L’année suivante, il prend le départ du Championnat de France 125 avec une Yamaha AS3 et s’octroie déjà son premier titre sur deux-roues en devant champion de France. En plein service militaire, Patrick Fernandez ne délaisse pas pour autant la compétition moto en 1973 puisqu’il profite de ses quelques permissions pour remonter en selle et rafler au passage quelques victoires.

Pilote de légende : Patrick Fernandez (photo : DR)En 1974, il reprend du service et se classe troisième en catégorie 125 tandis qu’il devient vice-champion de France en 250cc derrière Michel Rougerie. Pour la saison 1975, Patrick Fernandez décide de passer professionnel. Il obtient bientôt un contrat et se voit même proposer un guidon en endurance par Japauto. Malheureusement, une chute survenue au Castellet lors d’un essai lui brise le poignet et met fin à ses espoirs de courir auprès de Christian Bourgeois.

Entrée dans le Continental Circus

Il revient en pleine forme en 1976 et s’engage en 750cm3 mais il ne se sent pas à l’aise au guidon de cette grosse cylindrée et préfère se concentrer sur les catégories 250 et 350cm3 avec des Yamaha. Le Français fait ainsi son entrée dans le Continental Circus mais à plusieurs reprises, les organisateurs lui refusent l’accès à certaines courses. C’est pourtant sur une remarquable douzième place que Patrick Fernandez termine son année au mondial en 350cm3 tandis qu’il est relégué au 26ème rang en 250cc.
Cette première saison en championnat du monde lui donne envie de poursuivre sa carrière internationale et c’est sur les chapeaux de roues qu’il commence la saison 1977. Il se classe second dès le premier Grand Prix au Vénézuela en 250 et termine troisième en 350cc.

Le Grand Prix d'Autriche 1977

La suite de la saison est hélas dramatique puisqu’au Grand Prix d’Autriche, Franco Uncini chute au huitième tour et entraine avec lui Johnny Cecotto et Dieter Braun. Le Suisse Hans Stadelman entre en collision avec l’une des machines et meurt sur le coup tandis que les trois autres pilotes restent à terre, grièvement blessés. Si Braun et Cecotto doivent faire l’impasse sur une bonne partie de la saison, Patrick Fernandez manque quatre courses et revient disputer le Grand Prix de Yougoslavie. Déterminé à reprendre sa place de leader, Fernandez ne démérite pas et signe plusieurs belles places aux essais et en course avec notamment une troisième place en Hollande derrière Kork Ballington et Michel Rougerie ainsi qu’un record de piste. Finalement, à l’issue de la saison, il pointe au 10ème rang mondial en 250cm3 et à la huitième place en 350cc.

Troisième en 250cm3

Patrick Fernandez célèbre sa victoire au GP de France (photo : Yamaha)Après cette difficile mais remarquable saison 1977, Patrick Fernandez entend bien se battre comme un lion pour cette nouvelle année et il le fait savoir dès la première épreuve en signant une seconde place en 250cm3 et une troisième position au Vénézuela. Avec ses Yamaha privées, il tient plusieurs fois tête aux machines officielles dont la redoutable Kawasaki de Kork Ballington mais ce sont bel et bien les machines vertes de Ballington et Hansford qui montent sur le podium final tandis que le Français s’octroie une superbe troisième place au mondial 250cm3 devant un tout jeune Kenny Roberts. En 350cc, il se classe huitième.  

En 1979, il obtient le soutien de Pernod et réalise un début de saison sans fausse note. En tête du championnat du monde en 350cm3, il termine deuxième en Hollande ainsi qu’en Finlande mais une casse moteur survenue au Grand Prix d’Angleterre le contraint d’abandonner la course. Le pilote français n’est pourtant pas prêt à se laisser battre et revient très en forme en Tchécoslovaquie avec une troisième place avant de remporter le Grand Prix de France au Mans.
Signant là sa plus belle saison, Patrick Fernandez devient vice-champion du monde derrière Kork Ballington en 350cm3.

Les coups du sort

Pilote de légende : Patrick Fernandez (photo : DR)En 1980, alors que Ballington est monté en catégorie 500cm3, tous les espoirs se fondent sur Patrick Fernandez qui a pour concurrent Johnny Cecotto et Anton Mang. Pourtant, la saison est marquée par de nombreux coups de malchance. Des problèmes mécaniques à répétition l’empêchent d’atteindre les podiums et il finit par chuter gravement en Angleterre. Il termine finalement la saison à la dixième place aussi bien en 250cm3 qu’en 350cm3.
L’année suivante, il reprend la main et s’offre une victoire à Salzburgring pour terminer cinquième en 350 et quatrième en 250cm3.

Fin de carrière

Pour la saison qui suit, Patrick Fernandez opte pour une nouvelle machine. Il prend alors les commandes de la Bartol avec laquelle il ne parvient guère à réitérer les exploits du passé. La saison 1983 ne connait guère d’amélioration, Fernandez terminant onzième du championnat en 250cm3.
En 1984, il revient sur Yamaha et décroche la victoire en Afrique du Sud pour le premier Grand Prix de la saison. Pourtant, ses motos se montrent de moins en moins compétitives face aux machines concurrentes et le Français souffre d’un manque de budget évident qui le conduit inévitablement à redescendre au 14ème rang mondial et à abandonner le monde de la compétition.

Palmarès en Grand Prix

SaisonCatégorieCourseVictoirePodiumsMotoClassement
1985 250cc 5 0 0 Rieju
1984 250cc 12 1 1 Yamaha 14
1983 250cc 11 0 1 Yamaha 11
1982 350cc 3 0 1 Bimota 9
1982 250cc 4 0 0 YAM Bartol 14
1981 500cc 0 0 0 Yamaha
1981 350cc 6 1 1 Rieju 4
1981 250cc 7 0 2 Yamaha 5
1980 500cc 3 0 0 Yamaha 17
1980 350cc 1 0 1 Yamaha 10
1980 250cc 2 0 1 Yamaha 10
1979 350cc 9 1 6 Yamaha
1979 250cc 9 0 4 Yamaha 5
1978 350cc 5 0 2 Yamaha 8
1978 250cc 9 0 2 Yamaha 3
1977 350cc 4 0 3 Yamaha 8
1977 250cc 5 0 1 Yamaha 10
1976 350cc 2 0 0 Yamaha 26
1976 250cc 6 0 0 Yamaha 12
1975 125cc 1 0 0 Yamaha

Plus d'infos sur Patrick Fernandez

ixon